Partagez | 
 

 Avalon C.E. Somerset - Just do the Helen Keller and talk with your hips. [FINISHED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avalon Somerset
Intégration
PROFIL Bélier

Messages : 146
Réputation : 55
Date de naissance : 03/04/1994
Nationalité : Monégasque, Anglaise

Aspiration : ... l'alchimie, peut-être?








RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Bois de Vigne, 29,7cm , ventricule de dragon

MessageSujet: Avalon C.E. Somerset - Just do the Helen Keller and talk with your hips. [FINISHED]   Lun 1 Juil - 0:07


 

Avalon Somerset


  «You wish you could have a belly and still be sexy as fuck like me.»
«I’m a doll made of wood, covered in porcelain, looking for someone who could break me.»

 

INFORMATIONS PERSONNELLES


   
Nom: SOMERSET
   
Prénom: Avalon, Cecilia, Elizabeth
   
Date de naissance: 3 Avril 1960
   
Lieu de naissance: Monaco, Principauté-de-Monaco
   
Citoyenneté(s): Anglaise, Monégasque
   
Statut Sanguin: Née-Moldue
   

   

INFORMATIONS SUR LA BAGUETTE


   
 La Baguette d’Avalon est élégante et raffinée, comme sa maîtresse, faite d’un bois de Vigne et d’un cœur muni d’un Ventricule de dragon. En fait, c’est relativement nouvelle possession, un an auparavant, son père a cassé sa baguette en deux et à peine quelque mois plus tard, la sorcière s’est rendue chez Ollivander. Comparé à l’anienne, Sequoia et crin d’Abraxan, celle de vigne semble avoir été créée pour sa main, rien ne lui est plus naturel que de la tenir entre ses doigts.
   

   

   

FORMATION ACADÉMIQUE


   
École élémentaire: Beauxbâtons
   
Résultats des ASPIC: Avalon a été considérée comme une abomination par son père depuis le jour de ses 11 ans. Cela marqua profondément la petite et depuis son premier jour à Beauxbâtons, elle n’a même jamais levé le petit doigt pour faire des efforts dans ses études, trop effrayé que cela attise la répugnance de son père. Si elle n’apprenait pas, il ne pourrait pas la traiter comme une véritable sorcière, non? Du coup, elle n’a eu que des Acceptables, ou Piètre, sauf en Études des runes, seul cours auquel elle n’a pu résister et où elle a eu un Optimal.


   
Domaine d'études & cours à option choisi: Intégration.

Année d'Étude en cours: 1ère Année Cognita
   
Cours Optionnel hors programme: Non-Applicable.
   
Aspiration(s) académique(s): Pour le moment, aucune. Avalon est venue à St-Barnaby pour entreprendre une nouvelle vie. Elle est arrivée en Septembre après presque toute une année en Italie et désire maintenant reprendre une vie active dans le monde sorcier.
   
Extra-scolaire et implications: Clairement tout ce qui implique les évènements, les levées de fond et les finances.
   

   

   

SITUATION FAMILIALE


   

   
Henry-Ralph Somerset, Duc de beaufort et Marquis de Worcester. Aussi : Père de quatre enfants, homme d’affaire redoutable, noble à la réputation sans tache et ancien boxeur universitaire. C’est un homme de taille moyenne, athlétique, toujours ferme pour son âge, mais au faciès très… banal. Des yeux bruns clairs, sans éclat particulier ; une bouche fine, rose et peu large ; un nez ayant du caractère, un peu amoché par ses années de boxe mais sans plus ; des joues un peu tombantes et un début de calvitie bien malvenue à son avis, lui ui avait auparavant d’épais cheveux bruns et soyeux. La seule chose qui fasse son charisme est cette poigne terrible qu’il a sur les gens, cette emprise absolue et son intelligence aiguisée. L’argent de son compte en banque étant certainement d’une aide non-négligeable aussi. Le duc s’est marié à 20 ans, avec la splendide – bien trop pour lui, selon la duchesse d’Huntingdon – Liselotte De Méraux, fille d’un riche magnat de la finance établit à Monaco.

Liselotte est véritablement belle. Des traits raffinés ; un nez droit ; de splendides yeux d’un bleu étincelant, en amandes ; Une bouche d’un rose pulpeux, en cœur ; des pommettes saillantes et une mâchoire étroite. C’était une femme au corps de rêve basané et magnifiquement courbé, au faciès de déesse, dont on ne se lasse jamais d’admirer et de longs cheveux noirs corbeaux, lisses comme la soie. Malheureusement, la pauvre Liselotte était affublée d’une terrible tare. Elle était stupide. Mais STUPIDE. Mon dieu, c’en était presque gênant. Moins elle parlait, plus on l’aimait, mais si la jeune femme avait le malheur de tenter une approche, quelque minutes suffisaient à fatiguer ses interlocuteurs. Elle était si idiote que malgré une voix de nymphe, tout le manque de culture qui y transparaissait suffisait à faire fuir nombres d’hommes. Henry-Ralph lui, avait vu cela comme un atout. Une faiblesse sur laquelle jouer, quelque chose pour la gagner, puis la détruire et atteindre cette image de perfection de la famille noble qu’il s’était ancré dans la tête. Et rusé comme il était, cela n’avait que marché, du début à la fin.

Par la suite est né leur premier enfant, Alexander Rufus Hugh Somerset. Premier héritier mâle à ne pas porter le nom de Henry et fierté de ses parents. Alexander avec l’intelligence de son père et la moitié de la beauté de sa mère, ce qui était déjà beaucoup, avait déjà un excellent départ dans la vie. Alexander a toujours été l’enfant modèle, charismatique, plaisant. Parfait. Il est aujourd’hui âgé de 25 ans, il termine ses études en Médecine et fait toujours autant la fierté de sa famille. Alexander n’est pourtant pas si parfait. Il rêve de simplicité, contrairement à ses parents, il est réellement taillé pour être un homme de famille, mais sa morale n’est pas la vôtre, pas quand on parle de sa sœur Avalon. Ses sœurs, ce sont ses perles, il les adore, surtout Avalon, qui lui ressemble tellement avec les longs cheveux bruns et le regard pétillant. Son père, il ne s’en soucie guère. Il n’a qu’à marcher droit et il ne l’a pas dans les pattes, il peut bien faire ce qu’il veut d’ici là. Et sa mère… sa mère il l’aime, bien sûr, mais elle lui fait pitié, avec toute cette soumission, et surtout, ce cerveau si minuscule. Il n’arrive tout simplement pas a supporter ça.

Les enfants numéro deux et numéro trois sont né à trois minutes d’intervalle.
Isabella et Térésa. Deux jumelles identiques au faciès pour le moins… intéressant. Sous tel angle, elles vous paraîtront sublimes, sous un autre, vous les trouverez affreuses. Aussi, sans être deux têtes vides, elles ne sont pas d’éventuelles candidates au prix nobel, loin de là. Aujourd’hui, elles ont 22 ans et détestent leur petite sœur, qui le leur rend bien. Térésa et Isabella se sont toujours rangées derrière l’avis de leur père sur les dons d’Avalon et ainsi donc, la rejette elles aussi.
   

   

   

VOTRE PERSONNAGE EN QUELQUES MOTS


   

   
Elle aime:
 

         
  • La musique

  •      
  • La Danse

  •      
  • Cette chère « Mary-jane »

  •      
  • Les chiffres

  •      
  • L’Alchimie

  •      
  • Le monde Sorcier

  •      
  • Son Frère

  •      
  • Les hommes ET les femmes

  •      
  • Jouer. À sa manière.

  •      
  • Tout ce qui est profondément perturbé

  •      
  • Son imposant décolleté(Oui, elle en est fière.)


  •  

   
Elle n'aime pas:
 

         
  • Les Rabats-joie

  •      
  • Les gens qui s’attachent trop vite

  •      
  • La vulgarité mal utilisée

  •      
  • Les Drama Queens/Kings

  •      
  • Les trop Grandes gueules

  •      
  • Les pâtes feuilletées

  •      
  • Les geignards

  •      
  • Qu’on parle de ses fluctuations de poids

  •      
  • Se faire dire d’arrêter les gâteaux

  •      
  • Les gens aux principes trop arrêtés

  •  

   

   
Les cinq objets dont votre personnage ne peut pas se passer:
 

         
  • Sa baguette

  •      
  • Son sachet de Champis

  •      
  • Quelqu’un à rendre fou

  •      
  • Une paire de talons

  •      
  • Son kit D’Alchimie

  •  

   

   

   

   

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE


   

   
Plusieurs adjectifs lui irait bien. Provocatrice ; Frondeuse ; Joueuse ; Intense ; convaincante, mais surtout, et surtout : Indomptable. Avalon est une femme créée en toute subtilité, faite pour laisser sa marque partout où elle daigne fouler le sol. Elle est libre, changeante et forte. Personne ne veut se prendre la tête avec elle, sauf si ils désirent vraiment entreprendre une longue joute, qu’elle n’acceptera de stopper qu’une fois un gagnant bien définit. Sa vie de famille, elle en parle comme si c’était une famille normale, malgré qu’il n’en soit aucunement le cas. D’ailleurs elle ne dépasse jamais ses 13 ans Elle est le plus souvent souriante, mais cela peut vouloir dire bien des choses, dépendant la situation. C’est si vous croisez son regard que vous saurez réellement ce qu’elle ressent.

Ava aime vivre et de ce fait, se stresser n’est pas une option. Et elle ne manque pas de ressources pour se l’éviter. Surtout lorsqu’il s’agit d’argent. Elle a un indéniable talent pour manier les chiffres et les comptes bancaires sans aucun mal et avec un malin plaisir. Bien sûr, elle n’est pas plus intelligente qu’un autre, mais pas moins non plus, ce qui fait d’elle quelqu’un de redoutable, c’est sa débrouillardise. Avalon étant une épicurienne, elle ne s’est jamais retenue de manger non plus, créant des prises de poids, jamais bien importantes, mais tout de même visible, c’est encore là une chose pour laquelle elle ne daigne pas se stresser, quand elle se tapera un trip de jogging, elle sait qu’elle va perdre tout le surplus.
   

   

DESCRIPTION PHYSIQUE


   

   
Tout comme sa mère, elle est d’une beauté fracassante, avec son regard bleu céruléen, sa bouche en cœur, son nez droit : en fait, elle lui ressemble trait pour trait, mais quelque chose chez elle est différent, qui fait qu’elle n’atteint pas Lislotte. Son grain de peau est moins lisse, ses sourcils moins parfaits, ses cils moins longs, ses pommettes moins saillantes. Elle reste belle, mais on voit dans son visage, quelques marques de dureté et d’excès ancrés sur son visage. Son sourire par contre est bien plus chaleureux, plus vivide, son regard brille plus de par sa vivacité d’esprit que par une bienheureuse ignorance. Son corps lui est… sujet à changement. Disons qu’elle n’a jamais manqué de rien. Jusqu’à ses 11 ans, l’enfant était toujours svelte, étant une passionnée et de danse comme de boxe et jetant son dévolu là-dedans grâce à son père. Lorsque celui-ci a commencé à la cacher et la traiter en paria, elle se jeta dans sa deuxième passion, la bouffe. Et elle n’en est jamais réellement ressortie. Une bonne partie de sa scolarité, Ava était plus que boulotte et faisait l’objet de railleries. Avec le temps, les choses changèrent, la brune devint plus frondeuse, plus assurée, elle arrivait lentement mais surement à tenir tête à son père et manger n’était plus si impératif, la danse reprit son droit et c’est là qu’elle commença à prendre conscience que son poids ne devait être régit que sous la question de la santé et que si elle désirait manger une boite entière de petit gâteaux, elle le ferait et elle serait encore belle.

Avec les années aussi se développa un bon décolleté et de rondes hanches, qui n’avaient rien à envier à personne. Elle était devenue une beauté voluptueuse, comparé à sa mère, plus mince de corps. Ses traits étaient toujours aussi magnifiques et toute trace d’acné avait disparu. Elle devenait une femme, une splendide femme basanée au corps de déesse, 10 kilos en trop ou pas.
   

   

HISTOIRE


   

Août '77

Le soleil se couchait sur une journée parsemée de nuages. Les derniers rayons de soleils du jour frappaient les carreaux alors qu’une jeune femme faisait ses comptes dans son petit studio à Rome. Un soupir, une gorgée de café et le bruit de la plume qui se remettait à gratter sur le parchemin. Pour l’instant, les prédictions étaient bonnes, elle pourrait payer son inscription.


12 mois plus tôt

- Ma fille, tu nous obéiras! Si tu crois que l’immondice dont tu es affublée puisse me faire peur, détrompes-toi, jeune femme! Cria son père dans l’entrée, alors qu’Avalon voulait seulement sortir.

Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Jamais n’avait-elle désobéi, jamais elle n’avait osé contrer la volonté de ses parents, mais c’en était trop. Chaque jour passé à la maison de Monaco lui faisait sentir qu’elle était un monstre, qu’elle n’avait pas été désirée comme elle était, qu’elle n’était pas une femme, mais bien un objet, un héritage lourd, qu’il fallait garder au fond de la cave. Et une fois de plus, ils osaient qualifier ce don, supérieur à eux en tout point, d’immondice? Dès l’annonce de son acceptation à Beauxbâtons, 8 ans plus tôt, sa famille était passée près de la déshériter, mais ne l’avait pas fait, leur fille ayant toujours été un enfant modèle ne leur en avait pas donné l’occasion – et ce consciemment depuis quelques années.

C’était donc dans ce mélange de peur, de honte et de dégoût que Mademoiselle Avalon Cecilia Elizabeth Somerset avait grandis. Que ce soit de sa mère, son père ou ses sœurs. Il y avait néanmoins une personne, une seule qui rattrapait la bassesse de moralité du reste de la famille. Son frère, l’héritier du titre de duc de Beaufort, Alexander. Elle l’aimait plus que tout au monde et lui, de son côté, tentait comme il pouvait d’alléger la souffrance que subissait sa sœur. Ces derniers temps surtout, ils tentaient d’arriver à la faire sortir de chez elle. Son père était un être contrôlant, possessif et à la poigne de fer, il refusait et même empêchait Ava de partir, pour ne pas perdre contrôle sur elle. Partagé entre ses envies de famille parfaite et d’abandons, il la haïssait pour cela aussi. Alex était un fils obéissant, mais ses sœurs passaient avant ses parents et présentement, c’était Avalon qui avait besoin de lui.

- Père, vous savez quoi? êtes aussi étouffant que vous êtes chauve! Vous êtes un être odieux, étriqué, vous êtes la lèpre qui ronge, vous êtes ma propre peste noire et il suffit de vous laisser dénigrer ce que je suis de pas votre manque de connaissance! Avalon commença à remonter les escaliers et sans se retourner, ajouta. Vous êtes un connard père, un trou d’cul!
- Alors ça, ÇA jeune femme, je ne te le pardonnerai pas. Demain, tu pars pour Oxford comme je t’ai dit et tu ne reviens jamais ici! Un mot de plus et ce sera le couvent!
- Oh, come on. Fuck you, Daddy!

Avalon était en haut des escaliers et se retourna seulement pour faire un sourire arrogant à sa famille, dans l’entrée. Son père fulminait, une vision jouissive. Ça n’était pas possible de faire une telle scène seulement parce qu’elle avait voulu sortir un soir! Elle avait 18 ans, pas 12, for fuck’s sake! Ce soir elle partirait, elle s’en irait pour de bon. Adieux, famille de dégénérés. La jeune noble entendit la voix douce d’Alexandre depuis le couloir du deuxième, qui se faisait ferme et forte, chose rare, mais si elle n’entendait pas son père crier, ce devait être qu’il ne dérogeait pas à ses règles d’obéissance. Il viendrait l’aider, c’est sûr, il ne résisterait pas à venir l’aider. C’était son grand frère et elle l’aimait exactement pour cette raison. Ava entra dans sa chambre, la plus petite et la seule à peine décorée et d’un mouvement abrupt, elle balança sa valise sur le lit. S’en suivit de multiples allers retours pour prendre le peu de choses qui lui étaient chères. Tout d’abord enragée, cette expression se mua en une bien plus joyeuse. Cela faisait trois ans qu’elle attendait ce moment. Trois ans qu’elle détournait à coup de petites sommes de l’argent de son père. Elle avait assez pour vivre un moment seule. Un bon moment. Elle n’aurait rien à demander à son frère avant une bonne année, minimum. Mais son frère se foutait autant de l’argent qu’elle, ils ne se souciaient que d’être dans le confort, c’est tout. Une fois ses valises faites, il y en avait quand même quatre, elle s’assied sur son lit, tout vieux. On cogna à sa porte.

- Ava, père veut bien que tu viennes passer le week-end chez moi. Je peux entrer?

Et voilà, elle n’avait rien eu à demander. Il avait tout comprit au moment où, pour la première fois de sa vie, et non sans une excitation palpable, la brune avait enfin dit le fond de sa pensée à son père. Mais elle avait poussé le bouchon et elle n’avait plus d’autres choix que de partir. Les mots de son père n’étaient pas vains, il l’enverrait dans un couvent, pour ça il n’y avait aucun doute.
- Oui, entre.
- Je t’emmène ce soir, après dîner.
- Ne me dit pas que je dois les subir pour tout le dîner??
- Non, Alexander eu un rire jaune. Père fait dire que tu es privée de dîner pour ce soir, que ça fera du bien à ton ventre surdimensionné.
- Tant mieux. Répondit-elle, même pas un peu atteinte par cette remarque sur son bedon. Reviens vite, je t’en supplie.
- Oui, je te le promets. Dit-il avant de lui poser un baiser sur le front, il ajouta avant de sortir. Ce serait mieux si tu mangeais, un si beau ventre, il ne faudrait pas le perdre.

Avalon sourit, toute heureuse qu'elle était à chaque compliment donné par son frère. Il était merveilleux, en tout point. Il arriverait à damer le pion à Henry un jour.

Deux heures passèrent. Deux horriblement longues heures. Son père avait dû demander un repas plus réglementaire pour un homme de son rang et ce genre de repas prenait tellement plus de temps… il l’avait certainement fait exprès, pour tenter de briser son esprit à nouveau, mais même si elle aimait manger, ce sale porc devrait apprendre qu’on ne la dirigeait pas avec l’estomac. C’est finalement après tout ce temps qu’Alexander est remonté.

- Père s’est encore endormi après le dessert, mère est partie prendre le thé dans sa chambre, les jumelles sont retournées chez elle.
- Ha, si tu savais comme j’ai détesté chacune de ces réunions de famille, une torture.
- Je sais, choupette. Il lui sourit et attrapa deux valises. Allez, amène-toi. On a une fugue à organiser.

Les deux enfants Somerset s’adressèrent un sourire l’un à l’autre et descendirent les escaliers en silence, comme si ils étaient des criminels.


Août '77

Le dimanche de ce fameux week-end, Ava était partie, direction l’Espagne, sans un mot ni un regard pour personne, sauf Alex. Elle avait attendu jusqu’au jour de son départ d’Espagne pour écrire à sa famille, puis une de l’Angleterre, où elle était restée un mois et finalement, plus rien. Elle était en Italie depuis 8 mois, à vivre comme une bohème… une riche bohème, disons. Elle vivait de rires, de fête, de drogues et de moments surréalistes. Mais le monde magique lui manquait, atrocement. Elle était une sorcière et aujourd’hui à 19 ans, vivre cette vie pleinement lui tentait, elle voulait voir ce que l’université magique avait dans le ventre, mais pas n’importe laquelle, elle en voulait une qui n’ait pas un balai coincé dans le cul et surtout, pas trop connue, son père avait des ressources inattendues et elle ne voulait pas être retrouvée.
C’est donc là, dans son studio, en fermant son livre de compte qu’elle posa les yeux sur  les brochures de St-Barnaby. Oui, pourquoi pas?


- Scotland here I come.
   

   

   

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES


   

   
L'étudiant séjourne-t-il au collège ou au village la semaine et le
   week-end? :

Avalon loue un loft qu’elle est entrain de rénover à Stornoway
   
L'étudiant possède-t-il un animal de compagnie? :
Un hibou, Tesho.
   
Quel serait le patronus de votre personnage?
Un Loup gris, un peu plus grand que la moyenne.
   
Autre informations supplémentaires à fournir? :
   
Pas vraiment, sauf vous demander de vous rappeler qu’en 1970, les préjugés contre les filles un peu rondes sont déjà bien là, et pas tout le monde sera positif à l’égard des proportions qu’Avalon aura parfois.
   

   

HORS RP


   

         
  • Comment avez-vous connu le forum :J’suis une vieille ici, quoi

  •      
  • Votre âge :19 ans

  •      
  • Suggestions et commentaires : C’est jouuuuuliiiii!

  •      
  • Votre plat préféré : Y’en a trop?

  •      
  • Une dernière chose ? ADABRA KEDAVRA.

  •  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCambridge
Directrice Adjointe
PROFIL Scorpion

Messages : 395
Réputation : 30
Date de naissance : 14/11/1928
Nationalité : Écossaise

Aspiration : Être une excellente jardinière ~

Fiche : McCambridge et ses plantes



RPG

MessageSujet: Re: Avalon C.E. Somerset - Just do the Helen Keller and talk with your hips. [FINISHED]   Lun 1 Juil - 12:02

Oh! Une femme aux courbes voluptueuses et bien, ça, on en avait pas eu encore!

Enfin, tout me semble en ordre ma chère Avalon! Je te valide donc sur le champ! Tu connais le chemin pour le reste, alors il ne me reste qu'à te souihaiter:

BON JEU!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Avalon C.E. Somerset - Just do the Helen Keller and talk with your hips. [FINISHED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sting Avalon [ en cours ]
» HISTOIRE D'AVALON
» Présentation de Mélysandra Somerset [validée]
» Les Brumes d'Avalon
» Avalon: un petit ange et un petit démon[OUVERT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Département principal :: Registrariat :: Fiches validées-