Partagez | 
 

 Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Sam 23 Nov - 16:21

Et voilà, enfin terminé. Et il était temps. Assise sur le divan devant le petit foyer qui était de loin l’attraction principale du salon, la demoiselle observait les alentours, en soupirant. Ce n’était pas très grand, tout était vieux et elle doutait un peu quant à la structure du bâtiment, mais ça lui plaisait bien. La petite cuisine contenait le nécessaire et la dernière locataire y avait même laissé toute sa vaisselle et ses ustensiles. Tout était dépareillé, mais ça n’était certainement pas ça qui allait la déranger. Outre qu’avoir eu à faire un ménage total des cabinets et ensuite une organisation des cabinets – parce qu’elle n’allait certainement pas laisser les bols mélangés dans la même armoire que les verres et les tasses, quand même -, son seul travail avait été de garnir le tout de nourriture. Ça ne débordait pas, mais au moins, elle ne crèverait pas de faim.

Le salon et la salle à dîner était un espace ouvert. Le petit coin dans lequel se trouvait la table était comme le reste de l’appartement. De vieux planchers de bois foncé usés au maximum, des murs en briques presque brunes et un plafond haut en angle, sur lequel on voyait les poutres du toit. Tout avait eu besoin d’être dépoussiéré, mais cela ne l’avait pas dérangée une seconde. La table était évidemment en bois plutôt massif, mais elle n’était pas grande du tout et tout au plus, quatre personnes pouvaient s’y asseoir. Les chaises étaient aussi dépareillées et pour une raison qu’elle ignorait, elles étaient colorées. Au début, de voir une chaise en bois peinte rouge, une bleue, une noire et une verte l’avait plutôt agacée, mais maintenant, elle devait s’avouer y trouver un petit charme.

Le salon n’était pas vraiment suffisamment grand pour y mettre autre chose qu’un divan et une bibliothèque. En fait, il contenait déjà cela. Vraiment, la locataire précédente avait tout laissée. Selon Miranda, c’était une criminelle qui devait fuir. Tant mieux, elle n’avait pas eu à se trouver des meubles. Le divan était recouvert d’un tissu qui était très similaire à celui du grand tapis rectangulaire au sol. En arrivant la première fois, elle s’était sentie obligée de vérifier si le tapis n’était tout simplement pas posé sur le divan, mais heureusement, ce n’était pas le cas. C’était affreux comme motifs, mais ça semblait aller bien avec le style de l’appartement.

Le foyer devant le divan était plutôt impressionnant. Il était gros, avec un joli manteau. Déjà, un petit feu y était allumé. Sa bibliothèque était remplie à craquer de livres et comme elle avait manqué d’espace, elle avait due se résoudre à en poser certain en une pile, à côté. Enfin, il y avait une fenêtre qui donnait sur la rue et le village. Elle-même avait trouvé l’appartement plutôt sombre, mais avec cette fenêtre et la fenêtre de la porte, la luminosité était parfaite et pas suffisamment grande pour enlever le look cosy de l’endroit.

La chambre à coucher contenait son grand lit, l’armoire qu’elle avait emmené de son dortoir de l’université et une penderie dans laquelle tous ses vêtements se trouvaient. Il n’y avait pas de fenêtre, mais c’était pour le mieux. Elle préférait de loin le noir total pour dormir. C’était dans un très petit couloir que la porte démesurément grande se trouvait pour accéder à la chambre, en face de la porte de la salle de bain.

La salle de bain en question contenait l’essentiel, mais ce qui lui plaisait le plus était de loin la grande baignoire sur pied. Le carrelage de la pièce était horrible, un mélange de vert de chrome et rouge rouille, mais elle l’oubliait facilement lorsqu’elle se trouvait dans la baignoire.

L’appartement n’était pas particulièrement décoré, mais ce n’était pas comme si elle quoique ce soit pour décorer le tout. Aucune photographie, statuette, toile. La seule décoration se trouvait sur le manteau de la cheminée et il s’agissait d’une roche. C’était une pierre qu’elle traînait avec elle depuis quelques années, une pierre qui n’avait rien de particulier, outre sa forme inhabituelle. Elle était grise et faisait un bon quinze centimètres de diamètre et Paxton avait toujours trouvé que sa forme irrégulière la rendait spéciale. De plus, Sire Kittycat aimait s’y frotter.

Le chat en question était couché sur une des chaises, sous la table. L’animal n’avait pas de difficulté à s’adapter, un peu comme elle. Après quelques minutes passées à observer le feu, la Londonienne se redressa, prête à aller s’habiller. Elle n’allait quand même pas accueillir Quinn en peignoir. Son choix s’arrêta sur un classique jeans et petit pull noir avec col en v. Après avoir tout enfilé, elle s’assura que tout était en ordre et retrouva bien vite son endroit sur le divan. Elle n’était pas nerveuse, ni stressée et même qu’elle ne avait plutôt hâte de lui montrer l’endroit.  

Il ne restait plus qu’à attendre!
Revenir en haut Aller en bas
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Sam 23 Nov - 18:24

Dans un soupir de lassitude, Quinn referma son carnet de notes, et se laissa tomber en arrière contre son lit.

Travailler dans son dortoir n'était pas ce qu'il avait connu de plus confortable, mais il avait besoin de cette relative intimité pour le travail qu'il avait besoin d'accomplir. Il ne pouvait prendre le risque de se promener dans la bibliothèque avec tout un dossier de recherches dont le seul et unique but était de faire un pied de nez au Seigneur des Ténèbres. Rien que ça.
Non pas qu'il s'imaginait que son travail puisse intéresser qui que ce soit, mais on n'était jamais trop prudent.

Pourtant, assez étonnamment, depuis qu'il avait partagé son secret avec Teagan, il ne vivait plus dans l'angoisse de se faire découvrir par les Mangemorts. Sa paranoïa avait laissé place à une méfiance contrôlée, et elle ne le rongeait plus comme elle l'eut fait auparavant. Tout ce temps, il avait sous-estimé les vertus d'avoir une confidente avec qui partager ce poids, d'avoir enfin une sœur.

Il avait assez travaillé pour aujourd'hui. S'il voulait mener ce projet jusqu'au bout, il lui fallait conserver son équilibre mental, et ce n'était certainement pas en restant enfermé ici nuit et jour que cela allait se produire.
Son équilibre, il le devait en partie à Paxton. Il était censé la retrouver ce soir, et il avait attendu ce moment avec une certaine impatience, comme le rayon de soleil promis à la fin d'une journée pluvieuse.

En parlant de pluie, celle-ci martelait doucement sur les carreaux du dortoir depuis plusieurs heures, mais cela ne le décourageait pas pour autant. Et puis, il aimait la pluie.

Prudemment, après avoir vérifié qu'aucun de ses camarades de dortoir ne s'apprêtait à pointer le bout de son nez,  il tira une malle de sous son lit, et glissa son carnet au fond de celle-ci, bien caché sous la pile de vêtements pliés et rangés avec soin. Lorsqu'il ressortit sa main de la malle, celle-ci était occupée par une bouteille de whisky qu'il s'empressa d'ouvrir, et de vider de quelques gorgées, puis la rangea de nouveau avant de remettre la malle en place sous son lit.

Finalement, il était temps d'y aller. Il enfila son duffle coat et son écharpe et se dirigea vers la sortie, avant de faire demi tour en se rappelant du petit paquet pour Paxton qu'il avait laissé sur sa table de nuit.

Finalement, il se mit en route, et ce fut une question de minutes avant qu'il ne vienne frapper à la porte de l'appartement dont elle lui avait donné l'adresse, ses cheveux châtains perlés de gouttes de pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Dim 24 Nov - 1:12

Le sentiment qui l’avait assaillit deux jours plus tôt, lorsqu’elle était entrée dans l’appartement avec quelques boîtes avait été étrange. Soulagement? Joie? Elle n’aurait pu l’identifier, mais de savoir qu’elle aurait son propre espace à elle, que personne ne toucherait à ses choses, qu’elle pourrait faire ce qu’elle voulait… C’était satisfaisant. Puis, de savoir aussi qu’elle pourrait passer du temps avec Quinn, ici, en privé… Ça aussi, c’était un sentiment qu’elle n’aurait pu expliquer.

La compagnie de l’Irlandais lui faisait tellement de bien. Ça lui donnait chaud, sans qu’elle ne comprenne vraiment pourquoi. Et en même temps, elle savait qu’elle ne devrait pas agir ainsi. Et pourtant, chaque fois qu’elle le voyait, chaque fois qu’il venait auprès d’elle et qu’il l’embrassait, elle en oubliait ses précautions. Elle voulait se coller à lui, le caresser et l’embrasser et dans sa tête défilait des idées inhabituelles, des envies inhabituelles. Paxton Jones n’était pas une prude, mais jamais elle n’avait eu l’habitude de s’adonner à une relation intime sans être complètement gelée. Son habitude était de sortir en boîte, de prendre quelques capsules et de se trouver un joli jeune homme pour une nuit de sexe torride. Jamais, jamais elle avait eu envie de se taper quelqu’un sans avoir consommé un certain nombre de substances illicites, mais maintenant… Et elle ne savait tellement pas comment aborder le sujet. Elle voulait pas simplement procéder, parce qu’elle ne voulait pas risquer tout ruiner.

Sire Kittycat sembla se réveiller avant qu’elle n’entende le bruit contre la porte. Il bondit de la chaise et couru sous le divan, en même temps qu’elle se releva pour aller vers la porte d’entrée qui se trouvait dans la « salle à manger ». Ses cheveux étaient toujours humides, mais elle doutait qu’il remarque. Enfin, elle pourrait lui montrer son espace à elle. Originalement, elle avait voulu qu’il vienne avec elle au début, mais lorsqu’il avait dit vouloir travailler sur son Ultimum et lui laisser la chance de s’approprier l’endroit, elle n’avait pu qu’approuver. Elle ne voulait certainement pas l’étouffer non plus. Ce n’était pas comme s’ils ne pouvaient pas passer quelques jours sans se voir… Tout de même, le fait qu’il venait ce soir lui plaisait énormément.  

Quelques instants plus tard, elle ouvrait la porte, pour laisser entrer le jeune homme. Il pleuvait, mais il ne semblait pas dérangé du tout. Aussitôt qu’il fut au sec, elle referma la porte, puis se retourna vers lui, avec le sourire qui étirait le coin de ses lèvres juste pour lui. Jamais depuis sa jeunesse elle avait autant sourit. Et quelque part, ça lui plaisait. Et elle savait aussi que ça lui plaisait à lui, qu’elle lui sourit ainsi. Elle voulait lui plaire, elle voulait tellement faire tout pour lui plaire et la notion était tellement inconnue. Jamais elle n’avait voulu plaire à quelqu’un, outre  lorsqu’elle était enfant et jeune adolescente. Cela faisait si longtemps qu’elle avait vraiment fait attention à ses actions, à ses habitudes…  

Sans même lui donner le temps de retirer son duffle coat, elle s’approcha et tout en se hissant sur la pointe de ses pieds, elle lui offrit un baiser, doux et léger. Du bout des lèvres, les joues rouges et les mains accrochées à son manteau. Elle ne pouvait qu’espérer que ça lui plaise. Elle, elle savait que ça lui plaisait que l’embrasser ainsi, particulièrement ici, loin des curieux. Parce que oui, elle avait entendu des murmures derrière elle, lorsqu’elle marchait dans les couloirs et dans les salles de cours. Évidemment, ça n’était certainement pas cela qui allait la déranger, mais elle remarquait quand même. Après avoir décollé ses lèvres, mais en restant tout près, elle murmura, avec le même sourire venant lui étirer les lèvres:


« Hello. I’m happy to see you.  »

Elle le relâcha ensuite, afin de le laisser enlever son manteau. Elle en profita aussi pour se pencher et chasser Sire Kittycat d’une main, puisqu’elle savait bien que ça mettait Quinn inconfortable lorsque le chaton venait se frotter contre ses chevilles. Après s’être assurée que le chat était retourné se coucher quelque part d’autre, elle se redressa et releva la tête vers son invité.

« How are you? » demanda-t-elle, en l’observant discrètement.


Dernière édition par Paxton Jones le Dim 24 Nov - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Dim 24 Nov - 18:09

Lorsque le panneau de la porte s'ouvrit sur le visage souriant de Paxton, toute cette journée  de travail sembla complètement s'envoler de sa mémoire.
A vrai dire, il pourrait très facilement s'habituer à ce sentiment. Passer ses journées tout ce que l'on faisait de plus pesantes et épuisantes, pour finalement venir retrouver la tendre compagnie de Paxton en guise de récompense.

Le baiser qu'elle lui donna après l'avoir fait entrer lui confirma ce bienheureux sentiment.

Il lui rendit son baiser avec douceur, et la londonienne ne pouvait guère que sentir le sourire qui étirait ses lèvres malgré lui alors qu'elle les embrassait.
Lorsqu'elle les libéra finalement, il pu jeter un premier regard à l'appartement, tandis qu'il déboutonnait son manteau -la chaleur diffusée par le feu de cheminée contrastait fortement avec le froid glacial de décembre à l'extérieur.

- "I'm glad to see you too," répondit-il alors qu'il suivait Paxton dans son appartement et déposait son manteau sur le dossier de l'une des chaises (au hasard, la bleue).

Il hésita un instant avant de poursuivre sa pensée, par peur de paraître trop attaché, mais il décida qu'il n'y avait rien de mal à cela.

- "I missed you."


Alors qu'il était un peu plus avancé dans la salle de séjour, il observa un peu plus en détail les lieux. Il avait été curieux de voir dans quel genre d'endroit sa petite amie aimerait vivre. Il s'était imaginé plusieurs choses, mais il fallait l'avouer, vraiment pas à ça. Il ne se souvenait pas avoir déjà vu une déco aussi kitsch, à part chez sa tante Felicia. (Mais la tante Felicia collectionnait des bibelots en forme licornes, alors ça ne comptait pas.) Cependant, il ne fit aucun commentaire. Quelque chose lui disait que Paxton se fichait bien de l'environnement dans lequel elle vivait, tant que c'était propre et qu'elle ne dormait pas par terre.

- "Oh, I almost forgot!"
s'exclama-t-il en sortant de la poche de son manteau une petite boîte en carton fermée d'un ruban de tissu. "I got you a christmas present. I know I'm early, but I couldn't wait."

Le rose lui piquant aux joues, il lui tendit le paquet, pour qu'elle puisse y découvrir le bracelet qu'il lui avait acheté dans la seule boutique un tant soit peu fancy du village  (celle qui avait une affiche avec le visage de Teagan faisant la promotion de son parfum dans la vitrine). Il était rigide et sobre, fait de nœuds celtiques en bronze qui s'entrelaçaient finement autour du poignet, et était orné d'une simple ambre verte.

- "I'm sorry it's not much," s'excusa-t-il en osant à peine regarder la jeune femme, sans doute par peur de voir dans son expression de  la déception, ou de l'indifférence.

Après tout, il ne connaissait pas ses goûts si bien que ça. Paxton était quelqu'un d'assez réservé, et elle n'était pas du genre à étaler sa whishlist pour que son petit ami puisse la lui offrir pour Noël. Il doutait même qu'elle soit du genre à avoir une whishlist tout court. Et si ça ne lui plaisait pas du tout ? Et si elle n'aimait tout simplement pas les surprises ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Dim 24 Nov - 23:51

Il était beau, il lui plaisait énormément. Elle ne l’aurait pas dit à voix haute, mais lorsqu’elle le regardait ainsi, les joues rougies par le froid, les cheveux légèrement humides de la pluie et ses yeux bleus gris brillants, elle ne pouvait pas ignorer le fait qu’elle le trouvait beau. Ses baisers étaient toujours doux, comme s’il ne voulait pas la brusquer et il la caressait avec attention, même s’il savait bien qu’elle n’était pas fragile du tout. C’était différent, plaisant. Elle-même se trouvait à se forcer à ne pas être aussi brutale que d’habitude, à faire attention de ne pas lui faire mal et même, de ne pas se faire mal, puisqu’elle savait combien il détestait la voir se blesser. Au début, elle s’en fichait bien, mais maintenant, ça aurait été un mensonge qu’elle dise que ça ne lui faisait rien du tout de savoir qu’il n’aimait pas la voir blessée. Elle ne comprenait pas vraiment, mais elle savait que ça lui faisait chaud au cœur qu’il s’en fasse pour elle.

Lorsqu’il retira son manteau, elle resta près de lui, plutôt euphorique de savoir qu’il était heureux de la voir. Son sourire était incontrôlable, elle se sentait trop bien. La suite la surprit, la gêna un peu, mais outre rougir et baisser la tête pour regarder timidement le sol, le fait qu’il lui avoua s’être ennuyé d’elle la fit sentir moins dépendante. Elle aussi s’était ennuyée. En fait, elle avait l’impression de s’ennuyer de lui souvent, même s’ils se voyaient la même journée. Parfois, elle se couchait le soir et s’ennuyait déjà de lui, après l’avoir vu dans la journée. C’était étrange et déstabilisant, mais elle finissait toujours par oublier tout ça et faire comme s’il n’existait pas. Un court moment passa, avant qu’elle ne réponde d’une petite voix timide, à peine audible :


« I missed you too. »

Voilà, c’était dit. Un petit poids sembla quitter ses épaules, avant qu’elle ne relève la tête vers lui, en se mordant la lèvre. Elle le laissa observer la pièce, en se demandant ce qu’il pensait de son divan-moquette, mais finalement, elle ne put que penser que ça importait peu. Il devait trouver cela affreux, elle-même trouvait cela affreux, mais ça ne la dérangerait pas. Ce n’était qu’un divan et tant qu’il était confortable, elle s’en fichait d’avoir l’impression d’être assise sur un tapi fleuri. Elle en profita pour aller servir deux verres – un rhum pour elle et un whisky pour lui- au comptoir de la cuisine. Une partie du comptoir semblait être réservé aux bouteilles d’alcool. Retournant aussitôt près de lui, avec les verres dépareillés entre les mains, elle les posa sur la table basse qui se trouvait devant le divan. Au moment où elle se retournait vers lui, il fit mention d’un cadeau.

Ses yeux le suivirent alors qu’il se dirigea vers son manteau, son expression était restée neutre, mais à l’intérieur, c’était un déluge d’émotions inconnues et incompréhensibles qui l’assaillait. Il avait un cadeau pour elle…? Dans une toute petite boîte à bijoux, en plus…? Elle n’avait jamais reçu de bijoux en cadeau. La demoiselle l’observa revenir avec la petite boîte, ses yeux fixés sur l’objet tandis qu’elle essayait de comprendre ce qui défilait dans son crâne. D’un côté, elle était extatique, comme une adolescente recevant une boutonnière de la part de son cavalier pour un bal. De l’autre côté, une panique grandissante la prenait à l’idée qu’il lui avait acheté un cadeau et qu’elle n’avait pas encore le sien. Parce que oui, elle avait bien l’intention de lui acheter un cadeau, elle savait déjà quoi. Il lui tendit la boîte et pour quelques instants, elle n’osa pas venir la prendre, son hésitation n’étant que signe que de nombreuses pensées défilaient dans sa tête. Finalement, elle tendit la main à son tour et s’empara de la boîte, en disant avec timidité :


« You didn’t have to get me anything, Quinn… I don’t want you to think that you need to give me gifts, I don’t even have yours yet, it’s not ready. It’s unfair if you give me a gift and I – Oh. »

Tout en parlant, elle avait négligemment commencé à défaire le ruban, puis au moment où elle ouvrit la boîte, elle baissa les yeux, pour y voir le bracelet. C’était… C’était magnifique. Bien vite, elle laissa tomber la boîte sur le sol, le bracelet déjà entre ses mains, comme si c’était tout ce qui importait. Ses yeux restèrent fixés sur le bijou pendant plutôt longtemps, pendant que du bout des doigts, elle flattait le métal, les formes et l’ambre, avec soin, comme si elle avait peur de le briser. C’était le plus beau cadeau qu’elle n’avait jamais eu et pourtant, ce n’était certainement pas la pièce la plus compliquée. Non, c’était le plus cadeau parce que c’était lui qui l’avait choisi pour elle, il avait prit le temps de penser à elle.

Ce qu’il avait dit quelques instants avant lui avait totalement échappé, prise comme elle était dans la contemplation de son nouvel objet favori. Rapidement, elle enfila son bracelet, étendant la main devant pour l’observer, pour voir ce à quoi il ressemblait lorsqu’elle le portait. Il était encore mieux.


« It’s perfect. I’ve never had anything so pretty. » dit-elle en relevant enfin la tête vers lui.

Sans attendre plus longtemps, elle vint se serrer contre lui, dans une étreinte serrée et bien sentie. Son visage vint s’enfouir dans le haut du torse de l’Irlandais, ses bras passés autour de lui avec une force probablement plus grande que nécessaire. Elle soupira en fermant les yeux, avant de murmure un
« Thank you. » que seulement lui aurait pu entendre.

Avait-elle déjà été aussi heureuse…?
Revenir en haut Aller en bas
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Lun 25 Nov - 14:26

C'est avec une certaine appréhension que Quinn regarda, du coin de l'oeil, Paxton défaire le ruban du paquet et découvrir son cadeau.
Dans un premier temps, il ne sut guère comme interpréter son expression presque choquée, et il était sur le point de s'excuser et lui proposer de ramener son cadeau à la boutique pour qu'elle puisse en choisir en autre, lorsqu'elle enfila le bracelet pour ensuite le regarder avec ce qu'il pensait être de l'admiration.

Sentir Paxton se projeter dans ses bras lui coupa légèrement le souffle, mais il l'entoura de ses grands bras protecteurs en riant légèrement, plus qu'agréablement surpris par cette réaction.

Il ne savait pas par quel coup de chance il avait réussi  à viser aussi juste, mais il en était vraiment ravi. Sentir Paxton tout contre lui était l'une de ses sensations préférées au monde, et la voir aussi radieuse était loin de le laisser indifférent. Il n'en revenait toujours pas de la chance qu'il avait d'avoir la possibilité d'approcher aussi intimement Paxton Jones, si réservée, si méfiante, si sauvage. Il ne savait guère combien de temps cela allait durer, combien de temps avant qu'elle ne lui annonce que ça ne pouvait pas marcher, avant que leurs différences prennent le dessus, mais il se refusait à y penser. Tout ce qu'il savait, c'est que la compagnie de Paxton était ce qui le rendait le plus heureux ces temps-ci, et en ces temps de doute, il n'était vraiment pas prêt à s'en passer.

"I have to admit that I'm hoping this will match your ball dress,"
plaisanta-t-il, presque dans un murmure tout près de l'oreille de la jeune femme.

Alors qu'il la câlinait et déposait un baiser sur sa tempe, il jeta un nouveau regard alentour dans l'appartement.
Finalement, ce n'était pas aussi vilain que ça. Tout comme sa nouvelle locataire, l'appartement pouvait surprendre au premier regard, ne pas donner forcément envie de s'y aventurer, mais au fond il avait son charme bien atypique.
Ou peut-être tout simplement son avis était-il biaisé parce que tout ce qui concernait de près ou de loin sa toute nouvelle petite amie lui semblait absolument ravissant.

"Hey, would you mind taking me on a tour of your flat?"
, proposa-t-il en brisant doucement leur étreinte. "I'm curious about how the rest of the place looks like."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Mer 27 Nov - 1:23

Lorsqu’il la serrait contre lui, elle avait l’impression d’être une autre personne. Elle avait l’impression d’être une jeune femme des plus normale, avec un petit ami plus que charmant, dans une vie de rose et de magie. Elle avait chaud et envie de sourire et de faire tout ce qu’une petite amie était supposée faire pour plaire à son copain. La Londonienne ne rouvrit les yeux qu’en l’entendant tout près de son oreille, pour les lever vers lui, en souriant doucement. Sa robe était déjà achetée et c’était certainement un simple coup de chance que l’ambre du bracelet était d’un vert semblable à celui de sa robe. Enfin, même si ça n’avait pas du tout été près de ses couleurs, elle l’aurait portée. Ce bracelet-là n’allait plus jamais quitter son poignet, il lui plaisait bien trop.

« Even if it didn’t match, I would still wear it. I’ll never take it off.» dit-elle sur le même ton enjoué que lui venait d’employer.

Elle garda les yeux posés sur lui, alors qu’il observait les alentours. Il devait probablement se dire que c’était horrible comme décor, avec raison. La personne qui s’était chargée de l’ameublement était probablement aveugle ou simple d’esprit. Elle s’en fichait, ça ne faisait que rendre l’endroit plus spécial. Tout en restant près de lui, mais cessant de l’enlacer, elle lâcha un petit rire amusé, en hochant la tête.


« Sure. You wanna see if the decor gets worse than this, hm? You’ll be surprised by the bathroom, it’s pretty much as ugly as it gets. » répondit-elle en venant lui prendre la main.

Sans plus attendre, elle l’attira vers le minuscule couloir, où à la droite se trouvait la porte de la salle de bain, à la gauche, la porte de la chambre et au bout, une porte de placard. Poussant la porte entrouverte de la salle de bain, elle lui désigna de la main le carrelage affreux, avec un sourire.


« See? I’m pretty sure you can get a headache if you stare at it for too long. Good thing I don’t get headaches, hm? » dit-elle avec un clin d’oeil.

Ce n’était qu’une salle de bain, elle n’allait tout de même pas passer dix minutes pour lui montrer. Sans hésiter, elle fit demi-tour, pour pousser cette fois-ci la porte de la chambre et y entrer, en l’attirant toujours par la main. Elle le relâcha à ce moment-là, au cas où il voulait faire la dizaine de pas qu’il était possible de faire dans l’espace un peu restreint. La demoiselle vint s’asseoir sur le lit, supportée par ses mains posées sur la couette à carreaux rouges et verts, sans le quitter des yeux. Il pouvait examiner s’il le désirait, mais il aurait bien vite terminé. Son armoire était fermée à clé et aussi par quelques petits sorts de sa propre invention. Elle n’avait pas énormément d’objets et outre sa baguette et pour les quelques colliers qui trainaient sur sa table de chevet, la pièce aurait bien pu être la chambre d’un homme. Aucune couleur féminine, aucune photos de famille ou sinon, d’idoles… La pièce n’était pas personnalisée et elle doutait qu’elle le soit un jour. Il n’y avait rien qu’elle avait envie de mettre pour personnaliser. Comme ça, avec la brique des murs et le bois du plancher, ça lui plaisait bien. Elle n’avait pas besoin de plus de couleurs, d’objets inutiles pour être satisfaite.


« It’s not very big, but I kinda like it. It feels cozy. » dit-elle en se reculant un peu sur le lit, pour s’asseoir en tailleur.

Elle s’étira un peu, pour venir lui attraper la main de nouveau et l’attirer vers elle, même si elle était toujours assise sur le lit. Le message était clair, autant dans son mouvement que dans le regard presque timide qu’elle lui lança ; elle voulait qu’il s’assoit sur le lit avec elle. De nombreuses idées défilaient dans sa tête, mais là, maintenant, tout ce qu’elle voulait, c’était de s’asseoir avec lui et l’enlacer et l’embrasser avec douceur et tendresse. Elle n’avait pas besoin de plus pour l’instant.

Pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Sam 30 Nov - 8:17

C'est avec un plaisir à peine dissimulé que Quinn saisit la main que Paxton lui tendait et se laissa entraîner dans l'étroit et sombre couloir, avant d'atterrir dans ce qui était supposé être la salle de bain.

Avant même de remarquer le vilain carrelage que Pax ne manqua pas de mentionner, son attention fut en premier attirée vers la baignoire belle époque qui ornait la pièce, très similaire à celle qu'il avait eue dans son ancien appartement à Londres. Il songea avec une petite pointe d'inquiétude qu'il en savait sans doute un peu trop sur la décoration et le mobilier d'époque, et il décida qu'il était plus sage de ne pas le mentionner trop tôt auprès de Paxton, alors que leur relation était encore si jeune et  fragile. Nulle doute que cela ne lui paraîtrait pas très viril, et la dernière chose qu'il voulait était de passer pour une fillette auprès de sa petite amie.
Il se contenta donc d'arborer une expression amusée, plissant les yeux comme pour ne pas se faire hypnotiser par le drôle de carrelage.

"Well, I can  see you weren't exaggerating! Maybe you should replace the ceiling lamp with a few dim lights, like candles, to make it look a little less gloomy."

Oui, bon, en fait se retenir de passer pour la parfaite petite femme d'intérieur était plus difficile qu'il n'y pensait.
Il lança un petit sourire d'excuse à Paxton alors que celle-ci l'entraînait pour la suite de la visite, direction sa chambre.

Là encore, la décoration n'était pas ce qu'il avait vu de plus harmonieux dans sa vie, quoique l'ancienne propriétaire semblait suivre une ligne directrice assez simple : apparemment, il fallait que ce soit le plus sombre et démodé possible.

Lorsque Paxton s'assit sur son lit, lui resta planté dans le cadre de la porte, sans trop oser avancer. Après tout, il était dans la chambre d'une jeune femme, et autant dire que ce n'était pas forcément la pièce qui le mettait le plus à l'aise.
Il l'observa sans vraiment la voir, se forçant à ne pas penser qu'il était enfin seul avec Paxton, dans un lieu intime où ils ne risquaient pas d'être dérangés par Cassie qui partageait le dortoir de Paxton jusqu'à il n'y avait pas si longtemps.

Mais lorsque sa petite amie lui tendit la main pour l'inviter à s'assoir près d'elle, il ne se le fit pas demander deux fois, et vint se poser à ses côtés, gardant une petite distance pudique avec la jeune femme. C'était idiot, à son âge, de se sentir comme un adolescent inquiet de se retrouver seul avec une fille, comme si c'était de nouveau la première fois.
Comme pour tenter d'exorciser sa gêne, il attrapa la main de Paxton, celle dont le poignet était désormais (et à en croire ses paroles, pour toujours) orné de son bracelet, et la caressa doucement de son pouce.

"Good that you like your new place. Hey, you're a big girl, now!"
plaisanta-t-il en tournant son regard bleu-gris vers la jeune femme. "You get to cook your own food and do your own cleaning. How does it feel?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Ven 13 Déc - 2:34

Même pour elle, qui n’était clairement pas la plus qualifiée pour lire le langage corporelle d’une personne, pouvait facilement voir qu’il semblait mal à l’aise lorsqu’elle entra dans la chambre et vint s’asseoir sur le lit. Est-ce que c’était elle qui le mettait mal à l’aise…? Peut-être que c’était l’affreuse décoration. Elle espérait que c’était l’affreuse décoration.

Tandis qu’il semblait contempler la pièce ou peu importe quoi d’autre qui lui occupait l’esprit, la demoiselle en profita pour observer son nouveau bracelet. Tout en se mordant la lèvre, pour retenir un sourire qui lui aurait donné un air idiot, elle vint le tâter, dessiner les nœuds du bout de l’index et l’ambre qui reflétait la faible lumière dans la pièce. C’était le plus beau cadeau qu’elle avait jamais reçu. Il faut dire qu’elle ne recevait jamais de cadeaux, mais elle se doutait que même si elle venait à en recevoir, aucun ne serait aussi beau que celui-ci. Même un gros diamant immense ne lui plairait jamais autant que le bracelet.

Lorsque son petit ami vint enfin la rejoindre sur le lit, elle releva les yeux de son propre poignet et lui offrit un petit sourire en coin, en tentant d’ignorer la petite distance qu’il avait laissé entre eux. Elle ne voulait pas de cette distance, elle voulait qu’il soit tout près d’elle. Il aurait dû s’asseoir juste là, tout contre elle. Est-ce qu’elle le rendait nerveux? Normalement, c’était elle qui était nerveuse et qui ne savait pas trop quoi faire. Et s’il avait décidé que finalement, il ne voulait plus vraiment d’elle, en voyant la décoration horrible? Il se disait peut-être qu’avec des goûts aussi étranges, elle ne pouvait qu’être dérangée. Non, il savait déjà qu’elle était dérangée, il le savait depuis longtemps. Alors pourquoi?

Le nombre de questions qui se bousculaient dans sa tête auraient été bien suffisantes pour donner une migraine à n’importe qui d’autre. Elle le laissa s’emparer de sa main, en tentant toujours de taire la voix qui lui criait des millions de question dans le crâne, puis sans vraiment y penser, sans trop savoir  ce qui lui prenait d’être aussi aventureuse, elle se rapprocha de lui, sans trop insister non plus. C’était lui qui faisait ça normalement. C’était lui qui se rapprochait toujours et elle ne savait jamais quoi en faire. Quelques semaines avant, elle n’aurait même pas voulu qu’il soit dans un rayon d’un mètre autour d’elle. Évidemment, elle s’était habituée à sa présence et après un moment, elle ne se crispait et ne devenait plus aussi nerveuse qu’avant. Ça lui plaisait bien. Seulement parce que c’était lui, elle ne voulait même pas s’imaginer être près de d’autres gens ainsi. La simple idée que d’autres gens la touchent et se trouvent dans sa bulle la mettait inconfortable. Pour ce soir, elle voulait bien imiter ce que lui avait l’habitude de faire et se rapprocher.

Sa question lui provoqua un petit haussement d’épaule et un court rire tout bas. Comment ça la faisait sentir d’avoir son propre appartement, de devoir se faire à manger et de devoir faire le ménage…? Ce n’était rien de nouveau, mais elle devait avouer que ça lui plaisait. Surtout ici, dans ce village et dans cette université qui ne lui semblait pas être assez grande. Elle manquait d’endroits où fuir la foule.


« I’ve been there before. I like it, I missed having my own space. Sharing a dorm with a stranger is really not my cup of tea. And see, you can come here whenever you want and there’s nobody to bother us. That’s nice, hm? » répondit-elle en souriant doucement.

Après un court instant passé à l’observer, la Londonienne se rapprocha un peu plus, pour être tout près de lui. Pour étirer le cou et venir caresser ses lèvres des siennes, en un baiser qui traduisait la chaleur qu’elle ressentait. Il lui donnait envie de dire plein de choses qu’elle n’oserait jamais dire. Il lui donnait envie d’être douce et tendre et de se coller à lui pour l’embrasser lentement. Rien de tout ça n’était normal, mais elle voulait bien essayer. Après avoir embrassé à nouveau ses lèvres, elle s’éloigna juste assez pour pouvoir le regarder dans les yeux et chuchoter :


« I’m really glad you’re here. You make me happy. »

Sa main vint lui caresser la joue, simplement du bout de les doigts, sans qu’elle ne le quitte des yeux. Elle avait chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Lun 23 Déc - 19:14

Maintenant qu'elle était tout près de lui, à l'embrasser et à lui caresser la joue, maintenant qu'elle lui disait qu'il la rendait heureuse, maintenant qu'ils étaient plus seuls qu'ils ne l'avaient jamais été tous les deux, à peine dévoilés par l'éclarairage faible et orangé du vieux plafonnier, Quinn se demandait comment il avait pu mettre aussi longtemps pour réaliser à quel point Paxton était belle. Comment il avait pu ne pas tomber amoureux d'elle au premier regard.

Il avait peine à sa rappeler comment c'était, avant. En fait, il ne pouvait se défaire de l'impression qu'il n'y avait toujours eu qu'eux deux, depuis l'instant où ils s'étaient rencontrés, sous cet arbre, par une nuit pluvieuse. Bien sûr, cela avait été un peu plus complexe que ça, en réalité. Il lui avait fallu passer de la simple inquiétude envers la santé de Paxton, à un véritable attachement, à la naissance d'une confiance mutuelle, avant de devenir ce qu'ils étaient aujourd'hui. Peu importe ce qu'ils étaient.

Maintenant qu'il la serrait dans ses bras -car, submergé par ces sentiments irrationnels, il avait entouré sa petite amie de ses bras et l'avait attirée tout près de lui jusqu'à sentir la chaleur émaner de sa poitrine contre la sienne, maintenant qu'il la serrait dans ses bras, il réalisa qu'il n'avait aucune envie qu'elle s'en échappe un jour.

Il déposa quelques baisers au creux de son cou, huma le parfum de ses cheveux qui sentaient encore les produits de bain, et la serra encore d'avantage, si c'était possible.

"Pax..." murmura-t-il au creux de son oreille.

Mais malgré son appel, il ne compléta jamais sa pensée. Il ne prononça pas les quelques mots qui lui brûlaient les lèvres.
C'était encore bien trop tôt pour Paxton. Et probablement pour lui aussi, qui semblait ne réaliser que maintenant l'ampleur de la chose, et il lui faudrait encore un peu de temps pour l'accepter totalement : il aimait de nouveau.

Sa main glissa le long du dos de sa petite amie, et finalement vint trouver son cou, qu'il agrippa en empoignant avec douceur la chevelure brune alors que, toujours avec une infinie douceur, il fit basculer la jeune femme dos contre le matelas, accompagnant ses lèvres des siennes.

Lorsqu'il concilia finalement à les relâcher, sa main qui caressait à présent la hanche de la londonienne remonta pour venir attraper une mèche de sa chevelure et la glisser derrière son oreille.

"And you make me absolutely blissful."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   Mer 29 Jan - 23:16

L’étreinte dans laquelle il l’avait attiré l’avait surprise, sans trop la déstabilisée. Rapidement, elle s’était fait à l’idée que Quinn était une personne qui aimait le contact, qui ne semblait pas trop connaître le concept d’espace personnel, quoiqu’il ne s’était jamais montré envahissant avant qu’elle ne lui donne le feu vert. Son temps d’adaptation à toutes ces nouvelles façons, à ce genre de contacts et de proximité avait été un peu périlleux, mais ses sentiments pour lui avaient grandement aidés. Même si au début, elle avait voulu se rapprocher de lui et simplement l’étreindre, elle n’avait pas su comment s’y prendre et comment gérer la nervosité qui avait accompagné toutes idées de tentative. Finalement, ça n’avait qu’été avec le temps qu’elle s’était fait à l’idée d’être tout près, puis de se laisser toucher, puis même de le toucher d’elle-même. Mais seulement lui. Personne d’autre n’avait droit à ce traitement.
 
Maintenant, tout semblait si naturel. Elle avait envie de se serrer contre lui, de fermer les yeux et de rester dans ses bras pendant des heures. La jeune femme ne résista nullement, se collant contre lui avec hâte et fermant même les yeux lorsqu’il vint poser de doux baisers contre la peau chaude de son cou. Il rendait tout cela difficile, elle arrivait à peine à retenir ses mains de se balader sur lui et d’essayer de lui enlever ses vêtements. Elle cacha son visage dans son épaule, le temps de reprendre un peu ses esprits et ne releva la tête seulement qu’en l’entendant chuchoter son nom. Avec un petit sourire au coin des lèvres, elle vint lui caresser la joue et bien vite, ses lèvres retrouvaient les siennes, alors qu’il la faisait basculer contre le matelas. 
 
Sans hésiter, elle s’installa sur le lit, en l’attirant avec elle d’une main sur la joue et l’autre contre le cou. Elle ne retint pas un petit gémissement lorsqu’il s’éloigna un peu, mais ouvrit tout de même les yeux, pour les poser dans ceux bleus-gris de son copain. Par Merlin, elle était vraiment satisfaite dans le moment. Ce qu’il dit lui serra le cœur, de la bonne manière. Elle aurait vraiment pu s’habituer à ce genre de vie. Elle qui ne se souvenait pas avoir déjà été engagée dans quelconque relation, qui repoussait tout être humain, qui était déplaisante simplement parce qu’elle ne voyait aucune raison de ne pas l’être… Maintenant, elle avait vraiment envie d’être avec lui et de le voir à tous les jours et de se coucher tout contre lui. De se réveiller avec lui et de l’embrasser en public. Elle avait envie de tout ça. Tout bas, dans un murmure plutôt rauque, elle lâcha :
 
«  Quinn… I… » elle se mordit la lèvre, cherchant un peu ses paroles « I really want you. »
 

Incertaine de si ce qu’elle avait dit était approprié ou non, elle rougit légèrement, puis l’attira de nouveau, pour lui offrir un autre baiser, juste un peu plus enflammé que le précédent. Sa main se glissa dans le col de sa chemise, question de toucher un peu plus sa peau, et rapidement, elle commençait à détacher les premiers boutons. C’était inconscient, elle n’avait pas décidé qu’elle allait commencer à le déshabiller, qu’elle allait vouloir que ça se passe maintenant. En fait, elle ne pensait pas du tout. Tout ce qui traversait sa tête, c’était le fait qu’elle avait envie de lui et qu’elle ne pensait pas pouvoir s’arrêter maintenant. Elle avait été patience, non? Il était temps, elle avait attendu suffisamment longtemps. Puis de toute manière, il devait aussi en avoir envie. Forcément.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes I feel I've got to run away. [Quinnchou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Loin du monde magique :: Praeteritis Memoria-