Partagez | 
 

 Morne course... (avec Alexis W.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 9 Avr - 18:05

Spoiler:
 


 
Cours cours et ignore tout!

  ft. Alexis

Je titubai dans le grand hall. Le soleil venait à peine de remplacer la lune, je venais tout juste de me "réveiller" de ma nuit. J'étais courbaturé de partout, je sentais mes quelques cicatrices me tirailler. Ma peau était à vif, je retins un gémissement lorsque je m'appuyais sur le mur. Même ce geste si simple était une horreur pour moi. Comme à chaque fois je désespérais d'atteindre un jour mon dortoir, au mieux, ou l'infirmerie, au pire. Je m'arrêtai et pris une profonde inspiration.

Le grand hall était pour le moment désert mais ce n'était pas une surprise. Après tout l'aube venait tout juste de pointer le bout de son nez, je grimaçai en me remémorant la douleur qui m'avait traversé lors de mon retour à la normale. Je détestais ce que j'étais et tout ce que je subissais à cause de ce fichu loup-garou hargneux qui m'avait attaqué enfant. Je soupirai et détaillant le hall. Je ne me sentais plus le courage de bouger, la grand pièce me semblait presque accueillante, j'étais parfaitement capable de m'endormir là où j'étais, adossé au mur. L'idée de glisser lentement contre celui-ci me retins, je sentais déjà ma peau à vif hurler d'anticipation. Au final je n'avais pas bougé et j'avais même fermé les yeux.

Un autre inspiration profonde et j'ouvrais de nouveau les yeux. Seule l'idée insupportable de me laisser découvrir par des étudiants dans cet état après une nuit de pleine lune me donnait la force de ne pas sombrer dans l'inconscient. Je ne voulais pas qu'ils comprennent, je ne voulais pas d'une quelconque pitié venant d'inconnus. Non, j'avais quand même un minimum de fierté. Bien sûr, je disais ça sur le moment mais demain je m'en voudrais d'avoir seulement pensé ça.

Je me redressai à grand peine. Je crus m'entendre pousser un couinement, mais j'avais dû rêver, je ne pouvais supporter l'idée que je paraisse aussi pitoyable. Heureusement que personne n'était encore descendu, ou même levé à cette heure. J'avançais lentement, avec précaution vers l'escalier menant aux étages. C'était malheureux à dire mais j'avais l'habitude de souffrir ainsi et ni Sirius, ni James, ni Peter n'avaient pu venir cette nuit. Je ne leur en voulais pas, mais je souffrais en général moins quand ils m'accompagnaient, ils m'empêchaient de me faire du mal à moi-même, c'était déjà ça.

Je haïssais mon corps, ce traître qui se trainait sur les dalles de pierre du hall comme s'il avait décidé de prolonger mon supplice indépendamment de ma volonté. Tout ce que je voulais était de rejoindre mon dortoir et surtout pas l'infirmerie et les attentions agaçantes de l'infirmière. Je voulais dormir au moins douze heures avec une potion de sommeil sans rêves et une potion anti-douleur dans le corps. Je voulais qu'on m'oublie.

Mon visage était crispé, j'étais concentré dans l'effort présent qui consistait à mettre un pied devant l'autre, lentement, avec application, en essayant de garder le dos droit, une attitude tranquille au cas où je croiserais quelqu'un. Merlin, qu'est-ce que je souffrais! Je fermais les yeux un bref instant en m'arrêtant pour reprendre mon souffle. Je haletais, mon cœur battait à cent à l'heure.

Soudain, je sentis une bouffée d'adrénaline parcourir mes veines, ma respiration s'accéléra de nouveau, ma pression cardiaque aussi. Des pas approchaient, assez rapidement, trop rapidement. Je jetai un coup d’œil alarmé autour de moi. Pas une seule cachette potable en vue, nul endroit où je pourrais dissimuler ma faiblesse. Dans un long et douloureux soupir, je me redressais totalement et tâchais de me composer un visage souriant, ou du moins à peu près impassible. Je me tournais ensuite dans la direction du fameux bruit de pas. J'étais maudit, Morgane n'avait pas eu pitié de moi ce matin, ni cette nuit d'ailleurs.
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 9 Avr - 23:01


“A cloudy morning”
.


Le soleil se levait lentement, éclairant le visage pâle et calme de la jeune allemande.

À son côté sa chandelle continuait de vaciller courageusement alors qu'il ne lui restait encore que quelques minutes de vie.  Son vieux livre, usé à la corde, entremêler entre ses doigts, la jeune femme regardait par la fenêtre le lever du soleil de ce qu'avait été une longue nuit.  Évidemment, pour elle, rien de dramatique, si ce n'était avoir traverser une tonne d'émotion toutes plus puissantes les une que les autres alors que ses yeux avait dévoré l'un de ses livres favoris.

Le corps complètement engourdit par sa potion d’inhibition, Alexis détourna ses yeux des cieux orangés pour se lever doucement et précautionneusement de son fauteuil installé dans la salle sa musique.  

Chassant l'image de son cher Ethan, qu'elle n'avait revu depuis plusieurs mois, prenant place au fond de sa salle favorite, elle détourna le regard du foyer alors qu'elle sentait un sentiment de tristesse s’emparer d'elle.  Il était définitivement temps pour elle de se bouger malgré l'heure des plus matinales... il était trop tard maintenant pour dormir, elle n'allait pas manquer une si belle journée tout de même et se n'était définitivement pas le temps de se morfondre sur les méandres de sa vie sentimentale des plus pathétique - surtout compte tenu qu'elle n'avait en fait maintenant aucune vie sentimental... ou presque - on ne comptait tout de même pas les gentils et galant garçons qui la faisait rougir...

Par la fenêtre l'herbe givré était recouverte d'une douce brume faisant rêver la blonde.

Rangeant ses choses maladroitement dans son sac, échappant plus de la moitié au sol dût à son incapacité momentané de ne rien sentir et à son manque de sommeil, elle prit la sortie de la salle d'un pas léger, pour une fois – du à la température froide de février – elle avait revêtis des chaussures, sa cape jaune-ocre rabattue sur ses épaules et un foulard de laine bien enroulé autours de son cou.  Ses cheveux tressés en couronne lâche et frisée autours de sa tête, elle marchait, la tête dans les nuages, dans les couloirs gris, sombre et désertique de l'université.  Il fallait avoué qu'en en samedi matin... personne ne voulait être celui qui s'était réveillé en premier!

Plus ses pas la menait vers le grand hall, plus l'idée d’aller faire un tours dans le parc brumeux était tentante, elle avait toujours adoré la brume, magiquement mystérieuse... mais alors qu'elle faisait son entrer dans le hall, une personne attira son regard, et pas n'importe qui, son cœur faisant un bond dans son corps, se serrant, elle retint son souffle en pensant premièrement stupidement à la tête qu'elle devait avoir... idée qui la quitta rapidement en voyant la tête que Remus tirait.

C'est qu'il avait l'air d'une harpie ayant mangé un fantôme...

Elle se regarda se redresser pour prendre un air heureux, voir neutre, mais la jeune monaraith n'avait qu'une envie, grimacer.  Il avait une tête horrible et il avait définitivement besoin d'un coup de pouce... peu importe comment il venait.

Doucement, elle s'approcha du Litriu, penchant la tête sur le côté, elle lança, tout bas :

«Remus?»

Elle s'avança doucement pour tenir se placer devant lui, à une distance courte mais respectable :

«Dis-moi... euh, tout vas bien?  Tu... tu voudrais peut-être que je t'accompagne à l'ifnirmerie?» demanda-t'elle d'un ton innocent qui cachait en fait son entêtement... il n'allait allez nul par sans elle vu l'état lamentable qu'il avait, peu importe la raison.

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 10 Avr - 16:06


     
Cours cours et ignore tout!

 ft. Alexis

Alexis apparut devant moi, descendant les marches l'esprit perdu. Elle ne me remarqua pas tout de suite. Je vis tout de suite quand elle me vit. Son visage changea d'expression, elle semblait presque soucieuse. Il ne manquait plus que ça, je n'en avais vraiment pas besoin, je croisais les doigts pour qu'elle s'en aille. Intérieurement parce que rien que l'idée de ce si simple geste me donnait la nausée. Cette nuit avait vraiment été dure, j'avais trop pris l'habitude d'avoir mes amis avec moi.

Je restais statique pendant qu'elle approchait, le dos raide, j'espérais qu'elle s'en aille mais elle semblait en avoir décidé autrement. Elle venait toujours plus près de moi. Je me retins de grimacer en essayant de bouger. J'étais resté immobile trop longtemps. Concentré sur mon effort pour bouger, je ne remarquais pas tout de suite qu'elle s'était arrêtée en face de moi. Je ne le réalisais que lorsque je sentis un léger appel d'air et qu'une bouffée de son odeur florale envahit mon espace. J'aimais bien son odeur, douce et apaisante.

Je me retins de lever les yeux aux ciel face à ma propre stupidité, je ne sentais son odeur que parce que j'avais encore des résidus de pouvoirs lupins dans le corps. Je plissais le nez, je détestais tout ça. Son odeur était trop légère pour qu'une autre personne qui ne soit pas comme moi le sente, j'en avais conscience. Bon, pour une fois, je n'allais pas m'en plaindre, ça me faisait penser à autre chose que l'engourdissement de mes membres.

Elle murmura mon prénom, j'eus l'impression qu'elle parlait à quelqu'un de très malade. Je ris presque, presque. J'étais malade, mais pas le genre de maladie soignable, non, celle-là j'allais me la trimballer toute ma vie. Elle s'était encore avancé vers moi, je retins un mouvement de recul, j'étais encore trop imprévisible malgré ma douleur , et à cause d'elle, j'avais peur de mal réagir. D'une voix douce, elle me proposa d'aller à l'infirmerie, je ne pus retenir une grimace. Je retins à grand peine un petit « Aïe » lorsque je sentis ma peau se tendre sur mes joues. Je soupirai doucement.

Je voulais secouer la tête, ayant peu confiance en mes cordes vocales, mais je tressaillis rien qu'en pensant à ma peau en feu. Je pris une profonde inspiration et me mis à marcher avec l'impression d'être un pantin désarticulé. Je devais me concentrer sur ma destination : ma chambre. Je contournai Alexis sans dire un mot mais je m'en voulais de me montrer si méprisant envers sa sollicitude. Sans me retourner, je lui chuchotai d'une voix rauque :

« Je suis juste fatigué, je vais aller me coucher, oublie l'infirmerie. Et surtout, surtout, laisse-moi tranquille. »

Je fermais les yeux, j'avais réussi à le dire, sans agressivité. J'étais plutôt fier de moi si je considérais mes nerfs à vifs. La douleur refluait de plus en plus mais je ne me sentais pas forcément mieux.
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 10 Avr - 18:54


“A cloudy morning”
.


Le temps passait et aucun mot ne sortait de la bouche de Remus, installé silencieusement en face d’elle.  Alexis restait donc là sagement patiente à attendre que les neurones de Remus décident finalement de se manifester.  C’est qu’il avait dû prendre une sacré cuite pour être aussi… lent d’esprit.  La jeune femme l’avait rarement vu aussi amoché.  Pleine de sollicitude, Alexis attendit donc une quelconque réaction de la part de son ami.  Elle aurait bien rit en pensant à la soirée des plus mouvementées et amusantes qu’il avait dû avoir, mais une petite voix au fond d’elle l’en empêchait – politesse ou instinct ?

Puis, sans attendre, sans l’aviser, muet, Remus se remis en marche devant elle, la contournant comme si elle ne faisait que partie du décor.  Comme si elle n’avait été qu’un simple pot à fleure gisant au sol qu’on remarque à peine dans une journée grise.  Les traits tirés du Litriu inquiétait de plus en plus l’allemande qui n’avait jamais eu le loisir – ou l’horreur – d’observé le charmant Remus de la sorte.  Donc trop surprise, elle resta sans voix, les yeux exorbité en regardant son cher Remus s’éloigner à pas de tortue d’elle avant de finalement s’arrêter, il se retourna et lui lança :

« Je suis juste fatigué, je vais aller me coucher, oublie l'infirmerie. Et surtout, surtout, laisse-moi tranquille. »

« Oh… »

Ce fut sa réponse, d’abord franchement surprise qu’il lui dise ainsi de but en blanc de le laisser et ensuite vaguement blessée qu’il n’accepte pas de son aide.   Pourquoi?  Il lui semblait qu’elle ne méritait pas de genre de réaction…!  N’avait-t’elle jamais été que gentillesse et réconfort avec lui?  Pourquoi avec t’elle droit à ce genre de rejet alors qu’elle n’avait été qu’attentionné à l’égard du jeune homme.

Soupirant, elle serra son livre de Jane Austen entre ses bras, posant son regard sur les vieilles pages flétrit de son livre avant de relever les yeux rapidement vers son cher Remus.  Franchement!  Jane lui avait appris bien plus que d’abandonner aussi facilement!

Ah!  S’il croyait qu’il allait s’en tirer ainsi.  Alexis n’était pas née de la dernière pluie et l’une des choses qu’elle avait appris au fil de son existence était de ne jamais laisser un homme – surtout les hommes puisqu’ils sont particulièrement entêtés – malade à n’en plus tenir debout, déambuler un peu partout dans une ville, ou dans ce cas-ci, une université désertique.  Franchement, il n’y avait rien de responsable là dedans et la blonde s’en serait probablement voulu toute sa vie s’il arrivait la moindre égratignure à Remus, les escaliers capricieux, les murs d’humeur changeante, le châtain ne savait pas toutes les mauvaises surprises que pouvait lui réserver l’esprit du vieux Fowley!

Elle hocha donc docilement la tête, sachant bien qu’il ne ferait que se retourner sans lui adresser le moindre mot pour continuer son chemin.  Elle le laissa donc prendre un peu d’avance avant d’elle-même suivre lentement ses pas.

Du bout des pieds, le pas volage, elle suivit le chemin laborieux que faisait Remus, prête à tout instant à lui offrir l’aide qu’il lui avait refusé quelques minutes plus tôt…

Après tout, seuls les fous ne changeaient pas d’avis.

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Ven 11 Avr - 11:28



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Sa réaction me convint, de toute manière je n'allais pas m'atarder sur elle. Je devais y aller. M'éloigner de toute vie sociale, de toute personne susceptible de me poser le moindre agacement. C'était à peine si je remarquai l'air blessé que son visage affichait. Je me mis à monter les escaliers. La douleurs refluait pour laisser place à une sorte de torpeur absolument insupportable. Je me sentais mou, comme fait de guimauve tandis que je grimpai deux à deux les marches. Je voulais me soutenir à la rambarde pour éviter de tomber mais ma main moite accrochai la pierre brute et me brûlait la peau. C'était trop insupportable.

J'étais en haut des marches et je venais de tourner à droite pour rejoindre une autre volée d'escalier lorsque j'entendis des pas légers derrière moi. Je me tournai doucement et je la vis. Elle me suivait avec un air décidé. Qu'est-ce qu'elle ne comprenait pas dans la phrase « Laisse-moi tranquille. »? Sincèrement, c'était énervant. Je me redressais et décidait de l'ignorer en continuant mon chemin.

Elle me suivait toujours, j'entendais son pas aérien, féminin, dans mon dos. Telle un petit chien, elle me suivait. Comme Sirius l'aurait fait. Un petit sourire affectueux cassa mon masque, il me manquait vraiment en ce dur matin.

Je retins un grognement lorsque je trébuchai légèrement sur le sol irrégulier. J'en était au stade où mes membres bougeaient automatiquement, après la douleur et la sensation guimauve. Génial ! Je levai les yeux au ciel. Elle était toujours là, à distance respectable de moi. Je l'entendais. Je ne voulais pas lui faire de mal et elle m'énervait déjà. Il ne fallait pas qu'elle s'approche, qu'elle insiste. Je lui ferait peut-être du mal. Je voulais lui faire comprendre qu'elle devait me laisser. Je serrais les poing inconsciemment.

Quand je sentis mes ongles s'enfoncer dans mes paumes. Je leur jetai un regard surpris et atterré. Il ne fallait vraiment pas qu'elle s'acharne, je risquai de ne pas pouvoir me contrôler. Et j'avais horreur de ça. Je pris une longue inspiration et me retournai pour lui lancer un regard noir, le plus noir de mon répertoire et c'était difficile vu mon état d'engourdissement. Je devais avoir l'air niais, au plus vide. Mais je tenais à ce qu'elle comprenne et je n'avais décidément pas envie de parler, de peur de dire une bêtise impulsivement.

Je continuai mon chemin, le dos aussi droit que possible pour me contraindre à avoir un minimum de maintien. Je savais que j'allais m'écrouler si je ne faisais pas ça. Je grimaçai de nouveau. Je pris lourdement appui sur le mur, soudain las. Je n'en pouvais plus, j'aurais aimé qu'elle ne soit pas là, je que puisse ramper sans honte sur le sol pour rejoindre ma chambre et me laisser tomber sur mon lit, mais je devais garder la face devant les autres, devant elle. Je me tendis. J'en avais marre. Sans m'en rendre vraiment compte, je me laissais glisser sur le sol, lentement. Une fois assis, je me concentrais sur ma respiration. Il me fallait une pause, j'espérais pouvoir me relever ensuite. Je plaçais ma tête sur mes genoux repliés tout en continuant mes exercices de respiration pour me calmer. J'en avais besoin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mar 15 Avr - 20:02


“A cloudy morning”
.


Alexis continuait de marcher silencieusement derrière Remus, sentant l'énervement de celui-ci grandir au fil de ses pas... évidement, il ne pouvait pas être reconnaissant qu'elle tienne à lui... évidement, ça aurait été trop facile!  Mais la jeune allemande n'avait jamais eu la vie facile – ou plutôt elle n'avait jamais eu rien facilement.  Ainsi, elle ne démordit pas de son idée et continua son chemin au travers le château à quelques mètre de distance de son cher Remus.  Même lorsqu'il trébuchait légèrement, même lorsqu'il ralentissait ou accélérait le pas, la jeune femme restait tout près sans s'imposer... après tout, toujours aucuns escaliers en vu!

Mais lorsque l'ancien gryffondor tourna la tête pour lui lancer un regard noir, Alexis se figea sous la surprise avant de lui faire un sourire en coin, mine de rien amusée par l'agacement de l'étudiant.  Remus était définitivement un jeune homme bien plus orgueilleux qu'il ne le laissait paraître, mais la blonde espérait que son sourire diminuerait l'agacement du châtain... - avec son père ça fonctionnait en tout cas...!

Visiblement le jeune homme souhaitait probablement la décourager ou peut-être même l'effrayer, mais entre vous et elle... le jeune Lupin, à part être charmant, adorable et parfait, était bien loin d'être effrayant... même avec une gueule de bois.  Ainsi, aussitôt qu'il se retourna pour continuer son chemin, la Monaraith fit de même.  On lui avait un jour dit qu'il fallait toujours être plus têtue que la personne la plus têtue que l'ont connaissait et, en cette journée, Remus était définitivement celle-ci.  Au fond... elle ne faisait rien de mal, elle ne lui parlait même pas!

Par contre, lorsque le jeune homme se laissa glisser, sans force, contre le mur rugueux des couloirs, Alexis soupira de soulagement en s'approchant doucement de lui.  Ainsi au moins, il ne pouvait pas tomber plus bas et la jeune femme ne souhaitait qu'une chose, qu'il la laisse l'accompagner peu importait où, peu importait la raison de son humeur des plus massacrantes... qu'elle le laisse veiller sagement comme elle savait le faire sur l'une des personnes qui comptait secrètement le plus dans sa vie.

Déroulant doucement son immense foulard épais, noir, en cachemire, la blonde le déposa sur les épaules du Lutriù.  Pas question de le laisser mourir de froid, avec sa grande cape vieillit et usé et ses vêtement défréchit, Alexis peinait à croire qu'il ne meure pas de froid.

Doucement, elle s'agenouilla devant Remus, murmurant :

« Setzen Sie Ihren Stolz beiseite ... mein lieber Remus, lassen Sie mich begleiten Sie ...» *

Puis sans attendre la réaction de son ami, elle s'appuya contre le mur à son tours, commençant à chercher maladroitement dans son sac son vieux thermos en aluminium bosselé avant d'en verser, tout aussi maladroitement, une petite tasse de thé mélangé avec un soupçon de miel.  

Satané potion d'insensibilisation, si seulement elle pouvait cesser de la rendre si inapte!

De peine et de misère, retenant des soupire d'exaspération face à son inaptitude, elle déposa devant le jeune homme la petite tasse tiède de thé, continuant d'attendre et espérant au fond d'elle-même qu'il la pardonne d'être aussi acharnée.




* «Mets ton orgueil de côté... mon cher Remus, laisse moi t'accompagner...»

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 16 Avr - 14:51



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Je sentis un tissus glisser sur mes épaules. J'avais été tellement concentré sur ma respiration que j'en avais oublié pourquoi j'avais commencé à me focaliser dessus. Je redressai brutalement la tête. Elle était tout près, trop près. Je me sentis soudain comme une bête traquée. Je réalisai qu'elle venait de me déposer son foulard sur les épaules. Mais elle était têtue comme une mule ! Ne comprenait-elle pas que je ne voulais pas de son aide ? Bon, je me sentais épuisé mais ce n'était une raison pour me laisser faire ! Et je craignais de plus en plus de perdre le contrôle de mes nerfs à vif. Je m'énervais trop facilement quand j'étais dans cet état de faiblesse. Beaucoup trop facilement pour le bien des gens autour de moi.

J'écarquillai les yeux quand je la vis s'agenouiller devant moi, lentement. Ma respiration recommença de s'accélérer, une boule se forma dans mon ventre. Elle se mit à parler dans une langue gutturale. Je supposais que c'était de l'allemand. Je n'en compris pas un traître mot. Je n'aimais pas ça. Elle pouvait très bien avoir dit des choses désagréables mais sa voix douce et son regard serein m'empêchaient de croire ça. J'aurais presque préféré. J'aurais peut-être réussi à avoir un coup de nerf suffisant pour filer sans demander mon reste mais je me sentais vidé. Et je la fixais sans aucune émotion sur mon visage, je devais avoir l'air totalement épuisé. Et je l'étais.

Soudain, elle se mit contre le mur et sortit une bouteille thermos. Ses mains maladroites maniaient l'aluminium creux avec précaution et elle déposa une tasse de thé à côté de moi. Je fus submergé d'un élan de sympathie à son égard. L'odeur du thé parfumé se mêlait aux fleurs de son parfum. C'était un bouquet délicat et très agréable. Je fermais les yeux pour le savourer. J'étais en train de tendre la main pour me saisir de la tasse quand je réalisai que je me laissais aller.

Je me levai d'un bond, oubliant un instant mon engourdissement, ma douleur, mes courbatures. Je tanguais sur mes pieds, Le foulard glissa de mes épaules. Je ne fis rien pour le rattraper. J'écarquillai les yeux, horrifié, si j'avais continué, que se serait-il passé ? J'étais encore trop sensible. Je n'avais pas confiance en moi. Il était hors de question qu'elle s'approche encore de moi. J'étais trop ahuri. Trop hébété par ma nuit, par tout ce bazar qu'était ma vie pendant cette fichue période. Et il fallait qu'Alexis s'en aille.

Je me sentais toujours incertain sur mes pieds. Je m'étais levé trop vite, j'étais trop fatigué. Je me tournai vers la Monaraith sans la regarder dans les yeux. « Je... Tu devrais vraiment y aller, je vais dans ma chambre. » Je filai ensuite sans demander mon reste, aussi vite que possible, c'est-à-dire très lentement par rapport à quelqu'un en pleine forme. Je me figeai cependant face aux escaliers dans lesquels je m'engageais dans un effort. Et soudain, ce ne fut plus un escalier mais un couloir. Je venais de lever le pied pour monter une marche et je trébuchai et tombai. C'était bien le moment pour ce fichu château de jouer avec moi. J'étais vraiment en colère cette fois-ci ! Où devais-je aller maintenant pour rentrer dans mon dortoir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 16 Avr - 23:10


“A cloudy morning”
.


La patience avait toujours été une vertu d'Alexis.  Aussi, elle restait donc, non loin de Remus, silencieuse, attendant gentiment que son cher ami daigne renaître de ses cendres... ou du moins de sa gueule de bois.

Merlin.... c'est que cette gueule de bois était immense tout de même et, au fond d'elle, la jeune femme en venait à se demander s'il s’agissait vraiment d'un abus d'alcool.  Après tout... il arrivait souvent à son cher Remus d'être palot... d'être grognon et surtout, dormeur... mais de la à en tirer une conclusion?  Non, l'allemande en était incapable.  Ainsi, elle se contentait donc de rester immobile au côté du jeune homme.  Elle savait déjà que sa seul présence était lourde pour l'humeur massacrante du Litriù et malgré son entêtement à prendre soins de lui, la blonde ne pouvait qu'avoir un pincement au cœur face à ce rejet...  En temps normal, elle aurait tourné les talons tout simplement, elle l'aurait laisser vivre en paix, elle l'aurait laisser s’effondrer là ou il le souhaitait, mais sa petite voix ne cessait de lui dire non... non Alexis, aujourd'hui n'était pas la journée pour lui donner ce dont il avait envie, elle était là pour lui donner ce dont il avait besoin.

Quand Remus consentit lentement à tendre le bras vers la tasse de thé, chaude et mielleuse en face de lui, le cœur de ma Monaraith explosa dans sa poitrine... avant évidement de se retomber dans un grand fracas gluant au fond de son être alors qu'il se redressait d'un coup – tel un croisement entre un robot et un épouvantail – pour tanguer dangereusement sur ses pieds.... son pauvre et cher Remus, l'air plus perdue que jamais.  La jeune femme en vint même à se demander si elle ne devait pas sincèrement abandonner cette fois-ci... le laisser partir seul, le laisser être sans elle pour veiller tel un phare dans la nuit.  À cette penser elle se secoua la tête, MERLIN!  Elle ne devait pas être si mélodramatique!  Lupin n'était pas en train de mourir... il était tout simplement complètement déstabilisé par quelques chose de totalement inconnu à l'allemande.  Elle n'en savait rien et, au fond d'elle, aurait aimé le savoir, elle aurait aimé pouvoir partager le fardeau que Remus portait... car au vu de chacune de ses réactions, cela semblait être bien plus grand, bien plus lourd d'une simple cuite.

Le regard vide, triste, empli de douleur du bouquineur, se tourna vers elle, évitant de croiser le sien.  Brumeux, le Litriu ouvrit la bouche une fois de plus, sa voix était cassée et il lui semblait être plus que douloureux pour lui de dire le moindre mot :

 « Je... Tu devrais vraiment y aller, je vais dans ma chambre. »

Cette fois.... elle allait vraiment abandonner, elle n'était pas bonasse tout de même...  Elle était prête à le laisser allez.  Mais alors qu'il tournait les talons – dans le sens opposés de sa chambre, elle le vit tout simplement disparaître sous ses yeux pour s'écraser lamentablement sur le sol du couloir dans un bruit fracassant et visiblement douloureux.  Grognant, elle se rapprocha du jeune homme, laissant derrière elle son sac, gourde et foulard.  Stupide château!  Remus n'avait-il donc pas eu une nuit suffisamment pénible sans que celui-ci ne lui rende sa journée encore pire?

Se précipitant donc à côté de Remus, la blonde s'agenouilla au côté de celui-ci, penchant la tête pour évaluer les dégâts causés par l'humeur taquine des couloirs.  

Sur le front du jeune homme, elle pouvait déjà voir un ecchymose grossir à vu d’œil, alors que doucement, elle déposait l'une de ses mains froides contre la joue bouillante du Litriù.  La question était maintenant de savoir si elle devait la jouer dramatique ou alléger la situation?

Évidemment... la réponse était simple.

Laissant effleurer sa main de la joue jusqu'aux épaules du châtain, Alexis lui offrit un sourire entre l'amusement et le réconfort... le genre de sourire qu'elle avait aimé recevoir de son père lorsqu'elle était plus jeune.  Elle ne savait pas ce que ça valait pour les autres, mais au moins.... :

«Remus...» souffla t'elle doucement «Remus?  Tu sais... peut-être que... peut-être que les couloirs te mènent la vie dure pour te faire prendre conscience que tu ne prend pas du tout la bonne direction pour allez aux dortoirs des garçons?»

Elle lui laissa le temps d'assimiler ses paroles alors que sa main gauche quittait le sol pour s'élever non loin de l'ancien gryffondor – s'il voulait de l'aide pour se redresser après cette chute, elle serait là encore et toujours – probablement à son plus grand damne.

Car finalement, elle avait raison... même si les couloirs prenaient définitivement un malin plaisir à pourrir la vie du jeune étudiant, il fallait tout de même considéré le fait que pour l'instant, Lupin se dirigeait vers la cafétéria ou les bureaux administratif plutôt que vers le dortoir des hommes.

«Lieber Remus...» chuchota-t'elle dans son allemand natale «Laisse moi te conduire ailleurs que dans ce froid couloir...»  Elle lui fit un sourire sincère  «Promis, ce ne sera pas l'infirmerie...!» conclu-t'elle finalement.



Traduction:*Lieber Remus...: «Mon cher Remus»*

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 17 Avr - 8:04



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Je poussais un juron sonore. Exaspéré par ce château. J'étais trop fatigué pour ces conneries, j'en avais marre ! J'entendis Alexis se précipiter vers moi. Cependant, j'étais trop occupé à ronger mon frein pour m'en soucier. Je me retins de grogner en sentant l'odeur de la jeune femme envahir mon espace. Je réalisai alors que j'avais fermé les yeux lors de ma chute. Je tressaillis en sentant la main froide d'Alexis sur ma joue.

C'était agréable, la fraîcheur et la douceur de sa peau était agréable. Je devais lui paraître trop chaud, ma température corporelle les lendemains de pleine lune était supérieure à la moyenne humaine. J'en avais pleinement conscience. Mais j'espérais qu'elle n’enlèverait pas sa main. Je levai les yeux vers elle. Ses doigt glissèrent sur ma joue puis mon épaule. Elle me sourit gentiment,. Avec un tel sourire, je n'avais franchement plus le cœur de la repousser, même si j'avais conscience de faire une grossière erreur. Je ne voulais pas la blesser encore plus après qu'elle se soit tant entêté à m'aider. Elle ne méritait pas ça. Pas du tout. Elle était trop gentille pour son propre bien.

Je ne pus m'empêcher d'avoir légèrement honte de moi quand elle me fit remarquer que je n'allais de toute manière pas dans la bonne direction. Je rougis en baissant les yeux. Mais quel idiot j'étais ! Je jetai un coup d’œil autour de moi, en effet, je n'allais pas dans la bonne direction, et je ne savais plus où était la bonne direction. Je soupirai.J'étais pitoyable et j'avais l'esprit trop embrumé par ma nuit blanche pour réfléchir trop. Je pris la main qu'elle me tendait pour me lever. Si elle pouvait me guider jusqu'à mon dortoir, je lui en serait très reconnaissant. Même si j'allais devoir faire des efforts pour ne pas m'énerver. Parce que je n'avais pas confiance en mes nerfs même si la Monaraith était plutôt quelqu'un de serviable et de compagnie agréable.

Elle chuchota quelques mots, je ne compris que mon nom avant qu'elle ne se mette à parler anglais. Je hochai la tête à sa proposition, tant qu'elle ne m'emmenait pas à l'infirmerie, je la suivrais partout. Du moment qu'un bon lit m'attende au final, et des vêtements propres, et des compresses froides. Je souris, rien que de l'imaginer, je me sentais un peu mieux. Je me laissai entraîner, complètement dans les vapes, les pieds lourds. Je me sentais un peu hors de mon corps. Mes douleurs n'avaient pas cessé mais j'étais presque insensible à elle, la fatigue avec pris le dessus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 17 Avr - 22:30


“A cloudy morning”
.


Le hochement docile de la tête de Remus était telle une petite victoire pour Alexis. Non pas qu'elle souhaitait particulièrement sortir victorieuse de cette journée... mais elle appréciait le fait que Remus accepte finalement l'aide qu'elle s'entêtait à lui offrir depuis le début de la mâtiné.

Alors que sa main bouillante venait agripper faiblement la main glacial de la jeune femme, Alexis en vint en se demander merlin... où allait-elle le conduire? Impossible pour elle de se rendre dans le dortoir des garçons puisque ce foutu troll semblait décider à passer toute son existante à être effrayer des filles... et impossible de l’amener dans sa chambre à elle... il ne réussirait pas à traverser le mur. Elle soupira intérieurement : Si seulement elle connaissait le passage secret liant les deux couloirs des dortoirs!

Évidemment, tel n'était pas le cas, et elle n'avait visiblement pas le temps de se renseigner à gauche et à droite pour demander son chemin. Dans l'état pitoyable ou se trouvait Remus, elle se doutait bien que celui-ci ne tenait pas particulièrement à être vu par la moitié de l'école... et encore moins à marcher la moitié de celle-ci pendu aux épaules de la blonde – vous savez, question d'orgueil encore.

L'appuyant doucement contre le mur du couloir, espérant qu'il ne décide pas une fois de plus à se laisser glisser contre le sol, Alexis accouru à ses choses, rangeant pelle-mêle son livre et son thé dans le fond de son sac, renversant au sol le liquide tiède de la petite tasse qu'elle avait versé un peu plus tôt au jeune homme. Peu importait!

Sac à l'épaule, foulard installé en châle par dessus, l'allemande revient vers le soudainement bien plus docile Remus pour glisser doucement son bras autours de sa taille. Au travers ses vêtements, elle pouvait le sentir irradier d'une chaleur inquiétante... si inquiétante qu'elle en vînt à se demander s'il ne fallait pas mieux, en effet, simplement prendre la direction de l'infirmerie...

mais voilà, elle lui avait fait une promesse... peut importait s'il avait réellement comprit ou non, elle, elle en était pleinement consciente et elle ne briserait pas un tel pacte – enfin, pacte était un grand mot... mais c'était tout comme. S'il fallait, elle allait le veiller et lui éponger le front jusqu'à ce qu'il prenne une température normal, s'il le fallait, elle ne dormirait pas une autre nuit pour s'assurer que tout était en ordre...

Depuis quand était-elle devenue si dévouée à Remus?

Elle secoua doucement la tête... ce n'était pas nécessairement le moment de se mettre à philosophé sur son affection grandissante pour l'ancien gryffondor, non, ce n'était pas le moment de remettre en question la véracité de ses actes et de mettre ses émotions dans le tableau.

«Lieber Remus... vient» murmura-t'elle alors qu'elle pressait doucement sa main contre le corps du jeune homme pour l'inciter à avancer...

Le soleil était déjà bien plus haut dans le ciel et bientôt ne tarderais pas les matinales à sortir de leur lit pour s'emplir la panse goulûment. Alexis devait donc faire vite... au rythme des pas lent et fastidieux de Remus qui la suivait machinalement. En ce doux matin, il y avait peu de chance que quiconque décide d'allez étudier dans la petite salle fermé au fin fond de la bibliothèque et c'était logiquement le seul endroit ou la jeune femme pouvait se rendre tout en traînant Remus – et ce sans être vu.

Elle décida donc de rebrousser chemin pour rejoindre la vieille bibliothèque de l'université. Le corps insensible, les joues rosit par l'effort et la chaleur contagieuse du Litriù et le cœur bourré d'inquiétude... Merlin qu'avait-il?



Traduction:*Lieber Remus: «Mon cher Remus»*

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Ven 18 Avr - 11:49



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Elle me laissa un instant m'appuyer sur le mur. Je l'entendis partir, un peu déphasé avec la réalité je mis un certain temps à comprendre qu'elle était allé chercher ses affaires. Je tournai légèrement la t^te, la regardant s'affairer avec précipitation. Elle renversa même la tasse qu'elle m'avait si gracieusement offerte quelques instants auparavant. Je grimaçai légèrement en voyant le liquide ambré se répandre sur le sol. Gâcher tu thé, quelle horreur !

Elle revint vers moi et glissa un bras autour de ma taille. Je tressaillis légèrement au contact de sa peau. Elle sembla hésiter sur la direction à prendre. J'aurais bien aimé qu'elle m'amène au dortoir des garçons mais j'imaginais facilement qu'elle n'aurait pas envie de me lâcher si facilement face au troll phobique des filles. Bref.

Elle secoua la tête brusquement, me faisant sursauter. Prise dans ses pensées, elle n'avait pas dû faire attention. Je souris faiblement. Elle m'incita à la suivre en réutilisant le mot ''liever'' ou quelque chose dans le genre avant mon prénom. Si je m'en souvenais plus tard, je lui en demanderais la signification. Sa main se pressa contre mon dos pour me pousser gentiment. Je la laissais me guider sans batailler, trop fatigué et lassé de la repousser inutilement. Elle était aussi collante que James et Sirius quand ils avaient commencé à se douter de quelque chose, en deuxième année.

J'avais du mal à faire attention à l'endroit où je posais mes pieds. Pourtant, le soleil éclairait déjà plutôt bien les couloirs. Ils était monté très rapidement dans le ciel depuis tout à l'heure, ou peut-être était-ce moi qui était trop lent à aller me coucher ? Ou les deux. Je réalisais qu'elle venait de nous faire faire demi-tour. Je me demandais où elle comptait m'emmener dans le coin le moins obscur de mon esprit j'essayais de reconnaître le chemin qu'elle nous faisait emprunter. En vain. J'étais trop à l'ouest pour même m'orienter correctement. Elle me l'avait d'ailleurs fait remarqué plus tôt.

Je trébuchai soudain, encore, et elle me retint de justesse. La prochaine fois, elle allait sûrement tomber avec moi, elle n'avait pas assez de force pour me soutenir trop longtemps malgré tout. Je n'osais pas m'accrocher à elle de peur de lui faire mal, j'étais tellement engourdi que je n'avais plus grande conscience de ma force et elle paraissait si fragile ! Pourquoi quelqu'un comme elle se souciait tant de quelqu'un comme moi ? Nous nous apprécions mais à ce point ?

Je gémis et me retins de me prendre la tête entre les mains. Voilà que j'avais mal de crâne. J'avais vraiment hâte de me coucher. Je croisais intérieurement les doigts pour qu'elle m'amène quelque part où je pourrais dormir tranquillement et hors de la vue de tous.

La porte de la bibliothèque apparu devant moi. Si elle ne m'avait pas été si familière, je crois que je ne l'aurais pas reconnue. J'abandonnais l'idée de m'interroger sur la raison qui la faisait m'amener ici et priais Merlin pour qu'il y ait un coin de sa connaissance qui soit confortable. Elle me guida vers une petite porte en bois noir que j'avais déjà remarqué au fond de la salle. Rares étaient ceux qui la franchissaient de ce que je savais. J'essayais de me concentrer sur le battant pour trouver ce qu'il avait de spécial mais ma tête ballottant sur mes épaules n'était pas d'une grande aide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Sam 19 Avr - 19:34


“A cloudy morning”
.


C'est de peine et de misère qu'ils arrivèrent à la petite pièce au fond de la bibliothèque.

Durant le chemin fastidieux menant à celle-ci – mais au combien moins complexe que si elle avait décider un endroit plus... approprié à la situation – Remus n'avait cesser de perdre pied, et par le fait même de lui faire perdre pied à elle également.

Si la jeune femme s'était crue de nature endurante avec une force moyenne, c'est en traînant le chétif – mais finalement bien plus robuste qu'il n'en laissait paraître – Remus qu'elle remit en doute sa condition physique... pourvu que ce genre de situation n'arrive pas trop fréquemment, car elle ne pourrait certainement pas avoir la force nécessaire pour faire ce petit manège à tout les jours!  Même si au fond d'elle, elle était prête à ce faire subir vents et marrées pour aider le Litriù visiblement toujours aussi mal en point au fil des minutes, elle n'était vraisemblablement pas contre l'agréable idée de retrouver d'ici quelques jours, voir quelques heures, un Remus joyeux, souriant et de bonne humeur.

Seulement, au fil de ses pas, alors qu'ils traversaient la bibliothèque complètement vide à pas d'escargot, l'allemande remettait lentement cette éventualité en question.  Plus le temps passait, plus Remus prenait une teinte cireuse et bien loin d'être encourageante et laissait échapper de petits gémissement probablement inconsciemment, brisant le cœur de la blonde.

Lorsqu'elle poussa finalement la porte de la petite salle au fond de la bibliothèque, et ne pu retenir un soupire de soulagement.  La salle était vide.  Il était également à parier que personne ne viendrait s'enfermer dans cette petite salle recluse en cette belle journée.... car lentement, le soleil prenait hautement place dans la ciel, chassant avec une douce chaleur les nuages voraces de morosités.

Nombre de vieux libre jonchaient le sol de vieux bois de la petite salle, donnant une idée à Alexis.  Après tout, maintenant rendu ici, il était hors de question de laisser Remus dormir sur le sol de bois de la pièce, aussi beau et vieux était-il, la jeune femme doutait énormément du confort de celui-ci, surtout dans l'était désastreux du merveilleux Lupin.   Mais voilà, avec tous ses livres jonchant déjà le sol, la jeune femme sourit, c'était tout simplement parfait.

De sa main libre, Alexis chercha frénétiquement sa baguette magique, alors que Remus tanguait dangereusement contre elle.  Alors qu'elle poussait les milles et une choses emplissant son sac – désormait particulièrement en désordre – elle sentie enfin sa chère baguette réchauffant doucement le fond du sac, étrangement, comme si celle-ci savait que sa chère petite sorcière était à sa recherche.  Alexis l'empoigna donc, la sortant avec satisfaction de son sac avant de tirer le bout de la langue hors de sa bouche, fermant un œil, question de bien visé :

« mollis » souffla-t'elle alors que les livres se transformaient lentement, sous leurs yeux, en confortable coussins épais de plumes d'oies des plus douillet.

Doucement, elle guida Remus à s'étendre dans les larges et confortable coussins, avant de déposer son large foulard en cachemire sur les épaules du Litriù, l'élargissant d'un coup de baguette, à force d'habitude.

Se redressant, la jeune femme souffla.  Finalement, Remus était couché au calme et, malgré l'odeur de vieux livres des coussins, la Monaraith ne doutait pas du confort de celui-ci.

Elle métamorphosa une vieille chaise en bois, temporairement, en un fauteuil, plus ou moins confortable, puis alla déposer, à porter de main du jeune homme, sa gourde de thé.  Avant de vérifier la température inquiétante de celui-ci.  Elle ne savait pas trop quoi faire si ce n'était laisser sa main glacial contre le front de celui-ci... chose qu'elle doutait apréciable dans la situation du jeune homme qui avait tenter de la chasse tout au long de la matiner.  Elle obta donc pour une «serviette» humide sur son front... enfin, serviette était un bien grand mot puisque la seule chose qu'elle avait à porté de main était l'une de sa vieille mitaine de laine trainant, esseulée, dans le fond de son sac....

Qu'à cela ne tienne!

Un «Agamenti» bien lancé, elle déposa le mitaine – ayant maintenant trouvé une toute nouvelle utilité à sa vie – sur le front de Remus puis alla rejoindre son fauteuil.  Silencieusement elle sortie son livre puis commença à le lire, de sa voix douce en un allemand réconfortant berçant le silence reposant sa la pièce alors que celle-ci était faiblement éclairer par les rayons de soleils apaisant et chaud.


    « Es gibt wenige Menschen, die ich wirklich liebe, und von denen ich denke, noch weniger gut. Je mehr ich von der Welt, die mehr bin ich mit ihr unzufrieden; und jeder Tag bestätigt meinen Glauben an die Inkonsistenz der alle menschlichen Charaktere und der geringe Abhängigkeit, die auf das Aussehen der Verdienst oder sinnvoll platziert werden können. »

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Dim 20 Avr - 11:26



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Nous entrâmes dans une petite salle pleine de livre. En temps normal j'aurais presque crié de voir autant d'ouvrages répandus sur le sol mais j'étais trop fatigué pour ne serait-ce que noter le fait que quelqu'un ai pu laisser autant de livre en plan étalés sur le parquet ciré. La lumière rentrait par grand pans dans la pièce, lui donnant une atmosphère chaleureuse. Je m'y sentais bien. Il y régnait ce calme propre aux bibliothèques et cette odeur de vieux papier, de cuir et de bois. Tout ce que j'aimais.

Alexis gigota soudain, je me mis à tituber en essayant de rester debout et statique tandis qu'elle farfouillais dans son sac. Depuis quelques minutes déjà, je la sentais faiblir. Je devais peser trop lourd pour elle. Je tentai de me reposer uniquement sur mes pieds quand elle brandit soudain un bout de bois. Je supposais que c'était sa baguette. Je fronçai les sourcils. J'étais vraiment fatigué si j'en étais à supposer de telles absurdités !

Elle souffla un mot qui sonnait comme une formula magique, en d'autres circonstances, j'aurais mieux écouté mais mon regard a soudain été attiré par de moelleux coussins qui avaient pris la place des livres. Mes yeux étaient comme aimantés par eux. Alexis m'amena près de cette étendue qui me tendait les bras. Je me laissai littéralement tomber dessus me délectant de la douceur du tissu, du bonheur de sentir mes membres tranquilles. Je fermais les yeux immédiatement et ne pus m'empêcher de sourire de contentement en poussant un petit grognement.

Je sentis quelque chose se déposer sur mes épaules mais j'étais trop abruti pour vérifier ce que c'était. J'étais bien, au chaud. Il y eut encore quelques bruits secs, un métallique, les bruits de pages qui tournaient et la voix d'Alexis s'éleva, douce et reposante. Elle parlait encore en Allemand, à voix haute et claire, je supposais qu'elle lisait.

Je me laissai bercer par les modulations sereines de sa voix, par la chaleur du soleil sur ma peau, par la sensation de confort et de sécurité donnée par le lit improvisé sur lequel j'étais étendu. J'avais envie de me rouler en boule, mais je ne sentais plus mes membres. J'abandonnai l'idée, c'était un trop gros effort. Je pris une grande bouffée d'air avant de plonger dans le sommeil. Une douce fragrance florale m'entoura.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 23 Avr - 13:19


“A cloudy morning”
.


Les heures s'écoulaient doucement alors que les rayons du soleil faisait lentement leur place, de plus en plus, dans la pièce chaleureuse.

Dans son haut fauteuil empli d'odeur de vieux livre, Alexis lisait maintenant intérieurement, complètement absorbée par sa lecture qu'elle avait commencer une peu plus tôt.  Bien qu'elle ait lu un long moment à voix haute, berçant le silence de sa voix volage, elle s'était bien vite vu bien trop focalisée sur sa lecture pour continuer.  Ses lèvres bougeaient doucement au fil des mots se déroulant tout ses yeux et ses sourcils se fronçaient de concentration ou d'émotion au fil des pages.

Concentrée par sa lecture, l'allemande en avait délaisser ses inquiétudes pour Remus... évidement, à quoi servait-il de s'inquiéter maintenant qu'il dormait paisiblement dans les coussins tout près d'elle.  

Même si, au début, et même à plusieurs reprises, elle s'était vue délaisser son livre pour vérifier l'état de son ami, la réalité la força à arrêter alors que la respiration longue et régulière du jeune homme lui informait qu'il dormait et qu'il n'était vraisemblablement pas prêt à quitter les bras de Morphée... du moins, pour quelques heures encore.

Les pieds maintenant recroquevillés contre les accoudoirs du fauteuil, en diagonale, le dos de travers, ses cheveux tressés maintenant dans tous les sens, elle releva la tête alors qu'elle entendit bouger.  Évidemment, son premier réflexe fut de regarder Remus... pour constater qu'il n'y avait rien d'alarmant, sans surprise.  Le jeune homme s'était simplement retourner, faisant du même coup tomber un livre de son coussin.... - Son sortilège commençait lentement à perdre de la puissance....

Soupirant, elle se leva et alla en quête de sa baguette, traînant à quelques mètre d'elle.   Le pauvre Remus... au fils des minutes, de plus en plus de livre reprenaient leur force originel et Alexis dût se dépêcher, pointant sa baguette alors que l'oreiller du jeune homme devenait un des encyclopédies pour Sorciers.

«Scheisse!!! » souffla-t-elle en allemand d'exaspération alors qu'elle voyait la tête de Remus rouler paresseusement contre le livre.

Grimaçant elle leva sa baguette :

« Mollis »

Répétant une fois de plus les étapes qu'elle avait opéré un peu plus tôt.  Elle observa avec soulagement les coussins reprendre doucement forme sous le Litriù, sa tête se réinstallant dans les confortables coussins...  

Son regard se posa alors sur le bras du jeune homme dont la large manche s'était retroussé pour laisser paraître une plaie visiblement fraîche et profonde...  Inquiète, Alexis pencha la tête, tentant de regarder d'un peu plus près la blessure, n'osant y toucher.

Merlin Remus... qu'avait-il fait de sa nuit?

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 23 Avr - 15:50



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

J'émergeais lentement des limbes du sommeil. Le corps lourd et l'esprit embrumé. La première chose que je notai, ce fut l'odeur de vieux parchemin, de cuir ancien, de cire à parquet et de bois. Une odeur que j'aimais, celle d'une bibliothèque. Mais qu'est-ce que je faisais dans une bibliothèque et pas dans mon lit ? Pourquoi était-ce si confortable alors que je n'avais jamais vu de lit dans la bibliothèque ? Et il y avait une autre odeur, un peu florale et un bruit de respiration. Mais c'était moins important que ma précédente question.

J'ouvris les yeux, les plissant à cause de la lumière du soleil qui passait au travers des fenêtres. Ma première vision fut du tissus blanc cassé, que je savais très doux puisque je supposais que c'était ce sur quoi je reposais. Je bougeai imperceptiblement la tête. La deuxième chose que je vis fut des murs lambrissés. Pas de souvenir d'en avoir vu des comme ça dans l'université. Perturbant. Je me mis sur le dos avec des gestes précautionneux, j'avais encore du mal à sortir de mon état comateux et j'étais perclus de courbatures. Un plafond haut s'étendait sur la pièce où j'étais allongé, de la pierre dure avec poutres apparentes. Surprenant. Je tournai encore la tête, contre les murs s'étalaient de hautes étagères remplies à craquer de livres en tout genre, reliés plein cuir. Je devais vraiment être dans la bibliothèque. Mais comment m'étais retrouvé là ? Pourquoi n'étais-je pas dans mon dortoir ?

Je remuai mes doigts, puis mes poignets, je levai les deux bras et les laissai retomber sur le duveteux matelas sur lequel j'étais. Je fis de même avec mes pieds, chevilles, jambes que je pliai et dépliai avec lenteur. Je ne pus retenir une grimace. J'en avais marre, j'espérais que la prochaine nuit de pleine lune James, Sirius et Peter pourraient venir, ça me soulagerait un peu. Je pris une profonde inspiration et me redressai, les yeux fermés pour éviter d'avoir la tête qui tourne. Bon, j'étais assis maintenant. Je pouvais faire une état des lieux. Je fixai mon poignet, quelques égratignures, rien de bien alarmant. Je remontai ma manche et grimaçai de nouveau une belle griffure sur l'avant bras. Génial. Et j'avais mal en plus. Je compris pourquoi j'étais si mal en point dès le réveil. En général, quand je rejoignais ma chambre, je prenais une potions anti-douleur avant de me coucher, histoire de limiter les dégâts. Je n'avais pas pu la prendre ce matin, donc je souffrais. Logique.

Je continuai mon inspection avec circonspection. Au final, j'avais deux griffures, une sur l'avant bras gauche, l'autre sur une cuisse, je m'étais mordu moi-même les mollets, chose très intelligente j'en conviens, et j'avais de multiples égratignures, rien de bien méchant par rapport à d'habitude. J'allais rentrer dans ma chambre et prendre mon matériel de soin, et puis voilà. C'était une question d'habitude. Je soupirai quand même en regardant mes manches pleines de sang.

Il y eut un mouvement sur ma droite, dans le seul coin de la pièce que je n'avais pas regardé. Je tournai la tête vivement, trop vivement, j'eus le tournis un instant. Lorsque je réussi à me remettre, je remarquai alors Alexis, qui me fixai avec un mine inquiète. Mais qu'est-ce qu'elle fichait là ? Je fronçai les sourcils. Je venais de comprendre d'où venait l'odeur de fleur et la respiration de tout à l'heure. C'était peut-être elle qui m'avait amené ici. Je plissai les yeux en la fixant, essayant de la resituer ce matin.

Mes souvenirs des nuits de pleine lune sont toujours très confus. Je vis un lapin jaillir d'un fourré, je ressentis une sensation de faim et de joie sauvage, une frustration devant les limites imposées à mon vagabondage nocturne, puis plus rien. Les souvenirs de ce matin... J'essayai de me concentrer, et c'était dur, colère, exaspération... Douleur. Une bonne odeur de thé, une voix apaisante, une main secourable et douce. Je baissai les yeux vers la bouteille thermos posée à côté de mon lit improvisé, du thé sûrement. Donc Alexis m'avait amené à la bibliothèque. Restais à savoir pourquoi ici et pourquoi était-elle encore là ?

« Tu... » Je me raclai la gorge, le son que j'avais sorti ressemblait à un grognement. J'avais la voix rauque à cause de la nuit que je venais de passer. « Qu'est-ce que tu fais là ? » demandai-je en haussant un sourcil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 10:28


“A cloudy morning”
.


Consciente de ne rien pouvoir faire de plus pour le moment à propos de cette vilaine coupure, Alexis se releva, reprenant doucement place dans son fauteuil silencieusement, prête à tout moment à reprendre sa lecture. Mais alors qu'elle tendait longuement le bras pour atteindre son livre, des mouvements du côté de Remus l'arrêtèrent.

Reprenant son bras vers elle pour rester poliment dans son coin, loin de vouloir faire la fille envahissante dès le réveil du jeune homme, elle observa Remus reprendre doucement conscience. S'il n'avait pas l'air d'en mener particulièrement large, au moins, il y avait quelques choses dans ses précaution qui lui donnait presque bonne mine... Il n'était définitivement plus le zombie qu'elle avait croisé dans les couloirs un peu plus tôt le matin même.

Mais voilà... les minutes passaient. Alexis était toujours silencieuse dans son fauteuil et Remus lui...

Les yeux d'Alexis s'exorbitèrent tout simplement alors que le jeune homme découvrait au fil de son inspection, égratignures, plaies, ecchymoses qui donna la chair de poule à la blonde. Merlin qu'avait-il fait? Des tonne de questions se bousculaient silencieusement dans sa tête, venant percuter à plusieurs reprise les lèvres obstinément closes de l'allemande. Aucun son ne sortait de son côté de la pièce, sinon sa respiration courte et inquiétée.

Quand le regard fatigué de Remus se posa finalement sur elle, découvrant son intruse présence dans la visible intimité du Litriù, Alexis arrêta tout simplement de respirer, ses lèvres pincés un regard ampli de questionnement, d'inquiétude, mais elle restait toujours obstinément silencieuse.

Ce fut l'ancien gryffondor qui brisa le silence :

« Tu... »  … il se râcla la gorge. Visiblement il lui semblait pénible de parler et vu l'étrange ton que sa voix avait prit, Alexis savait qu'il aurait bien besoin d'un bon lait chaud avec beaucoup de miel.... mais qu'à cela ne tienne, là n'était pas le moment. Remus reprit donc :« Qu'est-ce que tu fais là ? »

Question visiblement très légitime.

La réponse d'Alexis aurait elle aussi été parfaitement légitime si celle-ci ne s'étaient pas une fois de plus frapper contre les lèvres closes de sa bouche. Ses yeux, plus expressif que jamais ne cessait de parcourir les blessures, maintenant cachés sous les horribles vêtements trop larges de Remus et la jeune femme du prendre un long moment pour trouver la bonne chose à dire.

Bonne chose à dire? Y avait-il sincèrement quelques choses de mieux à dire que... :

« Je veillais.»

Les mots étaient sortirent stupidement dans un soupire inquiet. Elle qui avait voulu pesé ses mots, elle qui avait souhaiter dire la meilleure chose, elle se voyait maintenant prise avec ceux-ci.

Pourtant, au fond d'elle, elle sentait le besoin urgent de se justifier mêlé avec celui de questionner. Comment son parfait petit Remus avait-il accomplie autant d’atrocité à son corps? Franchement, il était outrageant de penser qu'une personne ait voulu battre le Litriù, lui qui était toujours aimable, polis et prêt à aider à tout moment.

« Pardon Remus... je ne voulais pas. Mais voilà, voilà que tu étais là, incapable de prendre le bon chemin vers ton dortoir, puis moi... moi j'étais là te suivant stupidement et puis voilà... impossible de te ramener à ton dortoir à cause du troll, mais tu devais te reposé et je t'avais promis de ne pas allez à l'infirmerie et … obviously c'est là ou j'aurais dû te conduire vu... vu toutes tes... mais...»

Les mots se bousculaient maintenant dans la bouche d'Alexis, plus inquiète que jamais. QUI voulait tant de mal à Remus QUI? Car elle allait lui envoyer un sort en pleine tête pour lui faire payer!

Puis l'image du corps meurtri de Remus la frappa et elle se plaqua une main, sans douleur puisqu'elle ne sentait toujours pas son propre corps, en plein visage en secouant négativement la tête :

«Et j'ai oublié les potions... dire que j'en ai toujours... et tu as visiblement mal. Merlin, je ne suis vraiment d'aucune utilité!»

Elle laissa sa main glisser honteuse sur ses yeux. D'aucune utilité, tout simplement en train d'avoir un break down devant celui qui souffrait probablement le plus. Elle était pathétique tout de même, mais l'idée de ne pas avoir été à la hauteur de son devoir la faisait frissonner de dégoût.

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 12:07



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Elle me fixai toujours, silencieuse et pâle dans son fauteuil. Je commençai à me sentir un peu mal à l'aise. Après tout, il m'était facile de ressentir cela, elle venait de me voir étaler mes blessures sans problème. Si seulement j'avais été plus intelligent et vérifié la pièce avant de faire ça. Alexis était bien la dernière personne que j'aurais voulu voir en ce moment.

« Je veillais. » dit-elle de sa voix douce. Je tressaillis. Elle « veillait » ? Sincèrement ? Mais pour quoi faire ? Je n'étais pas un infirme qui avait besoin d'aide ! J'allais très bien ! Je me tournais complètement vers elle et croisais mes jambes en tailleur en grimaçant légèrement lorsque le tissu de mon pantalon frotta contre mes plaies. Je haussai un sourcil abasourdi. Manquait plus que ça ! J'espérais qu'elle n'avait pas compris mon problème, mon réel problème... Je fermais mon visage, impassible, je la dévisageais.

Elle se mit à parler à toute vitesse. Mes suppositions étaient bonnes, elle m'avait trouvé dans le hall, au retour de ma nuit et m'avait aidé. En me suivant d'après ce que je compris de son charabia. Ah oui, le troll... Si elle avait voulu m'aider au maximum, elle n'aurait évidemment jamais accepté de me laisser tout seul. C'était ce genre de personnes, Alexis, qui pensent toujours aux autres. C'était adorable, sauf quand ça me concernait. Au moins avais-je visiblement réussi à l'empêcher de m'amener à l'infirmerie, c'était déjà un bon point à noter. Je me mordis la lèvre, la faisant saigner elle aussi. Elle avait parfaitement vu mon « inspection », elle avait vu toute mes blessures. Je pris une grand inspiration.

« Non » chuchotai-je. Nom d'une chouette ! J'en avais marre de cette fichue voix indigne de confiance. Je me raclai de nouveau la gorge et articulai lentement : « Non, tu as très bien fait de ne pas m'amener à l'infirmerie, je ne l'aurais pas supporté. Et l'infirmière non plus. J'avais juste besoin de me reposer, ça va mieux maintenant. Quant aux blessures... » Je hésitai et tordit ma bouche. « Ce n'est pas grand chose, j'ai l'habitude, ne t'inquiète pas, j'ai tout ce qu'il faut pour me soigner dans ma chambre. » J'avais essayé de conserver un ton rassurant mais j'avais peur d'avoir paru énervé, ou désabusé.

Elle continua sur sa lancée, en m'ignorant presque et marmonna des trucs à propos de potions oubliées et secoua la tête vivement. Je ne pus m'empêcher d'être touché par sa sollicitude. Elle se sentait inutile. « Bienvenue au club » chuchotai-je pour moi-même. Elle se cacha les yeux et s'enfonça dans son fauteuil. Je soupirai et me levai avec précaution. J'avais mal partout, j'étais bien plus à l'aise assis et immobile mais bon.

Je lui posais une main sur l'épaule et de mon autre main je lui redressais le visage. « Merci quand même d'avoir été là. Tu n'es pas inutile, d'accord ? Mais là tu vois, j'ai juste envie d'aller me soigner tranquillement chez moi. Toi tu vas aller manger, j'entends ton ventre gargouiller, et continuer à vivre ta vie comme si tu ne m'avais jamais croisé ce matin. D'accord ? » dis-je d'une voix aussi douce que possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 13:47


“A cloudy morning”
.


« Ce n'est pas grand chose, j'ai l'habitude, ne t'inquiète pas, j'ai tout ce qu'il faut pour me soigner dans ma chambre. » 

J'ai l'habitude...

Les mots raisonnaient en mode «repeat» dans la tête de la blonde qui jusque là était restée silencieuse – trop honteuse de son incapacité a être une bonne infirmière – merlin la bénissait qu'elle ne veuille d'ailleurs pas devenir infirmière ou médicomage.  Alors que Remus s'approchait d'elle pour lui prendre gentiment le menton, lui offrant elle ne savait trop quoi, dans sa tête, une tempête était en train de naître.  

L'HABITUDE!  Mais qui DIABLE OSAIT FAIRE SUBIR ÇA À UN ÊTRE HUMAIN QUI!

Plus offusqué que jamais, les yeux de l'allemande se firent d'une seconde à l'autre dure et froid alors qu'elle se levait d'un bond, ignorant complètement tout ce qu'avait dit Remus, ignorant qu'il était à quelques centimètre.  Elle dût au passage le bousculer – et normalement elle en aurait été franchement désolée – mais la douce Alexis n'était plus.  Emportée dans un mode de haine et de frustration violente, la jeune femme plaqua ses mains sur ses hanches, les joues rouges d'émotion et le regard mouillé – car oui... malheureusement pour l'effet fâcher, Alexis était du genre à pleurer lorsqu'elle vivait de trop grande émotion, ce qui souvent lui faisait perdre toute crédibilité.

Se concentrant pour contenir ses larmes de colère qui coulaient déjà contre ses joues, un mot, long et très bien ponctué sortie de sa bouche.

«L'habitude.»

Sa voix avait légèrement tressaillit d'émotion.

Elle donnait vraiment un drôle de spectacle... mais c'était tout simplement inadmissible que Remus prenne cela à la légère comme il le faisait, comme si c'était tout à fait normal de vivre dans les blessures constantes que suggérait «l'habitude» de ce genre de situation.  Et ça, la blonde ne l'acceptait pas.  Personne ne devait faire vivre ce genre de chose à aucun sorcier... ni même, aucun être humain.

« Wer unterstützt diese Art der Sache, ein menschliches Wesen! Der Bastard, der Bastard Ich werde ihm seine Fäuste mir essen in weniger als zwei und er wird seine perfiden Handlungen bereuen!!! * »

De rage, il lui avait été plus facile de calomnier en allemand, ses émotions ayant prit contrôle de son petit être frêle et normalement doux.  Elle qui avait pour l'habitude de vivre et laisser vivre se voyait soudainement confronté à l'horreur humaine et elle en avait mal au cœur.  

Elle dût prendre plusieurs inspiration lente, tentant de se calmer du mieux qu'elle le pouvait pour finalement souffler et dire de sa voix douce, quelle avait momentanément laisser de côté :

« Lieber Remus.... dis-moi qui ose te faire subir un tel carnage si fréquemment que tu penses que c'est normal...  Personne ne devrait laisser ce genre d'action sans punition!  Pourquoi ne pas en avoir parler avant?  Enfin... je veux dire, je sais que je ne suis qu'une fille, je sais qu'un ne fait principalement que de l'étude ensemble, mais... mais peut-être puis-je te venir en aide, je ne peux pas te laisser allez comme ça c'est...!»

Elle s'arrêta.  Soudainement gênée de la scène qu'elle venait de faire.


© EKKINOX



Citation :

Traduction du speech allemand: Qui fait vivre ce genre de chose à un être humain!  Le bâtard, le salopard je vais lui faire manger ses poings moi en moins de deux et il regrettera ses actions perfides!

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 16:03



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Soudain, ses yeux se voilèrent et ses traits se durcirent. Je n'eus pas le temps de réagir qu'elle se levait d'un bond. Son front percuta ma mâchoire dans un bruit sourd. J'eus l'impression qu'elle venait de ma casser les dents. Je tombai à la renverse et rencontrai un peu trop durement le parquet ciré. L'air fut chassée de mes poumons dans un râle. Sans se soucier de la chute brutale qu'elle venait de m'imposer bien malgré moi -comme si je n'avais pas déjà assez mal partout, il fallait qu'elle en rajoute cette fichue blonde – elle allait et venait d'un pas rageur sans la pièce, les yeux lançant des éclairs.

Je ne l'avais jamais vu comme ça, je fus totalement désarçonné. Alexis, la douce Alexis, en furie ? Il y a deux jours, j'aurais ri, plus maintenant. Elle était effrayante. Des larmes de colère roulaient sur son beau visage pâle et ses traits crispés et rouges me firent frissonner. Elle plaqua ses mains sur ses hanches, que j'entendis presque geindre de douleur.

« L'habitude. »souffla-t-elle. Je haussai un sourcil. C'était ça qui l'avait mis dans un tel état ? Avait-elle seulement entendu ce que j'avais dit ensuite ? De toute évidence, non. Je me redressais, cela faisait quelques minutes que j'étais allongé sur le sol, les yeux fixés sur la femme en face de moi. Je grimaçai en me levant. Déjà que ça n'allait pas fort, il avait fallu qu'elle en rajoute, pour un truc futile qui plus est. Vraiment, j'avais ma dose là.

Elle se mit à baragouiner en allemand. J'écarquillai les yeux, je crus comprendre le mot « bâtard » mais je n'étais pas sûr, c'était contre moi qu'elle était en colère comme ça ? Et bah... Elle sembla soudain se calmer, elle se mit à souffler comme un buffle. J'allais peut être pouvoir en placer une maintenant. J'ouvris la bouche mais elle me coupa en plein élan. Je tombais des nues.

J'avais encore du mal à m'en remettre quand elle s'arrêta. J'avais la bouche grande ouverte et les yeux ronds. Comment pouvait-elle croire que quelqu'un me maltraitait ? Comment pouvait-elle croire que c'était par timidité ou quoi que ce soit dans le genre que je n'en avais pas parlé ? JE n'avais jamais entendu une telle théorie. C'était... surprenant.

Je me repris, secoua la tête.

« Tu crois... que quelqu'un m'a agressé, ou le fait régulièrement ? N'importe quoi ! » murmurai-je, toujours aussi incrédule. Soudain, je me figeai, les yeux dans le vide. Mais quel idiot, j'aurais dû appuyer son hypothèse, comment allais-je justifier mes blessures et mon état de ce matin désormais ? Je me frappai le front dans un geste spontané, que je regrettai aussitôt en gémissant.Comme si je ne me faisais pas assez mal comme ça, il fallait que j'en rajoute quand j'étais humain. Quel imbécile je faisais.

Je me re-concentrais sur elle. « Personne ne m'a fait ça, compris ? Et ça ne te regarde absolument pas. » grognai-je. Voilà que la douleur refaisait surface. La position debout n'étais clairement pas la meilleure mais je refusais de me laisser encore aller devant Alexis qui semblait prendre très à cœur mon état. Je n'allais pas supporter un gramme de compassion supplémentaire. Je me tendis d'un coup et je plissais les yeux. « Maintenant, tu vois, je vais aller rejoindre ma chambre, sans toi comme je te l'ai dit précédemment. Mais tu semblait tellement occupé à rouspéter contre des agresseurs imaginaire que tu n'as pas dû entendre. Tu vas faire comme si tu ne m'avais pas vu dans ce fichu état de faiblesse et on va reprendre nos vies comme si tout était normal. Et si tu me recroise un jour dans un couloir, assommé par la fatigue et blessé, tu me laisse tranquille et tu passes ton chemin, compris ? » J'avais commencé ma tirade plutôt calmement mais j'avais fini par quasiment crier. Je pris une brusque inspiration et continuai en serrant les dents.

« Je n'ai pas besoin de ton aide, ni de celle de personne, cette histoire ne te concerne pas. Elle ne concerne que moi. Compris ? Si tu veux punir quelqu'un, punit moi, mais ce serait contradictoire et ridicule n'est-ce pas ? Je n'en parle pas parce que ça me regarde, point final. Et le fait que tu sois une fille n'a rien à faire dans cette conversation ni cette situation. Je t'estime autant que toutes les personne sympathiques que j'ai eu le plaisir de rencontrer ici. Mais là... » Je m'étouffai et me mis à tousser, rentrer mon énervement n'était pas une si bonne idée que cela...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 17:01


“A cloudy morning”
.


« Tu crois... que quelqu'un m'a agressé, ou le fait régulièrement ? N'importe quoi ! »

Alexis le regarda, complètement incrédule.  Si personne ne l’avait agressé… alors, alors comment pouvait-il subir de telles agressions pour croire qu’elles étaient normales?

Le cerveau d’Alexis roulait à une vitesse folle alors qu’elle tentait, avec tant bien que de mal, de remettre chaque pièces d puzzle à sa place… mais avec Remus en face d’elle, se frottant la mâchoire (merlin, était-ce à cause d’elle?  Elle ne saurait dire si dans sa lancé elle l’avait blessé ou non… son corps insensible ne semblait pourtant rien avoir percuté…), elle ne pouvait penser logiquement à autre chose… il ne s’automutilait pas tout de même, franchement!

Les mots d’abord clames et pesés de Remus se transformèrent rapidement en mot acerbe, empli d’un orgueil mal placé et de ressentiment. Soudainement il ne lui parlait plus simplement, non, il l’attaquait de répliques tranchantes et blessantes desquelles la pauvre jeune femme ne pouvait se protéger.  Le laisser traîner dans les couloirs la prochaine fois, oublier tout ce qui venait de se passer, ne plus jamais en faire mention et se mêler de ce qui la regardait?

Merlin… elle qui croyait être l’amie de Remus se vit bientôt accoudée contre la porte de la petite salle de la bibliothèque – le soleil chaud semblant venir rire d’elle… d’elle qui pleine de bonté avait passé son avant midi et son après midi à veiller sur ce que elle, considérait comme son ami.

Il faut donner… sans rien espérer en retour.

Les paroles de son père raisonnaient dans son esprit, vifs et puissants, alors que lentement les larmes commençaient à jaillir de manière incontrôlable de ses yeux.  Comment un être aussi gentil, conciliant comme Remus pouvait dire de telle chose?  Comment pouvait-il la rejeter avec tant de facilité alors qu’elle n’avait rien fait de mal.  Elle n’avait posé aucune question – elle avait certes supposé des malheurs au jeune homme, mais ils étaient vraisemblablement de réels malheur!

Elle pu entendre son cœur tomber au fond de son corps, comme une vieille bouillit pourri qu’on jette sans ménagement à la poubelle après avoir passé plusieurs semaines dans le fond d’une assiette crasseuse.

Appuyée contre la porte, les jambes maintenant en coton, le visage bouffit par les larmes et ses cheveux, toujours tressés, mais de plus en plus dans tous les sens, Alexis regrettait.  Elle regrettait amèrement le moment ou elle avait décidé de venir en aide à Remus.  Elle regrettait de lui avoir donné autant de bonne attention.  En effet, elle aurait dû le laisser pourrir au fond du couloir jusqu’à ce que quelqu’un de bien moins intentionné qu’elle ne le trouve.  

Seulement elle savait que si c’était à refaire… elle le referait encore.

Ce qui doubla l’intensité de ses larmes, alors qu’elle détournait son regard bleu de Remus, se mordant la lèvre, incapable de dire le moindre mot, de faire le moindre son.  Qu’avait-il à dire de toute manière…  Puisqu’elle était visiblement la vilaine dans l’histoire.

© EKKINOX


_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.


Dernière édition par Alexis Wilbrecht le Dim 27 Avr - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 24 Avr - 17:35



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

J'avais vu son regard se voiler de nouveau durant toutes ma tirade. De l'incompréhension, de l'incrédulité, et de la tristesse passèrent successivement dans ses yeux clairs. Et puis j'avais eu ma quinte de toux insupportable, je l'avais lâchée des yeux quelques instants.

Elle s'était laissé aller contre la porte de la salle, les yeux dans le vide. Mon énervement fondit comme neige au soleil quand je vis son visage se relâcher et des perles scintillantes couler sur ses joues blanches. Je me rendit compte de ce que je venais de dire. Du manque de reconnaissance que j'avais eu pour la jeune fille. Elle avait quand même passé une grande partie de sa journée dans un fauteuil inconfortable pour veiller sur ma petite personne ingrate.

Je fronçai les sourcils et serrais mon avant bras gauche. La douleur réveilla un peu mon esprit embrumé par l'arrogance et la colère. Une colère qui n'était pas dirigée contre elle mais contre le monstre en moi. La pauvre n'avait été que mon bouc émissaire. Une chape de culpabilité s'abattit sur moi. Mon ventre se noua. Je pinçai les lèvres. Je fis un pas hésitant dans sa direction, m'arrêtai. Je me balançai sur mes pieds, mal à l'aise.

Ses cheveux un peu en fouillis cachaient une partie de son visage mais je voyais les larmes couler abondamment sur ses joues. Je l'avais fait pleurer. J'eus envie de me gifler. Elle détourna son regard de moi, ses yeux rouges disparurent de mon champ de vision pour ne laisser que ses cheveux. Je lui jetai un regard désespéré. Aussi perclus de douleur et de frustration contre moi-même, je n'avais pas à me comporter avec elle comme ça. C'était l'une des raisons qui me faisait fuir les gens lors de mes retours de pleine lune, je finissais toujours par devenir un salaud. Et je détestais ça. Surtout elle, c'était une ''cible facile'', si j'avais fait ça à Sirius ou James, ils m'auraient foutu un poing dans la tête avant de me sermonner puis de me soigner. Je souris.

Je m'approchai plus franchement d'elle. « Alexis... » chuchotai-je de ma voix rauque. J'en avais marre de me racler la gorge dès que j'ouvrais la bouche. « Écoute... Je suis désolé... Je ne voulais pas t'agresser. Je suis inexcusable mais... Mais tu vois, je suis en colère contre moi-même. Et tu étais là au mauvais moment, au mauvais endroit. J'ai essayer de t'éviter ce matin, c'était pour ça. Je ne voulais pas que tu serves de défouloir. Je suis vraiment vraiment désolé. I'm so so sorry... » Spontanément, je la pris dans mes bras et posais ma tête sur la sienne. J'étais sale et poisseux à cause du sang qui coagulait sur mes blessures mais je m'en fichais totalement. Je l'avais blessée plus profondément qu'aucune de mes blessures physiques ne me le feront jamais. Je me détestais pour ce que j'avais fait. Je grimaçai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Dim 27 Avr - 11:03


“A cloudy morning”
.


La voix rauque de Remus vint briser le silence qui s’éternisait de plus en plus dans la salle. Entre le bruit de la respiration peiné d’Alexis et l’exaspération de Remus, cela prit un certain temps avant que le jeune homme ne se décide enfin à briser le malaise qu’il avait créé. Son «Alexis» fit frissonner l’allemande, elle ne savait pas trop pourquoi… peut-être était-ce due à son ton, à l’effet rauque et fatigué de celui-ci, ou peut-être était-ce simplement due au fait qu’il avait dit son nom, elle n’en savait trop rien, mais de peine de et misère, elle consentie à tourner la tête pour plongée son regard dans celui du beau châtain – car même poisseux Alexis le trouvais plus que charmant.

«I’m so sorry»

Ses mots raisonnaient maintenant dans l’être d’Alexis, alors qu’elle vie plus qu’elle ne le sentie, et avec un certain étonnement, les bras de Remus venir la serrer doucement contre lui. Ce geste, elle l’avait rarement vécue, surtout venant de la part du Litriù.

Le visage couvert de larme de la jeune femme vint naturellement trouver refuge contre le torse chaud, terreux, mais surtout confortable de Remus. Ignorant pour une fois les répercutions qu’elle aurait normalement vécue de cette accolade… au fond, même si elle ne sentait rien physiquement aujourd’hui, la pression de bras du sorcier contre elle, ou le souffre de celui-ci se mêlant à ses cheveux, elle pouvait au moins bénéficier de la présence proximal du jeune homme, chose qui lui fit bien vite oublier ses larmes.

Instinctivement, comme si elle n’avait jamais eu de restriction tout au long de sa vie, Alexis leva les bras contre Remus, venant entourer la taille de celui-ci de ses bras blancs, immaculées, le serrant doucement contre elle, oubliant finalement les paroles blessantes qu’il avait pu lui cracher quelques minutes plus tôt.

Car elle était bien loin d’être rancunière et, aux vues des actions de son ami, elle comprenait que beaucoup se tramait derrières ses blessures, malgré son incapacité à lui partager les faits. Pourtant au fond, Alexis espérait profondément qu'il trouve un jour le courage de lui partager la vérité, car la simple idée de revoir Remus dans un tel état lui donnait l'envie incontrôlable de continuer de pleurer, pleurer d'injustice – injustice de quoi? - simplement d'injustice.

Toujours silencieuse, l'allemande décolla son visage, maintenant poisseux de terre et toujours humide de larme, puis se recula de Remus, s'apprêtant à lui faire un sourire reconnaissant.

Malheureusement pour eux, son regard fût alors attiré vers ses mains, poisseuses de sang et de terre. Elle baissa son regard pour constater que l'état de ses bras étaient bien moindre comparé aux restes de ses vêtements.... – elle leva son regard pour observer Remus – et surtout comparé à l'état pitoyable de Lupin, car malgré qu'il soit sur ses deux pieds et visiblement mieux que plus tôt, son visage pâle et ses vêtements boueux et ensanglanté ne mettait guère Alexis en confiance.

Le visage maintenant boueux, la jeune femme ne devait guère faire preuve de beaucoup de crédibilité alors qu'elle levait finalement les yeux vers Remus, l'air de dire « Toi mon grand tu ne vas nul part tant que je ne suis pas certaine que toutes tes blessures sont crémées et pansé!».

Lui prenant la main, le plus doucement que son incapacité à sentir le lui permettait, elle dirigea le blessé dans le fauteuil ou elle avait passez l'avant-midi – un peu plus tôt – puis lui suggéra d'un sourire de s'y installer docilement alors qu'elle tentait de mettre la main sur sa baguette magique. Après tout, après avoir poissé tous ses vêtements de la jeune femme de sang et de boue, elle ne le voyait guère argumenter contre elle et dire qu'il n'avait pas besoin d'aide. Tout de même!

Trouvant finalement sa baguette, elle se tourna et parla pour la première fois, un sourire en coin éclairant son visage. Elle leva ça baguette, lançant un «Accio» silencieux à son pot de crème analgésique et antibiotique que l'infirmière lui fournissait lors de sa prise de potion analgésique – pour qu'elle s'occupe des blessures à venir qui arrivaient aux fils des jours et qui lui faisait un mal de chien lorsque la potion n'avait finalement plus d'effet... - Puis elle alla ouvrir la fenêtre de la pièce, laissant le pot de crème tomber paresseusement entre ses mains, avant de refermer la fenêtre et d'allez faire face à Remus.

«Maintenant, le plan est simple. Tu me laisse guérir gentiment toutes ces vilaines blessures et après, promesse de Merlin, je te laisse partir...» elle marqua une pose pour se mordiller la lèvre inférieure... «Ensuite... eh bien, ce sera à toi de voir si tu me dis là vérité sur ce qui s'est passé ou... si tu fais comme tu me l'as suggéré plus tôt, tu quittes la pièce et tu oublie que c'est arrivé... mais Lieber Remus, une chose est certaine, je ne pourrai oublier...»

Elle s'agenouilla doucement devant lui pour lever la manche de sa cape trop grande qui commençait déjà à coller contre la peau du Litriù, elle pointa sa baguette et souffla :

« Accevulnus sanationem» murmura-t'elle alors que sous leurs yeux la plaie ensanglantée de Remus prenait doucement une forme un peu plus seine et un peu moins.... putride.

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Dim 27 Avr - 13:44



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Répondant à mon étreinte, je sentis ses bras m'enserrer la taille. J’espérais qu'elle me pardonnait au moins un peu. Je ne me serais pas pardonné mais bon, j'avais un petit espoir. Je profitai de cette accolade. Mine de rien, ce genre contacts me faisaient du bien. C'était rassurant, serein et je ne savais pas pourquoi mais j'adorais son odeur. Elle se détacha pourtant de moi. Son visage blanc était tâché de la terre qui parsemais mes vêtement et des larmes humidifiaient toujours ses joues. Je lui fit un sourire en coin. Je n'aurais pas dû l'enlacer, je l'avais salie... Quel idiot, peu de filles aimaient être pleines de terre et Alexis ne me semblait pas être le genre à ne pas s'en soucier.

Elle recula et son visage s'illumina lentement, avant de se figer en regardant ses bras et ses vêtements puis en me détaillant de haut en bas. Je haussai un sourcil, inquiet. Elle leva les yeux vers moi, presque menaçante. Elle me prit la main en la serrant à peine, j'eus presque la sensation d'être tenu par un petit oiseau. Elle m'amena d'office devant le fauteuil qu'elle occupait lors de mon réveil et me sourit. Je ne comprenais plus rien. Et franchement, je voulais juste retrouver les murs de ma chambre et mes potions et mon lit bien à moi et confortable à souhait. Non que les coussins qu'elle avait disposé pour moi ne l'étaient pas. Je leur jetai un coup d’œil et eu la surprise de voir qu'il n'y avait plus un seul coussin mais une montagne de livres étalés sur le sol. J'écarquillai les yeux, mais où étaient passé les coussins ? Elle n'avait pas eu le temps de les ranger quand même ?

Occupé que j'étais à regarder les livres ayant pris la place de mon lit improvisé, je n'avais pas vu Alexis sortir sa baguette. Elle sourit de nouveau en lançant un accio. Pourquoi un accio ? Qu'allait-elle ramener à elle ? Pour quoi faire ? Et pourquoi je devais rester ici, moi ? Las, je me laissai tomber dans le fauteuil, ou plutôt m'affalais dans le fauteuil. Je la regardai se diriger vers la fenêtre, qu'elle ouvrit. Une bouffée d'air frais envahit la pièce, affolant les pages d'un livre abandonné ouvert sur une console près du mur. L'air pur me fit du bien, j'en inspirai une grande lampée, profitant de sa douceur et du parfum de feuilles qu'il charriait. J'avais fermé les yeux.

Quand je les rouvrit, je trouvai Alexis en face de moi, un pot de crème dans les mains. Je sourit faiblement quand elle m'expliqua qu'elle allait me soigner. Ce n'était pas avec une crème classique qu'elle allait y arriver. Tout ces efforts vains. J'ouvris la bouche pour le lui faire remarquer avant de me couper moi-même. Ce serait idiot, je creuserais ma propre tombe, ce serait avouer qu'il avait quelque chose de magique dans mon problème et je ne voulais pas qu'elle sache. Je tenais à son amitié, je ne voulais pas la perdre à cause de mon état. D'ailleurs, elle me proposa de lui dire. Je secouai la tête, vivement. Peut être un peu trop vivement, je n'avais pas envie de la blesser par mon refus.

« J'ai trop... honte, je suis désolé mais il ne vaut mieux pas que tu saches. » dis-je doucement. Bien sûr qu'elle n'oublierait pas, je l'avais dit précédemment sans y croire une seconde, c'était le genre de choses qu'on oubliait pas, trouver un ami blessé et exténué... J'aurais été le premier à m'acharner auprès de lui. Comme je la comprenais !

Elle s'agenouilla devant moi et me relevais la manche. Je grimaçai devant l'aspect peu ragoutant de ma blessure. Je croisais les doigts pour qu'elle ne se rende pas compte que c'était une griffure. Elle souffla un sort que je ne connaissais pas et ma plaie pris un meilleur aspect. Je souris de reconnaissance.

« Dis... Lieber, ça veut dire quoi ? » demandai-je spontanément, ça venait de me traverser l'esprit. Vu qu'elle arrêtait pas de me le dire, je préférais savoir.

J'avais d'autres choses à penser tandis qu'elle s'affairait à me soigner, lançant sort sur sort et appliquant sa crème là où elle semblait le trouver nécessaire. Je n'aimais pas me laisser autant toucher par quelqu'un mais j'aurais été ingrat de nouveau de m'insurger contre ce traitement qui mine de rien me faisait du bien. Je grimaçai de nouveau, j'allais devoir attendre que la crème pénètre bien avant de prendre une douche. Zut. Tant pis, au moins je serais presque guérit avant même d'être propre. Je ris de ma propre bêtise. J'avais vraiment des pensées bizarres !

Quand elle eut fini, je me levai avec précaution. Je me sentais infiniment mieux, même si ce n'était pas encore parfait. Le niveau de son pot de crème avait singulièrement baissé, j'espérais que cela ne lui poserait pas trop de problèmes, qu'elle que soit l'utilisation qu'elle en faisait. « Merci. » dis-je en souriant de toutes mes dents. Et pris d'une envie soudaine et décidément incompréhensible, je lui embrassai le front. Je ne savais pas ce qui m'arrivait aujourd'hui mais j'étais très tactile. Ce devait être à cause de la pleine lune, ça m'embrouillait un peu...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Mer 7 Mai - 10:43


“A cloudy morning”
.


Alexis s’affaira donc à la tâche ardue de guérir la moindre plaie de Remus, alors que celui-ci était étonnamment calme et conciliant... finalement, il était redevenu le Remus Lupin qu'elle connaissait, il avait retrouver sa nature respirant l'humilité et sérénité.  Malgré tout, au fonde d'elle, Alexis était inquiète.  Inquiète de la condition secrète de Remus, inquiète qu'il ne veuille en parler avec elle – certe, elle se donnait peut-être trop d'importance dans cette situation, peut-être après tout qu'elle n'était pas particulièrement importante aux yeux du Litriù, même si lui l'était étrangement à ses yeux; rien n'était égale dans la vie après tout et surtout pas les relations d'amitié.  Au fil des blessures qui défilaient sous ses doigts, demandant bon nombre de soins d'elle s'étonnait à prodigué, bon nombres de cicatrices venait tracer son chemin sur les bras, le dos ou les jambes de Remus, faisant de ce fait grandir le sentiment urgent de devoir sauver l'anglais, sentiment qu'elle tentait du mieux qu'elle le pouvait à taire.

Après tout Remus lui avait explicitement dit qu'il ne voulait pas en parler et surtout, qu'il ne voulait de l'aide de personne – malgré sa présente présence à l'aider, elle ne voulait pas pousser le bouchon trop loin et perdre toute chance de lui accorder une épaule sur laquelle s'appuyer lorsque ses amis n'étaient pas là.  La honte ne faisait pas avancer les choses, mais Alexis jugea que pousser le jeune homme dans une conversation compliquer sur le sentiment injustifié de la honte n'était peut-être pas la meilleure idée pour le garder à ses côtés et surtout, dans sa tête raisonna une petite voix lui rappelant qu'elle aussi gardait secrète son étrange maladie...  elle se contenta donc de lui faire un sourire... un sourire entre l’empathie et la compréhension.

Un jour elle saurait, fois de Wilbrecht.

Puis Remus coupa le silence avec une question dont elle ne s'y attendait absolument pas.

« Dis... Lieber, ça veut dire quoi ? »

Elle rit, un rire carillonnant s'éleva dans la pièce alors qu'elle prenait une teinte rose.

«Hmm, si je te le dis, je ne pourrai plus t'appeler comme ça, Lieber Remus»  lui répondit-elle avec un clin d’œil.

Bon, ce mot n'avait rien d'exceptionnelle, loin de là, mais elle devait l'avouer et surtout, se l'avouer à elle.  Alexis aimait laisser planer un petit mystère lorsqu'il s'agissait du vocabulaire de sa langue natale.  Après tout, c'était bien un de seuls mystère qu'elle pouvait laisser plané, elle, la blonde transparente dont tout le monde connaissait l'émotion au moment même ou il traversait son visage.

Alexis, une fois sa tâche terminé, tendit la main à Remus, alors que celui-ci la remerciait poliment de l'aide qu'elle lui avait apporter.  Sage.  Sage petit Lupin qui la remerciait alors qu'elle savait très bien au fond d'elle qu'il avait détesté le supplice à lequel elle l'avait forcé mais...

Il l'embrassa sur le front.

Coupant net toute communication entre les neurones de son cerveau.  Remus Lupin lui avait fait la bise sur le front, tel un vrai gentleman qui voulait le bien de l'autre.  Évidement en moins de temps qu'il ne le fallait pour dire fizzwizzbizz, Alexis avait pris, non pas une teinte rose cette fois-ci, mais plutôt une teinte cramoisie qu'elle tenta de dissimuler sous un sourire réjouit – et là encore, elle se demandait s'il ne valait pas mieux dissimuler ce sourire là également.

Instinctivement, elle leva ses yeux de la couleur du ciel lors d'un jour de pluie pour les ancrés dans celui doré de son ami, tentant de lui transmettre toute l'affection et le respect qu'elle avait à son égard – et même, un peu plus que de l'affection, mais Alexis n'irait jamais à dire qu'elle lui transmettait plus.  

Les regards ne trahissaient jamais et l'allemande espérait qu'ainsi, peut-être, il comprendrait que peu importe le souci qui le tracassait, elle n'était pas là pour juger.

Ils échangèrent donc une conversation muet aux travers leur yeux avant qu'Alexis ne rompe le lien avec un sourire timide.

«Bon... même si je te garderais avec moi toute après-midi et là nuit pour m'assurer que tu vas bien, autant je peux sentir en toi grandir le désir ardant de rejoindre ta chambre et ton lit...»  elle fit une pause tout en regardant l'allure de Remus avant de reprendre : «et visiblement, tu tiens sur tes deux pieds et tu as repris des couleurs... ce qui est bon signe...  je suggère donc qu'on prenne la direction du dortoir des garçons, qu'en penses-tu?»

ON.  Oui, on!  Comme si elle allait le laisser gâcher tous les efforts qu'elle avait mit à le soigner en trébuchant un peu partout par hasard.  Non.  Elle allait marcher gentiment à ses côtés et faire gentiment et doucement la conversation jusqu'à ce qu'ils arrivent et une fois rendu, seulement, elle le laisserait en paix.  Elle avait dit qu'elle prendrait soins de lui, elle avait dit fois de Wilbrecht... pas moyen de briser cette parole... oh ça non.

© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   Jeu 15 Mai - 16:41



Cours cours et ignore tout!

ft. Alexis

Je plissai les yeux, pourquoi ne voulait-elle pas me dire la signification d'un simple mot ? Je souris. Chacun ses secrets. Mais si je trouvais un dictionnaire d'allemand dans la bibliothèque, j'allais chercher un petit peu, par curiosité.

Je me reculai après l'avoir embrassé. Elle rougit brusquement et me fit un grand sourire. Je lui souris en retour. Intérieurement, je m'amusai de sa réaction : je ne l'avais jamais vue aussi rouge qu'en cet instant. C'était... impressionnant et ça contrastait bizarrement avec la teinte claire de ses cheveux et de ses yeux. Mais ce n'était pas laid pour autant.

Elle leva les yeux vers moi, crochetant les miens et nous nous dévisageâmes pendant un long moment. J'adorais regarder les nuances des iris des gens autour de moi, je ne l'avouerais jamais mais j'étais fasciné par les yeux gris ou bleu-gris. J'avais été servi avec Sirius mais Alexis avait aussi des yeux aux couleurs moirés comme des nuages de pluies laissant passer des morceaux de ciel azuré. J'y discernais l'amitié sous sa forme la plus pure, avec tout les sentiments qui -pour moi- s'y attachent. Je lui renvoyais ce regard avec un petit sourire.

Ses lèvres s'étirèrent timidement. Elle me fit presque une déclaration, je n'avais jamais entendu quelqu'un dire ça, même les gars avaient été plutôt soft dans le genre. Je me sentis légèrement rougir. Je grognai, gêné. « En effet, mon lit m'attire de plus en plus » Je me mordillai la lèvre. « Je dois te paraître totalement à la masse vu que je viens de dormir presque toute la journée... »

Elle me regarda de haut en bas et me fit un pronostic. Je secouai la tête en riant doucement et plaça son bras sous le mien. Je la guidais donc dans le couloirs de l'université en direction du couloir des garçons. Je n'allais pas protesté à sa présence. Après tout, je tâchai de ne rien laisser paraître mais j'avais encore du mal à avancer tranquillement sans trébucher. Je m'appuyai régulièrement sur elle, pas trop, mais suffisamment pour m'aider à mettre un pied devant l'autre sans m'emmêler les pinceaux.

Nous arrivâmes devant le troll, nous nous arrêtâmes à bonne distance. Il nous jeta un regard anxieux, les yeux fixés sur Alexis. Je me tournai vers elle. « Merci beaucoup pour cette aide inopinée. » Je me détournai et donnai le mot de passe. Je jetai un dernier coup d’œil dans le couloir avant de me glisser dans le dortoir pour rejoindre ma chambre douillette. Sans même fermer complètement la porte, sans même vérifier que Sirius était là ou non, je me laissais tomber sur mon matelas tout habillé et m'endormis immédiatement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Morne course... (avec Alexis W.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Morne course... (avec Alexis W.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» (F/LIBRE) ALEXIS REN › COMME DES ENFANTS.
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Gonaïves/Gros-Morne, vers la fin d'un calvaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Rez-de-Chaussée :: Grand Hall-