Partagez | 
 

 Oh I'm a horror and I'm so nervous. [Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Oh I'm a horror and I'm so nervous. [Quinn]   Ven 23 Mai - 13:09

Après les quelques jours passés à la noirceur, le simple fait d’ouvrir les rideaux de son salon l’aveugla d’une manière qui aurait certainement été douloureuse pour quelqu’un d’autre. La lumière du ciel, la neige blanche, les reflets partout… Pour quelques instants, elle eu l’impression de devenir aveugle, le temps de cligner vivement les paupières et de s’habituer à la clarté.

Le petit espace entre les deux rideaux était bien suffisant pour qu’elle puisse observer la rue et les maisons avoisinantes. En fait, elle pouvait pratiquement voir le village au complet, mais en réalité, ce n’était que le devant de la maison qu’elle voulait voir. Il était temps de vérifier si le nouveau sort qu’elle venait de perfectionner était bien fonctionnel.

Plusieurs minutes passèrent avant qu’elle n’aperçoive enfin un piéton qui avançait sur le même trottoir que les escaliers menant à son appartement. Et juste avant d’arriver devant ces escaliers, celui-ci traversa la rue, pour en rejoindre l’autre côté, comme si le tout faisait parti de son itinéraire. Comme si son appartement n’était pas enchanté pour repousser les gens.

Seulement quelques personnes passeraient l’enchantement. Elle-même d’abord, parce qu’elle ne voulait certainement pas risquer sortir de sa résidence et ne plus jamais vouloir y retourner. La proprio, parce que ça aurait été injuste de l’éloigner. Harker, parce qu’elle ne voulait pas empêcher celui qui lui emmenait les provisions à ses vices de s’approcher. Puis enfin, Quinn, pour des raisons évidentes. Le sort, il avait été conçu pour être discret. Il donnait le goût de changer de trottoir, de rebrousser chemin en rappelant une idée brillante, en faisant oublier que l’escalier était la destination. Ce n’était qu’une question de sécurité. Il ne s’agissait là qu’un sort de plus pour assurer que son appartement était bien l’endroit le plus sécuritaire où elle pouvait fermer les yeux et dormir sans risquer de se faire réveiller par des figures encapuchonnées.

Une fois satisfaite de son observation, la Londonienne referma le rideau, pour rejoindre le chat qui reposait sur le divan. Elle s’en empara, le serra sur sa poitrine, tout en lui donnant des bisous sur la tête.


" I think you’re getting fat, Sire Kittycat Duke Lord of Meowtown. You’re heavier. You need to exercise. Maybe it’s time to go out. I need to get new books; we’ll go to the library. But no hanging out on campus, alright? We’ll just grab the books we need and leave and come back here. I don’t wanna see people." expliqua-t-elle au félin, qui se contenta de ronronner en profitant des caresses.

Il était grand temps de sortir. Elle n’allait tout de même pas passer sa vie enfermée dans son appartement, à lire de vieux manuscrit, à tenter de créer des sorts et à se pratiquer à lancer des sorts. À ce point-ci, son appartement ressemblait à un refuge de guerre, avec les parchemins qui traînaient partout, les bouquins qui jonchaient sur chaque table disponible et les divers objets qui avaient clairement servis de cibles à ses pratiques. Le mur face au divan avait même la couleur caractéristique du brûlé.

Le fait qu’elle ne prenne aucun cours pour le semestre et que de toute manière, elle n’avait pas été suffisamment saine d’esprit pour assister à des cours au début du semestre, lui laissait un nombre d’heures libres ridicule. Certes, elle descendait dans la boutique pour y travailler, mais sans plus. Pendant un moment, elle en avait même perdu le fil du temps et sa vie avait simplement été de dormir, se réveiller, se mettre en colère contre elle-même, faire des choses regrettables, puis dormir à nouveau. La seule chose bien dans tout ça, c’était que ce style de vie s’était limité à une question de quelques semaines, plutôt que de quelques mois. Puis un matin, après ne pas avoir dormi de la nuit, elle avait allumé la radio, question d’écouter un peu de musique. Février déjà? Ça faisait plus d’un mois déjà qu’elle avait vu Quinn pour la dernière fois? À cette pensée, la jeune femme serra les paupières en soupirant.

Peut-être qu’il avait oublié son existence. Elle ne lui en tiendrait pas rancœur si c’était le cas. Elle-même souhaitait souvent oublier sa propre existence.

Parfois, elle se mettait en colère contre tout. Contre lui, parce qu’il avait été assez idiot pour croire qu’elle était capable d’agir comme une humaine normale. Contre elle-même, parce qu’elle avait été assez idiote pour le croire et aussi, parce qu’elle n’était qu’une bête sauvage incapable de vivre en société.

Après avoir gratté les oreilles de l’animal – qui n’avait toujours pas compris qu’il s’en allait gambader dans la neige – Paxton vint tasser une pile de parchemins sur lesquels se trouvaient des dessins, des plans. Elle s’empara du manteau qui était resté caché sous la pile depuis un moment, l’enfila, puis fit signe au chat de la suivre vers la porte. L’air frais qui vint lui emplir les poumons lorsqu’elle sortit fut le bienvenu. Le chat la suivit en miaulant, descendant rapidement les escaliers pour retrouver le trottoir et l’attendre là.

Quelques secondes d’hésitation plus tard et quelques secondes pour s’assurer que sa porte était bien fermée, verrouillée, ensorcelée et tout et finalement, Paxton pu le rejoindre. Elle observa à gauche et à droite, sans être capable de s’empêcher de serrer sa baguette entre ses doigts, puis elle se mit en route vers l’université. Pour la première fois depuis le bal de Noël.

~~~

Le trajet était rapide et pourtant, elle réussi à l’étirer sur de bien nombreuses minutes, en blâmant le tout sur le chat. C’était bien elle qui retardait le tout, mais elle n’allait tout de même pas avouer cela.

Elle entra dans le bâtiment principal en tentant de se faire discrète. Vraiment, elle n’avait envie de croiser personne qu’elle connaissait. Enfin, à l’exception d’une personne, mais même là, même maintenant, elle savait bien que c’était plutôt stupide de penser qu’il voudrait bien la voir.

Comme si elle ne venait pas de passer des semaines à se sentir mal pour elle-même, elle eu l’impression de sentir une étincelle la traverser en repensant à l’Irlandais. Elle avait peut-être été méchante et violente à son égard, mais lui aussi avait fait et dit des choses qui l’avaient dérangée. Ce n’était pas qu’elle qui était dans le tort, non? En oubliant un peu le fait qu’elle n’était pas du tout à l’aise d’être là dans le moment, la Ceart prit la direction de la bibliothèque, ses pensées complètement absorbées par ce regain de confiance. Et ses yeux absolument pas posés sur son chemin et sur les gens qu’elle risquait de bousculer.
Revenir en haut Aller en bas
 

Oh I'm a horror and I'm so nervous. [Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» American Horror Story
» mansion of darkness
» 02. Lima Horror Story
» [Terminé] Scénario THE HP HORROR SHOW 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Loin du monde magique :: Praeteritis Memoria-