Partagez | 
 

 Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Lun 16 Juin - 9:17


Partie de Cluedo


Alors que l’horloge de la bibliothèque indiquait trois heures du matin et que toute l’école dormait en ce début de mardi, Adele Berry était occupé à dessiner un immense paysage de montagne en feu. Concentré sur sa tâche depuis quatre heures, le jeune homme ne voyait pas le temps passer. Il s’attelait à coloriser les flammes avec sa peinture la plus flamboyante possible tout en pensant à ses premières journées passées à St Barnaby.

Son sens minable de l’orientation lui avait valu quelques déboires et trouver la bibliothèque avait été un véritable parcours du combattant. Il avait cependant commencé à rencontrer quelques élèves après s’être retrouvé dans le café « Sor-thé-lège » par hasard. Le moins qu’il avait pu en penser est qu’il s’agissait de personnes hautes en couleurs. Il y avait eu tout d’abord Shoshana, une demi-vélane entreprenante et qui affichait un petit air supérieur des plus agaçants. Elle était cependant plutôt amusante quand elle n’usait pas de ses pouvoirs. Une petite blondinette du nom d’Harriet avait également retenu son attention. Aussi étrange et déconnectée de la réalité qu’elle semblait être, ce qui étonnait le plus Adele était qu’elle préférait se faire appeler « Bernie » plutôt qu’Harriet. Il avait également rencontré un joueur de Quidditch du nom de Russell et une jeune femme nommée Arabella plus tard dans la soirée. Aussi particuliers que les deux premiers, ils en avaient fait voir de toutes les couleurs au jeune homme.

Toujours appliqué sur sa tâche, Adele appréciait le calme de la nuit. Les bougies qui lui procuraient une certaine lumière commençaient à vaciller. N’y voyant plus rien, le brun les ralluma à l’aide de sa baguette – Une tâche très aisée étant donnée la forte tendance qu’avait sa baguette à enflammer tout ce qu’elle pouvait – Il fronça le nez en reniflant l’éternel odeur de cendre que dégageait sa baguette magique avant de la ranger dans sa poche arrière de jean. Prenant soudain conscience de l’heure tardive, il s’avachi sur sa chaise en se frottant les tempes, y apposant par la même occasion de la peinture qui lui restait sur les doigts. Il se mit à contempler la bibliothèque qu’il avait royalement ignorée pendant de nombreuses heures pour se consacrer à son art. Le premier mot qui lui était venu à l’esprit pour décrire l’endroit était « impressionnant ». De toutes les pièces qu’il avait pu visiter, c’était la bibliothèque qui lui avait le plus couper le souffle. Des étagères massives en bois s’étalaient sur tous les murs et emplissaient le domaine comme des géants pleins de sagesse. Des milliers de livres attendaient de se faire lire par quelques curieux et la pièce dégageait une atmosphère particulière. Très peu concerné par les devoirs et autres révisions, Adele se contentait de profiter du calme pour ses longues nuits d’insomnies.

Un éclat dans le noir attira soudainement le regard d’Adele. Les flammes des bougies se reflétaient dans un petit objet en métal à sa droite, perdu dans une étagère pleine à craquer de volumes poussiéreux. Le jeune homme se leva et se saisi de l’étrange objet, le tournant et retournant entre ses mains. Il s’agissait d’un poignard, extrêmement beau d’après son sens aiguisé de l’esthétique, ornementé d’un fin serpent enroulé autour de la poigné. Il ne s’agissait certainement pas d’un ustensile de cuisine, et, tout en réfléchissant à l’identité du propriétaire de l’arme, il retourna à sa place. Il posa le poignard sur son dessin presque achevé et se mit à cogiter. Il voyait mal les professeurs s’armer de poignards moldus en cas d’attaques d’étudiants et la plupart des sorciers méprisaient les armes moldus. Il se souvint alors de la nouvelle élève qui était arrivé il y a peu et qui avait fait ses études à Serpentard dans la même année que lui. Il s’agissait d’une jeune fille fière qui lui apparaissait même hautaine, quand il la voyait pendant les cours où les Serdaigles et Serpentards étaient mélangés. Ce poignard devait lui appartenir, c’était un bel objet que seule une famille aisée pouvait s’offrir. Adele sursauta alors et se saisi de l’arme brusquement quand il se rendit compte qu’il l’avait posé dans la peinture fraîche de son œuvre. Le poignard, tout barbouillé du rouge des flammes, semblait ensanglanté. Il tenta de le nettoyer en le frottant contre son t-shirt mais il ne parvint qu’à mieux étaler la peinture.

Un bruit se fit alors entendre dans la bibliothèque et Adele releva la tête, inquiet que l’on puisse le surprendre en train d’astiquer une arme qui semblait couverte du sang d’une victime imaginaire. Rangeant précipitamment l’objet dans son sac de cours, le jeune homme inspecta les lieux du regard afin de découvrir qui se baladait dans la bibliothèque à une heure aussi tardive.

fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite


Dans le prochain épisode...:
 


Dernière édition par Adele Berry le Lun 8 Sep - 7:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Mar 17 Juin - 11:57


The strange game... Colonel, dagger, library
Je haïssais ce genre de nuits, j'avais mis des heures à m'endormir, tout ça pour me réveiller deux heures plus tard en sursautant. Je venais de réaliser que je n'avais pas fait mon travail de recherches sur le sortilège d'oubliette, le professeur Forester allait me tuer! En soupirant, je me levai donc, à deux heures du matin, conscient que je n'arriverais pas à retrouver le sommeil tant que je n'aurais pas trouvé un minimum de choses.

Heureusement que je n'étais plus à Poudlard, ici, je pouvais aller où bon me semblait dans le château à n'importe quelle heure. C'en était presque décevant en réalité, après avir vécu des sorties nocturnes avec les gars, toutes plus amusantes les unes que les autres, l'excitation d'être invisible aux yeux des surveillants sous la cape. La peur de se faire prendre quand l'un d'entre nous trébuchait, ou quand Miss Teigne passait trop près avec ses yeux perçants. Tandis que je m'habillai, un sourire s'étala sur mon visage. Nos meilleures années, je ne les oublierais jamais. Il arrivait parfois que Poudlard me manque. Je jetai un coup d'oeil au lit voisin au mien où Sirius dormait profondément, la bouche grande ouverte.

Ne pouvant m'en empêcher, je fis apparaitre un saut, le remplis d'eau et le suspendis par un fil au dessus de son lit. Je programmais le sort pour qu'il se déclenche dans trois heures et je quittai le dortoir, fier de moi. Il n'avait qu'à pas m'apprendre comment faire l'idiot, c'était lui le premier à m'avoir fait le coup!

Armé de mon sac de cours, de ma baguette et de ma volonté, je me dirigeai donc bon gré mal gré vers la bibliothèque de l'université. Le silence, cet ami si doux et parfois si pesant, m'accompagnait dans ma marche tranquille. Je descendis deux étages pour arriver enfin devant les portes de la bibliothèque. Je les ouvris silencieusement et me glissai dans la pièce déserte. Je me dirigeai automatiquement vers les rayons qui m'intéressaient et pris quelques livres, puis je me posais en bout de rayon pour commencer à travailler.

Fatigué et peu attentif, je mis près d'une demi-heure à réaliser que je n'étais pas seul dans la salle. J'entais en effet discrètement le bruit du papier que l'on manipule, le chuintement délicat d'une autre bougie qui brûlait, le froissement des vêtements. C'était particulièrement audible dans le silence de la nuit. Toujours avec un discrétion, je me levai de ma chaise et me mis à chercher mon compagnon d'insomnie. Je voulais juste savoir qui c'était, si je le connaissais, sinon ça allait me turlupiner et m'empêcher de me concentrer sur mon travail.

J'aperçus la lueur d'une bougie plus loin dans la vaste bibliothèque. Je m'y approchais à pas de loup. Je ne faisais pas vraiment exprès d'être aussi silencieux, c'était plus fort que moi. Je ne voulais pas le déranger, juste voir qui c'était. Totalement concentré sur le halo de lumière, je ne regardais pas vraiment où je mettais les pieds, après tout il était plus de trois heures du matin, je n'avais quasiment pas dormi, il ne fallait non plus s'attendre à ce que mes capacités soient au top.

C'est ainsi que j'en vins à cogner contre une chaise mal rangée alors que j'apercevais enfin la personne qui était là. C'était un jeune homme et il s'agita soudainement. Il avait dû entendre le bruit du pied de la chaise sur le sol, impossible à manquer dans le silence environnant. Je soupirai et avançai bien en vue. "Salut!" lançai-je avec un petit sourire gêné.

Je me raclai la gorge. "Hum, euh... Qu'est-ce que tu fais là? Enfin je veux dire, pourquoi tu es là à cette heure?" Demandai-je. Je ne le connaissais pas vraiment, je l'avais vaguement croisé peut-être. Son visage ne me disait rien en tout cas. Mon regard fut ensuite attiré par son tee-shirt plein de sang, puis vers la chandelle sur la table, et sur ses doigts nerveux.

J'écarquillai les yeux. "Tu es blessé?!" m'exclamai-je.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: I've never seen a diamond in the flesh.   Sam 21 Juin - 9:39


Partie de Cluedo


Adele vit alors un inconnu sortir de la pénombre et s’avancer franchement, bien qu’un peu timidement, vers lui. A la lueur des bougies, il pouvait remarquer qu’il s’agissait d’un jeune homme aussi pâle que lui mais avec quelque chose de maladif en plus. Son visage lui semblait de plus en plus familier au fur et à mesure qu’il s’approchait de lui – une ancienne connaissance de Poudlard, peut-être ? - et il pouvait lire maintenant clairement la gêne dans le regard du garçon.

Adele se félicita mentalement face à son sang-froid et à son réflexe de ranger rapidement l’arme avant que le jeune homme ne le surprenne, il était tout juste arrivé à l’école et avait mieux à faire que se créer une réputation de taré au couteau dès sa première semaine de cours. Il n’entendit donc pas tout de suite le garçon le saluer et l’interroger quant à ses activités nocturnes, trop occupé à essayer de reprendre contenance. L’attitude de l’individu changea alors subitement, balayant frénétiquement son bureau et lui-même du regard, il écarquilla les yeux et d’une voix affolé s’exclama : « Tu es blessé ?! »

Réalisant que le garçon fixait son tee-shirt, Adele se détendit et répondit instantanément en lui adressant un grand sourire afin de le rassurer. « Oh ça ! Non, ce n’est qu’un peu de peinture, c’est vrai qu’on dirait du sang, ah ah ! Je suis un peu déconnecté, quand je peins, je ne m’en étais pas rendu compte ! » Mensonge. Aussi concentré qu’il pouvait l’être quand il dessinait, il ne pouvait pas ignorer la peinture qui tâchait ses vêtements et traversait même son fin tee-shirt pour venir se coller désagréablement à son torse.

Afin de finir de calmer pour de bon le garçon, Adele sorti sa baguette et nettoya magiquement ses vêtements, ne laissant plus qu’une sensation de chaleur à l’endroit où se tenait la tâche macabre. « Voilà, crime effacé ! Plaisanta-t-il, Oh mais je t’en prie, assis-toi si tu veux ! » Ajouta-t-il quand il se rendit compte que le jeune homme était resté debout à le regarder, sans bouger d’un millimètre. Joignant son geste à la parole il désigna la chaise en face de son bureau, invitant le garçon à s’y asseoir.

Intrigué par l’individu, Adele ne put s’empêcher de le mitrailler de question. « Alors, toi non plus tu ne dors pas ? C’est étrange mais ton visage me dit quelque chose… Tu n’étais pas à Poudlard par hasard ? Oh, pardon, se reprit-il, sa politesse le rattrapant soudain, Je ne me suis pas présenté, je m’appelle Adele Berry, je suis en première année à Sinsear, enchanté ! » Sur ses mots, il lui tendit une main amicale, affichant son plus grand sourire.
fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite



Dernière édition par Adele Berry le Lun 8 Sep - 7:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Mar 24 Juin - 16:34


The strange game... Colonel, dagger, library
J'étais en train de me demander si l'infirmière serait debout à cette heure quand je vis le garçon en face de moi se détendre et me sourire. Je restai pétrifié un instant, intégrant l'information : de la peinture. De la peinture partout sur son tee-shirt à la manière des enfants en bas âge aux gestes encore mal calculés. J'écarquillai les yeux. Il fallait avouer que c'était peu commun, ce genre de situation. 2Trangement, je ne croyait pas vraiment son excuse parce qu'on aurait presque dit, au vu des tâches, qu'il avait fait exprès de s'en mettre partout. J'eus soudain peur d'être face à un psychopathe.

Je secouai la tête, la personne la plus dangereuse dans le coin ce n'était certainement pas un garçon un peu bizarre qui s'étalait de la peinture rouge vif sur les vêtements. Il sortit sa baguette et nettoya le tissu. Il s'exclama joyeusement et je ne sus si c'était la fatigue, son attitude désinvolte ou son invitation mais je me retrouvais sans trop savoir comment sur la chaise en face de lui.

Il semblait que mon mouvement avait libéré sa langue, comme si j'avais ouvert une porte, ou débloqué une écluse. Il me submergea soudain de questions. Je devais avouer à ma décharge que j'avais très mal dormi cette semaine et que je m'étais réveillé en plein milieu de la nuit pour faire mes leçons. J'avais beau avoir des moment de lucidité foudroyante comme tout à l'heure, mon cerveau semblait être retombé en transe. Je mis un certains temps à enregistrer toutes les questions et à y répondre. En réalité, je me mis une gifle mentale -il me fallait bien ça – et j'hésitai même à m'en envoyer une vraie, pour réussir à réagir convenablement.

Je pris une profonde inspiration, ressentant au passage la forte odeur de sa peinture, du bois de cèdre de la table, de sa feuille de parchemin humide et une touche de métal qui persista dans mon nez de fort désagréable façon. Cette dernière odeur finit de bien me réveiller, ou du moins de me faire sortir de mon état second. Je commençai par le plus simple. « Non, je ne dors pas, j'ai des tendances insomniaques et à la culpabilité. J'ai oublié de faire une recherche pour les cours, et je me suis levé pour la faire. » Je haussai les épaules. « On était tellement nombreux à Poudlard, le monde sorcier est tellement petit, je t'ai sûrement croisé, mais je ne me souviens pas de toi. J'étais à Gryffondor, je m'appelle Remus Lupin et toi ? »

Il s'excusa précipitamment et me tendit la main tout en se présentant. Je pris sa main et la serra le plus brièvement possible. « Enchanté Adèle, tu permets que je t'appelle Adèle ? » Mon regard fut ensuite attiré plus précisément sur la feuille étalée sur la table. « C'est toi qui a peint ça ? C'est magnifique ! » m'exclamai-je sincèrement. Il avait un beau coup de pinceau en tout ça. « C'est un couché de soleil ? Tu as eu une idée qui est venue comme ça ou c'est quelque chose que tu as observé ? » J'étais toujours fasciné par les artistes, quelle que soit l'heure ou le lieu.

« Tu n'arrivais pas à dormir toi aussi ou bine tu n'as pas vu le temps passer ? Ta peinture est grande, tu as dû mettre du temps à la faire, ça m'arrive aussi parfois quand je lis un livre passionnant, tout le reste semble passer au deuxième plan. Mes amis me l'ont souvent reproché, je ne les entendait même pas dans ces moments là. » J'eus un petit rire. « Ou alors, je répondais oui mais sans vraiment faire attention. » Je souris. « Tu vois un peu ton ami qui te demande s'il est vraiment aussi énervant/laid que telle ou telle fille l'a dit et que tu réponds ''oui'' d'un air absent ? Ça fait tâche ! » J'éclatai de rire. « Et je te raconte ma vie alors que tu ne m'as rien demandé. Désolé, il est tard, il faut croire que la nuit soit bénéfique à ce genre de bavardages. » Je lui adressai un sourire en coin.

« C'est bien Sinsear ? Je suis en Litriù, et c'est absolument passionnant ! »



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Non mais bonjour, quoi.   Mar 1 Juil - 8:00


Partie de Cluedo


Adele haussa un sourcil quand le jeune homme lui expliqua qu’il s’était réveillé pour faire ses devoirs. Voilà bien quelque chose qui ne risquait pas d’arriver pour lui, tout d’abord parce que pour se réveiller il fallait s’endormir et qu’il en étant difficilement capable, et parce que faire ses devoirs n’était vraiment pas dans ses priorités. Il n’était pas un mauvais élève, loin de là même, mais étudier en dehors des heures de cours lui était insupportable. Il éprouva une pointe d’admiration pour le garçon prêt à sacrifier sa nuit pour la passer dans les bouquins.

Le jeune homme se présenta alors sous le nom de Remus Lupin, ancien élève de Gryffondor à Poudlard. En tant qu’ex-Serdaigle, Adele avait lié ses plus fortes amitiés avec les personnes de sa propre maison, délaissant les autres élèves. Il ne s’était jamais vraiment intéressé aux Gryffondors et n’avait eu qu’une amie de cette maison. Il avait entendu le nom de Remus Lupin, tout de même. Etant plutôt observateur, il mémorisait rapidement les visages des personnes qu’il croisait et ce jeune homme n’avait pas fait exception.

Adele hocha la tête quand Remus lui demanda la permission de l’appeler par son prénom. Il ne put s’empêcher de penser « Ba non, appelle moi Roberto, banane. » Il garda cependant sa réplique pour lui, de peur que Remus ne le prenne mal et se sente vexé. Il avait cru comprendre que le jeune homme n’était pas tout à fait à l’aise, notamment quand celui-ci était resté pétrifié devant lui ou qu’il lui avait serré la main furtivement, comme s’il était dangereux. Adele était pourtant bien loin de représenter une quelconque menace pour Remus –ni pour qui que ce soit d’autres- mais il se garda bien de faire de l’humour absurde devant l’étudiant. Si Adele voulait gagner la confiance du garçon il devait se montrer sympathique et détendu, et non acéré dans ses réponses.

Remus changea soudain totalement d’attitude quand il jeta un coup d’œil à la peinture étalée sur le bureau. Lui qui c’était montré hésitant et distant avec Adele s’était soudainement exclamé et émerveillé devant le dessin, brisant la glace. Lorsqu’il lui demanda si c’était lui qui avait réalisé la peinture, Adele ne put une fois de plus s’empêcher de penser « Non, c’est Roberto. » Il ravala une fois de plus sa réplique pour se contenter d’un « oui » accompagné du sourire gêné qu’il réservait aux compliments.

Il haussa les sourcils quand Remus lui demanda s’il s’agissait d’un coucher de soleil. Il avait mis de longues heures à peindre un incendie dans une montagne, et on lui disait que c’était un coucher de soleil ? Sérieusement ? Adele ne put s’empêcher de rire face à Remus « Ah ah ! C’est une montagne en feu, pas un coucher de soleil ! Du coup je ne suis plus si sûre de mériter les compliments que tu me fais, là ! Et non, je n’ai jamais vu de montagne brûler, mais j’ai déjà vu des couchers de soleil si tu veux tout savoir. » Remus semblait réellement s’intéresser à son dessin, ce qui toucha Adele. « En général je dessine ce qui me passe par la tête, aussi bien des trucs réalistes que complètement absurdes, c’est ça qui est bien dans le dessin, je suis libre de représenter ce que je veux. »

Remus devint alors très bavard, ce qui ravit Adele. La gêne avait belle et bien disparue et le garçon parlait librement, lui demandant au passage pourquoi il était lui aussi réveillé, ce à quoi il répondit simplement : « Oh, je suis insomniaque, je dors plutôt rarement alors j’ai des médicaments qui reconstitues mon sommeil artificiellement. » Il sorti de son sac une petite boîte de comprimés violets qu’il agita pour prouver ses dires. Il s’amusa de l’anecdote de Remus concernant sa passion pour les livres. « Je comprends tout à fais ce que tu veux dire, tu as l’air d’être un mordu de bouquins, dis-moi ! ».

Ce rendant soudain compte qu’il avait beaucoup parlé, Remus s’excusa, ce à quoi Adele répondit amicalement « Oh non, je suis content de parler à quelqu’un de sobre pour une fois !» Remus lui adressa un sourire en coin avant de lui demander son avis sur Sinsear. « Pour l’instant je m’y plais, j’adore l’Histoire alors tant que ce n’est pas Binns qui fait les cours je suis heureux ! J’aimerai bien pouvoir devenir une sorte d’ambassadeur de l’art entre les sorciers et les moldus, il y a tant de choses à apprendre des deux cultures artistiques, par exemple tu savais que Leonard de Vinci était un sorcier ? Les moldus sont fascinés par la Joconde, ils ont l’impression qu’elle les regarde, peu importe l’endroit où ils sont, alors qu’en réalité elle ne fait que bouger les yeux magiquement. » Adele secoua la tête tout sourire, amusé par la naïveté des moldus. « Et toi, tu as un projet ? Tu comptes faire quoi après ? Moi je te verrais bien professeur en tout cas, ah ah ! »

fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite



Dernière édition par Adele Berry le Lun 8 Sep - 7:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Mar 15 Juil - 17:58


The strange game... Colonel, dagger, library
J'écarquillai les yeux ! « Oh ! Pardon ! » Je fixai sa peinture avec attention. « Oh désolé, il est tard, j'avais très mal regardé, c'est vrai que c'est plus passionnant une montagne enflammée qu'un simple couché de soleil... » Je rougis, honteux de m'être trompé. Je le regardai songeur quand il m'expliquai son inspiration. Je souris doucement. « C'est génail, j'aimerais bien être doué pour quelque chose d'artistique moi aussi. »

Je haussai un sourcil intrigué et pris le petit flacon qu'il venait de me présenter. « Des pilules pour dormir ? » J'ouvris le flacon et reniflai les pilules. Je grimaçai. « Tu dois prendre ça tout les soirs pour dormir ? C'est infecte ! Comment tu fais ? Je préfère ne pas dormir et éviter un tel calvaire. Si mes Sirius me voyait prendre un truc comme ça il deviendrait insupportable. » Je souris et haussai les épaules en lui rendant le flacon. « Mais bon, moi j'ai pas trop de problème non plus. » Je rougis, j'avais dit une bêtise. « Enfin, je veux dire, j'ai pas de problème de sommeil comme toi... Toi tu dois même prendre des médicaments ! Enfin, non ! Je veux dire, j'ai juste le sommeil léger et j'ai pas besoin beaucoup d'heures de repos alors que.. » Je m'interrompis, rouge écrevisse. Mais qu'est-ce que je racontais.. ?

Je me raclai la gorge. « Oui j'aime beaucoup les livre,s ils m'ont toujours donné une possibilité nouvelle de découvrir toujours plus en profondeur des lieux et des choses que je ne pourrais sûrement jamais découvrir en réalité. » Je souris. « Quelqu'un de sobre ? » Je ris doucement. « Tu parles plus souvent avec des gens saouls que sobres ? Pauvre de toi alors ! » remarquai-je.

Je l'écoutai attentivement, souriant. Il semblait vraiment passionné et il me raconta des anecdotes nouvelles sur l'art et De Vinci. Son sourire, ses yeux brillants, son odeur mélangée à celle de la peinture à l'huile, tout en lui respirait sa passion. Je l'enviais, j'aimerais bien pouvoir m'investir dans une passion comme celle-ci. Ma condition ne me le permettait pas, je n'aurais jamais vraiment ma place dans cette société, et c'était le cas depuis mon enfance. Je soupirai et me composai un sourire enjoué. « Professeur ? Ah oui ? Je n'y avais jamais songé en fait, pour l'instant j'étudie ce qui me plaît je n'ai aucun projet. »

Je me rappelle soudain que j'ai laissé mes affaires seuls dans la bibliothèque. J'écarquille les yeux. « Euh, deux minutes, ça te dérange si je vais chercher mes affaires, quitte à rester discuter avec toi, je vais quand même essayer de trouver deux trois trucs histoire que le prof me tue pas demain. » Je lui fis un sourire timide et me levai en vitesse. Je retrouvais mon parchemin et mes livres là où je les avais laissés. Je les empilai sur les bras et repartis vers Adèle. Sauf que cette fois, je ne me contentai pas de me cogner contre la chaise de tout à l'heure, je me pris carrément les pieds dedans. Je tombai en poussant un juron.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Ven 18 Juil - 7:43


Partie de Cluedo


Timide. Ou plutôt gêné. Ou hésitant. Adele ne savais pas vraiment comment décrire Remus mais le jeune homme ne semblait vraiment pas à l’aise, ce qui le déconcertait. Il avait rougit quand il s’était rendu compte de son erreur en décrivant son dessin et avait manifesté sa gêne à plusieurs reprises. Le brun n’était pourtant pas bien intimidant, mais rien à faire, il n’arrivait décidemment pas à dérider complètement son camarade. Il éprouvait tout de même beaucoup de sympathie pour le jeune homme, qui, avec toute sa maladresse avait fini par l’attendrir.

Adele fronça franchement les sourcils devant les bégaiements de Remus quant à ses comprimés – Qu’il prenait le matin et non le soir soit dit en passant - et à son problème de sommeil. Rougissant de plus en plus, le jeune homme s’enfonçait dans sa gêne et tentait en vain de ne pas dévoiler un étrange mystère qu’Adele ne saisissait vraiment pas du tout. Mais qu’est-ce qu’il racontait ?

Remus préféra couper court à ses tergiversations en rebondissant sur le sujet des livres où il se sentait comme un poisson dans l’eau, reprenant une conversation simple et naturelle. Adele découvrit alors le côté rêveur et avide de connaissances du jeune homme, facettes qui lui plaisaient beaucoup. Si Remus parvenait à lui accorder sa confiance, Adele était certain qu’ils s’entendraient merveilleusement bien. Il ria poliment quand Remus le plaignit d’être entouré de plus de personnes ivres que de personnes sobres. Fait dont il était au final en parti responsable puisqu’il passait beaucoup de temps dans les bars.

Il devait accorder une autre qualité à Remus : le sens de l’écoute. Pendant qu’Adele était lancé à parler de ce qui lui plaisait, son camarade nocturne l’avait laissé parler sans le couper comme c’était bien trop souvent le cas de la part des autres. Il appréciait de plus en plus le jeune homme un peu paumé qu’il avait en face de lui.

Remus se leva soudain pour aller chercher ses livres et parchemins – Ah oui, il voulait étudier à la base – et alors qu’il revenait vers lui chargé de ses manuels il se prit les pieds dans une chaise et chuta bruyamment au sol, lâchant au passage un juron et tous ses bouquins. Dans un réflexe, Adele se précipita vers lui, mi- amusé mi- inquiet pour l’accidenté.

« Remus ! Ça va ? Rien de cassé ? Ahah, tu m’as fait peur en tout cas ! »

Il tendit une main amicale à son camarade afin de l’aider à se relever après avoir dégagé la chaise qui était tombée sur Remus pendant la chute et il rajouta le mot « maladroit » à la perception mentale qu’il se faisait du jeune homme.

fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite



Spoiler:
 


Dernière édition par Adele Berry le Lun 8 Sep - 7:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Litriu préfet

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Mer 23 Juil - 11:21


The strange game... Colonel, dagger, library
Le sol de pierre, dur, froid et franchement, très peu engageant. Alors pourquoi se précipitait-il vers moi ? J'eus une poussée d'adrénaline et j'amortis ma chute avec ma main droite de façon à ne pas me casser le poignet, la gauche serrait contre moi mes affaires de cours. Un juron et une escapade de grimoires plus tard, je me retrouvai allongé sur le sol. Fichue pierre froide, fichue nuit, fichu cours qui me faisait me lever à pas d'heures. Le professeur Forester avait intérêt à être satisfait des recherches que j'aurais faites.

Des pas précipités, le visage d'Adèle plongé dans la pénombre qui se tenait devant moi. Je serrais les dents et grommelai dans ma barbe. Je me redressai lentement en vérifiant si je ressentais de la douleur. Je n'étais pas blessé, c'était le principal, et mes cours n'étaient pas abîmés ou perdus, c'était pas mal aussi. Je me composai un sourire las tandis que l'adrénaline refluait, ne me laissant qu'une sensation d'engourdissement. « Je vais bien, la chaise aussi, malheureusement. Le destin voulait que je me cogne dedans... » Je haussai les épaules et après une hésitation, acceptai la main tendue du Sinsear. « Merci » soufflai-je.

Je m’époussetais tranquillement et d'un coup de baguette vit s'envoler tout mes livres et parchemins sur la table, à côté de la peinture d'Adèle. Je lui souris plus franchement et m'assied en face de lui. « De quoi parlions-nous avant de je ne m'enfuis tout à l'heure ? » dis-je d'un ton amical. Je plissai les yeux tout en lisant un paragraphes sur la création de sortilèges de métamorphose. « A oui, de nos projets. » Je pinçai les lèvres tout en prenant note sur mon parchemin. Je relevai la tête. « Tu seras un excellent ambassadeur de l'art sorcier, tu as une facilité à allez vers les gens que je remarque avec moi. Je t'envie un peu, j'avoue. » Je lui souris timidement. « Je suis sûr que les gens t'écouteront si tu te montre aussi passionné que tout à l'heure pour expliquer ta vision des choses. »



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Sam 26 Juil - 7:39


Partie de Cluedo


A peine réinstallé, Remus Lupin plongea dans ses bouquins et commença à travailler, tout en relançant la conversation d’un ton amical. Comment faisait-il pour lire, prendre des notes et parler en même temps ? Mystère. Il avait l’air sacrément efficace, en tout cas et Adele lui envia une nouvelle fois sa capacité de travail et son exemplarité. S’ils devenaient amis, le jeune homme aurait sans doute une influence positive auprès de lui, il en était sûr.

Il aurait vraiment pu rougir face aux compliments de Remus mais il se contenta de lui lancer un sourire radieux et de répondre un simple « Oh, merci… » Gêné. « Moi c’est ta capacité de concentration et de rigueur que j’envi, tu as l’air d’être un élève modèle et je suis certain que tu as d’excellentes notes ! » Ajouta-t-il, histoire qu’il ne soit pas le seul à bénéficier de compliments.

Reprenant son pinceau il s’attela à peaufiner sa peinture presque terminer en commençant par remettre de la peinture rouge là où le poignard avait été posé un peu plus tôt. Le poignard ! Il l’avait presque oublié, celui-là ! Il jeta un coup d’œil discret et inutile à son sac de cours, comme s’il craignait que le couteau se manifeste soudainement. Il n’en fit rien, bien heureusement et c’est dans le silence que se déroula les vingt minutes suivantes.

Il y avait des personnes qui étaient gênées par les silences, qui ne pouvait s’empêcher de combler le moindre blanc par des banalités, espérant dissiper la gêne en parlant du temps ou des dernières nouvelles aux informations. Il préféra laisser Remus travailler dans le calme pour qu’il puisse avancer plus rapidement et parce qu’il ne voulait pas s’imposer au jeune homme.

Ils étaient tous deux concentrés sur leurs tâches respectives et Adele ne vit pas le temps passer. Au bout de vingt minutes son dessin était terminé et il s’autorisa à briser le silence.

« Ca y est, j’ai fini ! » Souri-t-il. Et, tout en se levant il attrapa sa baguette et la pointa bien haut au-dessus de sa feuille et entreprit de sécher la peinture magiquement. Quand cela fût fait il nettoya l’eau usé et les restes de peintures d’un simple coup de baguette et se rassit, ravi du travail accompli. Ce n’était pas une nuit de perdue puisqu’il avait réalisé un dessin et qu’il s’était peut-être fait un nouvel ami.

fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite



Spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]   Aujourd'hui à 1:46

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Colonel Moutarde, dans la bibliothèque, avec un poignard [Adele/Remus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Quand on s’appelle Preston, on va pas courir dans les bois. Avec un nom pareil il va se faire casser la gueule par un écureuil ! ☆ Dixie
» Mettre une musique dans votre signature
» Un bon moment en liberté dans le camp avec Mon ami indien. Mais il falait qu'une jument arrive??!( parachute)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Rez-de-Chaussée :: Bibliothèque-