Partagez | 
 

 P'tit Dej' aux allures de 3ème Guerre Mondiale [PV Solveig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adenora Dostoïevski
Litriu
PROFIL Lion

Messages : 74
Réputation : 27
Date de naissance : 25/07/1996
Nationalité : Anglo-russe

Aspiration : Serveuse à Sor-thé-lège! Pour le reste, faudra d'abord faire connaissance si tu souhaites le savoir!

Fiche : De l'Ombre à la Lumière! Fiche de Présentation
Liens d'une Anglo-russe Fiche de Liens
La vérité, rien que le vérité, dites je le jure Veritaserum
Comme les maths ne sont pas pas ma tasse de thé, j'fais le décompte, un point c'est tout! Fiche de points


RP en cours : Les Stratégies de l'Ombre PV REMUS
Les Limites [Cours 1] PV COMMUN
The Salvation of a Cupboard PV LIAM
The Submersion's Dance PV RUSSELL
P'tit Dej' aux allures de 3ème Guerre Mondiale PV SOLVEIG

RP Terminés : Yet another precious memory - St Barnaby's Leave PV SOLO
Dance with the Depression PV SOLO

•••••••••BADGES•••••••••




•••••••••LINKS•••••••••


Positifs:


Neutres:


Négatifs:


Un grand merci à Adelou pour ce superbe dessin qu'est mon Avatar ♥

RPG
Feuille de personnage
Age: 23 ans
Niveau: 5e année Maestria
Baguette Magique: Aubépine, ventricule de Dragon

MessageSujet: P'tit Dej' aux allures de 3ème Guerre Mondiale [PV Solveig]   Jeu 4 Sep - 11:55


P'tit Dej' aux allures de 3ème Guerre Mondiale
Solveig & Nora.

 



L'eau brûlante ruisselle sur ma peau dans un écoulement mélodieux. La salle de bain embaume de senteurs épicés, cannelle et anis, comme ma peau. Cela fait plus d'une heure que je me frictionne de part en part afin que l'odeur des ces épices imprègne ma peau. Les senteur caresse mes narines avec une ferveur douce. Lorsque je daigne enfin sortir de la douche, le miroir est totalement embué. Il me faut ouvrir la fenêtre et le froid hivernale saisit ma peau nue. Je sors de la salle bain dans la simplicité qu'offre la nudité et enfile mes vêtements. Mon réveil indique que je suis déjà en retard pour le petit déjeuné et qu'à cette heure, il n'y a sûrement plus personne à la cafétéria. Arth et Meredith revienne de réfectoire en riant. Je leur dit bonjour avant d'attraper mon sac de cours.

Au moins je serais tranquille au réfectoire et pourrais m'adonner à l'écriture en attendant la sonnerie du premier cour. Je croise foule dans les escaliers menant à la cafétéria, dont Liam qui me sermonne gentiment d'être encore en retard. Je ris avant d'atteindre le seuil de l'entrée du réfectoire. J'entre un grand sourire au visage, me saisissant d'un croissant, d'une pomme bien verte et d'un bol de café bien noir. Alors que je croyais être seule, j’entends le tintement d'une cuillère dans un bol. Je n'y prête aucune attention avant de voir qui avait produit ce son. Solveig Grimsonn. Ah que je haïssais cette fille. Une vraie harpie dépourvue de la moindres once de moral. Mon sourire coule telle une coulée d'empestine, se transformant en grimace. Là franchement je devais être maudite pour avoir affaire à ce démon dès le matin.

Je fais mine de ne pas l'avoir vue et m'installe un peu plus loin en espérant franchement qu'elle n'allait pas commencé à m'enquiquiner. Je mord dans mon croissant l'esprit bouillonnant d'une haine qui ne m'étais familière qu'en sa présence. Je savais vraiment pas ce que les gens trouvaient à cette garce, mais personnellement je la trouvais tout simplement infâme. Je jette un coup d’œil en sa direction. Non, vraiment, même physiquement, elle ne passait pas, sa vue me donnais des envies de meurtres sanglants. Je termine mon croissant et commence mon café. Je me souvenais de la première fois que j'avais vu cette charogne, avec le Choixpeau sur la tête, l'envoyant à Serpentard. S'il avait put l'étouffer j'en aurais été ravie. Dès lors qu'elle avait eut vent de ma condition de sang et sociale, oh mon Dieu, elle s'était donné à cœur joie de me ridiculiser, m’insulter, me martyriser gratuitement. Je me souvenais encore du coup où elle avait broder sur tout mes vêtements ''Mudblood'', ou encore la fois où elle avait brûlé mes carnets de note.

Cette charogne avait fait de mon adolescence un enfer, et était la principale personne à qui je pouvais vouer une haine indéfectible. A vrai dire, il me venais parfois à l'esprit de penser que si elle venait à agoniser devant moi, je crois que je ne lèverais même pas le petit orteil de doigt de pied pour la sauver. Je souris imperceptiblement à l'imaginer en train de s'étrangler avec un Corn flakes et moi face à elle... Non, en fait je crois que je ne pas comme ça, je ne suis pas comme elle. Oui, je la laisserait souffrir, mais lui sauverais la vie, juste pour qu'elle se rappelle toute sa vie qu'elle la doit à une Née-Moldue sans domicile fixe. Quelle magnifique vengeance, que j'en aurais presque pleurer de joie sur le moment. Je termine mon café avec une joie un peu trop étrange à mon goût.

Elle se lève, sa chaise raclant sur le sol. Je l'observe du coin de l'oeil déposer son plateau. C'était assez étrange voir cette teigne toute seule par ici, mais au moins ça a le mérite de me rendre heureuse. La croyant partie, j'entame ma pomme en sifflotant, contente de ne plus devoir supporter sa présence. Manque de bol, derrière moi, ses talons résonnent. J'ai même pas besoin de me retourner pour sentir sa présence tellement celle ci me donne des frissons de haine. Je ne sais pas ce qu'elle fait, mais elle semble fouiller dans son sac avant de contourner le dossier de ma chaise ainsi que la table pour se retrouver face à moi. Dans sa main, un parchemin remplis...

De quoi, je voulais même pas le savoir et m'en foutais royalement. Franchement elle ne manquait pas de toupet la petite, de se mettre devant moi, sans penser une seconde que j'aurais très bien put lui fourrer mon trognon de pomme dans les trous de nez... Non décidément elle avait décidé de faire la statue de bouillasse devant moi et d'empuanter mon air de son parfum trop fleuris pour mes narines. Tout ce qui m'importais, était que sa tronche de fouine dégage de ma vue. Pourtant elle ne dégagea pas de ma vue et resta plantée devant moi au moins cinq bonnes minutes, le temps que je termine ma pomme et lui accorde un regard aussi stoïque que je le pouvais bien que je me doutais qu'il était bien noir. Je pose le trognon de pomme devant moi aussi calmement que possible et lui lance d'une voix rauque et empreinte de mépris :

''Qu'est-ce que tu veux Grimsonn? ''

Nora tenue & Co:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

P'tit Dej' aux allures de 3ème Guerre Mondiale [PV Solveig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prototypes de chars français de la seconde guerre mondiale
» La légion Etranger pendant la Seconde Guerre mondiale (1939 - 1945)
» Un site sur la liste des généraux durant la seconde guerre mondiale ( En anglais)
» La légion Etranger pendant la Seconde Guerre mondiale (1939 - 1945)
» La Seconde Guerre Mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Rez-de-Chaussée :: Cafétéria-