Partagez | 
 

 3- Can't you just shut up?[Mars 1980 - Bloody Ghoul - Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phillip Harker
Nimh
PROFIL Gémeaux

Messages : 134
Réputation : 64
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Anglais

Aspiration : Te casser les couilles

Fiche : Toxic

RP en cours : Kiss me, bite me ; l'Épopée Harker/Waldon


RP Terminés : You wear me out
Rock ‘n roll et Happy hours
come on, is there anybody in there? - Abandonné
And I hate you more than life itself - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 22 ans
Niveau: 5e année Maestria
Baguette Magique: 29 cm, Bois de Saule, Voile de détraqueur

MessageSujet: 3- Can't you just shut up?[Mars 1980 - Bloody Ghoul - Insta-RP Phil/Ara]   Mer 14 Jan - 1:46

Arabella est à Stornoway, marchant vers le Bloody Ghoul où elle commence bientôt son shift. Elle est habillée en robe noire, classique et porte son manteau gris, L'air est frais et un peu humide, et le ciel quoique couvert, ne laisse pas échapper de pluie encore. Les potions de Phil marchent très bien finalement et vu le prix qu'il propose, elle va volontiers arrêter de prendre celles de Sainte-Mangouste, mais devra mentir à ses parents, qui vont la tuer si ils apprennent la vérité.

Elle atteint la porte arrière et entre, se rendant direct à la salle des employés. Son boss y est.

"Hello.", dit-elle simplement en rangeant son manteau.

Leurs deux dernières rencontre a laissé la rousse perplexe, la menant à croire que sa gentillesse cachait quelque chose et qu'elle devrait rapidement se distancer et oublier le sentiment de reconnaissance à son égard.


♦●♦●♦●

On dira bien qu'on ne s'en étonne plus, mais l'humeur de Phillip était tout particulièrement massacrante aujourd'hui. Il avait commencé sa journée avec une gueule de bois atroce et la potion pour l'apaiser lui avait semblé prendre des heures à agir, même s'il n'avait attendu qu'une vingtaine de minutes. Les cours auxquels il avait assistés avaient été tout particulièrement ennuyants et, comble de malheur, en travaillant sur une potion, son chaudron avait malencontreusement chaviré, versant sur le sol le résultat de près de 24 heures de travail.

C'est donc déjà colérique qu'il devait se rendre au Bloody Ghoul alors que ça devait normalement être Aglae - elle était malade et lui avait demandé de la remplacer la veille. Toujours habillé aussi sobrement - jean foncé et chemise grise - il était en train de compter les caisses. Le bar ouvrait dans les dix prochaines minutes. Il leva tout juste les yeux lorsque Arabella fit son entrée mais il ne lui répondit pas. Concentré. Et puis, il n'était pas d'humeur.


♦●♦●♦●

Arabella soupire en levant les yeux au ciel. Elle vérifie sa robe, pour s'assurer qu'aucune mousse ou fibre quelconque soit collé dessus et passe une main dans ses cheveux aussi habituellement en bataille que d'habitude. Les choses sont décidément redevenues comme avant très rapidement, mais après tout ne l'avait-il pas informée? Elle ne devrait même pas s'en formaliser.


"Ah, your politeness is as refreshing as ever, Harky." Il lui a dit qu'il redeviendrait chiant, elle en fera de même.


(Robe d’Arabella ICI )

♦●♦●♦●

"I swear to Merlin, don't fucking start on me, Waldon. Don't make this day any worse than it already is."

Il lui avait dit cela clairement, malgré sa mâchoire bien serrée et son air à la fois concentré et irrité. Vraiment, ça n'était pas le moment. Une fois qu'il a terminé de compter les deux caisses, il les prend dans ses mains et passe le corridor qui le mène directement à l'arrière du comptoir. Il met les caisses dans leurs tiroirs, se tourne pour jeter un coup d'œil aux bouteilles puis lâche un soupir sonore avant de dire.

"Taylor and his birdbrain better not be fucking late."

Et comme de fait, au moment où il termine sa phrase, il entend la porte arrière ouvrir, l'Américain s'excusant d'être à la dernière minute.


♦●♦●♦●

La mâchoire de la rouquine se serre elle aussi. Si il croit qu'il peut lui parler comme ça... elle accepte de lui faire un passe-droit cette fois, parce qu'ils vont quand même commencer le boulot et se tarter la gueule devant les premiers clients, ça ferait un peu cabochon. Les mouvements secs, elle s'assure que tout est en place devant le bar et l'insulte à l'adresse de Russ a le don de la faire réagir.

"Shut the F-"

Elle est coupée par l'entrée de Taylor et lui fait un grand sourire. "Hey, Russ, you're just on time, ain’t he, Harker?" elle rend un autre sourire à l'Anglais, petite peste qu'elle est.


♦●♦●♦●

L'Anglais regarde Russell qui, visiblement un peu embarrassé, s'avance vers la pièce principale, adressant un sourire désolé à Phillip. Celui-ci secoue la tête, petite mine de "C'est rien mais la prochaine fois grouille ton cul" puis lui dit simplement :

"We're about ready to open, give 'em a minute or two and then open the door. And don't let Brian come it today, Aglae told me he was acting like a real dick last night."

Il a, bien entendu, complètement ignoré la remarque de la rouquine. Même qu'en ce moment, il l'ignore tout court, se servant un verre d'eau et en prenant une bonne gorgée.


♦●♦●♦●

Arabella remercie intérieurement tout ce qu'il y a de bon en ce monde que Brian soit interdit d'entrée ce soir. C'est pas qu'il est toujours méchant, mais il sent le fond de tonneau, ce mec. Quand Harker l'ignore, elle en a marre pour de bon et décide de répliquer, le plus subtilement possible pour tenter d'éviter un surplus de malaise à Russ.

"It's almost cute when you lack of retort... almost, only."


♦●♦●♦●

C'est un rire sec et malsain qui franchit les lèvres du jeune homme à entendre sa petite pique tout à fait déplacée. Il passe sa langue sur ses lèvres, clairement irrité, puis vient se placer devant Arabella de façon à ce que Russell ne verrait que son dos. Penché dans sa direction, il pointe un doigt vers la jeune femme, son regard d'ambre bien enflammé d'une rage contenue.

"I told you. Don't fucking start on me today, I am in no mood to deal with your childish nonsense. Just do your job and everything will go fine. Understood?"


♦●♦●♦●

La voix d'Arabella se calque à celle d'Harker en terme de volume alors qu'elle approche son visage, le regard transparaissant son énervement.

"Don't talk to me about acting childish while it's all you fucking do since I've passed the back door ten minutes ago."

C'est difficile pour elle de respecter l'autorité, surtout quand elle ne voit pas cette autorité en tant que telle, mais simplement comme un chieur de premier ordre.


♦●♦●♦●

"You just never know when to shut your pretty little mouth, don't you?"

Il rit, méprisant, puis se retourne sans dire un mot de plus. Russell prend cela comme un signal et ouvre les portes, une petite nuée de clients faisant leur entrée un par un alors que l'Américain vérifie leur carte d'identité, leur souhaitant la bienvenue. Certains montent à l'étage VIP mais la plupart restent au rez-de chaussée, trouvant leur place au comptoir ou aux tables. Il n'adresse pas un regard à la jeune femme, retrouvant son habituel sourire malicieux lorsqu'un duo de brunettes plantureuses vient lui quémander un shot. En lui en offrant un, bien entendu.


♦●♦●♦●

Ara a le sang qui bouille dans ses veines et doit prendre une bonne inspiration pour arriver à faire semblant d'être calme et de bonne humeur avec les clients, tout en s'efforçant de ne pas lui lâcher une autre vanne. Elle observe les deux brunes lui faire du gringue et roule des yeux, sans plus, avant de servir un petit groupe fort sympathique, qui lui remontent un peu le moral en arrivant à la faire rire.

Ce n'est pas un état qui reste alors qu'en allant chercher la sambuca, Harker lui fonce dedans. Ou plutôt c'est ce qu'elle croit parce qu'en gros, ils se foncent tous les deux dedans.

"Watch where you're going damn, this is not a bumping cars ride!"


♦●♦●♦●

Le châtain prend volontiers le shot avec les deux jeunes femmes qui retournent à une table après avoir pris deux cocktails et payé. Il sert quelques autres personnes et, alors qu'il ouvre son tiroir pour y mettre l'argent, il se happe à la rouquine qui n'hésite pas une seule seconde à l'accuser. Il roule les yeux, fait même des efforts surhumains pour ne pas répondre. Ça lui prend tout, vraiment, mais il arrive à rester de marbre. Il préfère ne pas lui parler parce qu'il sait très bien que si ça va trop loin, il va exploser.

♦●♦●♦●

Arabella attrape la bouteille qu'elle était venue chercher et sur un ton aussi sarcastique que tranchant. "Oh please, don't be so polite, you'll make me blush." Elle retourne servir les verres, les aligne et attrape le briquet pour les enflammer, le petit groupe rit, un peu impressionné par les petites flammes. Ils les soufflent et aussitôt les boivent, la rouquine leur faisant un clin d'œil amusé.

Ils commandent ensuite autre chose et Ara retourne donc porter la sambuca. En passant derrière Harker elle ne peut retenir un petit "Asshat" murmuré entre ses dents.


♦●♦●♦●

Il est vraiment sur le point de perdre toute contenance quand Arabella redouble d'ardeur dans ses conneries. C'est qu'elle le cherche, en fait, cette connasse. Lorsqu'elle passe derrière lui, évidemment sans être capable de garder le silence, le jeune homme se retourne vivement et lui agrippe fermement le poignet. Le regard qu'il lui jette alors est tout sauf bienveillant.

"Your useless bickering might cost you your job, Waldon. Shut your goddamn mouth and work. I don't wanna be here right now but I have to be. Just fucking let it go. Let's have at it at the end of the shift, alright? I promise you I'll be real rough."

Et plus il parlait, plus ses lèvres s'étreignaient d'un sourire frôlant la limite entre le malicieux et le malfaisant.


♦●♦●♦●

Il vient de toucher un point. et de la faire flipper, en même temps. Bordel, il lui rappelle bien trop Terrence dans ces cas-là. Elle retient cette allusion à l'UMA qui lui brûle les lèvres et retourne donc travailler, l'ignorant à son tour. Elle se fera d'ailleurs un point d'honneur de le faire tout au long de leur quart de travail, tiens. Ce sera difficile, mais au moins elle gardera son boulot.


Au cours de la soirée, elle décide de se changer les idées en répondant aux flirts de certains clients, sans trop pousser, mais c'est un jeu qu'elle n'avait pas fait depuis un moment, ça a le mérite de calmer.


♦●♦ Fin de quart ●♦●

Phillip est en train de passer le dernier coup de guenille sur le comptoir lorsque Russell ferme finalement la porte. L'endroit est complètement vide et il est temps de faire le ménage pour le lendemain. En passant devant quelques tables où il ramasse des verres et des bouteilles, l'Anglais s'approche de l'Américain et lui dit :

"You can leave now, I need to talk to her a bit, no need to wait up."

Et sans se faire prier, le blond passe par le comptoir, envoyant la main à la rousse et lui souhaitant une bonne nuit avant de quitter. Phil s'approche à son tour du comptoir et se met à laver les verres d'un sortilège, les bouteilles vides se rangeant toutes seules dans une caisse à cet effet.


♦●♦●♦●

Arabella est en train quant à elle de s'occuper des verres qui jonchent le bar, attirant ceux qui sont au fond du bar d'un Wingardium Leviosa. Russell lui envoie la main et elle lui rend l'attention, son regard un peu confus. Elle comprend rapidement et dit, le ton las.

"Well, go for it, start your rant."


♦●♦●♦●

"What the fuck was your problem tonight? I told you twice that I wasn't in a good mood and you just kept pushing it. I don't know how you'd expect that to end in a good way, really. In front of customers too? You need to learn to watch your fucking mouth and listen to what people tell you, it isn't all that hard."

Bien entendu, il fait l'hypocrite, il fait l'offensé même s'il ne l'est plus vraiment. Mais c'est à son tour, un peu, de l'irriter. Il continue de se promener dans la pièce, ramassant des verres et nettoyant les tables, gardant un œil sur elle au courant de leur conversation.


♦●♦●♦●

Ara nettoie les verres au fur et à mesures qu'ils reviennent. Personne ne s'en rendra compte mais en ce moment leur dynamique de travail est bonne, même si le reste s'annonce être une suite de lancers de couteaux. Les dents serrées, car elle déteste se faire faire des remontrances, même quand elles sont fondées. Le fait que ce soit Harker exacerbe aussi la chose.

"Don't you try and put it all on me. First, I wasn't supposed to endure your fucking mood tonight, also I have this weird habit of not being fucking IGNORED by my coworkers, you know, tends to make the shift worse." La rouquine range les verres, s'efforçant à chaque mouvement de pas y aller trop fort. "So before whining, try and be a goddamn adult sometimes!"


♦●♦●♦●

"Being an adult? I don't know if you realize this, my sweet, but even I'm only a little older than you, I'm your boss. I make sure you get paid, I make sure you don't get harassed by drunk customers. So instead of spitting on me like an unthankful brat, you should know this; what I say goes. I wasn't asking for much. I was asking to be left alone."

Même s'il arrive à garder une apparence et un ton calme, au fond de lui, il rage. Elle a intérêt à se taire à partir de cet instant-là. Sinon il ne répondra plus de rien.


♦●♦●♦●

Ara repose le verre qu'elle était en train d'essuyer pour sécher ses mains, ou plutôt pour s'empêcher de le péter à force de le serrer. " I'm not ungrateful, but I don't have to sit and smile through your stupid mood swings. And, if you want to be alone, don't be in a fucking BAR with a coworker!"

Après tout, c'était pas si faux. Ara se débrouille bien seule et il n'avait pas à être à côté d'elle toute la putain de soirée, se dit-elle. Elle aurait préféré avoir un peu plus de boulot et s'éviter la tête de cul de Harker. À ce point, elle-même ne répond déjà plus de rien.


♦●♦●♦●

Phillip revient pour de bon vers le comptoir, verres aux mains. Les tables sont propres, les chaises sont placées. Tout est impec. Il retourne à l'arrière du bar et se met à vérifier les bouteilles pour s'assurer que rien n'est sur le point de se vider. Il en prend une - du Jack Daniels - dont il reste tout juste quelques onces dans le fond, et en vide le contenu dans un verre. Il jette la bouteille avec peut-être un peu trop d'entrain et avale ce qu'il y avait dans son verre de deux solides gorgées. Il pose le verre vide juste devant Arabella et dit, cinglant :

"Clean it up."


♦●♦●♦●

De deux doigts, la rousse repousse le verre vers le châtain. Décidément elle a la sensation qu'il vient de la traiter comme une putain d'esclave dans son ton et ça vient de l'achever. Son regard devient mauvais, un sourire à mi-chemin avec la colère apparaît.

"Look who makes a mess again. But it's something you’ve done for a long time, right? Heard you messed up real good back in London."

Et voilà, the lion bitch is out of her cage again. Elle n'a pas pour habitude de partir dans de telles joyeusetés, mais ne sachant ni la véracité des propos et n'ayant plus vraiment de contrôle sur elle-même, bouillonnante de hargne.


♦●♦●♦●

Ça ne commence que par un sourcil haussé, sourire défiant toujours aux lèvres. Il s'attendait à ce qu'elle repousse le verre dans sa direction. Mais ce qu'elle dit a le don de lui faire perdre tout contrôle de lui-même. Son cœur s'arrête de battre, son sang fait demi-tour et sa mâchoire se serre violemment.

"What the fuck did you just say?"

Il n'y a plus rien à faire, la valve est ouverte. Tout se déverse. Toute la laideur et la haine. Sa main d'abord tremblante vient happer avec une force déterminée le verre de son revers, celui-ci se fracassant bruyamment sur le bois de l'étagère à l'arrière du comptoir.

"What the FUCK did you just say? You wouldn't be talking about something you have no bloody clue about right? Because that would be a very, very silly thing to do."

Lui-même n'a pas remarqué qu'il s'était approché d'elle, son regard la sondant avec hargne alors que ses deux poings, bien serrés, restent le long de son corps.


♦●♦●♦●

Arabella est tellement en colère que la flippe qu'il lui fout avec sa voix ne fait que tout empirer. Faut dire que depuis sa rupture avec Terrence, elle a appris à prendre la peur et la mettre en hargne.

"Just shut the fuck up and assume that what you did wouldn't be a fucking secret. If you stopped being stupid AND such a dick, maybe people wouldn't warn me you were a motherfucking FREAK!"

Elle a crié le dernier mot, hors de ses gonds, ses propres ongles venant légèrement percer la peau de ses paumes alors que ses mains sont devenus des poings.


♦●♦●♦●

Les mots d'Arabella ont définitivement le don de le rendre complètement fou de rage. Le dernier mot qu'elle crie n'a qu'à peine le temps de se rendre à son cerveau que, dans un élan de rage, il vient prendre Arabella par la nuque, ses ongles courts s'enfonçant dans sa chair, et vient l'emprisonner contre l'intérieur du comptoir à l'aide de son corps bien large et grand malgré sa légère maigreur. Il s'agrippe à ses cheveux de cette même main, l'autre venant capturer les deux poignets de la rousse de ses longs doigts habiles pour les immobiliser puis, sans douceur, il lui fait pencher la tête vers l'arrière, la force à se cambrer le dos.

Et l'envie se mélange à la haine, bien malgré lui.

Il approche son visage du sien. Son nez effleure le sien alors que son regard d'ambre brille d'une lueur à la fois malsaine et avide. Il ne crie pas, cette fois. Il murmure. Il souffle.

"Listen to me. Real close. I won't say it twice. You don't wanna fuck with me. I've been nice so far and you've taken it for granted. Keep going the way you're going and I will take immense pleasure in destroying both you and your already scarred mind. Is that clear, love?"


♦●♦●♦●

La peur lui noue le ventre, la rage aussi et sa tête est inondée de souvenirs tous plus détestables les uns que les autres. Et au travers, dans les tréfonds de son esprit qu'elle n'ose pas avouer, il lui fait de l'effet. Si elle s'en rendait compte, elle vomirait surement, à force de se trouver si malsaine et d'avoir été conditionnée à ce point à endurer les coups avec Terrence, mais pour le moment elle est un peu en instinct de survie et son genou réagit automatiquement, venant se planter avec force dans le creux de la cuisse de l'Anglais.

"You don't wanna fuck with me either, dear."

Son subconscient s'adressait autant à Phil qu'à Terrence, qu'elle n'arrête pas d'imaginer à la place du châtain.


♦●♦●♦●

C'est par réflexe que le jeune homme se dégage de devant Arabella, son coup au creux de la cuisse résonnant encore dans son muscle. Il la lâche tout en entier, tout d'un coup, et se recule d'un pas sans la lâcher des yeux. Il pointe en directe de la salle arrière. Son cœur bat toujours violemment. La rage et l'envie qui lui travaillent les entrailles sont tout sauf saines.

"Leave. Now."


♦●♦●♦●

Arabella le regarde, la respiration profonde et une haine viscérale entre les entrailles. Sa voix s'élève à nouveau, incapable de s'en empêcher.

"Like I'd stay with a little bitchy pseudo-killer like you."

À ce point c'était seulement de la méchanceté gratuite, et elle prit le chemin de la salle des employés. Elle s'attend à tout moment à se faire poignarder dans le dos, l'adrénaline dans son corps est telle que de toute manière elle est prête à riposter.


♦●♦●♦●

Il ne la regarde même pas partir. Il ne peut pas. Il respire le plus profondément possible, essaye d'oublier que ses tripes sont en feu. Il a tellement eu envie de l'embrasser, de la mordre, de la frapper. Il en tremble. Ce n'est que lorsqu'il entend la porte s'ouvrir puis claquer que, sans y penser une fois de plus, il prend la bouteille vide de Jack et la jette sur l'un de murs de pierre, lâchant ce qui ressemble à un rugissement de frustration en même temps. Il passe sa main dans son visage puis dans ses cheveux et se souffle à lui-même :

"I fucking hate her guts."

C'est avec une cigarette aux lèvres que le châtain prend le balai et ramasse les éclats de verre brisés.


♦●♦●♦●

Ara tremble légèrement et son estomac ne forme plus qu'un petit nœud dans son ventre. Son bas ventre aussi lui envoie des signaux et bordel, c'est pas censé faire ça. La rousse se souvient bien de la règle du retour accompagné, mais décide d'y déroger, mettant son manteau et son foulard. Juste avant de sortir, elle se retourne vers la porte qui mène au bar et l'observe.

"Ugh, I hate this prick."


♦●♦●♦●

L'Anglais a décidé de ne pas rentrer à l'université ce soir. Pas envie de voir qui que ce soit. Pas envie de la croiser. Pas envie de faire autre chose pour le reste de la nuit que travailler sur son stock de drogue et s'en mettre plein le système en même temps. Il termine donc de tout balayer, s'assure que les portes sont vient verrouillés puis descend au sous-sol où il passera les prochaines heures avant de lamentablement perdre conscience sur le futon.

♦●♦●♦●


La rousse sort finalement en claquant la porte et s'allume une cigarette. Elle ne dormira pas non plus cette nuit, à se rendre folle avec ses pensées et sa rage. Et peut-être son envie sous-jacente de Harker. Elle le hait putain, mais ce qu'elle le hait.

_________________
The devil makes us sin, but we like it when we're spinning in his grip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

3- Can't you just shut up?[Mars 1980 - Bloody Ghoul - Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Mardi 1er mars 2011
» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
» 8 mars
» FLASH - Aristide sera de retour le 17 Mars 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Impedimenta :: dyschronisme :: Pensine-