Partagez | 
 

 4 - Skull Candy [Mars 1980 - Université - Instant Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phillip Harker
Nimh
PROFIL Gémeaux

Messages : 134
Réputation : 64
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Anglais

Aspiration : Te casser les couilles

Fiche : Toxic

RP en cours : Kiss me, bite me ; l'Épopée Harker/Waldon


RP Terminés : You wear me out
Rock ‘n roll et Happy hours
come on, is there anybody in there? - Abandonné
And I hate you more than life itself - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 22 ans
Niveau: 5e année Maestria
Baguette Magique: 29 cm, Bois de Saule, Voile de détraqueur

MessageSujet: 4 - Skull Candy [Mars 1980 - Université - Instant Phil/Ara]   Mer 14 Jan - 4:18

♦●♦●♦●

Il ne savait pas trop quelle idée lui avait prise de se présenter à cette fête. Il en avait trop rien à faire d’habitude mais cette nuit, il avait eu envie faire un peu d’exploration dans la jungle sociale. Une soirée costumée était organisée à l’université. L’opportunité parfaite de passer inaperçu, pour une fois. Jusqu’à ce qu’il veuille se faire remarquer. Le jeune homme termina son maquillage devant le miroir – craqué – de sa chambre puis enfila un jean bien simple et un hoodie noir par-dessus son t-shirt au col en V de la même couleur. Il se tape trois lignes de coke et une pilule de MDMA - en prenant soin d’emmener des extras au cas où – puis sort de sa chambre, descendant jusqu’à la salle de bal. La musique est forte, les effets de lumière aveuglants et la foule dansante est déjà un peu ivre. Se faufilant entre les gens, il se dirige vers le bar et se commande deux shots pour commencer la soirée, enchaînant avec un rum and coke.


(Maquillage ICI )

♦●♦●♦●

Un bal costumé, le genre de fête favori d’Arabella, un peu comme beaucoup de sorciers, il faut dire. Néanmoins on ne l'avait pas mise au jus sur la fête avant à peine une semaine plus tôt. Elle a fini par mélanger une tradition moldue et une tradition sorcière, faute de faire quelque chose de plus ambitieux comme costume. Elle porte donc une robe verte et un maquillage de sugar skull, ses cheveux lui ayant finalement obéit, ils gisent en ondulations qui font très fifties sous un voile de dentelle noir qui est lui-même soutenu par une couronne de roses noires, rouges et vertes. Elle est assez fière de son costume et les compliments ne réduisent pas cela.

La rousse va à son tour au comptoir et commande un grand Long Island Iced Tea.


(Robe ICI )

♦●♦●♦●


L’Anglais jette négligemment la paille mise dans son cocktail, impatient que l’effet de la MDMA se fasse sentir. Il lâche un soupir profond et prend deux bonnes gorgées, son regard ambré tout particulièrement saillant dans le noir de son maquillage de squelette. Il regarde les gens qui passent, qui dansent, puis voit une fille absolument sublime s’avancer du bar, pas loin de lui. Sa robe lui caressant les courbes, son maquillage semblable au sien et de magnifiques cheveux roux bouclés. Il ne détaille pas très bien les traits de son visage mais décide quand même de tenter quelque chose. Il se tourne vers le barman et dit simplement, en lui donnant de l’argent :

« I’m getting this drink and her next. »

Et bien sûr, il ne manque pas d’adresser à la jeune femme un sourire en coin, semblant encore plus malicieux que d’habitude à cause du maquillage.


♦●♦●♦●

Arabella se retrouve surprise lorsqu'elle reconnaît la voix de Harker - qu'elle reconnaîtrait entre mille désormais - et se tourne vers lui. Bon sang, il est canon quand même, elle l'aurait pas reconnu en plus dans tous le brouhaha. Elle comprend très vite que lui ne l'a pas reconnue. Elle rit un peu à sa remarque, mais évite d'avoir ce rire distinctif d'elle. It's time to play. L'Irlandaise ne répond pas, mais en recevant son propre drink elle quitte le comptoir et tout en lui faisant un petit sourire suivit d'un clin d'œil.

♦●♦●♦●

Il avait envie de la suivre. Envie de découvrir l’inexploré et l’inconnu. C’était peut-être la drogue qui commençait à parler aussi. Ses sens devaient à la fois tellement plus intenses, mais comme pris dans un univers éphémère et léger. Le jeune homme se redressa de sur le tabouret, terminant son cocktail d’une gorgée. Il hésita un instant, le temps tout juste de se claquer un troisième shot, puis se décida enfin à suivre la Sugar Skull. La main de l’Anglais, elle aussi maquillé pour ressembler à une main de squelette, vint se poser, chaude et invitante, sur l’épaule de la demoiselle. Il se pencha dans sa direction et souffla à son oreille :

« You wanna dance? »


♦●♦●♦●

La rouquine eu un léger frisson à sentir une main chaude sur sa peau qui a toujours tendance à être plutôt fraîche. Elle sourit un peu malicieusement pour elle-même en terminant une gorgée de son verre. Elle tourne la tête, curieuse de savoir si il va remarquer que la rouquine à qui il parle à les yeux lavande et est donc Ara. En retour, elle lui offre de nouveau un sourire insondable, l'air angélique.

♦●♦●♦●

Le jeune homme s’apprêtait à répéter sa question, certain que la rouquine n’avait pas compris. C’est en se penchant, sa joue effleurant doucement la sienne, qu’il remarqua plus clairement les yeux de la demoiselle. Puis son sang se glaça presque. À présent, tous ses traits lui semblaient si clairs. C’était Waldon. Il resta immobile quelques secondes, loin d’être sûr de ce qu’il devait faire, puis, alors qu’un sourire taquin étreint ses lèvres, il dit :

« Of course it’s you. And of course you wouldn’t tell me I look like a damn idiot. »

Son ton n’était ni méchant, ni accusateur. Teinté de sarcasme, mais bon. Il était de bonne humeur. La drogue le rendait plus aimable, pour une fois.


♦●♦●♦●

Cette fois, elle se met à rire franchement, venant siroter à nouveau une gorgée de Long Island. "It's because it's good seeing you in a natural state, you know?" Elle l'observe, elle-même d'excellente humeur, grâce à la fête dans son cas.

"I could almost repay you by accepting your invitation, you know, since you seem to feel like you wouldn't try to bite me tonight."


♦●♦●♦●

C’était étrange même pour lui, cette situation. La rancune qu’il avait envers elle était toujours bien là, et il allait toujours se souvenir que cette fille avait un jour dépassé les limites avec lui. Mais en ce moment, ça n’avait pas d’importance. Son corps ne répondait plus que de l’envie de contact qui brûlait en lui. Même qu’il en avait très chaud – tant qu’il retira son hoodie pour n’être plus qu’en t-shirt noir à manches trois-quarts et le renvoya à sa chambre d’un sortilège. Sourire toujours perché au coin des lèvres, il se mit à parler, son dos courbé vers la rouquine pour qu’ils s’entendent mieux :

« My state is far from natural, but whatever makes you feel better about this whole thing. »

Ses lèvres effleurent légèrement l’oreille d’Arabella lorsqu’il y murmure, chaud et provocateur :

« Aren’t you scared? »


♦●♦●♦●

Ara se mord l'intérieur de la lèvre. C'est que sa peau n'est soudainement plus si fraîche que ça, hein. Elle se retourne et dit, la voix chaude.

"Tonight is all about being scared, Harker."

Et c'est vrai que les fêtes costumées lui faisaient cet effet. Elle se met à vivre pour la peur. Harker ne lui paraît donc plus si terrible pour le moment. Et même si elle lui en veut encore, elle n'a pas envie de résister à ce que cette peur tentante lui dicte de faire.


♦●♦●♦●

Un bref rire bas et sombre passe les lèvres maquillée de dents de l’Anglais. Il était on-ne-pouvait-plus d’accord. Ses deux mains se posèrent sur les épaules nues de la jeune femme, étudièrent un peu malgré l’Anglais leur forme, leur chaleur avant de descendre le long de ses bras jusqu’à attraper fermement mais sans rudesse ses poignets.

« That’s the spirit. »

Ne la lâchant toujours pas des yeux, il continue en lui demandant :

« Wanna get another drink to make sure you won’t regret this or should we just go ahead and dance? »


♦●♦●♦●

La rousse regarde son Long Island à moitié terminé dans ses mains emprisonnées et sourit un peu. Malgré elle, elle fait un pas, se rapprochant d'autant plus de lui et ne peut s'empêcher d'apprécier les mains du châtain sur ses poignets, même si ça a le don de lui envoyer un frisson de peur de plus. Être vulnérable face à un homme comme Harker, c'est toujours peu rassurant.

"If you'd let me finish the one I already got, it'd be enough to blame alcool." dit-elle alors qu'après tout elle avait commandé un grand Long Island et compter en caler la moitié.


♦●♦●♦●

Ce n’est qu’en jetant un coup d’œil au verre qu’Ara tient dans sa main que le jeune homme réalise qu’il est peut-être en effet un peu pressé. Il sourit en coin, hoche brièvement la tête puis dit simplement, en relâchant les poignets de la rousse :

« I’ll go grab another shot, then. I’ll be right back. »

Phillip se rendit donc au comptoir, attendant certes un peu impatiemment que le barman lui accorde son attention, puis commanda son shot – du Jack. Mais le barman est surchargé, et la patience de l’Anglais est quasi inexistante. Décidément, ce mec ne sait pas ce qu’il fait. Sans attendre, le châtain contourne le bar, trouve la bouteille de Jack et remplit le shot bien plein. Ce n’est que lorsque celui-ci est aux lèvres du Nihm que le barman proteste. Phil pose le shot vide sur le comptoir, sourcils froncés et laisse quelques pièces de monnaie tomber au sol en guise de paiement avant de sortir de derrière le bar, l’air malin et détestable au visage.

« Just calm the fuck down boy, I know what I’m doing. I just wanted a goddamn shot, is all. »


♦●♦●♦●

Ara l'attend donc, un autre mec se met à danser contre elle et elle le repousse très gentiment au départ avant de juste se barrer rendu à la quatrième fois. Il était chiant complètement en sueur et vraiment déplaisant. Qui plus est, la patience de la rousse est déjà mise à mal et elle se rend vers le bar, pour savoir si Harker ne l'a pas simplement jartée.

Arrivée, elle voit Harker derrière le bar qui vient de se servir et de payer et se met à rire, restant un peu en retrait pour observer la suite.


♦●♦●♦●

L’Anglais ne fait que rouler les yeux devant les protestations additionnelles du barman mais finit bien vite par les ignorer, les balayant de la main comme on ferait une mouche agaçante. Il s’approche d’Arabella, sans manquer d’envoyer un finger au barman, puis il porte finalement toute son attention à la belle à qui il adresse un mince sourire.

« There was a fucking lineup, wasn’t gonna wait for a shot of Jack. You done with yours? I don’t wanna waste a perfectly good buzz that’s just about to get even better. »


♦●♦●♦●

Sans perdre de son sourire, même si Harker près d'elle a le don de la troubler, surtout ce soir, elle montre son verre complètement vide qu'elle envoie se déposer sur le bar d'un sort. Elle range à nouveau la baguette, dont le fourreau est en haut de sa cuisse gauche - les cicatrices qui la couvre sont d'ailleurs complètement camouflées et attrape la main d'Harker pour l'entraîner à nouveau sur la piste.

"You're on a buzz, huh? Should've thought that's what makes you... kinda nice" dit-elle en riant un peu.


♦●♦●♦●

« Sweetheart… I’m never sober. I make sure of that every single day. From the moment I wake up to the moment I miserably pass out on my bed. Or on the floor, whichever’s closest »

Et malgré le sourire qu’il avait aux lèvres, le ton de la fin de la phrase du châtain aurait pu sembler triste. Mais heureusement la musique était assez forte, et les lumières assez distrayantes pour qu’il espère qu’elle ne l’aille pas entendu.

Il prend la main de la jeune femme, l’enserre de la sienne de squelette trop chaude pour être celle d’un mort. Son autre bras se passe doucement à sa taille alors qu’il l’attire davantage vers la piste de danse. Le fait est que l’envie qui lui travaille la peau devient irrésistible; il doit la toucher. D’un mouvement habile, il la fait se tourner pour qu’elle lui fasse dos et, l’ayant pressée bien contre son ventre et son bassin, il se met à danser avec elle. Sa joue contre sa tempe, ses doigts enlaçant toujours les siens.


♦●♦●♦●

Arabella fait semblant de ne pas avoir entendu la fin de sa phrase. Elle l'a déjà bien assez attaqué sur ses faiblesses l'autre soir, elle peut bien se permettre de ne pas relever ça. Surtout qu'à ce point, pour peu elle jurerait ressentir de la compassion.

Se laissant tourner sur elle-même, elle ne résiste pas lorsqu'il la presse sur lui. Elle laisse tout son corps onduler au rythme de la musique qui fait vibrer ses tympans. L'alcool a cet effet qu'elle ne se demande pas ce qu'elle fout là, elle agit, tout simplement. Elle passe une main derrière elle et agrippe la nuque du châtain, se laissant descendre au fil de ses mouvements de hanche avant de remonter.


♦●♦●♦●


La drogue est parfaite. Elle lui permet de ressentir chacun des mouvements de la rousse contre lui, chaque rythme intense dans sa cage thoracique, le goût du Jack Daniels étreignant toujours sa langue. Elle lui permet d'oublier non pas avec qui il danse - ça, il ne le pourrait pas - mais leur historique, si bref et pourtant intense soit-il. Elle lui permet d'oublier l'envie animale qu'il avait eu pour elle lorsqu'il l'avait violemment appuyée sur le comptoir du Bloody Ghoul. Tout ça n'était plus important, demain les choses reviendraient à la normale et c'était tant mieux. Ce soir, il se permettait d'apprécier cette délicieuse proximité physique.

C'est donc tout naturellement que les épaules de l'Anglais se recourbèrent encore davantage vers la Ceart, ses lèvres glissant du haut de sa joue jusqu'au coin de sa mâchoire, tombant encore un peu plus bas jusqu'à son cou. Et sans y penser, subtilement, il se mis à embrasser sa peau du bout des lèvres.


♦●♦●♦●

Arabella ferme les yeux au contact des lèvres d'Harker, penchant la tête de l'autre côté pour le laisser faire son petit manège. Elle n'a pas l'excuse de la drogue pour faire ça, seulement celle d'un laisser-aller total et d'une envie latente qu'elle n'a pas su contenir. Peut-être aussi l'idée qu'il aurait autant envie d'oublier demain qu'elle, le lendemain matin.

La musique, comme si elle avait su quoi faire, passe à un rythme encore intense, mais bien plus lascif et la rouquine s'adapte à cette musique sans aucune difficulté, venant même jusqu'à tourner la tête et mordiller l'angle de la mâchoire du châtain, non loin du menton.


♦●♦●♦●

Il aurait pu jurer qu'il flottait. Que les gens autour d'eux n'étaient pas vraiment là, que la musique et les lumières n'étaient là que pour eux deux. La sensation de la robe et de la peau d'Arabella sous ses doigts s'imprimait dans son esprit, mais moins encore que son bassin qui se fondait au sien. Il en appréciait silencieusement chaque seconde.

Mais le silence du Nimh pris fin lorsque la rouquine vint se retourner pour lui faire face. Il se plongea dans son regard, s'y perdit. Quelques secondes avant qu'il ne sente les dents de la Sugar skull taquiner la peau de son menton. Un gémissement, bref et rauque, perça les lèvres du jeune homme alors que ses doigts se resserrèrent contre le haut de la fesse d'Arabella, à la frontière de son corset de son jupon. Sans s'arrêter de danser, Phillip se cambra encore un peu plus vers elle et murmura à son oreille :

"What game do you think you're playing, Waldon?"

Il ponctua sa phrase d'un avide baiser au creux de son cou, laissant ses dents raser sa peau sucrée alors ses doigts s'accrochaient avec encore plus d'envie au tissu vert de sa robe.


♦●♦●♦●

C'est juste trop hypnotique pour être vrai. Phil est une force de la nature en termes de fascination et même si on aurait déclaré un incendie à l'instant, elle ne bougerait pas d'un pouce. Les dents de son boss passent près de sa jugulaire et lui arrache une petite plainte délicieuse et basse. L'une de ses mains, toujours contre sa nuque, remonte dans ses cheveux et l'autre est posée sur son épaule, en appréciant toutes les formes et la chaleur, malgré le t-shirt.

"Apparently, the same one as you." dit-elle en pressant un peu plus son contre le sien, sa poitrine se comprimant un peu plus dans son corset.


♦●♦●♦●

La drogue qu'il avait dans le sang et sous la peau lui enlevait toute potentielle retenue, toute envie de jouer à son habituel jeu de manipulation. Tout ce qui lui importait à cet instant-là, c'était la réalisation de son plaisir. Toujours plus de stimulation. Pousser les limites.

Les lèvres et la langue du jeune homme s'attardèrent un instant contre le cou de la belle avant de remonter sa mâchoire, juste à la jonction de son visage et de son oreille.

"If I didn't know better, I'd take you to the washroom and fuck you right now.", gémit-il tout bas à l'oreille de la rouquine avant d'attraper doucement son lobe d'oreille entre ses dents.

Et comme s'il voulait joindre l'acte à la parole, ses mains chutèrent subtilement le long des cuisses de la belle, ses doigts récoltant le tissu de son jupon contre sa paume pour pouvoir finalement toucher sa peau.


♦●♦●♦●

Son murmure a pour effet d'envoyer de multiples chocs électriques dans tout son corps mais surtout au bas-ventre, ce que les mains d'Harker sur ses cuisses n'améliorèrent pas. Un sourire malicieux et sensuel naît sur ses lèvres teintées de rouge et elle remonta vint agripper les mains du châtain et les remis par-dessus son jupon, les gardant en place.

Elle vient à son tour à son oreille et dît, en bonne petite maline "Oh but you're not gonnet get that so easily, dear." et vint mordre puis suçoter la peau juste sous son oreille.


♦●♦●♦●

"I don't want it that easily either, love. The thrill of the chase is always so much more exciting."

Ses mains ne restèrent pas longtemps sur les hanches de la jeune femme, contournant légèrement le détour de son corps pour venir se poser sur le haut de ses fesses toujours caressantes et possessives. L'une d'elles remontant lentement dans son dos pour s'accrocher à sa taille sans que leurs corps ne cessent de bouger au rythme de la musique.

"But I can tempt you..."

Sa phrase resta suspendue dans le temps alors que ses lèvres prirent possession de son menton. Heureusement que le maquillage magique ne s'étendait pas avec la friction.

"... and tease you."

L'Anglais posa un baiser au coin des lèvres de la rousse, aspirant légèrement l'inférieure entre les siennes pour la mordiller délicatement.


♦●♦●♦●

Arabella a l'impression de sentir les mains d'Harker comme des brûlures agréables dans son dos et pourtant, elle n'est même pas censée sentir grand-chose avec le corset. Et ça c'était sans parler de ses lèvres, délicieuses et bien trop tentantes, qui étaient en train de la rendre complètement folle.

Dans un mélange brumeux d'alcool et de désir, la rousse ne se sentit pas capable de résister à au moins ça. Son visage se déplaça de quelques centimètres à peine pour transformer le petit manège de son vis-à-vis en baiser langoureux, ses deux mains venant caresser sa nuque.


♦●♦●♦●

C'est non sans un bref sourire conquérant et malicieux perché au coin des lèvres que l'Anglais céda volontiers au baiser, l'un de ses bras tenant toujours fermement par la taille alors que son autre main était venue s'accrocher au côté du cou de la rousse. Son corps cessa de suivre la musique, victime à présent du rythme de son envie qui le pressait avec plus d'ardeur contre la Ceart.

Le baiser était ardent, passionné, ponctués de douces morsures et de soupirs de plaisir. Deux squelettes fiévreux qui étiraient ce moment le plus possible. Tout était si bon, ça le rendait dingue d'envie. Plaisir masochiste qu'il avait à se plonger à fond dans ce moment en sachant très bien qu'il n'aurait pas ce que son corps voulait entièrement.


♦●♦●♦●

La rousse se perd complètement dans ce baiser, son corps la suppliant de céder à bien plus mais sa raison lui incombant de ne rien en faire. Elle n'en a peut-être pas trop donné l'air, mais en ce moment, ce serait elle qui traînerait Harker dans les toilettes si ça n'en tenait qu'à ses hormones.

Comment un mec peut-il être aussi excitant, flippant et détestable tout en même temps? C'est affreux. Et elle ne doutait plus que demain encore, elle regretterait d'avoir fait ça. Elle aurait définitivement dû accepter un shot de plus. Voire deux. L'une de ses mains glisse de la nuque au torse de son partenaire, venant serrer le vêtement entre ses doigts, faute de pouvoir toucher la peau. Ce n'est qu'après un long moment qu'elle coupe le baiser et faute d'un cerveau pour s'arrêter, elle murmure.

"What the fuck is happening..."


♦●♦●♦●

La brisure du baiser fait aussi mal qu'une déchirure. Son corps en a besoin comme il a besoin d'eau. Sans y penser, l'Anglais lâche une douce plainte de protestation avant d'ouvrir les yeux. Il aspire légèrement ses lèvres contre ses dents, comme s'il tentait de s'accrocher au goût de celles d'Arabella.

Toujours sans la quitter des yeux, il laisse sa main glisser contre la joue noire et blanche de la demoiselle et lui murmure, le ton bien brûlant encore.

"It doesn't matter. We're both gonna hate ourselves and each other tomorrow. I'd rather just enjoy it while it lasts. Tomorrow, you're gonna go back to hating my guts and I'll go back to wishing you could just shut your fucking mouth. But it's not tomorrow yet, right?"


♦●♦●♦●

Sa phrase a pour effet de lui arracher un rire. Elle est on ne peut plus d'accord. Alors que la main restée contre le cou descend assez pour caresser la gorge d'Harker du pouce, son regard alterne entre ses lèvres et ses yeux ambrés.

"I already hate you so fucking much right now..."

Cette phrase est suivit par un mouvement d'Ara, qui attire à nouveau Harker dans un autre baiser débordant de désir et de langueur, ses mains s'agrippant un peu plus fort, le creux de sa personne la suppliant un peu plus de céder - ce qu'elle continuerait de se refuser.


♦●♦●♦●

L'Anglais était sur le point de répondre à la remarque d'Arabella, sourire au coin des lèvres, lorsqu'elle le fait taire d'un baiser d'autant plus avide que le premier. L'appel du corps de la rousse devient de plus en plus difficile à ignorer. Ses mains ne savent plus où se poser, parcourent ardemment son corps de haut en bas, sans manquer une seule courbe. Il soupire de plaisir contre les lèvres de la Ceart, les lui mordille doucement, laisse sa langue percée caresser la sienne qui goûte le sucre.

Mais subitement, tout s'arrête. Quelqu'un s'impose à côté du duo et les pousse violemment tous les deux alors qu'une voix masculine s'écrit quelque chose dans le genre de "I knew you were fucking him!".



♦●♦●♦●

Ce petit nuage de luxure inassouvie éclate violemment pour elle et ça, ça lui met le moral à 0, moins que zéro. Et c'est une mauvaise nouvelle pour la ou le conn- Terrence. Of motherfucking course. Il est là, déguisé en vampire, assez classe comme à son habitude et vient l'engueuler. Il l'engueule, elle, maintenant. Oh bitch, il vient de signer son arrêt de mort.

"Terrence, you cunt, we're not together anymore, mind your own damn business!"

Cette phrase donne le réflexe au blond de la pousser à nouveau, plus fort. Ma parole, il doit être bien alcoolisé, parce que ça ne lui arrivait jamais autrement d'être brutal en public, la discrétion avant tout, quoi. Sauf que là il pue le whiskey en plus, ça n’aide pas.


♦●♦●♦●

L'instinct de Phillip revient au grand galop lorsque le connard d'ex d'Arabella vient s'imposer entre eux. Sourcil haussé, l'Anglais attend d'abord de voir où tout cela s'en va, poings bien serrés. Mais lorsque Terrence pousse la Ceart, Phil ne répond plus de rien.

L'Anglais s'avance et s'impose. D'une main, il agrippe le blond par la gorge, se plaçant entre lui et la rouquine.

"You better calm the fuck down, boy."

Un sourire mesquin étreint ses lèvres avant qu'il ne continue. Provoquant, toujours. À mi-voix, pour que lui seul n'entende.

"Don't worry, blondie, I fuck her so good she's basically forgotten all about you."

Puis le coup part. Un coup de poing solide à la mâchoire, assez pour bien sonner le blond mais pas suffisamment pour que Phil aille à le traîner hors de la salle de bal.


♦●♦●♦●

Arabella plaque sa main sur sa bouche quand Phil lui descend un coup de poing, étonnée oui, mais pas triste ou en colère. He had it coming, pensa-t-elle. Phil vient de lui clouer le bec comme il faut en faisant ça. Pourtant Terrence ne met pas de temps à riposter, envoyant un puissant crochet du droit à Harker.

C'est à ce moment que la rouquine sort de sa torpeur. Elle sait d'expérience qu'une fois que Terrence est partit, pas moyen de l'arrêter avant qu'il ne le fasse de lui-même. Elle sort sa baguette de son fourreau et la pointe contre la nuque du blond, l'enfonçant un peu rien que pour le plaisir.

"You calm down, or you really wish I take care of that?"


♦●♦●♦●

Il s'attendait à se faire frapper. Il le voulait, vraiment. C'était un plaisir inexplicable qu'il avait d'aimer provoquer les gens jusqu'à ce qu'ils perdent le contrôle d'eux-mêmes, jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus lui répondre que par un coup de poing. L'Anglais passa sa main contre sa bouche, remarquant qu'il y avait du sang. Un passage de sa langue contre l'intérieur de sa joue lui confirma que le coup de poing de Terrence avait été bien solide. Mais le sourire aux lèvres de Phil ne voulait tout simplement pas disparaître. Observant la scène, bras croisé, il prenait un malin plaisir à voir le blond enragé mais incapable de faire quoique ce soit. On voyait bien dans les yeux de Terrence qu'il hésitait vraiment entre sauter à la gorge du châtain ou se taire.

♦●♦●♦●

Elle sent l'hésitation de Terrence. Après des années passées à marcher sur des œufs avec lui, savoir ce qu'il pense ou ce qu'il fait à un moment précis est instinctif. La rousse enfonce de plus sa baguette contre sa nuque, lui faisant définitivement mal à ce point, sans doute.

"If you didn't understand, what you meant, it was : Back the fuck off and go on your merry way... Bastún." Le dernier mot était en gaélique, et le traitait fort poliment de bâtard.


♦●♦●♦●

C'est avec un peu de surprise que le blond se redressa l'air presque calme. Il adressait bien entendu un regard meurtrier à l'Anglais mais semblait résolu à ne pas continuer l'altercation ici et maintenant. Par un réflexe qui lui était inconnu, Phillip s'approcha d'Arabella. Il aurait très bien pu vouloir se venger sur la demoiselle. Terrence regarda Phillip puis Ara, à tour de rôle, et pouffa d'un ton dédaigneux, murmurant à mi-voix "You don't deserve anything better than garbage anyways" à l'intention de la rouquine avant de s'éloigner.

Le Nimh resta silencieux un instant, pas tout à fait certain de ce qu'il devait dire ou faire à cet instant-là. Il posa les yeux sur la rouquine et lui proposa, attendant qu'elle commente lorsqu'elle serait prête :

"I think you need a drink. Come."


♦●♦●♦●

Le blond se redressa finalement et sembla se calmer, mais Ara le connaissait, c'était un calme digne de celui du cœur d'une tornade et il trouverait le moyen, même au cœur de celle-ci de la blesser, lui envoyant un débris de plein fouet dans la gueule. Et en effet, avant de partir, il eut une pique à son intention qui la frappa de plein fouet. Des années qu'ils ne s'étaient pas vus et pourtant, il arrivait à la blesser.

Dents serrées et yeux retenant les larmes, elle attendit pour dire, le souffle court. "Yeah, that's why I stayed with you for three years." La voix de Phillip s'éleva ensuite et elle remarqua qu'il était venu près d'elle.

"Yeah, I think I need one. And some air, because I'm about to follow him and gut him right on the dancefloor."


♦●♦●♦●

L'Anglais n'hésita pas une seconde de plus lorsqu'il entendit Arabella approuver de son idée. Il passa au comptoir vite fait - ses yeux d'ambre appelant très vite cette fois le barman - et quelques minutes plus tard, revenait avec deux verres de Long Island Iced Tea. Il désigna la porte arrière d'un coup de tête - on avait emménagé la terrasse de musique plus calme et de sièges - puis s'y dirigea d'un pas lent, attendant qu'Arabella le rejoigne. À n'importe quel autre moment, il l'aurait laissé seule. Mais la MD le rendait tactile, social et - presque - sensible.

♦●♦●♦●

Arabella ne se fit pas prier pour le suivre. Entre rester ici et recroiser Terrence, ou suivre Phillip qui l'avait défendue et qui n'Avait pas été con une seule fois ce soir. Elle l'accompagna, appréciant une fois arrivée le calme. Elle boit une gorgée de Long Island et dit, un peu penaude.

"You know, I'm sorry. He really is an entitled dick. I can't believe that, ugh..."


♦●♦●♦●

Une fois arrivés à l'extérieur, Phillip se dirige vers un banc dont le dossier était appuyé sur un mur de pierre. Il y grimpant, s'asseyant à même le haut du dossier et du muret, ses pieds reposant sur le siège. Il prit une bonne gorgée de son verre et secoua la tête à ce qu'Arabelle dit, l'air impassible.

"Don't apologize. I'm quite familiar with his kind."

Il marqua une pause quelques secondes puis ajouta :

"Besides, it was obvious that if he saw us... making out, he wouldn't be thrilled about it, am I right?"


♦●♦●♦●

Ara s'Assoit à côté de lui, mais normalement. Elle acquiesce à ce qu'il dit. "Sure... the fact he saw us kinda makes me happy." Elle lui offre un sourire malicieux, avant de paraître un peu inquiète soudainement, se mettant à genoux sur son siège, tournée vers lui, observant son visage.


"He didn't hurt you too badly, did he?"


♦●♦●♦●

L'Anglais ne retient pas un court rire bas lorsqu'Arabella semble soudainement inquiète au sujet du coup de poing. Il prend une gorgée de son cocktail puis, secouant légèrement la tête, il dit :

"I've gotten beaten way worse. Can't say I felt it much with the booze and the drugs anyways."

Il regarde la rouquine droit dans les yeux, un mince sourire malin mais tentateur accroché aux lèvres, puis il ajoute.

"I never in my entire life would have guessed that you'd be worried for me."


♦●♦●♦●

La rouquine en question se ravise très soudainement, retenant son moment de gêne d'une gorgée de Long Island.

"I... wasn't actually really worried. Simply it's more courteous to wonder about a wound when it'd be caused by my the psycho I have for ex."

Elle se rassoit prend une autre gorgée, à ce rythme il va être vidé rapidement ce verre. " I think I would almost need drugs too, now."


♦●♦●♦●

"I have some, if you want any. But I don't know if I'd be willing to handle the responsibility."

Le sourire qu'il a aux lèvres soutient bien le fait que sa deuxième remarque était sarcastique. Il n'en avait rien à faire, de ce que les gens faisaient des drogues qu'il vendait. Il prend une bonne gorgée de son verre puis, yeux baissés vers Arabella, il dit :

"I have a joint too, if you want. Not quite as hardcore, still satisfying."


♦●♦●♦●

Ara considère l'idée de tenter plus fort, mais seule, comme ça? Non... elle aurait bien des raisons de l'essayer, autant de bonnes que de mauvaises à son avis, mais finit par refuser. Harker n'est pas le genre de personne avec qui il a envie de vivre ce genre d'expérience.

"I'll go for a joint." dit-elle, l'air nonchalante. "Should help my mood the other asshole wrecked."


♦●♦●♦●

La jeune femme n'eut pas le temps de finir sa phrase que le châtain sortait de ses poches un étui. Il l'ouvrit, en sortit un joint puis, après l'avoir humecté, le posant entre ses lèvres. Il range l'étui, trouve son briquet et allume le joint de quelques profondes bouffées. Il garde la fumée une dizaine de secondes puis, alors qu'il expire vers le ciel, il tend le joint à Arabella. Même si au fond de lui, il aurait voulu qu'elle lui demande un shot.

♦●♦●♦●

Arabella prend le joint et en tire une bouffée, balançant la tête vers l'arrière. Elle repense à plus tôt et se demande pourquoi diable ils n'ont pas continué ce manège. Une idée lui vient en tête alors qu'elle tend le joint à Phil.

"I want to retry the shot." dit-elle avec un sourire. À le voir, elle se doute bien qu'il ne dira pas non. "But, because there's always a but... I want to give it." Son sourire s'agrandit.


♦●♦●♦●

C'est bien le seul inconvénient qu'il voit à consommer de la MDMA; il lui est presque impossible de cacher ce qu'il ressent lorsqu'il est là-dessus. C'est donc bien évidemment qu'il esquisse un sourire fier lorsqu'elle lui dit qu'elle veut retenter le coup du shot. Mais il est franchement surpris lorsqu'elle lui dit qu'elle veut le donner plutôt que le recevoir. Il hausse un sourcil comme perplexe puis finit par dire, en se penchant un peu dans sa direction:

"I don't see why not."


♦●♦●♦●

Arabella, sourit, tout aussi satisfaite et abandonne le long island sur le banc. Elle prend le temps de se souvenir un instant, puis aspire une bonne bouffée du joint, laissant la fumée se répandre, faire un peu de son effet tout en s'agenouillant à nouveau vers lui.

Elle place un doigt sous le menton du châtain et pose ses lèvres sur les siennes, expirant ensuite la fumée. Elle s'est informée auprès d'un pote, les shots c'est sans les lèvres habituellement, mais avec Harker, la tradition est différente, dirons-nous.


♦●♦●♦●

L'Anglais accueille la jeune femme près de lui d'une caresse ferme à la nuque, ses doigts se refermant sur la base de sa chevelure alors que, les yeux entrefermés, il pose ses lèvres sur celles de la rousse pour recevoir le shot. Il aspire tranquillement, au même rythme où elle rejette la fumée. Celle-ci lui étreint les poumons quelques secondes avant qu'il ne l'expire à son tour par les narines. Mais il ne laisse pas leurs lèvres se séparer. Il embrasse la Ceart, avec plus de délicatesse qu'un peu plus tôt mais certainement avec la même envie. Il goûte sa salive, l'alcool et la fumée, profite silencieusement de sa proximité.

♦●♦●♦●

Arabella se laisse porter dans le baiser, le goût de cannabis se retrouvant amélioré à travers les lèvres de Harker. Son dos est parcouru d'un délicieux frisson et elle doit se retenir de ne pas faire descendre ses baisers, de ne peur de ne pas pouvoir s'arrêter de descendre. À force de réclamer grâce, ses poumons, et ses terminaisons nerveuses reçoivent un répit.

"I think I did an O.K. job, huh?" dit-elle avec un sourire taquin.


♦●♦●♦●

"Decent job for a beginner. But there's always room from improvements."

Il dit cela, le ton totalement sérieux, mais une lueur dans ses yeux montre bien qu'il ne fait que jouer. Il regarde Arabella dans les yeux encore un instant puis se redresse lentement, imposant entre eux une distance cordiale. Il termine son Long Island d'une bonne gorgée puis laisse son regard d'ambre naviguer vers les fenêtres. La fête bat toujours son plein à l'intérieur, mais lui ne semble plus être tout à fait de la même humeur. Il passe sa main dans ses cheveux courts, comme s'il s'apprêtait à dire quelque chose mais rien ne sort. Il prend simplement le joint des doigts de la jeune femme et en tire une bouffée.


♦●♦●♦●

Arabella sent son sourire s'éteindre en le voyant se séparer et retourne chercher son Long Island. Elle boit et se rassoit encore, un peu avachie, profitant des effets agréables du joint qui commencent à l'imprégner. Elle n'a pas besoin de parler, de lui dire quoi que ce soit. Ce soir elle ne se prend pas la tête. Après un moment elle ne fait que relever la main, signe qu'elle veut ravoir le joint.

♦●♦●♦●

Le châtain redonne le joint à la jeune femme, le posant avec précaution entre ses doigts, puis il se redresse du dossier afin de descendre complètement du banc. Il n'a plus envie d'être ici. Pour une raison qu'il connait mais qu'il choisit d'ignorer. Il a besoin de se défouler. De laisser exploser cette rage et ce désir, d'écraser une femme sous ses coups de reins. Pour l'aider à oublier. Il regarde furtivement autour de lui puis dit simplement à l'attention d'Arabella, la regardant droit dans les yeux.

"Keep the joint. I'll see you later at work."


♦●♦●♦●

La rouquine acquiesce tout simplement, retenant le petit vide que ça lui fait lorsqu'il part. Définitivement, elle va devoir passer l'excitation qu'il a implanté ailleurs, sinon ce sera impossible pour elle de bosser avec lui ce soir.

"All right, see ya."

Elle rebalance la tête vers l'arrière, autant pour couper court à leur regard que pour s'empêcher de lui dire de la suivre jusque dans les toilettes, prenant une autre bouffée de joint.

_________________
The devil makes us sin, but we like it when we're spinning in his grip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

4 - Skull Candy [Mars 1980 - Université - Instant Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Clefs de l’Université de la Fondation Aristide pour La Démocratie (UNIFAD) s
» Mon équipe de rugby à l'université
» Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :
» L'université haitienne: un triste tableau
» La révolte des étudiants de l’université d’État d’Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Impedimenta :: dyschronisme :: Pensine-