Partagez | 
 

 [~S] 6 - Ecstasy [Mars 1980 - Salon VIP du BG - Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phillip Harker
Nimh
PROFIL Gémeaux

Messages : 134
Réputation : 64
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Anglais

Aspiration : Te casser les couilles

Fiche : Toxic

RP en cours : Kiss me, bite me ; l'Épopée Harker/Waldon


RP Terminés : You wear me out
Rock ‘n roll et Happy hours
come on, is there anybody in there? - Abandonné
And I hate you more than life itself - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 22 ans
Niveau: 5e année Maestria
Baguette Magique: 29 cm, Bois de Saule, Voile de détraqueur

MessageSujet: [~S] 6 - Ecstasy [Mars 1980 - Salon VIP du BG - Insta-RP Phil/Ara]   Jeu 15 Jan - 4:14

~○♠○♠○~

Cela fait environ deux heures que Phillip est à l'étage du Bloody Ghoul, finalisant les derniers préparatifs pour la soirée spéciale qui a lieu cette nuit au Salon VIP. L'organisateur, un sorcier d'un certain âge avec beaucoup beaucoup d'argent a eu mot des prouesses toxiques de l'Anglais et a décidé d'organiser une soirée pour lui et une soixantaine de ses ami(e)s, portant le simple nom "Ecstasy". On a demandé au jeune homme d'être présent pour tenir le bar, en plus qu'il soit accompagné d'une jeune femme. Cet évènement rapportant assez d'argent, le reste du bar est fermé et c'est Arabella, puisqu'Aglae n'était pas disponible, qui a été assignée à la tâche. Quelques jours plus tôt, Phillip l'a briefé au sujet du code de conduite à avoir au cours de la soirée et de ce à quoi s'attendre des invités, en plus de lui donner une robe que l'organisateur voulait qu'elle porte. À Phillip, on a demandé de servir torse nu. Pour ne pas nuire à l'ambiance, vous voyez.

Quinze minutes avant que les invités arrivent, Phillip achève de préparer l'étage. Lumières tamisées dans les teintes de rouge et de violet, le bar plein à craquer d'alcool et de drogues. On a installé des coussins un peu partout, des chandelles, pour permettre aux invités de se sentir à l'aise. L'organisateur l'a bien averti, ils risqueraient de voir bien de la peau. Encore tout habillé - pantalon noir, un peu serré et t-shirt de la même couleur - Phillip examine les chambres, s'assurant que capotes et lubrifiants ne manquent pas.


~○♠○♠○~


Arabella a donc appris qu'elle devrait jouer la barmaid pour une soirée décadente, ce n'est pas une nouvelle qui la met pas plus en joie que ça. Bien sûr elle a déjà fait la fête, mais une où on lui demande de porter une robe (Celle ) qui n'en n'est presque plus une? Nah. Mais bon, le boulot, c'est le boulot et la rouquine préfère encore être derrière le bar.

Elle enlève donc son manteau dans la salle des employés et monte direct à l'étage, amenant quelques bouteilles en plus, au cas où et parce qu'avec ces alcools-là, elle a appris à faire des cocktails qui déchirent, donc qui sait. Elle salue rapidement Harker avant d'aller porter les bouteilles sous le comptoir, un peu mal à l'aise d'être en somme à moitié nue dans la même pièce que lui.

" We've got everything?"


~○♠○♠○~

Phillip sort tout juste du corridor des chambres lorsqu'il voit Arabella arriver à son tour. Fidèle à l'homme qu'il est, il ne peut pas s'empêcher de détailler - un peu subtilement, quand même - à quel point la robe (et son manque de tissu) est particulièrement seyante au corps de la jeune femme. Il en hausse même un sourcil avant de finalement la regarder dans les yeux. Il esquisse un bref sourire en remarquant les bouteilles qu'elle place sous le comptoir - she did good - puis il s'avance pour se placer derrière lui aussi.

"Everything's there."

Il hésite un instant puis ajoute, en commençant à sortir 60 verres à martini qu'il remplit avec l'aide de la magie du premier cocktail de la soirée qu'il avait préparé d'avance - un cocktail à base de Goldschlagger et de peach schnapps :

"I know you're probably uncomfortable with what you're wearing - even if you look bloody amazing in it. But let's keep in mind that we're each getting paid 100 galleons just to tend the bar tonight and supply the guests with drugs. The guy doesn't want us to get involved in the, erm, celebration in any way, but we still are gonna make really good money."


~○♠○♠○~


Arabella le regarde, étonnée par son compliment et s'empêche de rougir en allant s'asseoir sur un tabouret qui est derrière le bar, dans le coin. Tant qu'à ne rien faire, autant ne pas être dans le chemin. Ça a le mauvais effet de lui rappeler à quel point une fesse est à découvert en sentant le cuir sur sa peau.

"I prefer to not get involved anyway. I guess that's a win-win. I'll get comfortable once I'll have my mind occupied by work."

Elle dit ça maintenant, mais ne se souvient pas du tout que lui aussi va être à moitié habillé, ce qui mettra à mal son idée de finir par être à l'aise.


~○♠○♠○~


L'Anglais la suit discrètement du regard alors que, d'un sortilège stable, il fait déplacer les verres sur une table au centre du salon. Le jeune homme regarde l'horloge, plus que cinq minutes avant que les portes n'ouvrent. Il sort la bouteille de Jack Daniels et sert deux shots. Il en tend un à Arabella puis trinque silencieusement, glissant au passage un comprimé de speed entre ses lèvres avant d'avaler. Il lave les verres aussitôt qu'ils sont vides puis dit à la rouquine:

"If you feel like you need a little pick-me-up, I've got some speed I can give you. It'll just make you extra awake and efficient."

Non, il n'était pas nerveux, et il avait entièrement confiance en les capacités de sa collègue, mais il voulait que cette soirée se passe bien. Constatant qu'il ne restait que deux minutes, il enleva son t-shirt, qu'il jeta négligemment sous le comptoir à l'abri des regards et de potentielles éclaboussures en tout genre, dévoilant à Arabella son tatouage au dos (Comme ÇA. Elle avait déjà senti son piercing lingual sur sa peau, maintenant ils en étaient à un différent degré de découverte.


~○♠○♠○~

Prenant le shot, elle le vide sans problème, satisfaite. Le whiskey, c'est du courage liquide à ses yeux. La sorcière le voit avaler un comprimé et lorsqu'il propose du speed éventuellement, le lien se fait. Sur le coup elle s'apprêtait à dire un non catégorique, mais vu son niveau de malaise et sa curiosité naturelle, elle répond plutôt.

"We'll see if my awesome efficiency persists tonight."

Elle ajoute à ça un sourire faussement imbu d'elle-même avant de bloquer quand il enlève son T-shirt, dos à elle, ses yeux détaillant la musculature fine de son boss. Son regard suit le tracé du tattoo, aussi intriguée que troublée. C'est en se relevant que la rouquine se reprend, rejoignant à nouveau le comptoir.

"I suppose it's Russell who's going to check the invitations?"

Sur ce, un homme, ayant la prestance de l'organisateur entre - accompagné bien sûr - et semble déjà prêt à fêter.


~○♠○♠○~

L'Anglais n'a pas eu temps de répondre à Arabella que l'homme qui a organisé la soirée, un certain Martin Hemingsworth, se présente au bar, un grand sourire aux lèvres. Phillip l'accueille chaleureusement et commence sa petite parade, lui expliquant le principe du bar d'alcool et de drogue à volonté - basically, les gens doivent seulement demander et ils l'auront - puis lui montrant où sont les choses d'intérêts; sièges, lits, coussins, douches, stocks de condoms et de lubrifiants, jouets épicés, etc. Une fois les deux hommes revenus à la pièce principale, le châtain retourne près d'Ara, regardant les invités entrer un à un et se prendre un cocktail, commençant bien vite à discuter, d'abord.

~○♠○♠○~

La rouquine en question laisse Phillip gérer l'organisateur, se contentant de sourire avec courtoisie et s'assurer une énième fois que tout est en place. Son malaise se dissipe finalement au moment où elle se met à servir les clients, échangeant avec eux et s'avérant être tout à fait naturelle, tant qu'elle évite soigneusement les regards qui sont portés sur son accoutrement, et en évitant aussi de regarder Phil. Ça fait déjà beaucoup de trucs à éviter pour un début de soirée.

La première commande de coke arrive et elle sort la quantité demandée, le plus naturellement du monde, car s'imaginant qu’elle n’est pas en train de donner de la drogue à quelqu'un.

"Well, that's not so bad, after all..." dit-elle pour elle-même alors que le client repart.



~○♠○♠○~

Le jeune homme commence finalement à redescendre de son stress du début en voyant que les choses se présentent de façon plutôt fluide. Les invités sont à l'aise, ils complimentent l'endroit et le concept, certains même s'avançant vers le comptoir pour féliciter Phil qui, fier, accepte volontiers les compliments. Il donne un sac de quatre capsules de MDMA à un couple, leur souriant en coin, puis se tourne un peu vers Arabella. Il la regarde faire, regarde sa peau exposée et tout légèrement scintillante sous les lumières. Elle est belle, et ça le fatigue un peu de sentir cette pression constante contre sa nuque, souvenir d'un désir loin d'être oublié.

"You'll be fine. And if not, just tell me."


~○♠○♠○~

Arabella hoche la tête avec un mince sourire, rassurée. Tout se passe bien, les drogues passent, l'alcool aussi et la rousse arrive même à en oublier cette étrange fraîcheur sur sa fesse. Elle s'était promis de ne pas mater Harker, mais parfois c'est plus fort qu'elle et la rousse jette un petit coup d'oeil, non sans une envie refoulée.

Puis, les choses commencent à se réchauffer pour les clients. La musique semble suivre l'ambiance et devient plus lascive. Un premier couple part vers les chambres et un premier client vint lui faire du gringue. Elle reste polie et essaie de se défiler subtilement, sans y arriver. Ouais ça va moins bien d'un coup. Le client est beau, certes, à tomber même, mais elle travaille. Trois jeunes femmes arrivent, lui demandant des cocktails et la rousse voit là une porte de sortie.

"Harker, could you... take care of the kind sir here, got three Volcano to do!" demande-t-elle d'un ton innocent.


~○♠○♠○~

Phil commence à remarquer le changement d'ambiance à son tour et même s'il s'en voit un peu malaisé, ça ne lui déplaît pas totalement. Même si les invités sont tous âgés de plus de 35 ans, la plupart d'entre eux sont beaux et belles, bien habillés et il ne dirait certainement pas non à un peu de distraction visuelle pour éviter d'attarder son regard sur les courbes d'Arabella. Il se sert un rhum and coke vite fait et, alors qu'il en prend une gorgée, il remarque qu'Arabella semble se faire déranger par l'un des invités. Elle n'a pas besoin de lui demander deux fois que les jeunes gens changent de place, Phillip prenant la place de la demoiselle devant l'homme.

Il lui sert ce qu'il veut, évitant son regard meurtrier, mais finit par se pencher dans sa direction pour lui souffler quelque chose du genre "If you don't stop that shit with her, I'm gonna have to show you out, sir. Your paying friend is aware of our policy. Are we clear, sir?" L'homme lui répond d'un grognement résigné puis s'éloigne.


~○♠○♠○~

Ara le remercie du regard quand il accepte et sert donc les trois femmes qui partent rejoindre deux hommes, s'asseyant directement sur leurs genoux. Apparemment elles ne goûteront pas le cocktail tout de suite... un peu gênée, la barmaid détourne le regard et lave quelques verres d'un sort, les clients affluent de moins en moins et surtout, la demande de drogues dépasse celle d'alcool désormais. Depuis la chambre, on entend très en sourdine des bruits explicites, ce qui a le don de l'intimider d'autant plus, lui faisant échapper un verre, par chance la musique est assez forte pour que le bruit ne dérange pas les clients.

"Ugh... shit!" lâche-t-elle en se penchant, commençant à ramasser les bouts de verres sur le sol. Elle est si gênée maintenant qu'elle en oublie même de faire un reparo, c'est un peu pathétique.


~○♠○♠○~

Un gémissement féminin plutôt clair perce l'air à travers la musique, juste assez longtemps pour qu'il se rende aux oreillers des deux tenanciers du bar. L'Anglais lève la tête, comme surpris mais pas dérangé. Mais il entend bien vite un bruit d'éclats de verre. Le jeune homme sursaute, cherchant la source du bruit du regard, puis se rend compte que c'est Arabella. Son air ne ment pas, elle est un peu troublée. Sans y penser deux fois, le jeune homme sort sa baguette et ramasse les éclats d'un sortilège, les envoyant à la poubelle - pas besoin de réparo, ils ont des centaines de verres.

Phil s'avance jusqu'à être devant Arabella puis, comme pour la forcer à le regarder dans les yeux, il pose ses deux mains sur ses épaules, les massant un peu du bout du pouce. Il lui offre un sourire qui se veut rassurant, bien qu'il semble plus charmeur qu'autre chose, puis lui dit :

"Don't let it get to you. It's none of our concern. It'll be over in a few hours and you'll walk out of here with 100 galleons cash."

Il lui désigne l'étagère de drogue derrière eux d'un signe de tête et dit simplement :

"Want something soft that'll take the edge off?"


~○♠○♠○~

Ara sent les mains de Phil sur elle et se sent à la fois la piqûre de la peur et cette chaleur distincte qu'il lui donne. Son sourire la fait encore plus douter, se demandant si il lui cherche pas des noises, là.

"I-I know. I'm simply not used to... all of that." Elle ramène une mèche de cheveux derrière son oreille et lorsqu'il lui propose un «remontant» elle le regarde, franchement hésitante, mais tentée aussi. Après s'être mordu l'intérieur de la lèvre, elle lui demande. "M-maybe... but what?"


~○♠○♠○~
Le jeune homme lâche les épaules de la rouquine puis se dirige vers l'étagère où il sort un petit comprimé en forme de coeur. Il le tend à Arabella et dit :

"It's something I made from scratch. I'll just make you feel more relaxed and bring your mood up, but you won't see a difference in anything else. You'll just be at ease with all this."

Il sert un shot de Jack à sa collègue - il lui faut bien quelque chose pour l'avaler, non? - et le lui tend aussi avant d'ajouter, alors que dans la pièce les gens commencent à se toucher et s'embrasser et que les cris dans l'autre chambre se font accompagner du bruit distinct d'une fessée solide sur le derrière

"I'm sure you think you have somethine to worry about, but you don't. I told you, I don't fuck around with business."


~○♠○♠○~

Arabella prend le shot et le comprimé. Elle ne l'écoute à moitié, répondant un simple "I know..." découragée d'elle-même, observant le comprimé. Elle ne se laisse pas le temps d'hésiter plus longtemps et le prend, vidant ensuite le verre en balançant la tête vers l'arrière. Ceci fait elle repose le shot et sourit à Harker, même si elle est encore un peu incertaine de ce qu'elle fait.

"Thanks, Harker. I mean, I know you do it for yourself so I don't fuck up or anything but still, thanks."

Franchement, la rousse ne sait pas si ce qu'elle vient de dire va le vexer ou pas, mais ce n’est pas si grave. La pilule commence à faire effet, tiens.


~○♠○♠○~

"I would never let you screw up that evening. Both for me and for your 100 galleons. But mostly for me."

Il esquisse un sourire et, lorsqu'il est assuré qu'elle semble être plus posée et concentrée, il se retourne et commence à servir les clients qui semblent maintenant tous dans un état d'ébriété confortable. Dans un coin, un couple est en pleine session de make-out intense, tant même qu'une main glisse sous un mince chandail pour s'agripper à un sein. Phil pose les yeux sur la scène un bref instant mais est bien vite rappelé à la tâche par quelqu'un qui veut de la coke.


~○♠○♠○~

Sa réponse la fait d'autant plus sourire et elle recommence aussi à servir les clients, nettement plus détendue et d'assez bonne humeur. Les bruits de la chambre - la deuxième est d'ailleurs occupée elle aussi maintenant et par plus de deux personnes - ne la dérange même plus. Deux clients viennent demander de la MDMA et du speed, ce qu'elle leur tend.

Elle remarque à son tour les deux en train de se peloter dans un coin et fait un sourire qui cache un rire derrière. "Harker, we're gonna lack rooms soon." dit-elle à la blague.


~○♠○♠○~

"The organizer said to expect stuff like that. I told him it was fine. It's not like it's something we've never seen before, am I right?"

Il jette un regard entendu à la rouquine et tente de se remettre le plus rapidement possible dans son mood travail. Mais l'ambiance, la musique, les lumières et la robe d'Ara semblent être une distraction plus que suffisante pour lui donner des idées un brin déviantes. Il savait pertinemment, par exemple, que le creux entre le côté du comptoir des clients et le leur serait tout à fait confortable pour le derrière de la rouquine alors que lui se placerait entre ses cuisses, à la clouer au bois de ses coups de reins. L'Anglais vint se mordre l'intérieur de la joue - allons, ça suffit.


~○♠○♠○~

L'Irlandaise rit un peu à son insinuation et prend le temps de le détailler de haut en bas avant de dire, joueuse. "Yeah, I think I remember something like that"
Ressentant une soudaine tension, pas désagréable mais assez pressante dans l'air entre eux, elle se détourne, essayant d'oublier les images qu'elle a de la nuit passée, qui a été agitée, mais dont le songe était loin d'un cauchemar. Pendant un moment où les clients sont tous "occupés", elle s'appuie au comptoir et lance un regard en biais au châtain. Elle remarque son air et décide de jouer un peu avec le feu.

"What Harker, you like what you see?" À ce moment si on demande à Ara, elle est certaine de sous-entendre l'ambiance charnelle des V.I.P. mais après-coup c'Est vrai que ça peut sous-entendre autre chose.


~○♠○♠○~

C'est lorsque le jeune homme commençait finalement à sentir que la pression viscérale qui lui pesait au creux du ventre s'apaisait qu'il vit Arabella se placer contre le comptoir, comme il l'avait visualisé plus tôt. Il retient un air surpris, se contentant de sourire d'un air se voulant sarcastique lorsqu'il l'entend. Il prend quelques secondes avant de lui répondre, son regard plongé sans retenue dans le sien. Il la sonde, la fouille, s'impose et surtout, il fait exprès,

"I'm not a liar. I love what I'm seeing."


~○♠○♠○~

Arabella tente comme elle peut de ne pas être décontenancée par son regard, même si franchement, elle sait bien qu'elle n'y arrivera qu'à moitié. Silencieuse un instant elle lâche ensuite un petit rire et survole la pièce d'un regard. Un client s'en vient, le pas lent surement pour ne pas avoir l'air complètement défoncé.

"Too bad you won't get any." lui adresse-t-elle avec un de ses petits sourires bien à elle.

Okay, elle avait fini par voir son propre double-sens et a décidé de jouer encore là-dessus, mais c'est lui qui le cherche à la regarder assez intensément pour qu'elle prenne chaud. Le client arrive et elle lui fait sa commande, perdant un moment Harker de son focus.


~○♠○♠○~

Le jeune homme s'apprêtait à répondre à Arabella lorsqu'elle fut interpellée par un client. Elle avait frappé dans le mille; Phil répondait toujours à la provocation, surtout lorsqu'elle était si tentante. Il regarde la rouquine, détaille la courbe de ses fesses dans le mince écrin de sa robe. Décidément, l'ambiance était contagieuse. L'Anglais donne à un couple de deux hommes deux comprimés de MDMA puis, lorsqu'Ils ne sont plus occupés. Il se retourne vers la Ceart. Il s'avance de quelques pas, se penchant dans sa direction pour lui souffler dans l'oreille.

"Two galleons that we'll kiss tonight. And that we'll both want it. Because I already know we do."


~○♠○♠○~

Ara sent la chair de poule se répandre dans sa nuque et se mordille la lèvre. Reculant un peu sa tête pour se retrouver face à face à peine quelques centimètres, elle murmure :

"I don't give a fuck about two galleons. What I give a fuck about is to see you not winning it."

Avant de se laisser avoir par la tentation, la jeune femme se recule. Ça lui fait décidément du bien cette pilule. Elle se détourne et fait mine de bosser, comme si rien ne venait de se passer.


~○♠Ellipse; fin de soirée♠○~

C'est les joues rosies d'effort physique et les yeux doucement vitreux d'alcool et de drogues que Martin serre une dernière fois la main de Phillip avant de quitter le salon VIP. Tout le monde a adoré, lui a-t-il dit avec un grand sourire en lui donnant les deux pochettes de cuir pleines de gallions en guise de paiement additionnel pour la soirée. Ce n'est que lorsque tout le monde est parti que l'Anglais lâche un petit soupir de satisfaction, réellement heureux que tout ce soit passé sans problème et que, bien entendu, Arabella et lui soient payés. Il s'avance vers le comptoir et pose les deux poches avant de dire à l'adresse de la rouquine :

"We'll clean up here first and then we clean the rooms, alright? Shouldn't be too long."

Puis, d'un coup de baguette, le balai commence à s'activer sur le plancher, ramassant éclats de verres, pilules échappées et autre joyeusetés révélatrices du genre de soirée il y a eu.


~○♠○♠○~

Arabella dit au revoir à l'homme qui la remercie elle aussi puis prend la poche entre ses doigts comme pour s'assurer que c'est vrai. Elle la repose et hoche la tête, soulagée de ne plus être à moitié nue devant plein d'inconnus, quand même. Elle lance des sorts de nettoyage aux sofas, avant de commencer à s'occuper du bar.

"Okay, I still have a little effect of the pills, but I'm a tad scared of what I'll find in those rooms" annonce-t-elle avec un rire dans la voix.


~○♠○♠○~

"Just be thankful we're not Muggles, we don't have to touch anything with our hands."

La pile de déchets ramassée par le balai se soulève elle seule de terre pour venir se déposer dans la poubelle. D'un accio silencieux, Phillip attire la serpillière et un sceau d'eau bien chaude et, avec la même magie, le sol se lave tout seul. Le jeune homme se penche pour voir sous chacun des divans pour s'assurer que rien ne s'y cache puis s'avance vers le bar pour aider Arabella à terminer ce qu'elle avait commencé. Il nettoie les armoires, s'assure que les stocks sont remplis, puis se penche pour prendre son t-shirt qu'il met simplement par-dessus sa poche d'argent. À vrai dire, il n'a pas envie de remettre son t-shirt. Pas tout de suite, en tout cas. Pas avant qu'il ne gagne son pari.


~○♠○♠○~

Lâchant de nouveau un rire, elle doit avouer qu'il a raison. Apparemment Phil décide de ne pas remettre son T-shirt et la rouquine en est aussi frustrée que satisfaite. Lorsqu'elle termine le comptoir, elle décide de retarder un peu la vue de la chambre en sortant deux shots et les remplissant de vodka.

"Before we see a preview of all the kinks imaginable, I want a celebration shot." Ara prit le shot entre ses doigts. "To a hundred fucking galleons!"

La rousse lui fait un sourire un peu provocateur et vide le shot en balançant la tête vers l'arrière. Elle est très clairement détendue. Faut dire jusqu'à maintenant, c'est la soirée la moins problématique qu'elle ait vécue avec lui.


~○♠○♠○~

L'Anglais s'apprêtait à prendre un pas vers le couloir des chambres lorsqu’Arabella l'interpelle et l'attire en lui proposant un shot. Il prend le verre, se le balance dans la gueule sans broncher et sans manquer de faire un cheers bien senti à sa collègue - après tout, ce n’est pas tous les soirs qu'on se fait 100 gallions en cinq heures. Il nettoie aussitôt les deux verres souillés puis, en trainant le balai et la serpillière derrière lui d'un sortilège, il part en direction des chambres.

Les planchers sont vites lavés et quelques coups de baguettes suffisent à laver la salle de bain mais c'est quand vient le temps de désinfecter les jouets de Phil ne retient pas un petit rire à mi-chemin entre le dégoûté et l'amusé. Le travail se fait, toutefois, sans que l'Anglais ne perde son réel objectif de vue.


~○♠○♠○~

Arabella part s'occuper de l'autre chambre et en entrant, lâche une exclamation bien sentie "What the FUCK. Is that made to split someone in two?" Sur le lit trône un jouet dépassant les dimensions naturelles et Ara préfère le désinfecter et le ranger en premier avant de s'occuper des planchers.

L'odeur de sexe est telle que la rousse se demande s’ils n’ont pas juste bourré la pièce à rabord de gens nus pendant un moment.


~○♠○♠○~

Une fois la première chambre bien propre et la fenêtre ouverte pour laisser circuler l'air (en plus d'un éliminateur d'odeur magique pour aider à faire passer l'odeur de sexe), il passe de l'autre côté pour venir aider Arabella. Il rit un peu à voir le jouet mentionné un peu plus tôt et termine de tout nettoyer.

L'Anglais profite d'un moment où la rouquine lui fait dos pour s'approcher d'elle. Avec une rudesse ardente, il vient lui attraper les deux bras du creux de son coude, les lui tenant ainsi derrière le dos. Il la presse fermement contre le mur de son corps, son bassin venant inconsciemment se balancer contre les fesses de la jeune femme. Sa main libre se glissant dans un des trous dans la robe de la jeune femme, au niveau du haut de sa taille, il plonge avec ardeur ses doigts dans sa peau nue alors que le haut de son corps se penche comme pour l'emprisonner, ses lèvres se pressant avec faim au creux de son cou.

"I'll stop if you really want me to...", gémit-il presque d'envie contre la peau de la belle


~○♠○♠○~

Alors qu'elle était en train d'effacer une dernière tache étrange sur un mur, elle se sent être plaquée sur le mur et ne retient pas un cri de surprise, un peu effrayée. Il se presse de tout son corps et pendant un moment elle se sent complètement chavirer, ses muscles tendus sous ses lèvres et ses doigts. Sa voix la force à se poser elle-même la question. Emprisonnée comme ça elle flippe un peu faut avouer, mais il lui provoque aussi une envie quasi-irrésistible.

Ainsi, incapable de se décider, elle susurre sur un ton qui se veut taquin et nonchalant - pas très convaincant pour le dernier : "So, I guess it's not your wand I feel down there..."


~○♠○♠○~

"It's not like I'm trying to hide it, hm?", répond-t-il aussitôt, du même ton chaud, voire affamé.

Il continue son petit manège, se presse et se frotte contre elle alors que ses lèvres et sa langue se font de plus en plus avide contre sa peau. La main qu'il avait à la taille de la jeune femme s'avance vers le devant de son corps, ses ongles lui griffant légèrement le haut du ventre alors que ses lèvres se pendent à son lobe d'oreille, qu'il suçote et titille du bout de sa langue percé.

Puis il s'arrête subitement. Se recule, la relâche. La fait se retourner, son regard vitreux d'une faim animale mais retenue. Il pose ses deux mains sur ses hanches et lentement la pousse vers le lit où il la fait basculer avant de se placer à quatre pattes au-dessus d'elle. Il embrasse sa clavicule, remonte vers son menton et, la fixant toujours, une main lui tenant fermement le côté du cou et la mâchoire, il murmure :

"I promise I won't fuck you."

Puis ses lèvres s'imposent aux siennes, les possède, le baiser se faisant très fiévreux, très rapidement, sa langue venant vite trouver celle, délicieuse, de la rousse.


~○♠○♠○~

Arabella se laisse faire, limite maniée. Son bassin bougeait en rythme avec celui du châtain et ses mains, quoi qu'emprisonnées derrière elle, vinrent quand même griffer son torse, par frustration autant que par désir.

Puis il la repousse sur le lit et pour le coup, elle s'inquiète. Elle se connaît, elle se sentirait sale après-coup de coucher avec quelqu'un d'aussi malsain... avec qui elle est aussi malsaine, plutôt. Ses mains se font plutôt timides en rejoignant son dos. Puis il lui murmure exactement ce qu'elle avait besoin d'entendre et là, elle se laisse aller. Au diable avec ces deux putains de gallions.

Sa langue entame une danse - assez près du tango en terme de passion - avec celle de Phil, se perdant complètement dans ce baiser. Ses deux mains viennent se poser sur le torse de son patron et dans d'habiles mouvements, elle retourne la situation, se retrouvant à califourchon sur lui, sans se départir de ses lèvres.

"I promise too, but I can't promise I won't make you beg for it." Son sourire carnassier n'est interrompu qu'en allant embrasser et mordre le cou d'Harker.


~○♠○♠○~

C'est un sentiment de fierté qui s'impose d'abord à l'Anglais lorsqu'il sent qu'Arabella se laisse aller dans le baiser - il le savait bien au fond. Rendre l'inévitable un jeu est souvent bien plus amusant que de simplement tomber dedans. Mais cela le surprend un peu lorsqu'elle vient prendre contrôle de la situation. C'est toutefois bien loin de lui déplaire, un sourire en coin témoignant de son plaisir dans toute cette situation.

L'une de ses mains vient se poser sur la hanche dénudée de la demoiselle - cette robe était définitivement parfaite pour l'occasion - et se glisse sous le tissu, suffisamment pour qu'il puisse agripper sa fesse en un geste d'humeur tout particulièrement territoriale.

"I'd like to see you try, love"

Il a tout juste le temps de finir sa phrase qu'une plainte basse s'échappe, incontrôlable, de sa gorge lorsque les dents de la rouquine se plongent dans la peau de son cou. Il serre d'autant plus la peau sous ses doigts, ceux  de l'autre main venant se glisser dans la chevelure de la Ceart. La forçant à cambrer légèrement la tête vers l'arrière, ses lèvres se pose à la base de son cou, laissant place à sa langue qui, suivant la trace de l'artère carotide de la belle, se rend sous son oreille, petit endroit sensible qu'il mordille alors que sa respiration se fait plus haletante, gorgée de désir - comme ce qui se trouve infiniment serré au creux de son pantalon.


~○♠○♠○~

Arabella lâche à son tour une plainte appréciatrice, la gorge tendue et offerte au châtain, alors qu'elle devine bien que la chair de sa fesse sous sa main doit être blanchie à ce point.

Toujours aussi provocatrice, elle vient frotter son propre bassin, dénudé mis à part la robe. À ce rythme elle se rend aussi folle qu'elle doit le rendre fou, mais c'est tout à fait gérable, rien que pour l'idée qu'il devienne barge en premier.

"You better watch Harker, you're gonna se yourself fall."


~○♠○♠○~

Le jeune homme sent la pression et l'envie monter dangereusement rapidement en lui, mais pas question qu'il se coupe de ce plaisir pour l'instant, et pas question qu'il la supplie de s'arrêter. Toujours pousser un peu plus loin. Mais c'est sa phrase qui l'incite à reprendre le contrôle. Dans un élan de force et de détermination, le châtain se hisse en position de contrôle, par-dessus Arabella mais le bassin pris entre ses jambes entrouvertes.

Lui tenant les jambes ainsi de ses cuisses, il lui adresse un sourire à la fois charmeur et carnassier, plongeant son visage vers le sien pour l'embrasser à nouveau avec une faim qui ne semble pas trouver de limite. Il embrasse, il lèche et suçote alors que sa main libre, l'autre se trouvant agrippée au cou de la rousse, vint se glisser vers l'intérieur des cuisses de l'étudiante. Il monte, monte, passe le tissu de la robe.

"I've got about an inch to go before I can start making you go insane and beg for mercy.", chuchote-t-il, ses dents s'accrochant légèrement à sa lèvre inférieure.


~○♠○♠○~

Arabella est désormais coincée et ça lui envoie autant de signaux négatifs que positifs, l'envoyant dans un genre de transe. Elle l'embrasse, avide et tentatrice à la fois. Puis des doigts glissent contre sa cuisse, envoyant mille frissons dans ses muscles inférieurs, lui arrachant un soupir bruyant, qu'elle retient en se mordant la lèvre inférieure.

"Oh you little..."

Sa main vient attraper fermement l'avant-bras du châtain, lui lançant un regard aussi menaçant que débordant de désirs. "Don't you dare"


~○♠○♠○~
Le soupir, les gestes et les mots de la rouquine n'ont que pour seul effet d'attiser encore plus les désirs du jeune homme. Il veut être celui qui contrôle. C'est dangereux puisqu'il se sait lui aussi sur le point de complètement perdre la tête mais le jeu est trop tentant pour qu'il s'arrête tout de suite. Un peu, encore.

Sans qu'il n'arrête d'embrasser la peau d'Arabella qui se trouve sous ses dents et ses lèvres, il force le bras qu'elle tentait de contenir, posa avec une certaine délicatesse son pouce sur sa croupe. Il la chatouille un peu d'abord avant d'effectuer quelques habiles mouvements précis et juste assez pesants sur son bouton d'amour. Et comme on pourrait croire qu'il y mettra davantage du sien, il s'arrête. Griffe l'intérieur de sa cuisse au passage alors qu'un dernier baiser se prolonge sur ses lèvres. De peine et de misère, l'Anglais se redresse de sur le lit, son érection sautant aux yeux à travers son pantalon noir déjà serré. Sans lâcher la rouquine des yeux, il passe sa langue sur son pouce, lui adresse un sourire en coin et prend la direction de la sortie de la chambre.


~○♠○♠○~

Sa menace n'a pas d’effet et elle sent le bras d'Harker échapper à son contrôle. Les mouvements habiles de son pouce la force bien contre son gré à cambrer le dos, laissant échapper un léger gémissement, profond, la main de la rousse en griffe son bras alors que l'autre main agrippe subtilement la couverture. Il l'embrasse à nouveau et elle se sent déjà en oublier toutes ses barrières, ne se fiant qu'à la sensation des ongles, des lèvres d'Harker, sa main se dirigeant déjà vers son membre pour se venger.

Sauf que cet imbécile devait se lever, lui offrant une vision d'autant plus tentante, quelque chose à lui donner la féroce envie de lui arracher son pantalon. Elle s'apprête à le supplier de revenir, mais ce sale petit sourire coupe court. Il est littéralement en train de gagner. Pour reprendre contenance, la rousse qui s'était redressée sur ses coudes se laisse tomber à nouveau, échappant un grondement, avant de s'écrier à l'attention de son boss.

"I fucking hate you, Harker!"

Sa voix n'est pas vraiment douée d'animosité, un peu chantante elle semble plus signifier un fait. Et elle le fait, elle le déteste de tout son être, alors qu'elle sent sa propre intimité en ébullition, pire que le reste de son corps.


~○♠○♠○~

C'est vraiment de peu que Phil retient un ricanement alors qu'il quitte le couloir des chambres pour revenir à la pièce principale du salon VIP. Il jette un dernier coup d'oeil autour, en tentant très fort d'oublier la sensation de son cœur qui bat jusque dans son membre, puis prend son t-shirt qu'il enfile, après avoir remarqué du coin de l'œil une griffure à l'épaule. Il ouvre le sac de gallions d'Arabella et en prend deux, non sans un sourire fier, qu'il met ensuite dans son sac avant qu'il ne lance :

"Come. I can't let you walk back to school alone, soaking wet and wearing that dress."


~○♠○♠○~

La rousse inspire profondément puis expire, avant de se lever et de replacer sa robe sur ses cuisses. Dans le couloir elle l’entend et sur le coup elle pense qu'il pleut, puis comprends, se permettant de soupirer bruyamment à son allusion.

"Or you want to torture me and make sur I don't find someone else to fuck?" dit-elle avec un sourire en coin en revenant derrière le bar, attrapant sa propre bourse.


~○♠○♠○~

Le jeune homme se retourne vers Arabella alors qu'il enfile son veston de cuir et, après avoir mis la bourse de gallions dans sa poche, il jette un coup d'œil à l'horloge et dit, sourire malicieux au coin des lèvres.

"What I know is that it's 3:30 am, and at this hour, people are either too drunk to fuck or sleeping. I guess you'll have to resort to the same technique as me and rub one out before even thinking of sleeping."

Il prend sa baguette dans ses mains et, d'un coup de celle-ci, éteint toutes les lumières dans l'endroit.

"Ready?"


~○♠○♠○~

Ara lâche un petit rire et en soupirant, répond: "I hate when you're right. Good thing it doesn't happen often." Elle lui fait un air malin et lance un accio sur son manteau resté en bas, celui-ci lui arrivant dans les mains. Après l'avoir enfilé, attaché et avoir fourgué la poche de gallions dans son manteau, elle dit, plutôt de bonne humeur vu les circonstances :

"Ready."

Même en ce moment, c'est dur de ne pas changer d'idée et lui sauter dessus. Ça risquera de le faire toute la nuit, en fait.

_________________
The devil makes us sin, but we like it when we're spinning in his grip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[~S] 6 - Ecstasy [Mars 1980 - Salon VIP du BG - Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [salon de Mars]*Le jeu en vaut la chandelle...[PV Chiara]*
» The Ecstasy of Gold
» Le salon du chocolat à Paris
» 11e Salon du Jeu de Rôles, du Rêve et de l'Imaginaire organi
» 2ieme salon normand de la figurine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Impedimenta :: dyschronisme :: Pensine-