Partagez | 
 

 9. Hate is a strong feeling [Insta - Avril 1980 - Couloirs - Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella Waldon
ceart préfet
PROFIL Bélier

Messages : 159
Réputation : 79
Date de naissance : 12/04/1994
Nationalité : Irlandaise, Écossaise

Aspiration : Éleveuse de Dragons

Fiche : The name's Wildcat

RP en cours : AVEC TA MÈRE.

RP Terminés : Liste des rps faits Harker/Waldon













RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Sorbier, 33,5cm, Ventricule de Dragon

MessageSujet: 9. Hate is a strong feeling [Insta - Avril 1980 - Couloirs - Phil/Ara]   Ven 16 Jan - 14:32

Il supportait de moins en moins d'être confiné dans l'espace entre les murs de l'université. Aller en cours n'était pas un problème - il y allait quand il le voulait et franchement, ça ne l'agaçait pas plus que ça -, c'était ses collègues qu'il ne supportait pas. À chaque jour qui passait, on lui donnait une raison de plus de détester la jungle étudiante. Ils étaient ou ignorants, ou complètement stupides et même s'il se faisait un malin plaisir à les ridiculiser, ça devenait franchement irritant.

C'est cigarette au bec que l'Anglais prenait un détour de corridor, longeant le mur, avec la ferme intention de se rendre à la sortie le plus rapidement possible. Jean, pull over noir, sac à l'épaule, l'air d'un mec qui ne veut pas se faire déranger scotché au visage.

"Where's your pocket slut, Harker?"

Une main de femme à la poigne ferme s'accrocha à sa nuque, l'arrêtant dans sa marche rapide. Pas elle. Il n'avait ni le temps, ni l'énergie pour faire avec ça. Brusquement, le châtain dégagea la main de Jones de sur sa peau.

"Fuck off, I don't wanna talk to you. Not now, not ever"

"Oh lighten up."

C'est d'une petite poussée à l'épaule qu'elle somma Phillip de se tourner face à elle, le piégeant entre elle et le mur. Une main sur son torse, le regard levé vers lui. Elle avait consommé. Beaucoup. Ça se voyait dans ses yeux, dans ses manières. Ç'aurait été si facile d'en profiter.

"Guess you've turned into the common slut junkie."

"Shut up, Harker, you don't have the right to lecture me on being appropriate. I'm not the one plowing my employee."



¤~¤~¤


De son côté Arabella vivait sa vie tranquillement. Les choses étaient toujours aussi weird avec Terrence - enfin, peut-être pas, mais ce l'était encore en partie ça c'était certain - qui n'avait rien trouvé de mieux qu'être dans la même filière qu'elle et donc, constamment dans son champ de vision. La rouquine n'attendait plus qu'une chose, se barrer, retourner à son dortoir, probablement finir à se gaver de jujubes et jouer du piano dans la salle de musique, ou bien aller s'avachir sur un fauteuil près du foyer du café. Mais non. Il fallait qu'en prenant un tournant, a l'autre bout du couloir se trouve Harker et Jones, la seule nana au monde dont le signe zodiaque devait être pute ascendant Junkie.

Sur le coup, elle essaie de contrôler cette vive brûlure dans sa poitrine, celle qui lui donne envie de sortir les crocs - que ce soit au sens littéral ou figuré - et de la déchiqueter - au sens littéral seulement. Elle la hait, elle déteste la voir toucher Harker comme une prostituée qui n'a pas atteint son quota et elle déteste même le simple fait qu'elle existe.

Elle essaie donc de marcher, lentement, de loin sans se faire trop remarquer, mais incapable de les lâcher totalement des yeux.



¤~¤~¤


Les doigts de la Londonienne se faisaient de plus en plus insistants sur son corps; passant de son torse à ses épaules puis chutant jusqu'à son ventre qui se contracta, autant de haine, d'exaspération et de stimulation - il n'était qu'homme, après tout. Ce n'est que lorsque la brunette s'éleva sur ses orteils pour tenter de lui voler un baiser que le Nimh lui agrippa violemment le poignet, arrachant à Paxton une plainte d'inconfort; bien qu'elle ne sentait pas la douleur à cause de sa condition, elle savait bien que la pression qu'il appliquait sur l'articulation était signifiante.

"Look. I don't care what the fuck you're on right now or how much you wanna get split open, but I want none of this."

"What did you say about fucking me in the ass last time?"

Sourire malicieux aux lèvres, l'Anglaise se mit à rire, insistant une seconde fois, ses lèvres se pressant fiévreusement au coin des lèvres du châtain. Sourcils froncés, celui-ci la repoussa d'un coup d'épaule.

"Oh please, let's not get into this. You were begging for it. But that was last time. Months ago. Get the fuck over it." dit-il, roulant les yeux en chassant les tentatives de la brunette.

S'il fallait qu'il la frappe en public, il allait le faire.



¤~¤~¤


Arabella observe, entendant de plus en plus de bribes. Phil semble la repousser, mais ce n'est pas suffisant et alors qu'elle n'est plus trop loin, elle s'arrête brusquement. She snaps. Elle croise les bras et dit, sans même se foutre qu'on ait remarqué ou souhaité sa présence.

"You know, at this point you might just get on your knees and blow him, since it's already that obvious you're a whore. There'll always be time to beg for your money afterwards."

La dernière fois, les choses ont escaladées, mais cette fois Ara n'attend que de voir la brune se jeter sur elle et de pouvoir lui faire sa fête une fois pour toute, sans comptoir entre elles pour les ralentir.



¤~¤~¤


Phillip était sur le point de perdre le peu de patience qu'il avait, ses doigts se faisant de plus en plus serrés autour du poignet de la brunette lorsqu'il entendit la voix d'Arabella à ses côtés. D'abord surpris, il ne su pas exactement comment réagir. Un peu fier et un peu humilié, le jeune homme laissait son regard alterner entre la rouquine et Paxton, qui se dégagea furieusement de l'Anglais pour s'approcher de celle qui peu à peu devenait sa rivale.

"How is this of your business, you ginger slut? You're getting jealous? You don't like "your man" going around screwing other girls? Get over yourself, you're nothing special."

"Shut your filthy whore mouth, Jones, don't make this about her.", dit-il s'imposant un peu entre les deux femmes.

"I'll tell her how it is." La brunette fit deux pas vers Arabella, se mettant tout prêt d'elle, l'attitude in your face à fond. "You're just there because he was in the mood for some fresh pussy. But don't worry, you're boring as fuck, he'll be over your flabby ass in a week."


¤~¤~¤


Arabella a un sourire rayonnant. Elle réagit comme elle l'espérait. La rousse ignore à moitié Harker, ne lui lançant qu'un bref regard. Même la mention de jalousie n'arrive pas à éteindre sa jubilation en ce moment. Un rire bref et cristallin s'échappe dans l'air de sa part.

"Ooh, that hurts! Is that why you're clinging on to him like he's your last dose ever of cocaine? 'cause he got over YOUR flabby, druggie's ass?"

Le pas lent, mesuré, l'air de quelqu'un qui n'attend que de voir la rage l'emporter chez l'autre, elle s'avance encore plus.

"Come on, look at me, tell yourself you've got one single chance to get him back. Try to believe yourself you're not a complete piece of junk by now. Go, I want to see you desperately trying to grasp on something to hope. It's gonna be fun."

Tout ça, c'est si peu Ara. Ce sont des choses qu'elle ne dirait, ne souhaiterait à personne, elle n'aime pas profiter du malheur et du désespoir des gens. Sauf que Paxton, c'est un cas particulier, c'est un parasite qu'elle veut voir annihilé. Qu'elle veut voir loin d'elle... et d'Harker, au fond.



¤~¤~¤


C'est en entendant ce qu'Arabella dit à la brunette que Phillip su que tout cela n'était qu'à moitié à son sujet. Et qu'à ce point-là, il n'avait plus vraiment à s'en mêler. Après une dernière hésitation, un dernier soupir, l'Anglais pris un pas vers l'arrière, croisant ses bras contre son torse, la langue se pressant à l'intérieur de sa joue. Parce qu'autant son égo en était flatté, autant il avait un peu hâte que ça se finisse.

Paxton, elle, était complètement absorbée par la rouquine. Sa contenance ne tenait qu'à un fil alors que sa rage enflammée se faisait débordante. Ses yeux fixés dans les siens, les poings fermés.

"I don't need your ridiculous reverse psychology to know what I'm worth. What I know is that he's gonna hook you up, take advantage of your sorry ass before tossing you out like a puny piece of garbage. 'cause that's all you're worth."

Elle s'approche encore plus d'elle.

"I hope for your sake you're not falling in love. He's gonna destroy you. I'm the only one that can handle him because I don't give a fuck about him. I just want his drugs and his dick, that's the only thing you can expect from a pathetic loser like him."



¤~¤~¤


La rousse déteste l'entendre parler comme ça. Personne n'a le droit de traiter Harker de loser, sauf elle. En fait, Paxton n'a pas le droit de dire un seul mot sur qui que ce soit anyway aux yeux de la rousse. Elle ne veut pas de conseils de sa part, ni entendre parler de son expérience. Dans un mouvement aussi agile que rapide, sa main vient serrer la gorge de la brune, le regard froid mais l'esprit bouillant alors que le bout de sa baguette vient s'enfoncer dans son flanc.

"Oh dear, sorry but I don't feel like talking about your feelings and having a testimony of how you were rejected by him. In fact, I feel more like seeing you far, far away." Elle ajoute, l'air détestable au visage. "Oh, and think about your last sentence like that : even the guy you find so pathetic doesn't want your pussy anymore. Nobody wants it, because it reeks of bullshit and miserableness."



¤~¤~¤


Si Arabella ne s'en était tenue qu'aux poings, ça aurait pu continuer bien plus longtemps et se terminer sur une note beaucoup plus sanglante. Mais la rousse venait de surprendre Paxton en lui plantant le bout de sa baguette sur les côtes et franchement, il était grand temps qu'elle aille se repoudrer le nez. La brunette lâcha un court rire mauvais - légèrement étouffé par les doigts de Waldon autour de sa gorge - et réussit à se dégager violemment, non sans devoir se débattre un peu.

"You're wasting my time."

L'Anglaise adressa un dernier regard acide à son interlocutrice puis, se tournant un instant vers Phillip, lui effleura la joue du bout des doigts, lui soufflant un "see you around" presque sensuel.

"Leave. Now.", dit-il, sec, en repoussant son avance.

Ce n'est que lorsque Paxton fut hors de son champ de vision que Phil se permit de respirer. Soupirant, frustré de toute cette situation mais soulagé que Jones ne soit plus là. Glissant sa main sur son visage, le jeune homme resta silencieux un instant avant de demander:

"What was that about?"



¤~¤~¤


Arabella range sa baguette, les dents serrées. Ça ne s'est finalement pas passé comme elle le voulait, elle voulait pouvoir lui exploser la gueule légitimement, mais a la place elle a refait des avances digne d'une actrice porno sur le retour à Harker et est partie. Puis Harker lui demande ce que c'était que ça.

C'est une question à laquelle l'Écossaise n'avait absolument aucune réponse viable. Aucune ne semblait exactement correcte et la jalousie, elle l'avait éliminée de suitte, on sait bien pourquoi. Elle haussa les épaules et dit, un peu sèchement.

"I can't stand that walking, breathing piece of shit. What, did I interrumpt something?" Bon sang, pourquoi était-elle si acide ce soir, ça faisait pourtant un moment qu'elle n'Avait pas vraiment vu Harker, ça aurait dû se calmer.



¤~¤~¤


"Why are you being such a bitch? You coulda just stayed where you were if you're gonna be pissy about a question. I didn't need your fucking help. I've hit her before, I coulda done the same right now."

Et malgré ce qu'il venait de lui dire, lui aussi avait cette étrange envie d'être méchant, pour aucune raison en particulier - ou du moins c'est ce qu'il pensait. Peut-être, aussi, était-il heureux de la voir et il n'avait aucune idée de comment gérer cet influx d'émotions contradictions et intenses. Mais ça, il ne le dirait jamais.

"I thought you'd be over that shit attitude by now."



¤~¤~¤


"Well, my shit attitude's still there, deal with it." Elle se retourne et dit, toujours aussi sèche. "You could've hit her, but I wanted to do it to and grasped the opportunity. Stop making it about yourself, it's not."

Elle avait dit ça naturellement, mais terré au fond d'elle, il y avait cette sensation de l'avoir dit pour se convaincre elle aussi. Que même depuis le temps où ils ne se sont pas parlés, beaucoup de choses dans sa tête restent à propos de lui, ne faisant qu'empirer son état de ce soir.



¤~¤~¤


L'Anglais ne peut pas retenir un rire à la fois sincère et un peu mauvais de percer ses lèvres à entendre ce que Arabella disait. Il s'approcha d'elle d'un pas, un sourire accroché aux lèvres alors qu'il fixait la rouquine droit dans les yeux. Un peu intensément, même, mais ça, peut-être qu'il ne s'en rendait pas compte.

"It's not about me? I'm pretty sure 95% of what I heard going on there was about me, love, and you denying it would be very silly indeed. Now I can't tell you what's going on in your head, as I'm not even sure what's going on in mine, but I can guarantee you that it's a path best left untravelled. Even if you just "can't stand that walking breathing piece of shit". "

Mettre de l'huile sur le feu, toujours. Les deux à la fois. Celui de la tête et celui des reins.

"But you're fucking beautiful when you get jealous."



¤~¤~¤


Les gestes et paroles de Phillip eurent le don de la rendre à la fois mal à l'aise et troublée, la dernière phrase surtout causa un raté dans les battements de coeur de la jeune femme, ce qui fit presque mal à force de le cacher. C'était déjà trop pour elle, qui ne voulait pas entendre parler de ce fameux chemin, qu'ils semblaient prendre de toute manière, sans le vouloir.

"You've got a wild imagination to find beautiful a feeling I never had with or for you."

Ara restait ce qu'elle était malgré l'effet étrange que l'Anglais lui faisait : une tête de mule invétérée.



¤~¤~¤


"And you're fucking delusional if you can't see it. But I'm not the least bit surprised about that."

Le regard du jeune homme s'éternisait dans celui de la rouquine. Une minute passa dans le silence, à se regarder. Silencieux, gênés, farouches et enragés. Une minute de perdition avant que l'Anglais soupire, feignant l'exaspération.

"Enough bullshit for one day, I'm going to the Ghoul."



¤~¤~¤


Ara sentit sa mâchoire se contracter quand il brisa se silence à la fois agréable et affreux qui s'était installé. Elle ne voulait pas qu'il la croit jalouse, elle ne voulait pas avoir été si conne qu'elle en avait démontré plus tôt, elle refusait que ce soit le cas et lui ne voulait pas simplement la croire, juste pour faire chier. Alors qu'il partait, elle lâcha avec une fébrilité colérique dans la voix.

"Come on dammit! Why don't you fucking believe it! Were you so unloved in your life that you need to invent yourself some admirers to compensate or what?!"

Aussitôt, le regret prit la gorge de la sorcière. C'était un restant de haine envers Paxton qui n'avait pas été assouvi qui venait de sortir, là. Bien sûr elle avait déjà dit des saloperies à Harker et elle en redirait surement, mais ça, elle n'avait pas voulu, elle n'avait pas voulu lui cracher son venin. Foutue hargne.



¤~¤~¤


Quelque chose en lui criait qu'il ne fallait pas s'arrêter. Qu'il devait ignorer la remarque à la fois cruelle et pathétique de la jeune femme, qu'il devait continuer son chemin sans se soucier d'elle ni de personne. Aller au Bloody Ghoul jusqu'aux petites heures du matin à travailler sur ses stocks, rentrer à sa chambre tard, boire, se piquer, s'endormir. Mais le sentiment d'indignation qu'il avait au torse était trop bruyant pour qu'il puisse l'ignorer.

Alors il se retourna vers elle, mâchoire serrée, le regard trop sérieux pour être vraiment vide. L'une de ses mains, cachée dans sa poche, était vivement serrée en un poing alors que l'autre pointait Arabella au visage.

"You need to learn where to draw the fucking line. And don't cross it. You know - nothing - about me and even if what you said is true, it's not your place to comment on it. I can take a lot of shit about a lot of things but if you keep treating people like shit, you're gonna end up unloved and alone. And you're not like me."

Sa main se posa rudement sur l'épaule de la jeune femme avant de la pousser, plus dans un geste d'intimidation que de réelle agression.

"Now leave me the FUCK alone."

Il se tourna. Fit quelques pas, s'éloigna. Mais il ne pouvait plus être calme. Quelques secondes passèrent avant que l'Anglais ne puisse plus contenir la rage qui lui rongeait le tronc, balançant sans avertissement un solide coup de poing à la porte qui se trouvait comme par hasard à côté de lui. Il rugit, mais pas de douleur. Il n'en eut même pas mal. Pas pour l'instant, du moins. Ses jointures inflammées et ensanglantées, elles, en témoignaient, ainsi que la cavité dans le bois.



¤~¤~¤


Les paroles du châtain lui mirent un coup direct sur le coeur. Pourquoi diable ça semblait la préoccuper à ce point, elle n'osait pas s'en poser la question, mais elle savait que ça accentuait sa frustration, ça et le fait qu'Harker soit aussi irrité et attachant à la fois. C'était un foutu cercle vicieux dont la sorcière ne songeait même pas à se sortir.

Puis la poussée, suivit d'un coup de poing mettant la main d'Harker en sang, qui lui donna le réflexe honteux en ces circonstances de faire un pas vers l'avant dans une bouffée d'inquiétude avant de s'arrêter, ayant ce drôle de sentiment d'être dupée par elle-même. D'en avoir quelque chose à foutre alors que ce devrait être tout le contraire.

"Well why do YOU treat people like shit then? Certainly not because you can't stop, but because you won't. You're too fucking scared to stop treating people like shit, aren't you? This is stupid beyong belief!"

Ses regrets de plus tôt étaient encore présent, mais elle voulait pousser ça, voir où ça mènerait, une curiosité déplacée mêlé à un sens du danger complètement dérangé.



¤~¤~¤


Elle insistait. Bien sûr qu'elle insistait. N'importe quelle personne saine serait partie sans dire un mot de plus, bien sage. Oui m'sieur, j'ai appris ma leçon. Mais pas elle. Elle, elle ne savait pas se taire, elle ne savait pas où s'arrêter. Et ça avait toujours eu le don de frustrer l'Anglais mais ce soir. Ce soir, c'était trop.

Aveuglé par la rage et l’adrénaline que produisait son corps en réponse à cette menace interne et au coup de poing lancé quelques secondes plus tôt, le jeune homme fit un tour sur lui-même et sans douceur, de sa main blessé, il vint fermement agripper les joues et la mâchoire d'Arabella de sa main. Serrait sa peau et ses os des siens, fortement mal en point. La vérité était que de voir son propre sang taché la peau laiteuse de la jeune femme assouvissait les coins les plus torturés de son esprit.

"You never listen, do you? Just for once in your goddamn life. Listen. Leave me alone. Don't ever talk to me outside of work. Don't act like we know each other, because we don't. You don't know me and stop fucking trying so hard."

Il retourna sa main un instant pour en glisser le revers sur sa peau. L'enduit de quelques coulisses de rouge. Les yeux fixés sur le sang pour ne plus la regarder elle.

"Clean yourself up. Look at the mess you made.", souffla-t-il, le ton bas mais toujours rageur avant de se retourner pour partir vers la sortie.



¤~¤~¤


Son coeur tambourina férocement dans sa poitrine quand Harker vint l'agripper, son sang sur sa peau lui envoyant un frisson désagréable et tous les pores de sa peau expirant la peur panique. Ses paroles n'aidèrent pas, mais elle ne parla que lorsqu'il la lâcha, passant en même temps la manche de son pull blanc sur sa joue pour l'essuyer, se fichant de le gâcher.

"I know you because I hate you this much, And it's the same thing for you. You wanna treat me like any other people? Hit me then, you'd already have done it by now. Go on and fucking do it if you really want us to be simple stangers!" cracha-t-elle à son adresse, la voix tremblante de colère, mais aussi d'une autre émotion, moins perceptible.

La douleur. Pourquoi ça lui faisait mal de dire ça, penser à ça putain? Il ne l'avait pas encore frappée pourtant, alors why the fuck ressentait-elle cette douleur au creux du plexus?



¤~¤~¤


Il ne s'arrêta pas, cette fois. Le pas de sa marche s'accéléra; il se sauvait d'elle. Ne s'arrêtait pas devant les yeux qui se demandaient ce qui se passaient, poussait et repoussait les silhouettes qui voulaient l'arrêter. Sans dire un mot. Ses dents serrées contre elles même.

Ce n'est qu'en poussant la porte qu'il réussit à respirer profondément, le visage rouge de fureur. Les pieds fendant l'herbe, il se dirigea vers la forêt sans regarder derrière lui. Mais il ne prenait pas le chemin du village. Il voulait aller se perdre le plus loin possible. Pour pouvoir crier, pour pouvoir détruire quelque chose. Parce qu'il savait qu'il ne regagnerait son calme que de cette manière, aussi destructive soit-elle.. Et ce n'est qu'une fois calmé qu'il retournerait au sous-sol du Bloody Ghoul. S'injecter les veines d'assez d’héroïne pour lui engourdir tous les neurones.

Pour faire semblant d'oublier.



¤~¤~¤


De son côté, Ara observe son dos jusqu'à ce qu'il tourne un coin, puis reste là encore un petit moment, sous le choc, essayant de ne pas se noyer entre le soulagement et la douleur toujours présente. Tout ça c'était tellement plus qu'elle ne pouvait en encaisser. Après deux bonnes minutes elle prit le chemin de sa chambre. Ce serait un soir où elle prierait pour que Cassie ne soit pas là, irait se planquer sous la douche et frapper le carrelage au point de le briser et de se briser les os.

Et en sortant, faire semblant qu'il n'y a pas eu de larmes mêlées au jet d'eau.

_________________

I hate mirrors
“ Because in the mirrors I can see what's really going on behind me while I'm not looking. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

9. Hate is a strong feeling [Insta - Avril 1980 - Couloirs - Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» Love me now or hate me forever!
» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !
» undi 27 avril 2009 FORCES OCCULTES, FORCES CULTURELLES A 969 mètres d’altitude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Impedimenta :: dyschronisme :: Pensine-