Partagez | 
 

 10. Sticks and stones, and maybe potions [insta - Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella Waldon
ceart préfet
PROFIL Bélier

Messages : 159
Réputation : 79
Date de naissance : 12/04/1994
Nationalité : Irlandaise, Écossaise

Aspiration : Éleveuse de Dragons

Fiche : The name's Wildcat

RP en cours : AVEC TA MÈRE.

RP Terminés : Liste des rps faits Harker/Waldon













RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Sorbier, 33,5cm, Ventricule de Dragon

MessageSujet: 10. Sticks and stones, and maybe potions [insta - Phil/Ara]   Ven 16 Jan - 20:37

Ça faisait bien trois semaines que le jeune homme n'avait pas dormi dans sa chambre à l'université. Il évitait les corridors de Saint-Barnaby comme la peste, avait modifié son horaire pour s'assurer de ne jamais travailler avec cette satanée rouquine. Mais les semaines s'étaient écoulées et il savait que, comme il le lui avait indiqué par hibou quatre semaines plus tôt, elle lui enverrait un patronus ou une lettre pour lui dire qu'elle avait besoin de sa médication. Assis sur son lit, joint entre les lèvres et carnet d'écriture à la main, le jeune homme tentait de se distraire, malgré sa conscience beaucoup trop élevée des secondes qui s'écoulaient.


¤~¤~¤


Arabella faisait les cent-pas dans sa chambre. Depuis des semaines qu'elle n'avait pas vu Harker et franchement, elle n'avait plus trop envie de le voir. Se frottant les bras nerveusement, elle pesait le pour et le contre de le rappeler, jaugeant l'idée de seulement reprendre les potions de l'hôpital. Depuis deux jours elle y songeait, alors qu'elle n'a plus du tout de potions.

Juste oublier son existence était tentant, mais la vie était tellement plus simple avec ses neuroleptiques, ça valait bien la peine de se voir quelques minutes. Avec une respiration sèche et déterminée, la rousse sortit sa baguette et incanta un patronus, un peu flou mais bien corporel, mentionnant le message avant de l'envoyer au loin, observant le puma redevenir un faisceau de lumière et se diriger vers Harker.

Arrivé à destination, le patronus reprit forme, s'asseyant au pied du lit.

"In half an hour, in the park."



¤~¤~¤


Le jeune homme ne leva qu'à peine les yeux lorsque qu'il vit un délicat éclat de lumière argenté se diriger vers son lit. Le patronus prit forme - un puma - puis lui transmit le message de la rouquine. Clair, net et concis, tant mieux. Il n'avait pas de temps à perdre avec ces idioties. Il ne répondit pas au patronus. Pas envie. Il serait là et il serait prêt.

Environ une quinzaine de minutes plus tard, l'Anglais entassait quatorze fioles de la potion qu'il avait promis à la rousse dans une boîte de bois. Il la posa sur son lit, enfila son veston de cuir puis passa la boîte sous son bras avant de quitter la chambre. Joint toujours aux lèvres, il s'imposa dans les couloirs, ne regardant nulle part ailleurs que droit devant lui.



¤~¤~¤


Arabella enfila son manteau et sortit ses cigarettes après avoir reçu la non-réponse de Phil, qui valait tout autant la positive. Elle prit sa bourse qu'elle mit dans ses poches et s'alluma une clope en se dirigeant vers la sortie. Elle poussa les lourdes portes d'entrée après quelques minutes, puis se mit à marcher vers le parc, perdue dans ses pensées, prenant taffe sur taffe et priant le ciel que ça se termine rapidement.


¤~¤~¤


Arrivé devant les portes principales de l'université, le jeune homme redressa le capuchon du hoodie qu'il portait sous son veston sur sa tête. Il s'avançait vers le parc, trop confiant comme à son habitude.

Sitôt qu'il la vit, il ancra son regard dans le sien. La défia des yeux, la menaçait presque. Qu'elle ose, pour voir, lui parler de ce qu'il s'était passé le mois passé. Il tira une longue bouffée de son joint et, tournant tout juste la tête pour expirer vers le côté, il dit :

"Quick and painless. You have the money?"



¤~¤~¤


Arabella s'avança vers lui, aussi intimidée que déterminée par le regard qu'il lui lance et sortit la bourse de cuir avant de la lui tendre, contenant le prix exact. Puis elle tira une bouffée de sa désormais deuxième cigarette et alors que la fumée s'extirpa, les mots la suivirent d'eux-mêmes, très subtils, légèrement cinglants.

"Surprisingly painless, indeed."

Elle venait de faire une référence très obscure au fait qu'il ne l'avait finalement pas frappée, la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Néanmoins son intonation et sa posture redeviennent aussitôt normaux, presque monotones.

"You can check, but I put the exact price."



¤~¤~¤


La mâchoire serrée, l'air dur. Impassible, le plus possible. Même si étrangement, cette sorte de distance qu'il y avait entre eux le laissait sur sa faim. Il était tellement habitué de vivre dans les extrêmes, que ce soit avec ou sans elle, que de vivre ce moment de neutralité, ça l'angoissait.

Il prit la bourse dans sa main et l'estima de son poids avant de jeter un coup d'oeil. Estimant que la somme due lui avait été rendue, il rangea la bourse et tendit la boîte à la rouquine.

"Don't drop it."

Silence.

"Is that all?"



¤~¤~¤


Ses mains viennent serrer la boite et elle la garde contre ses côtes, bien calée. Ara a toujours le don de pousser trop loin, c'est connu. Et comme souvent, elle tâte le terrain, l'observe, impassible. Puis ses lèvres se fendent en un petit sourire. Ses inquiétudes de plus tôt sont éclipsées par son côté provocateur.

"I don't know, do you finally need a punching bag?"

She dropped the bomb. La rouquine s'attend déjà à un Hiroshima, telle la jeune femme inconséquente qu'elle est.



¤~¤~¤


Il s'attendait à pouvoir partir après ça. Sans plus de mots, sans plus d'actes, sans plus de drame. Juste partir, rentrer à sa chambre et ne plus la revoir pour un autre mois. Les mains dans les poches, le joint toujours aux lèvres, il s'apprêtait à se tourner. Mais elle ouvrit la bouche. Encore. Toujours. Le mot de trop, toujours quand il ne fallait pas.

L'Anglais lui répondit d'abord d'un soupir. Long, exaspéré, épuisé. Il passa ses doigts sur ses tempes, yeux mi-clos. Ne pas répondre à ses provocations. Mais la vérité était qu'il n'avait ni l'énergie, ni la réelle envie de se laisser marcher dessus.

"Are you really that much of an attention whore?"



¤~¤~¤


Arabella ne perdit pas de cette arrogance nouvelle. Ses pieds se plantèrent bien au sol et elle lui demandant, presque avec un sourire dans la voix.

"I don't know, you tell me." Sa voix descend d'un cran et dit, un peu venimeuse. "Looks like you got a thing for 'em, so you should know."

Arabella n'est pas vraiment une attention whore. Juste une jeune femme qui aime frapper là où ça fait mal et qui n'apprends que lorsqu'elle le veut.



¤~¤~¤


"Seriously, what the fuck is your problem? I've told you time and time again; let it go. You're holding on to bullshit like you have nothing to live for, it's fucking desperate."

Le jeune homme s'avance vers la rouquine, la fixe droit dans les yeux. Il tire une bouffée de son joint puis après avoir gardé la fumée dans ses poumons quelques secondes, il la rejeta lentement au visage d'Arabella.

"I won't hit you. You wanna be hit. I won't give you that satisfaction. You don't even deserve that."



¤~¤~¤


Arabella plisse les yeux quand la fumée lui arrive dans le visage mais ne se laisse pas démonter, quoique sa mâchoire est bien plus serrée. À la deuxième phrase, il éveille un rire sans joie de la part de la jeune femme.

"You're well-placed to talk about desperation, huh? Changing all the schedules, fleeing the school. And why? Because I don't EVEN deserve to be hit?"

Elle s'approche et le regarde droit dans les yeux, soufflant la fumée de sa cigarette dans le visage d'Harker pour lui rendre la pareille.

"I know something about you. When you really don't give a fuck, you take pleasure in ignoring your target, or making it mad."



¤~¤~¤


"What are you trying to say? Since you can't seem to keep your mouth shut, might as well say everything you have on your mind."

Et l'envie de la voir pousser les limites grandissait en lui. Parce qu'à vrai dire, il se cherchait une raison de perdre le contrôle. Mais ça, il ne l'assumerait pas.



¤~¤~¤


Arabella hausse un sourcil. C'est étrange d'avoir son feu vert en quelque sorte, mais il n'est pas dit qu'elle manquera une telle occasion. Son regard prend toute l'assurance qu'elle peut et elle se laisse aller.

"I think you DO give a fuck. You'd see Terrence flirting with me? He'd be K.O. in no damn time. And I think you're simply too coward and scared to lose control, like a little bitch."



¤~¤~¤


C'était une chose qu'elle lui dise qu'il n'était pas aussi nonchalant qu'il pouvait essayer de le faire croire et qu'il n'hésiterait pas à foutre son poing dans la gueule et le ventre de Terrence si celui-ci s'approchait trop d'Arabella. Au point où ils en étaient, c'aurait été idiot de le nier même s'il n'osait pas l'afficher clairement. Mais le traiter de lâche et de froussard? C'était entièrement autre chose.

Sourcils froncés, l'Anglais fit un pas vers l'avant, posant sa main libre fermement sur l'épaule de la jeune femme, l'autre tenant son joint à l'écart.

"I'm afraid to lose control? I'm a coward? Where the fuck do you get that from? I decide not to beat you up and I'm a coward?"

Le châtain fit glisser sa main contre la nuque de la Ceart et y planta le peu d'ongle qu'il avait, resserrant fermement sa poigne.

"He really fucked you up good. Turned you into the perfect little masochist slut, is that right? I can work with that."



¤~¤~¤


Son coeur se mit à battre un peu plus vite, autant de peur que d'un autre sentiment en sentant la main d'Harker sur elle. Ça faisait longtemps. Son épaule bouge un peu comme pour s'évader, mais très subtilement, le transperçant du regard. Elle s'apprêtait à répondre, mais ses doigts vinrent se planter dans sa nuque, lui envoyant une douleur troublante, d'autant plus troublante après qu'il l'ait traitée de masochiste.

Aussitôt elle tente un recul rapide. Ce stupide et exaltant jeu du fuis-moi je te suis qu'elle a engagé sans s'en rendre compte totalement.

"Masochist slut? Don't worry, you still beat me to that. And yes, a coward, for fleeing after feeling you didn't want to hit me like you'd want for anybody else."

Elle le regarde de haut en bas, féline et hargneuse à la fois.

"You don't get to talk about what he did or not to me. You don't get to say any single thing. You simply shut the fuck up."



¤~¤~¤


"Oh? So I don't get a say about your past but you act like a little nosey bitch and expect me to tell you about who I am and what I've done? You think I owe it to you yet I have no right to tell you what I think of your twisted little mindgames?"

L'étreinte de ses doigts contre la chair de la nuque d'Arabella se resserra encore davantage. Il n'y avait aucune douceur là. Que de la violence et, bien entendu, de cette envie furieuse qu'il avait de la posséder toute entière.

"If I'm a coward, you're a self-entitled selfish cunt. Fair enough, right?", souffla-t-il avec une rage avide.



¤~¤~¤


Ara serre encore plus la boîte contre ses côtes. Son bras doit environs avoir à moitié la circulation coupée. Elle le hait quand il marque un point et si le contenu de cette boîte n'était pas si précieux, elle lui enfoncerait dans le crâne. L'observant, les yeux enflammés. elle crache à son égard :

"You just assume all those shits. It's different from wanting to know. So call me self-entitled. But you're still a coward, PLUS a presumptuous twat."

Décidément, elle a réponse à tout. Et ça doit être très énervant. Et elle le sait. À ce point néanmoins elle est trop obsédée par l'idée de le voir perdre face à elle.



¤~¤~¤


Il sentait son coeur lui défoncer le torse, lui battre dans les oreilles et dans les tripes. Sa mâchoire était serrée, sa prise sur la peau de la nuque d'Arabella l'était encore plus. Et son regard. Brillant de frustration, d'envie et de malice. Il retrouvait ces sensations qui s'étaient tues pendant un mois et qui lui retombaient dessus avec violence.

"Either you put the box down or leave."



¤~¤~¤


Ara le regarde. Elle est maintenant certaine que ça va très mal se finir. Elle devrait partir, garder la boîte avec elle, mais elle sait qu'elle l'a cherché et franchement elle bouille d'envie elle aussi. Elle sort sa baguette et laisse la boîte s'abaisser jusqu'au sol. Puis elle écarte les bras, son air de petite Irlandaise arrogante au visage.

"So, you decided, huh? Go for it."



¤~¤~¤


"Put your wand away. I won't use mine, I don't need it."

Il tire une dernière bouffée brusque de son joint et en jette le filtre au sol. Il fixe Arabella avec une ardeur nouvelle. Une envie furieuse tant violente que charnelle qui le travaille du ventre jusqu'aux poings. Il passe sa langue sur ses lèvres, prend de grandes inspirations. À l'intérieur, il se déchire.

Ce n'est qu'une fois la baguette d'Arabella rangée que le premier coup part. Une gifle solide, cinglante qu'il lui impose du revers de sa main. Un beau son clair et sec. Suffisamment forte pour qu'il en reste une fine coulisse de sang sur ses doigts. Il la regarde toujours avec cette même rage contenue puis s'impose à elle, D'un bras autour de la taille, il la presse contre lui alors que la main de l'autre vient se perdre dans ses cheveux pour les lui tirer avec force. Il lui expose ainsi le cou. Ses lèvres s'y fondent, ses dents lui effleurent la peau avant qu'il ne redresse son visage pour attraper sans douceur la lèvre inférieure de la jeune femme entre les siennes. Suçote, mordille. Il en grogne presque d'envie et de soulagement.



¤~¤~¤


Son mouvement est lent mais elle obtempère. Elle ne sait pas du tout pourquoi, mais elle le fait. Il a raison au fond, Terrence a fait d'elle une salope masochiste et si elle n'était pas complètement envoûtée par la voix grave d'Harker, elle en pleurerait peut-être.

La gifle part, vient forcer ses dents à perforer l'intérieur de sa joue et son visage à se tourner vers le côté. Et une rage excitée la prend alors qu'elle crache le surplus de sang qui inonde aussitôt sa bouche, le goût ferreux ne quittant néanmoins pas ses lèvres ou ses papilles. Et avec à peu près autant de violence il la presse, caresse sa peau et finit par mordre sa lèvre, ce qui lui envoie bien malgré elle un choc électrique jusqu'au creux des reins. Sa main s'élève et se plaque contre la joue du châtain, la griffant jusqu'au sang. Ses yeux qui s'étaient clos se rouvrent, fixant directement ceux ambrés qui se tiennent devant elle, en oubliant presque la douleur dans sa mâchoire.



¤~¤~¤


Le sourd grognement d'envie de l'Anglais se transforme en plainte grave lorsqu'il sent les ongles d'Arabella lui griffer la joue. Il la serre d'autant plus contre lui, la défiant du regard alors que ses lèvres se pressent à celles de la rouquine en un baiser au goût de sang. Sa langue tachée d'hémoglobine s'impose. Et pour un instant, il se dit qu'il n'a probablement jamais été aussi excité par une situation comme celle-ci.

"I fucking hate you, Waldon", souffle-t-il entre deux caresses avares de sa langue contre celle de la rouquine.



¤~¤~¤


Ara ne s'est pas sentit si vivante depuis longtemps, son corps semble être sensible, que ce soit le tissu de son jean contre ses cuisses, le léger engourdissement que les talons de ses bottillons lui provoquent, le corps d'Harker qui, malgré les vêtements, semble irradier. Tout ça est si présent et en même temps, elle ne s'en rend pas compte. Le goût métallique de son propre sang se mélange à celui épicé par le joint des lèvres de l'Anglais et c'est à ça et ça seulement qu'elle pense.

"I know, me too." dit-elle presque sans animosité avant de se replonger dans le baiser.

Elle se presse encore un peu plus si c'est possible et s'agrippe fermement au manteau du jeune homme de sa main qui n'a pas griffé, alors que cette dernière reste fermement plantée dans sa joue.



¤~¤~¤


Il se sent comme s'il lui était impossible d'en avoir un jour assez. De ses baisers, de ce goût au bout de sa langue, de la chaleur du corps de la rouquine qui répond à sa main, de sa voix à ses tympans. D'elle, aussi insupportable soit-elle. Il voulait la mordre, l'embrasser, la griffer, la baiser. La posséder de l'âme aux reins.

C'est dans un souffle chaotique que l'Anglais brisa le baiser. Les lèvres souillées de sang et de salive.

"I'm not sure I know what all this was about.", souffle-t-il à mi-voix, son regard vrillé dans le sien.



¤~¤~¤


Ara sent avec aigreur les lèvres d'Harker la quitter. Elle en veut plus, c'est animal, elle n'en a pas assez. Pourtant elle ne supplie rien, elle se garde une dignité. À sa question, elle répond sur un ton de voix qui semble plutôt confus, son cerveau étant encore embrumé par une violente sensation de désir.

"You'll have to clarify, because I'm not sure if we ever knew anything about a lot of things."



¤~¤~¤


"We didn't. We still don't."

C'est presque un sentiment de déchirure qui s'impose au tronc du jeune homme lorsqu'il fait un pas vers l'arrière pour s'éloigner d'Arabella. Il passe ses mains dans ses courts cheveux, les laisse glisser contre sa nuque. Il a encore le coeur qui bat la chamade, lui défonce le thorax. Mais son visage arbore toujours cet air à la fois détestable et irrésistible, confiant, supérieur et charmant à la fois.

"To be honest, I'm a bit worried about how sweet your blood tastes to me."

Ses mots le surprennent lui-même. Il le pensait. Il ne voulait pas la vider de tout son sang, crocs au cou et cape au dos. Mais sa douleur l'excitait plus qu'il ne l'avait d'abord estimé, et le fruit de cette passion, c'était ces perles rouges qui étaient venues étreindre sa langue. Seulement, il n'avait pas prévu lui dire.



¤~¤~¤


Son souffle est profond, raccourcit. Et le corps de Harker s'éloignant, elle ressent déjà un manque qui l'énerve. Son exaltation ne veut pas mourir et Ara ne veut pas qu'elle meurt, surtout pas alors qu'il lui offre cet air. Jusqu'à ce que ses paroles fendent l'air et lui donne un goût amer au fond de la gorge, une peur inexorable et surtout, un sentiment de déjà-vu. Son corps qui s'échauffait se refroidit aussitôt, mais elle essaie de ne pas trop le faire paraître.

"You're going all dracula on me, now?"

C'est la réplique qui est sortie avec le plus de naturel. Le manque d'originalité a fait qu'elle n'a pas eu à réfléchir un instant et n'A pas laissé l'occasion à sa voix de flancher, même si elle se recule d'un pas elle aussi, ce qui donne quand même un indice.



¤~¤~¤


"No. It's hard to explain."

Sa phrase se termina certes un peu sèchement, mais il n'allait pas partir. Il ne savait pas trop ce qui le poussait à rester, mais il ne voulait pas partir. Machinalement, l'Anglais sortit son paquet de cigarette de la poche de son veston et en glissa une à ses lèvres. L'allumant, il vint s'asseoir sur l'un des bancs du parc, expirant un bon coup par les narines. Silencieux pour l'instant.



¤~¤~¤


Arabella s'apprête elle aussi à sortir une cigarette, mais sent une migraine la prendre dans un étau serré. Elle soupire et s'accroupit plutôt pour ouvrir la boîte et prendre une potion. Les bruits sont tellement étranges... sans y réfléchir plus longtemps elle vide la bouteille d'un long trait. En finissant elle murmure un juron et range à nouveau la fiole, puis se relève.

"Maybe there's even nothing to explain."



¤~¤~¤


Le regard perdu dans l'obscurité, l'Anglais se maudit. L'air toujours impassible, il ne cesse toutefois de s'injurier intérieurement. Il avait eu le sentiment que quelque chose comme ça allait se produire s'il restait plus que deux minutes avec Arabella mais il était resté. Conscient et idiot.

Tirant un coup de sa clope, le châtain haussa les épaules nonchalamment à ce que dit la rouquine avant de lui répondre :

"Maybe. I think you might have already guessed I'm not the best when it comes to feelings and emotions that aren't pure hate. "

Il expire sa fumée par les narines et dit :

"I mean, I hate you. But I also want to fuck you senseless and hear you scream my name."

Un sourire fin s'esquissa sur ses lèvres.



¤~¤~¤


Ara porte une cigarette à ses lèvres et l'allume. Aux paroles d'Harker elle ne peut pas s'empêcher de rire un peu et va s'accouder à un arbre non loin. Elle remarque son sourire qui est contagieux, au grand dam de la rousse. Elle expire une bouffée.

"I've had a sicko before, Harker. So yeah, once, not twice. There's mistakes I don't wish to do all over again. You'll have to find another redhead with a strong voice."

Oui, c'est du déni complet du fait que ses paroles avaient animées un feu au creux du ventre de la belle, ou même qu'elle avait envie de la même chose, au fond.



¤~¤~¤


"See, you say that."

Il expire doucement dans un court rire sec puis vient s'étendre sur le banc de pierre. Il tire un bon coup de sa cigarette, la fait danser entre ses doigts puis au bout d'une minute, il continue :

"You say that, but you let me slap you. And you liked it. And you let me kiss the blood off your mouth, You let me pull your hair. And you liked it."

La tête calée contre le banc, il tourne le regard vers l'arrière pour fixer son regard d'ambre dans celui de la rouquine. Pas un mot de plus. Juste l'ombre d'un sourire.



¤~¤~¤


Elle lâche, un peu sèche, comme pour éviter à cette vérité de s'ancrer. "I hated every part of it." un peu plus tendue, la rouquine juge bon de se concentrer sur autre chose que le bel Anglais et lance un sort à la boîte, qui se dirige vers sa chambre. Reprenant un calme et un stoïcisme apparent, elle enchaîne.

" I'm twisted, and let's be honest, I was most likely conditionned to get aroused to this."

À force de coups, d'amour, d'autre haine et de tendresse, la rousse ne peut pas nier que ce sont deux choses qui sont devenues malgré elle intrinsèquement lié. Elle le regarde, avec autant de dégoût que de cynisme dans la voix.

"You'll have to thank Terrence for that."



¤~¤~¤


Son orgueil de mâle était blessé malgré lui. C'était une question de territorialité primale et idiote, mais c'était plus fort que lui. Cette envie de vouloir entièrement posséder quelqu'un.

"You're right. I might get bored of it. Breaking someone is at least half the fun."

Son regard quitta la rouquine pour venir se poser sur le ciel étoilé au dessus de lui alors qu'il fumait toujours tranquillement.

"Then again, knowing I can possess something another man lost also plays nicely with that whole "I wanna make you mine" thing."

Il en parle avec un détachement qui ne l'est sans doute trop pour être naturel. Mais son air ne change pas. Le seul souci, c'était qu'il ne voulait pas d'une autre.



¤~¤~¤


C'était étrangement blessant de l'entendre et sur ces mots elle détourne la tête vers la forêt, se disant que plus tard, elle veut s'y perdre, rugir, courir et s'endormir sur un rocher, avec pour seule couverture la fourrure qu'elle porte désormais à chaque transformation. Elle veut oublier que tout existe, mais pas maintenant, ce serait impossible alors que ses yeux reviennent toujours sur la silhouette couchée de Phillip.

"Thinking you can possess me is quite the cute dream, but not a chance. I bow to no one in the end. Though I am generous, so I'll realize one of your dreams."

Elle s'approche et passe une jambe par-dessus lui de manière à s'asseoir à califourchon. Puis elle toussote, un moment de silence et elle cri à tue-tête le nom d'Harker, tout simplement.

"PHILLIIIIIP"

Oui elle a bien choisit son moment pour l'appeler par son prénom - qu'elle a découvert à force de curiosité, oui - et rebaisse ensuite la tête, un sourire malin au visage alors que plusieurs oiseaux s'élèvent au-delà de la forêt.

"That's all you'll get, me screaming your name. For the rest you'll have to settle with decoys, and your hands."



¤~¤~¤


Il était resté de marbre jusque là. L'air neutre et calme, malin parfois mais toujours impassible. Le jeune homme tira une dernière bouffée de sa cigarette et, expirant sa dernière taffe, il jette le mégot dans l'herbe humide. Perplexe quant à ce qu'elle venait tout juste de dire, l'Anglais s'apprêtait à dire quelque chose, mais on l'interrompit.

Des genoux d'Ara à côté de ses hanches, son cri. Et malgré toute la retenue dont il était généralement capable, il éclata de rire. Un vrai rire. Sincèrement amusé, grave mais tout de même mélodieux. Un rire qu'on ne peut pas simplement se feindre. Ses mains se posèrent naturellement dans le creux du dos de la rouquine avant qu'il ne dise, la regardant dans les yeux et le sourire toujours aux lèvres :

"I've changed your mind before, I can do it again."

Et à nouveau cette envie de l'embrasser.



¤~¤~¤


Sous le coup de la surprise, ses mains se posèrent sans mettre de poids sur le torse d'Harker. Ce rire... elle se sentait déjà fondre. Juste après l'avoir haït comme on hait rarement dans sa vie. Elle avait l'air franchement prise de court venant mordre l'intérieur de sa joue. Ara devait avouer, il avait un très beau rire. Elle se reprit néanmoins assez rapidement alors que les mains du châtain prirent contact avec sa peau et elle reprit son sourire amusé.

"Or maybe I'll change your mind?"



¤~¤~¤


L'évitement,, la haine, la violence, l'envie primale, et à présent un peu de tendresse. Tout cela en moins de quarante-cinq minutes. Et franchement, ça avait tout pour plaire à Phil. Cela satisfaisait ses caprices, ses envies et ses humeurs, en plus de lui injecter le coeur d'un peu de chaleur dont les gens parlent parfois.

L'étreinte qu'il avait sur la taille d'Arabella se resserra doucement alors qu'il offrit une simple réponse à la rouquine :

"Maybe."

Qu'il ponctua d'un baiser. Lui attrapant les lèvres pour la faire taire, pour se faire taire. Les yeux fermés à présent pour mieux la goûter.



¤~¤~¤


Prise de court à nouveau. Puis les lèvres d'Harker, plus douces qu'elle ne pouvait se souvenir - surtout vu la violence de la dernière fois - sur les siennes. Et soudainement, le sentiment que rien ne lui déplaisait de lui, et que ce constat était aussi horrible que bon. Surtout bon, en ce moment, d'ailleurs. Elle se perd dans le baiser, ses yeux clos. Pour une fois elle veut bien se taire et ne plus rien dire.

Ses mains parlent à sa place, en fait. L'une presse chaleureusement sur le torse du châtain et l'autre monte pour se perdre dans ses cheveux.



¤~¤~¤


Un doux soupir d'aise vient se perdre dans l'étreinte de leurs lèvres au moment où l'Anglais sent la chaleur des mains de la rouquine sur son torse et dans ses cheveux. Alors que l'un de ses bras se resserre à sa taille, sa main libre navigue doucement du côté de ses fesses au haut de son dos, terminant sa course en venant recueillir la mâchoire de la belle de sa paume. Il n'avait pas l'habitude de cette tendresse. Mais après tout, il n'était qu'humain. Il en avait besoin, parfois. Rarement, mais parfois.


¤~¤~¤


La chaleur de la main d'Harker est loin d'être désagréable sur sa mâchoire endolorie par cette même main, sinon sa jumelle. Avec un instinct joueur, mais toujours tendre, la rousse vint suçoter sa lèvre inférieure et la main dans la chevelure de l'Anglais descendit assez pour que le pouce de la rouquine aille lui caresser le haut de l'oreille.


¤~¤~¤


C'est un mince sourire qui vient se peindre au coin des lèvres du jeune homme en sentant la rouquine lui suçoter l'inférieure. Prit du même instinct, il lui prend la pareille mais couple le geste d'une toute légère morsure, à peine pour la faire frissonner. Son pouce lui caresse la joue avec tendresse, le bout de ses doigts toujours délicatement accroché à sa mâchoire alors que l'étreinte qu'il avait à sa taille se relâche. Sa main vient se poser sur ses fesses qu'il caresse affectueusement, d'abord du bout de ses doigts puis, puis confiant, de sa paume.


¤~¤~¤


Il réussit bien sa manoeuvre et elle frissonne de tout son corps. Sa respiration devient plus profonde et c'est un peu intuitivement que son corps se cale un peu plus à celui d'Harker. Est-ce que c'est possible de tant haïr que le sentiment en change?

La main sur son torse descend et passe sous son t-shirt, plutôt sage dans ses caresses. À ce stade la rousse est complètement éperdue au travers tout cet amalgame d'émotions et se laisse aller à juste être bien, juste un moment.



¤~¤~¤


L'Anglais a laissé ses pensées de côté depuis un moment déjà. Peut-être parce qu'elles ne lui servent jamais à rien dans des moments comme celui-ci. Il profite, tout simplement, insouciamment. Il allait s'en faire plus tard d'une façon ou d'une autre, pourquoi s'empoisonner la tête maintenant?

C'est la main de la rouquine sous son t-shirt qui le força à interrompre le baiser, laissant la place à une douce plainte qui vint s'éteindre au coin des lèvres d'Arabella. La sensation de ses doigts froids contre ses abdos brûlant était délicieuse. Le châtain ouvrit les yeux, plantant son regard dans celui de la demoiselle puis alors que sa main venait placer une mèche rousse derrière l'oreille de sa maîtresse, il chuchota :

"I hate your fucking guts, Waldon."



¤~¤~¤


Ara laisse échapper un soupir appréciateur. Le souffle de Harker est presque brûlant, pourtant c'est une sensation qu'elle adore. Sa main va se balader jusqu'à son côté et en retour elle vient murmurer contre ses lèvres, d'une voix suave et douce à la fois, juste par envie de lui envoyer une petite décharge électrique dans le corps.

"I hate you too, Harker."

Et son regard vient se poser sur le sien avec une expression imperceptible.



¤~¤~¤


Les non-dits s'écrasent sur lui comme une tonne de brique.

Le souffle coupé. Tant par sa voix que son souffle chaud et sucré sur sa joue. Tant par ce qu'elle dit que ce qu'il en comprend. Tant par le regard qu'elle lui lance que celui qu'il lui prend. Et pour quelques secondes, il est complètement silencieux. La caressant toujours avec tendresse; le côté de ses fesses, le rond de sa joue.

Ses lèvres viennent chercher les siennes encore un instant en un baiser bref mais tendre avant qu'il ne chuchote contre celles-ci, le ton normal malgré qu'il soit déstabilisé :

"I better get going. Class early tomorrow morning."



¤~¤~¤


Pour une énième fois ce soir, il la déstabilise. Elle se recule, résistant à l'envie de lui voler un baiser de plus, ayant étrangement peur d'avoir fait quelque chose de mal. Elle l'observe quelque secondes puis se relève, brisant définitivement le contact entre eux. Elle tente de reprendre contenance et dit, sur un ton nonchalant.

"You, willing to get up early? That's the weirdest thing I heard tonight, by far!"



¤~¤~¤


"It's a potions class. That's pretty much the only reason I'd wake up early."

Il ponctua sa phrase d'un sourire en coin alors qu'il se redressait afin d'être assis sur le banc. Vide. C'est cela qu'il ressentait. Il se sentait vide. C'était bien cela qu'il fuyait comme la peste. Que ce soit la haine ou la tendresse, il devait vivre dans les extrêmes avec elle. On ne se pose pas de questions, quand on se frappe ou on s'embrasse. Il regarde Arabella un instant puis se lève sur ses pieds. Il passe ses mains sur son jean, comme pour le défriper.

"Are you coming back to the school or...?"



¤~¤~¤


Arabella offrit un regard à la forêt. Dormir en puma c'était génial, mais allez savoir, elle ne se sentait plus si mal, elle pourrait endurer une nuit dans une pièce. Elle hausse les épaules et met ses mains dans ses poches, ne sachant trop quoi en faire sinon - sauf peut-être plaquer Harker contre elle comme ses pulsions l'implorait.

"Well, I was considering spending the night somewhere else, but I guess I'm too tired to go there."

Excuse bidon, mais c'est mieux que de dire la vérité, au moins.

"Where're you going?"



¤~¤~¤


"Nowhere special, back to my room."

Il ne voulait pas le lui proposer. Ce n'était pas son genre de s'étendre en galanteries. Il voulait que ça se fasse sans qu'il n'aille à exprimer son envie étrange de passer encore quelques minutes avec elle. D'un signe de la tête, il lui désigna l'école puis se mit à marcher dans la direction de l'immeuble, dans l'espoir qu'elle le suive. La raccompagner au dortoir des filles, retourner à sa chambre, branlette, dodo. Voilà.



¤~¤~¤


Ara lui emboîta le pas sans réfléchir. C'était si subtil, si invisible la manière dont il avait de toujours la ramener vers lui au final. Malgré le sang, la hargne, la violence, elle se retrouvait au final à vouloir de sa présence jusqu'à la dernière goutte. La rouquine se fit silencieuse. Pas besoin de meubler le silence, c'était mieux comme ça, finir sur le peu de tendresse qu'ils avaient partagés.


¤~¤~¤


Leur chemin vers les dortoirs se fit dans le silence le plus complet. Ça n'était pas un silence lourd, ni un silence tout à fait confortable. Il y avait entre eux une entente silencieuse - pour une fois qu'ils arrivaient à s'entendre sur quelque chose. Mais il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir un étrange vide au creux de sa main et entre ses doigts.

C'est arrivé devant le dortoir de la rouquine que le jeune homme s'arrêta, se retournant pour lui faire face. Silence. Qu'il brisa au bout d'une dizaine de secondes :

"Good night,"



¤~¤~¤


Arabella ressentait aussi cet étrange vide et frotta sa main sur l'intérieur de sa poche, mettant cette sensation sur le compte d'un nerf qui la picotait. Le silence suivant leur arrivé était tendu, alors qu'elle le regardait. Sur le même ton que lui, elle répondit.

"You too."

Elle se détourna et monta les deux premières marches vers le dortoir, puis s'interrompit. Elle revint rapidement vers lui et prit son visage en coupe entre ses doigts pour l'embrasser une dernière fois. C'était entre la tendresse, l'envie et toutes les autres émotions. Disons qu'elle n'avait pas eu le temps de se décider sur une émotion maîtresse. Un dernier regard puis elle prit à nouveau le chemin du dortoir, sans rien dire.



¤~¤~¤


L'Anglais était sur le point de se tourner lorsqu'il entendit les pas d'Arabella revenir vers lui. Il eut tout juste le temps de lever la tête qu'elle lui prenait le visage pour l'embrasser avec faim. Surpris et flatté à la fois, le châtain resta immobile une seconde, à peine, avant de se plonger dans le baiser à son tour. Il l'embrassa avec une ardeur retenue et une faim évidente, ses doigts se serrant légèrement sur le tissu de ses vêtements.

Un regard et elle partait. Il ne s'y attarda pas non plus. Se retournant pour se rendre à son dortoir. L'esprit confus, le ventre fondu.

_________________

I hate mirrors
“ Because in the mirrors I can see what's really going on behind me while I'm not looking. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

10. Sticks and stones, and maybe potions [insta - Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel sont les moyens de gagner des Master Stones ?
» EXAMEN DE POTIONS [THEORIE + PRATIQUE]
» Partie de Potions (Jeu ;; S)
» tableau de potions
» Cours n°1 de potions - 6e & 7e années [PM]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieur de l'établissement :: Campus universitaire :: Parc central-