Partagez | 
 

 16 - You're everywhere to me [Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phillip Harker
Nimh
PROFIL Gémeaux

Messages : 134
Réputation : 64
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Anglais

Aspiration : Te casser les couilles

Fiche : Toxic

RP en cours : Kiss me, bite me ; l'Épopée Harker/Waldon


RP Terminés : You wear me out
Rock ‘n roll et Happy hours
come on, is there anybody in there? - Abandonné
And I hate you more than life itself - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 22 ans
Niveau: 5e année Maestria
Baguette Magique: 29 cm, Bois de Saule, Voile de détraqueur

MessageSujet: 16 - You're everywhere to me [Insta-RP Phil/Ara]   Dim 18 Jan - 20:23

◦○●○◦

Ara est au Sor-Thé-lège depuis un petit moment et a un peu bu il faut dire. Elle s'est commandé un irish coffee tout en lisant un bouquin sur les dragons et essaie de juste passer un moment tranquille, chose qui lui manque depuis un moment.

◦○●○◦

Phil passe la porte du Sor-Thé-Lège avec l'espoir sincère que personne n'y sera, sauf quelqu'un de suffisamment qualifié pour lui servir ce qu'il veut à boire. La seule chose qu'il veut, c'est boire en paix, sans avoir à se soucier de quoique ce soit d'autre que les verres qui défilent et les idées qui s'effacent. Il porte ce soir un jean noir et une chemise rouge foncé dont les manches retroussées, bien entendu.

Mais évidemment, deux secondes à peine passent avant qu'il ne remarque la tignasse rousse tant redoutée, assise confortablement dans l'un des fauteuils de la place. Sa mâchoire se serre et son regard s'assombrit alors qu'il pique directement vers le bar. Il s'y commande un Jack double sur glaçons, s'asseyant au bar avec la bien ferme idée de ne pas lui adresser un regard de plus.


◦○●○◦

Ara relève la tête subitement en entendant la voix d'Harker commander et elle le regarde, ne voyant que son dos. Bon sang, comme elle déteste ce sentiment de culpabilité. Elle se souvient comment ils se sont quittés la dernière fois et en dernier recours, se penche pour prendre sa tasse d'Irish coffee, en prenant une bonne gorgée.

La rouquine n'ose pas parler maintenant, juste un peu plus d'alcool avant de rassembler son courage et piétiner son orgueil. Parce qu'elle compte bien s'excuser. Putain, dire qu'il a cru qu'elle voulait faire bonne impression à Terrence cet... cet..

"idiot..." murmure-t-elle sans animosité.


◦○●○◦

Phil porte son verre à ses lèvres, les trempe dans le liquide foncé qui lui brûle doucement l'œsophage et, en deux grandes gorgées consécutive, vide entièrement le récipient qu'il pose bruyamment sur le comptoir pour qu'on vienne le lui remplir au plus vite. L'insulte chuchotée par Arabella lui résonne contre les tympans, son ton qui n'avait pourtant rien d'aigre lui semble tellement rude. En fait il ne voit pas en quoi elle pourrait être en train de parler de quelqu'un d'autre que lui.

"Nevermind the second glass. I'll just buy a whole fuckin' bottle."

La personne derrière le bar hésite, mais le regard ferme et inquiétant que lui lance l'Anglais se fait convainquant. C'est donc bouteille en main que Harker se redresse, sortant sur le balcon sans regarder derrière lui.


◦○●○◦

Ara soupire en fermant les yeux, exaspérée d'elle-même ET de lui, mais surtout d'elle, fallait que ça lui échappe, ce petit mot hein? Débile. Elle essaie cinq autre minutes de s'en sortir mais quand ça fait quatre fois qu'elle lit la même ligne, elle ferme son livre bruyamment et prend son Irish coffee. Elle se lève et se concentre à ne pas trembler de l'impression désagréable que son égo va être déchiqueté. De toute manière soit elle s'excuse maintenant, soit elle se retrouve au boulot avec lui, dans la merde.

Elle passe la porte du balcon et ne le regarde qu'à moitié. "Harker..." commence-t-elle, cherchant ses prochains mots, incapable de dire ce désolé qui lui brûle les lèvres.


◦○●○◦

La nuit est absolument sublime à l'extérieur. La lune brille intensément malgré son simple quart et les étoiles, nombreuses, éclairent le firmament. Et pour un instant, l'Anglais se laisse apaiser par ce spectacle. Il inspire et expire un grand coup, yeux clos, puis vient s'accouder à la balustrade en ouvrant le bouchon de la bouteille. Bouchon qu'il jette. Il n'en aura pas besoin, il le sait. La porte s'ouvre derrière lui, le bruit provoquant chez lui un frisson de désagréable malaise, qui lui mordille la nuque. Il soupire, venant se distraire d'une gorgée de Jack.

"No need to be polite, love, I feel like I can handle being called "Idiot" from now on."

Son ton se voulait sarcastique mais on y sent tout de même clairement une pointe de hargne.


◦○●○◦

Ara se sent encore plus mal et aimerait vraiment se fondre au plancher. Elle baisse le regard et observe son café. Pourquoi est-ce qu'elle est nerveuse comme ça? Et pourquoi bordel de merde est-ce qu'elle se sent les entrailles qui se serrent en repensant à la personne qui avait mal dans le couloir dont Julija a parlé?

"Yeah, you are an idiot." finit-elle par lâcher spontanément, mais douce, trop pour que ce soit volontaire. "You are one big fucking idiot to think I was caring about Terrence's opinion back there, when I simply didn't want him to punch you and shoving drama in the face of everyone!" Elle marque une pause. "I c-" Elle s'arrête, se rendant compte de ce qu'elle allait dire et change de chemin. "I can't believe you think I'd be what... ashamed of you, maybe?"


◦○●○◦

À l'instant même où Arabella lui déverse son stupide monologue, à l'instant même où il porte le goulot de la bouteille à ses lèvres pour une énième fois, il se dit que les bouteilles ne sont jamais assez grosses. Qu'il lui faudrait un lac. Un lac d'alcool aux bulles de drogues dans lequel il pourrait se plonger. Y ouvrir ses yeux pour les sentir brûler. Y ouvrir sa bouche et risquer la mort à chaque gorgée. Se noyer lui, tout entier au lieu de se contenter de crever à petits coups.

L'Anglais passe sa langue sur ses lèvres et se redresse lentement. Il ne veut pas la regarder, pourtant quelque chose l'y pousse. Il se tourne donc lentement pour lui faire face. Et même si on aura vu cet air froid et stoïque sur son visage des centaines de fois, ce soir s'y trouve quelque chose de tout à fait inattendu et de franchement perturbant, surtout pour lui. Tout au fond de ses iris. De la vulnérabilité.

"You have every fucking reason in the world to be ashamed of me. My parents are ashamed of me, and I can't fucking stand my own presence. Why the fuck would I even imagine anything else?"


◦○●○◦

Ara est prise de court par cette once de vulnérabilité et l'observe, sans vraiment y croire. Elle s'approche, le cœur se serrant étrangement et soupire, passant une main dans ses cheveux, buvant une gorgée de café pour tenter d'alléger quoi que ce soit, sans y arriver.

Et il parle. Et là elle le déteste. Elle le déteste parce qu'il la force vraiment à dire ce qu'elle pense avec son manque de confiance et son esprit tordu. Excédée par elle-même plus que par lui, elle lève les bras et lance, en reversant quelques gouttes de café malgré elle.

"Well, what do you want me to say? You seem to be your parents' kid because they seem just as stupid as you to me right now! I'm NOT ashamed of you damn it!" elle a du dépit dans la voix, c'est un peu une défaite de dire ça mais elle ne le laissera pas croire autrement. "If it hadn't been for the fact that my ex is a psycho, I wouldn't have had any problem taking a shot."


◦○●○◦

Une autre gorgée de Jack, et une autre après ça. Il n'en avait plus mal à la gorge, ça ne lui brûlait plus le palais. Ça ne faisait que nourrir une soif qu'il n'arriverait jamais à assouvir.

"I don't believe you."

Un sourire malsain vint s'accrocher au coin de ses lèvres. Un étrange mélange d'arrogance, de malice. D'envie et de supplication. De tristesse et de résignation.

"I don't believe you because you have friends. And every single person in this school is either repulsed by me, scared of me or just downright hates me. And you know what? That's okay. I don't expect anything else anymore. From anyone. Not even you. You have too much to risk, too many people to please than waste it for some fucking bastard, lowlife junkie. I get that."

Il sort une cigarette de son paquet et l'allume. En prend une bonne bouffée sans lâcher la jeune femme des yeux.

"Ex or no ex, you would never do something like that when other people can see us. I'm like a dirty secret."


◦○●○◦

L'Irlandaise sent des larmes de frustration lui monter aux yeux. Avec lui en ce moment, elle a l'impression d'être Cassandre, la pythie que personne ne croyait. Et elle ne sait pas quoi faire et fait juste ramener son café à ses lèvres pour le boire au complet, le mélange amer du café et la chaleur venant presque lui brûler l'œsophage. Et elle pose distraitement la tasse sur la balustrade, qui en tombe de l'autre côté et va s'écraser, faisant brièvement sursauter la belle.

"What, do you want me to call my friend and make a public shot, simply to show you?" Elle s'approche, sa voix s'emplissant d'une étrange colère, en partie due au regard du châtain. "And why would you want me to acknowledge you in the first place? So you can convince everybody you made a toy out of me, like most of the girls around you?" Cette idée la met encore plus en rage d'ailleurs.

"I'm not a toy."


◦○●○◦

Les derniers mots qu'elle lui dit ont un effet absolument ravageur sur lui. Une vague déferle, l'écrase, lui fait agenouiller l'âme. Le fait qu'elle pense une telle chose l'enrage. Et il voudrait lui crier que ce n'est pas le cas. Que pour une raison que lui-même ignore, avec elle, ça n'a jamais été à propos de ça. Qu'avec elle, c'est tellement plus et que ça le rend complètement dingue de frustration. Mais c'est bel et bien de Phillip Harker qu'on parle.

Il tire une bonne bouffée à sa cigarette, expirant la fumée vers les airs. Observe les volutes se fondre au ciel. Il profite du silence. De cet intermède, de cette paix qui ne dure jamais. Il se redresse un peu, ses bras se croisant contre son torse, puis il demande après avoir pris une gorgée de Jack :

[b]"Is that really what you think?"


◦○●○◦

Ara observe son regard qui ne lui dit rien qui vaille, elle se sent tellement petite. C'est fou comme chercher ses mots dans ce genre de situation peut provoquer la panique. Elle posse l'une de ses main sur son autre bras et le masse nerveusement.
"Yes. That's what I think. But I don't know if I believe it or not. I'm simply not taking any chances."


◦○●○◦

"I hate you too much for that. You're too much of a fucking pest, too much of a hard-headed little cunt for me to do that. You talk too much, and too loud. You bite too hard and you taste too good."
Il prend une autre gorgée de sa bouteille, dont le liquide semble se vider trop rapidement pour que ce soit sain. Passe l'une de ses mains dans ses propres cheveux et contre sa nuque. Se la griffe. Imbécile.

"But I doubt that's what you wanted to hear."

Il lâche un court rire, tout bas, secouant la tête comme exaspéré par ses propres paroles puis prend une autre taffe de sa cigarette.


◦○●○◦

Pour peu, Ara rirait. Elle détourne la tête et ne retient pas l'ombre d'un sourire, mais se recule. En fait elle ne sait juste pas quoi faire, avancer ou reculer, parler ou pas, encore moins quoi dire.

"... I really hate that feeling that it is what I wanted to hear, somehow." Elle soupire et échappe la phrase suivante. "I hate that feeling to opposite things with you all the time, and even more liking that."

Elle devient aussitôt silencieuse se perd dans ses pensées. Elle aimerait dire qu'elle ne veut pas tomber pour lui, lui expliquer qu'elle ne se pardonnerait jamais de répéter ce qui est arriver avec Terrence et en même temps, elle a envie de l'engueuler et de le frapper et de lui mettre sur la faute toutes ces sensations désagréables.


◦○●○◦

"I know."

Il se mordille l'intérieur de la joue. Flatté, confus et enragé tout à la fois de ce qu'elle vient de dire. Et l'alcool qui s'imbibe dans son cerveau, qui lui donne de plus en plus soif de tellement de choses. Il prend une autre gorgée. Et même si ses mains, elles, restent accrochées à lui, l'une toujours pendue à son cou et l'autre bras replié contre son ventre, tenant toujours la bouteille, son regard d'ambre se fixe à celui lavande de son interlocutrice.

"I kinda hate that I wanna hit you across the face. Make you bleed on my hand. Spread it across your skin. And I kinda hate that I wanna push you against the wall and kiss you. Grab at your skin, bite your lips. Fuck you senseless."


◦○●○◦

Arabella l'observe de bas en haut. Elle a envie d'être plus près, mais après quoi? Elle aurait envie de se reculer? Pire qu'un fucking chat qui demande la porte. Finalement son regard se verrouille dans celui d'Harker et ses mots lui envoient de la peur et du désir en plus du reste. Ça s'injecte en elle et ça se mélange au reste, ça la rend folle et rend sa voix sèche.

"For fuck's sake, don't say things like that." dit-elle, clairement en colère. "You're only making it harder." Elle soupire et va s'accouder à la balustrade, prostrant son front dans ses mains. "I should've swallowed my pride, say I was sorry and got the fuck out."
Mais non, maintenant elle s'imagine le meilleur des pires choses et le pire des meilleures. Elle a le cerveau qui veut exploser, le corps au complet et l'envie de se perdre dans les bras d'Harker.


◦○●○◦

Phillip la suit du regard, sans s'imposer autrement que par ses mots. Parce qu'à vrai dire, les choses sont aussi difficiles pour lui à cet instant-là. Déchiré, fendu à la colonne. Ses deux envies infiniment puissantes et infiniment contraires gagnent toujours plus en force et il ne sait pas combien de temps encore tout cela pourra durer avant que l'un d'eux, ou les deux en même temps, cèdent à la folie qui leur possédait la tête et le ventre. Il était bourreau masochiste. Ou victime tortionnaire, au choix. En fait, il en ressentait autant de plaisir que de désespoir et il n'allait rien faire pour changer la situation.

"It's not too late. You haven't apologized yet. You selfish bitch."

Et bien qu'il le dissimule derrière une bouffée de sa cigarette, un sourire vient se tailler au coin de ses lèvres, lui éclairant un peu le regard d'une lueur malicieuse alors qu'il la regarde toujours dans les yeux.


◦○●○◦

"You told me you don't believe me, earlier, so what good would it do?"

Son visage quitte ses mains et elle tourne la tête vers l'arrière pour regarder Phillip, un sourcil haussé. Son coeur semble battre de manière entropique, parfois normal, puis il se serre et bat trop vite, puis trop lentement. Et la vue du jeune homme ne l'aide en rien. Elle se redresse et se retourne, se hissant sur la balustrade, dos à celle-ci.

"You fucking prick."


◦○●○◦

Il écrase le peu qui reste à sa cigarette contre la pierre de la balustrade, expirant la fumée qu'il avait dans les poumons au coin de ses lèvres où l'on peut toujours apercevoir l'ombre d'un sourire. Bouteille toujours à la main, il en prend une bonne rasade, sentant ses joues s'engourdir doucement, ses organes se nichant dans de la ouate. Son cœur, son cerveau, son ventre. Tous toujours brûlants.

Il hausse un sourcil en direction de la rouquine et dit, le ton ferme et rauque tout à la fois:

"Come say that to my face if you fucking dare."

Et même s'il y avait quelque chose de foncièrement menaçant dans ce qu'il venait de dire, c'était sans doute tout aussi tentant.


◦○●○◦

Ara serait contente d'avoir bu plus tôt ne serait-ce que pour avoir une excuse pour ce qu'elle s'apprête à faire. Elle se serait si son cerveau n'était pas si... embrumé par ce qui se produit. Elle redescend de la balustrade et s'approche de lui, l'air aussi déterminée que si elle s'en venait pour lui mettre un coup de poing dans le ventre, animée par le nœud au creux du sien, cette boule d'envie, de haine de peur et peut-être même d'affection -bien contre son gré - elle le regarde droit dans les yeux et croise les bras.

"You. Fucking. Prick. Do you need it printed on your forehead or is it registered?"


◦○●○◦

Phillip la suit des yeux avec une appréhension qu'il arrive étonnamment bien à dissimuler malgré son taux d'alcoolémie plutôt élevé. Le regard fixe mais froid, le sourire malicieux, invitant mais pas trop. Il la laisse s’installer devant lui, lançant en même temps sa bouteille derrière lui, celle-ci venant s'écraser en un fracas sur l'herbe qui se trouve bien en bas du balcon. Il s'appuie à la balustrade de ses paumes sur la pierre puis, lentement, se penche vers elle. Son regard se barrant au sien et ne bougeant plus. Brillant de malice, de provocation et d'envie tout à la fois.

"Anything else you'd like to say while you're here?", murmure-t-il presque d'un ton ardent mais également terriblement arrogant.


◦○●○◦

Ara sursaute à nouveau, encore du verre qui se casse. Il se penche vers elle et elle approche son visage, bras toujours croisés, un sens de la provocation et son caractère de merde revenant au galop. Elle dit, comme si de rien n’était - elle n'arriverait pas à le dire autrement.

"I'm sorry." et elle fait mine de se souvenir de quelque chose. "And you didn't deserve what I just said, but I feel generous tonight, *prick*." Elle met l'emphase sur le dernier mot l'ombre d'un sourire apparaissant aux coins de ses lèvres.


◦○●○◦

"Thank you", dit-il, exagérément, mettant bien l'accent sur les deux mots comme pour relever du sarcasme de toute l'affaire.

Ses doigts viennent attraper, avec une force ferme mais pas spécialement agressive, les poignets de la rouquine, Et dans un mouvement qui reflète toujours de cette force, il l'attire un peu subitement contre lui. La force de son propre regard à ne pas le quitter du sien. Toujours pousser un peu plus loin, toujours frôler les limites, longtemps, langoureusement, avant de les défoncer avec furie. L'humeur était encore à l'attente pour l'instant mais le feu, lui, brûlait sans merci.

"Do I frighten you?", chuchote-t-il à la jeune femme


◦○●○◦

Ara est surprise de se faire attirer contre lui et le regarde, cherchant des réponses sans en trouver et les trouvant toutes à la fois. La chaleur du corps de Harker lui envoie des petits frissons, comme des chocs directement sur ses nerfs. L'Irlandaise voudrait dire non, son orgueil la supplie même, mais...

"Yes. Yes you do." Elle sourit et vient murmurer à l'oreille du châtain "But it never stopped me from kicking your ass, didnt it?"


◦○●○◦

"Never stopped you from sucking my cock either. You little slut..."

Et ses mots qu'il venait de souffler, brûlants et brusques à la fois, vinrent s'éteindre contre les lèvres de la rouquine. Les siennes étaient venues s'y presser avec une envie avare et violente. Posséda sa bouche de sa langue au goût sucré d'alcool, lui mordilla la lèvre avec une faim d'affamé.

Et malgré la rudesse animale du baiser qu'ils partageaient, malgré le souffle court et les délicats gémissements qui osaient jaillir de l'étreinte de leurs lèvres, les bras de l'Anglais étaient venus enlacer la taille de la belle avec une tendresse qui déconcertait même lui. Ses mains chaleureusement posées à la chute de ses reins, ses doigts caressant la peau qu'il pouvait atteindre.


◦○●○◦

La rousse aurait voulu rétorquer l'envoyer chier et lui mettre une claque, mais il l'embrasse et elle n'arrive pas à résister. Elle veut plus, non, moins, elle ne sait plus, mais elle en veut c'est certain. Les dents, les lèvres, la langue... chaque fibre du châtain est comme un soulagement sur son être tendu et endolori, mentalement et physiquement.

Les mains de la jeune femme passent autour de sa nuque et s’y pressent, se faisant passionnée et affamée, mais aussi tendre, faisant attention à ne pas lui faire de mal pour le moment.


◦○●○◦

Elle était un oasis pour son âme assoiffée. Il s'abreuvait d'elle à chaque fois que leurs lèvres se fondaient les unes aux autres, à chaque fois que sa langue effleurait, dansait avec la sienne. À chaque fois qu'un soupir de désir s'échappait de l'une de leur gorge, exprimant en son timbre tout ce qu'ils n'osaient certainement pas se dire.

Au bout d'un moment, l'étreinte qu'il avait autour de la taille de la rouquine se détendit. L'un de ses bras resta appuyé à sa taille, la main de celui-ci passant avec une tendresse ferme sur ses fesses. L'autre, cependant, s'éleva jusqu'à rejoindre le cou de la belle puis coula contre sa peau pour recueillir sa mâchoire contre sa paume.

"I fucking hate you, Waldon", lui souffla-t-il d'un ton gorgé de désir, de faim, de frustration et d'assouvissement tout à la fois,


◦○●○◦

Ara qui avait développé un peu plus de mordant, laisse une de ses mains quitter la nuque de l'Anglais pour venir se poser sur son torse, en appréciant la chaleur à travers le vêtement. Il recueille sa mâchoire et elle ouvre les yeux, son visage s'appuyant malgré elle.

"I despise you Harker." répondit-elle sur un ton qui n'avait rien à envier au sien. "I hate you so much." La main sur son torse s’élève et elle passe son index sous le menton rasé de Phil, comme pour l'attirer nouveau à ses lèvres.


◦○●○◦

L'Anglais ne se fait pas prier. Parce qu'il a tellement envie d'elle. Parce qu'il ne veut plus rien dire de peur de laisser échapper quelque chose qu'il ne veut pas qu'elle entende. Parce que tout ce qui compte présentement, c'est ce sentiment qui perdure au creux de son ventre, ce bien-être couplé d'envie qui lui fait oublier toute la frustration qu'il ressentait un peu plus tôt. Et même s'il sait pertinemment que tout cela n'est qu'éphémère, que les crises, les coups et la haine reviendront éventuellement à la charge, il se permet de profiter de cette ardente tendresse.

Il l'embrasse à nouveau. Toujours charnel, affamé, les doigts de sa main venant s'agripper fermement à la naissance de sa nuque. Puis il tire, lui fait pencher la tête vers l'arrière. Et ses lèvres glissent des siennes à son menton, et de son menton à son cou alors que ses épaules se voutent légèrement. Sa langue lui caresse le creux du cou avant que ses dents ne viennent mordiller sa peau blanche.

Tout ce qu'il veut, c'est l'entendre gémir son nom.


◦○●○◦

Arabella se sent fondre. Son cerveau l'abandonne il en a clairement eu assez pour ce soir, mais elle non. La rouquine vient se presser un peu plus contre lui et elle penche la tête sans mener de résistance. Ses lèvres lui font garder les yeux clos, le chemin qu'il exécute lui fait se mordre la lèvre inférieure et lors de la caresse de sa langue et sa morsure, la rouquine ne retient pas un soupir appréciateur.

Ses ongles se vengent de l'avoir affaiblie de la sorte en venant griffer le cou d'Harker, assez fort pour lui laisser une trace brûlante et fraîche à la fois, mais pas assez pour le faire saigner, pas pour le moment, le mettant au défi d'essayer d'en faire plus en relevant une de ses jambes contre lui.


◦○●○◦

Le goût de sa peau lui avait manqué.

Comme la sensation de ses ongles dans la sienne, qui lui arracha une basse plainte de douleur couplée au désir. Comme son corps tout entier qui réagissait impeccablement aux pressions et aux caresses qu'il appliquait sur ses courbes. Comme sentir qu'à cet instant-là, lui seul avait le contrôle sur les battements de son cœur, sur la profondeur de son souffle qui se saccadait. Et une partie de lui aurait eu envie de mettre le blâme sur l'alcool qui lui voilait les yeux, mais en toute vérité, il aurait pu être complètement à jeun - ce qui n'arrivait jamais - qu'il aurait réagi de la même manière.

La cuisse de la rouquine vint se presser contre la sienne, le taquinant de sa chaleur invitante. Et soudainement, une sensation de dégoût le pris au ventre. Toute cette tendresse était sur le point de le rendre malade. Ça n'était pas lui. Ça n'était pas eux. Ça ne lui faisait plus assez mal.

Motivé par cette brusque pulsion bestiale, l'Anglais vint enfoncer le bout de ses doigts dans la cuisse de la rouquine. Aurait voulu la griffer à travers son pantalon. Il fit de même avec l'autre, levant ainsi Arabella de terre et vint brutalement l'emprisonner entre le mur de pierre et son corps. Son bassin se mouvant, ardent, entre les cuisses de la belle, il la tenait d'un bras sous les fesses alors que son autre main lui agrippa la basse du cou. Lui lacérant la peau de ses ongles mais ne serrant pas.

"Why the fuck are you still here? You... You said you would leave as soon as you apologized", souffle-t-il de sa voix rauque, son ton fièvreux de désir, de jeu malsain et de cette envie tordue de l'anéantir.


◦○●○◦

Sa respiration se bloque brusquement lorsque les doigts du châtain s'enfoncent dans sa cuisse, lui provoquant une douleur lancinante et bien honteuse, elle doit s'avouer en vouloir encore. Son dos frappe le mur, puis la base de son cou devient rouge et elle échappe un seul gémissement d'un mélange de désir fiévreux et de douleur.

Son regard lavande se plante dans celui ambré de Phillip et elle lui répond, dans un murmure encore embrumé de plaisir. "I-I know... and I should, but..." elle retient ce petit I won’t qui lui brûle les lèvres et un éclat d'inquiétude perce le voile de désir qu'elle a devant les yeux. "Or... do you want me to do so...?"


◦○●○◦

Il ne savait plus ce qu'il voulait. Son ventre tiraillé de toutes les envies possibles et inimaginables lui criait grâce, l'implorait de céder. À n'importe quoi, mais à quelque chose. Son corps avait trop faim d'elle pour rester ainsi inassouvi. Qu'il prenne ce dont il avait besoin par la violence ou par la chair, mas qu'il prenne quelque chose.

"The only thing I want is to make you mine", grogna-t-il tout bas alors que son bassin se pressait au sien avec plus d'insistance encore, ses doigts se glissant sous son jean pour griffer la peau nue de sa fesse.

Et sans que sa main ne quitte la base de son cou, tachant sa peau pâle de marques rouges, ses lèvres reprirent possession des siennes, plus affamées que jamais, lui suçotant ardemment la lèvre inférieure et la mordillant au passage.


◦○●○◦

Arabella peut sentir la brûlure sur sa fesse, lui envoyant une sensation si agréable de par son aspect désagréable. Et une autre brûlure, celle de ses mots, envoyant son cœur battre dans une valse irrégulière et saccadée. Les doigts de Phil, bien que tachées de son sang, la rende folle à force de ne pas descendre, de ne pas venir agripper son sein.

S’ils pouvaient juste céder, une fois, juste une. Que ça ne fasse rien et qu'elle puisse finalement laisser libre cours à ses envies qui lui martèlent le corps. Les mains de la rouquine passent entre eux deux et viennent passer à moitié sous son vêtement, la paume vers le haut. Et elle remonte, le griffe. Ils pourraient être en pleine place publique, elle aurait quand même cette envie folle de lui arracher ses vêtements.
Son bassin ondule contre celui du brun, lui envoyant d'autant plus de vagues de chaleur. À ce point elle doit seulement être un tourbillon de lave à l'intérieur. "What the fuck are we waiting for...?" en vient-elle à se demander tout bas, sa frustration sexuelle en venant à dépasser la barrière de ses pensées.


◦○●○◦

Il était sur le point de tout envoyer promener. Les doigts de sa main s'étaient accrochés au bord du pantalon de la rouquine, le tirant sans douceur, entraînant sa petite culotte avec lui. Les fesses de sa collègue étaient à moitié exposées à l'air tiède de ce soir de Mai mais sa peau brûlait sous ses doigts et sous ses ongles qui les assaillirent de caresses rudes et de griffures. Ses lèvres avaient pris le relais contre le cou marqué de la Ceart. L'embrassant, la léchant, la mordant alors que son bras était venu rejoindre l'autre afin de mieux soutenir le corps entier de la jeune femme loin de terre. Il était sur le point de défaire la boucle de sa ceinture, de la clouer au mur à coups de bassin.

Il n'entendit pas le petit grincement de la porte qui s'était entrouvert. Il n'avait pas entendu les deux pas que quelqu'un fit à l'extérieur. Assourdi par leurs plaintes d'envie, par leurs halètements, par leurs cœurs qui battaient à tout rompre. Mais ce qu'il entendit beaucoup trop clairement fût le "Oh my fucking God" de quelqu'un qu'il reconnaissait.

Ce gros con de Taylor était là à les fixer avec un air de débile au visage. L'air de quelqu'un qui est à la fois surpris, embarrassé et en même temps infiniment comblé. Non non non non. Cet imbécile ne venait PAS de foutre en l'air cette occasion en or.

"Get the FUCK away, Taylor, I will rip your balls out!", rugit-il en couvrant du mieux possible le derrière de la rouquine de ses deux mains.

Mais Russell était déjà rentré dans le café étudiant, ricanant comme pas deux et s'exclamant pour lui-même "I knew it! I fucking knew it!"


◦○●○◦

Arabella n'en avait plus rien à foutre. Sa haine pour Harker ne faisait même que booster cette féroce envie de l'avoir en elle. Être à lui ou qu'il soit à elle, elle n'en avait rien à faire, tant qu'elle l'avait. Elle avança un peu son bassin lorsqu'il commença à descendre son jean, l'air paraissant frais comparé à la température de son corps, c'était presque trop bon pour être réel.

Ses mains avaient remonté, laissant de belles traces rouges sur le ventre d'Harker et ses paumes s'étaient retournées pour venir se poser sur le haut de son ventre. Sa bouche quant à elle était venue mordre et embrasser le cou de l'Anglais, remontant jusqu'à la jonction de sa mâchoire, puis son lobe d'oreille, ne prenant même pas le temps de contrôler les bruits qui sortaient de sa bouche.

Et la voix de Russell résonna dans son crâne tel un magasin de porcelaine assaillit par un putain d'éléphanteau enragé. Ara adore Russell, hein, mais à ce moment elle le fixa quand même avec un mélange de surprise, de gêne profonde et d'envie de l'égorger. Et la voix d'Harker qui lui fait peur et qui l'attise en même temps, c'est bizarre. À cela s'ajoute qui plus est cette reconnaissance qu'il ait caché ses fesses

"You ASSHAT!" lança-t-elle en entendant les exclamations de Russell, elle retourne sa tête vers Phillip, les dents serrées une rage enfantine au visage. "Let me go, I'm gonna hit him until he loses all speech abilities!"


◦○●○◦

Il en aurait presque eu envie de pleurer, en fait. D'abord parce qu'il était carrément enragé que ce connard de blondinet sans cervelle soit venu ruiner une opportunité parfaite de tirer son coup avec la femme qui le captivait un peu plus à chaque jour. Ensuite parce qu'il était presque triste de devoir gaspiller une érection qui, il le devinait de par la force avec laquelle son membre se tendait contre son jean, était sans aucun doute magistrale. Et finalement parce que l'air frais qu'il sentait finalement s'imposer à sa nuque lui permis de réaliser qu'il était encore plus confus qu'il ne l'imaginait.

Les dents serrées, l'air dur et enragé, le jeune homme grogna un "Fuck!" supplémentaire avant de venir poser les pieds de la rouquine sur le sol, reculant d'un demi-pas. Il était à la limite du désespoir et au comble de la frustration. Passant ses deux mains contre son visage, puis sur sa nuque humide, il se tourna et retourna s'appuyer sur la rambarde. Inspire. Expire. Ne te jette pas en bas du balcon.

Et pendant ce temps-là, Russell ricanait comme un bon, assis au bar, bière à la main et sourire satisfait aux lèvres.


◦○●○◦

Ara remarque cet air et ça lui tombe dessus. À cause de Taylor, il n'y aura rien. Toute sa féminité qui se crispe d'un coup en elle et une frustration jusque-là jamais vue. Elle risque de vraiment frapper Taylor pour qu'il ferme sa gueule à ce rythme. Elle remonte son jean et passe sa main dans ses cheveux, mais elle ne veut pas partir non plus, cette proximité avec Phil, ça la déchire de devoir y mettre fin. Tant qu'à vrai dire elle ne sait plus où aller.

"I-I'm sorry..." elle bug et se demande pourquoi diable est-ce qu'elle s'excuse. Peut-être de ne pas être partie, finalement? Trop la tête encore dans la brume elle secoue la tête en soupirant et en se détournant, prête à entrer et aller casser sa gueule au grand blond.


◦○●○◦

"Don't."

Il se contente de cet unique mot. Parce qu'il n'y a rien de plus à dire de toute façon. Elle n'avait pas à s'excuser. C'était bien de la faute de Taylor. Et puis, peut-être qu'ils n'auraient pas dû pousser les choses autant que cela. Même si la base même de leur relation était devenue telle; qui poussera qui jusqu'au bout? Qui cédera? Qui frappera en premier? Qui embrassera en premier? Il avait l'esprit trop brumeux d'alcool et de frustration pour penser à une telle chose. Tout était tellement plus facile quand il n'en a rien à foutre.

La main de l'Anglais trouva vite son paquet de cigarette. Il s'en fixa une au coin des lèvres, l'alluma. Se forçant à respirer convenablement, à calmer le rythme effréné de son cœur et tentant, en vain, de se calmer un peu. Il aurait pu jurer que chaque muscle de son corps était crispé au possible.


◦○●○◦

Arabella le regarde une dernière fois, avec l'envie de se jeter à son cou, mais c'est tellement pas son genre. Son genre, c'est de rentrer et se venger sur Taylor pour cette occasion ratée et qu'elle n'oserait jamais reprendre. Et c'est ce qu'elle fait. La porte claque un peu trop fort, tout comme ses talons et la rousse va vers Russell, profondément emmerdée.

"You, I'm coming for you and you'll wish you were dead pretty soon!"

Elle ne se sentait pas de lui expliquer le pourquoi de cette sentence. Il la subirait, c'est tout.


◦○●○◦

Pendant que Phillip est en train de se détendre au meilleur de ses capacités à l'aide de sa cigarette - qu'il termine en moins de cinq minutes - et d'un joint, en plus d'avoir déboutonné sa chemise pour laisser un peu plus d'air circuler, Russell est toujours au bar à boire sa bière rayonnant d'une humeur resplendissante.

Puis la porte du balcon ouvre pour laisser passer une furie rousse. À la fois surpris et amusé, le jeune homme se lève et place ses mains ouvertes devant lui comme pour lui signaler d'arrêter.

"Hey hey, calm down. I had no idea what was going on out there"


◦○●○◦

Arabella ne l'écoute qu’à moitié et le contourne un peu pour lui descendre un bon coup de poing sur l'épaule. Elle est clairement en colère, mais son envie de péter la gueule de son ami est amoindrie maintenant qu'elle a dû mettre fin pour de bon à cette étreinte. Une fois hors du feu de l'action c'est toujours un peu plus facile de réfléchir.
"But you still had to be an idiot and scream!" Pour elle c'était un cri, enfin ça lui avait fait aussi peur qu'un cri. "You. Are. A. Dumbass!" Dit-elle en ajoutant des coups de poings sur son épaule, gamine, ne frappant pas aussi fort que la première fois, mais se défoulant.


◦○●○◦

"Owww! Stop that!"

C'était peut-être surprenant d'entendre Russell se plaindre de douleur mais c'est qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui fasse vraiment mal, quoi. Le visage doucement crispé de la douleur qui perdure, l'Américain se frotte l'épaule.

"Of course I reacted, I was surprised! Just... Ow!"

Le blond attrape son amie par les poignets pour l'empêcher de le frapper encore plus, lui jetant un regard du genre "arrête, là, je suis sérieux", même si un air taquin perdure sur son visage.

"I shouldn't be the one to tell you this, but maybe making out so hot and heavy in a public place isn't the best idea if you don't wanna be interrupted. Coulda been anyone else and it would have been worse."


◦○●○◦

Ara comprend très bien son regard et il peut sentir ses bras se détendre, permettant ainsi à la rousse de se faire libérer. Et à ses paroles elle rougit un peu, s'imaginant un inconnu ou pire, quelqu'un de connu. Le blond marque un point, mais quand même... la rousse regrette de ne pas avoir songé à verrouiller la porte et elle regarde vers le balcon une seconde avant de regarder Russ.

"If it had been someone else, at least I could've beat them up as I please" grommelle-t-elle, un petit sourire aux coins des lèvres. "Now stop boasting, or I'll really have to smack you!"


◦○●○◦

L'Américain ne peut pas s'empêcher de sourire suite à ce qu'elle dit. Il lui fait un petit clin d'oeil taquin et dit :

"I know, I'm way too adorable for you to be really mad at."

Il l'attire contre lui un instant, se voulant rassurant de par son câlin puis, alors qu'il la laisse aller, il dit :

"I won't say a word. But still..."

Il tire la langue dans la direction de la rouquine

"I knew it."


◦○●○◦

Ara lève le bras et lui donne une petite tape sur le front de sa paume l'air d'un gamin frustré avant de recroiser les bras, puis elle dit, déjà un peu plus légère.

"Okay okay, you're as adorable as a puppy, but stop being as stupid too!"

Elle tire aussi la langue, mais elle sait qu'Harker est derrière, elle voudrait le rassurer, peut-être même le récupérer, l'emmener ailleurs, ça lui brûle, mais non, elle est trop orgueilleuse pour se permettre à nouveau d'être faible.


◦○●○◦

Le blondinet sent bien que la présence de Harker toujours seul sur le balcon la perturbe un peu. Il prend donc sa bière et vide son verre de deux-trois gorgées avant de dire, souriant :

"I'll be off. Be good, sweetheart."

Il lui fait un dernier clin d'oeil entendu puis sort du café étudiant.


Durant tout ce temps, Phillip est resté accoudé à la rambarde du balcon, fixant l'horizon et le ciel étoilé. Il s'est fumé un joint tout entier, ce qui a le mérite de l'avoir calmé. Il ne pense plus à rien, vraiment, sauf le paysage nocturne d'une nature printanière, éveillée. On entend dans les bois des bruits discrets d'animaux, et au loin, les vagues qui s'écrasent sur la berge.

◦○●○◦

Ara qui commence à avoir mal à la main qui a frappé le blond acquiesce et le remercie d'un regard avant de commander deux pintes de bière ambrée. Elle les attend et se gratte l'arrière de la tête en se demandant qu'est-ce qu'elle fout. Mais en recevant les deux choppes elle va vers le balcon sans hésiter. Sans un mot elle arrive près d'Harker et lui en tend une, prenant une gorgée de la sienne. C'est un peu un prix de consolation, au fond.

◦○●○◦

L'Anglais jette un regard rapide derrière lui lorsqu'il entend la porte ouvrir et, constatant qu'il s'agit d'Arabella, il esquisse un mince sourire. Au fond, il est heureux qu'elle ne soit pas partie. Il ne voulait pas laisser les choses comme ça, ça lui semblait tellement... étrange. Il se redressa un peu, exposant aux yeux de la jeune femme son torse légèrement dévoilé par sa chemise ouverte, puis prend sa pinte de bière. Il en prend une grande gorgée, soupirant d'aise, puis jette un coup d'œil à son propre ventre. Il effleure de sa main libre les marques qui zèbrent son ventre et dit :

"I gotta say, I wasn't expecting that much."

Sa phrase est vague, par exprès. Parce qu'il parlait de bien d'autres choses que des marques sur son corps. Il parlait de la dégringolade, de l'envie bestiale qui les avait tous deux possédés. Le châtain lève les yeux et aperçoit les marques qu'il a laissées à la base du cou de l'Irlandaise. Il s'en mord légèrement la joue et, du bout des doigts, vient les caresser avec une certaine délicatesse. Obstiné à ne pas la regarder dans les yeux.

"Actually, I can't believe we kept our clothes on that long."


◦○●○◦

Ara détaille bien sur son torse exposé et les marques avec autant de souvenirs que d'envies, qu’elle noie dans sa gorgée. Elle rit un peu à ce qu'il dit, mais ce rire cache le fait qu'elle est entièrement d’accord, sauf que même si ce n'était pas prévu, c'était maintenant un manque. Ça va Ara, reprend-toi bordel.

Phil n’aide clairement pas en caressant la griffure qu'il a lui-même faite, lui arrachant un frisson et faisant morde sa lèvre inférieure à la rousse. C'est que la peau est encore sensible. Elle évite aussi de le regarder, la tête carrément détournée. Fuck la subtilité.

"Speak for yourself, Taylor almost witnessed my half bare ass." lance-t-elle spontanément, la voix sincère et donc un peu marrante faut dire.


◦○●○◦

L'Anglais ne se retient pas de rire à la dernière remarque de la rouquine, alors qu'il cesse ses caresses. Un de ses rares rires francs et détendus, libre de toute contrainte et de hargne. Son joint lui a en effet fait beaucoup de bien. Son visage n'est plus aussi tendu, ses traits sont calmes et même si son ventre est toujours indécis et un peu troublé, ça n'est rien comme un peu plus tôt.

Il prend une gorgée de bière puis, osant finalement poser son regard dans celui d'Arabella, il lui demande:

"Speaking of him, what did he say? Did you tell him to keep his mouth shut?"


◦○●○◦

Arabella vient s'accoter sur la rembarde de sa hanche acquiesce. "He's gonna keep his mouth shut, and maybe even hate me tomorrow because of his shoulders." Elle montre ses jointures un peu rouges en signe de preuve et boit une énième gorgée, puis elle ajoute en déviant de nouveau son regard de celui d’Harker, faisant mise de s'intéresser au ciel

"And I know I can trust him on that, he's imagining way too much things about us not to «let things go by themselves» I think..."


◦○●○◦

L'ombre d'un sourire fier éclaire le coin des lèvres de l'Anglais lorsqu'il constate les quelques rougeurs sur les jointures de la rousse. En fait, c'est une bonne chose que ce soit elle qui lui aille parler. L'humeur qu'il avait plutôt tôt invitait difficilement à la discussion et comme il ne détestait pas complètement Taylor, ça aurait été dommage de lui casser la gueule. Ou de se la faire casser, peu importe.

"What do you mean by that?", demande-t-il avant de prendre une autre gorgée de sa bière.


◦○●○◦

Ara soupire. Elle ne sait pas trop comment mettre ça en mots, essayant d'éviter de le dire de manière à ce que Phil soit emmerdé, mais qu’importe ce qu'elle imagine, elle y voit une probabilité.

"He just thinks there's something going on and imagines you like me and all, hence why he screamed he knew it while going back in the bar."

Elle continue de regarder obstinément le ciel et termine sa bière d'une traite, léchant ses lèvres par la suite. Parler de sentiments avec Harker, c'est pas vraiment sa zone de confort.


◦○●○◦

"Oh. Well, we wouldn't want that, now, would we?"

Il jette un regard en biais à la jeune femme, terminant à son tour sa bière d'une bonne gorgée. Il ne savait pas trop quoi penser que tout cela. Et ça n'était probablement pas le bon moment d'y réfléchir. Il avait bu. Les sensations résiduelles de l'envie et de la furie qu'il avait ressenties perduraient toujours, bien que plus subtilement. Et même s'il voulait croire au fond de son être qu'il n'y avait rien d'émotionnel et d'intime à leur relation, une partie de lui se vexait à l'idée qu'elle avait honte.

"As long as he keeps his mouth shut, I guess."

Un sourire confiant se dessine au coin de ses lèvres puis il ajoute :

"Must've been a hot sight to see, though."

Parce que c'est bien vrai qu'en y repensant, ce qui était tombé sous l'œil de l'Américain était sans doute digne des fantasmes de plusieurs.


◦○●○◦

Ara ne sait tout d'abord pas quoi penser. Est-ce qu'il aurait voulu qu'elle rougisse et prie que Russell ait raison? Il ne pourrait possiblement pas, non, cette touche de cynisme était juste un retour de son état naturel, pis elle acquiesça. C'était le principal, c'était tout ce dont ils devraient s'inquiéter, d'une manière ou d'une autre.

Alors pourquoi elle voulait juste se rapprocher et lui dire que ce n'était pas si grave, s’il parlait? Elle baissa les yeux et se regarda comme si elle était tarée un bref moment avant de rire à ses dernières paroles. Un rire un peu doux, de quelqu'un qui sort de sa torpeur.

"I just hope we-hem you and I don't become his fantasy. Even though... yeah, it was hot."

La fille qui n'avoue rien et ne parle jamais des moments où Phil arrive à lui faire de l'effet vient de confesser ça, oui. En même temps il faudrait être con pour nier. Elle se grouille donc de dévier le sujet.

"Anyway, I know next shift, he's gonna pick on me so much, that idiot." Le dernier mot était dit avec une certaine tendresse pour son ami.


◦○●○◦

"As long as he doesn't get stupid, I don't really care, to be quite honest. He's not a dick. Although if I were the one to go after him right after the fact, it wouldn't have been pretty."

Le jeune homme se redresse de contre la balustrade et, lentement, rattache un à un les boutons de sa chemise. C'était toujours la même chose avec Arabella. Il aurait eu envie de rester plus longtemps, mais en restant, ils couraient tous les deux le risque que le même manège se reproduise. Et autant il avait toujours envie d'elle, il était épuisé. Et puis, une étrange pression au creux de son torse lui disait de se sauver. D'éviter de passer trop de temps seul avec cette fille, que ça ne mènerait à rien de bon. Mais il savait pertinemment que le goût du jeu et de la poursuite dominait toujours sur sa conscience.


◦○●○◦

"Oh that I know. Maybe that part of why I went. That and to use Taylor as a punching bag."

Elle sourit un peu et le voit se redresser, sa hanche à elle quittant la balustrade au même moment. Et cette envie fulgurante de le stopper dans ses mouvements, lui arracher sa chemise et cette fois ne pas oublier la putain de porte. C'est si fulgurant qu'elle sent ce feu lui remonter jusqu'à la gorge mais le stoppe à temps, avant qu'il n'engouffre son cerveau.

"Well, it's getting late, I should go."

Elle commence déjà à partir, sans en dire plus et elle s'arrête, se retourne vers lui et fait quelque pas, mais s'arrête à nouveau. Bordel, faudrait qu'elle sache avant d'agir sur un coup de tête, fuck. Elle le regarde, figée, cherchant quelque chose à dire.

"Oh and, hem... good night."

Elle se retourne et repart, murmurant pour elle-même - quoique peut-être un peu trop fort :

"Nope, I'm not doing this a third time, nuh-uh."

Elle semble s'en convaincre en même temps. Bien sûr elle parle de l'embrasser avant de partir et les deux autres fois, elle s'en souvient très bien. Hors de question qu'elle se répète encore une fois.


◦○●○◦


C'est avec un petit sourire à la fois malicieux et amusé que Phillip est témoin de ce qui se passe devant lui. Il la sait qui hésite, qui ne sait pas se décider, qui passe d'une idée à l'autre avec terriblement peu de retenue et de subtilité. Et il la regarde faire, bras croisés contre son torse lorsqu'il a terminé de reboutonner sa chemise. Juste pour voir ce qu'elle va faire.

Et c'est lorsqu'elle prononce sa dernière phrase que Phil s'exaspère. Il roule des yeux, échappe un petit soupir puis se décolle de contre la rambarde. Il lui attrape le poignet et la fait se retourner sur elle-même afin de lui faire face.

"Just cut the bullshit, Waldon, that was pathetic."

Sa main remonte le long du bras de la rouquine, lui caresse le rond de l'épaule et vient cueillir la nuque et le côté de la mâchoire de la belle contre ses doigts et au creux de sa paume alors que l'autre se pose presque sagement sur sa hanche, si ce n'était que ses doigts se glissent un peu sous le tissu de son débardeur.

"Good night.", murmure-t-il, se penchant vers elle avant que ses lèvres ne viennent se presser tendrement aux siennes en un baiser certes moins sauvage mais tout aussi brûlant que les précédents.


◦○●○◦

Ara reste surprise et se retrouve contre lui, en le regardant, lui demandant presque du regarde qu'est-ce qu'il fait. Et ses mains la font fondre et lui envoie une légère chair de poule. Tout comme son murmure. La seule chose qui la sort de cette enveloppe de sensations autrement plus douces que plus tôt, c'est son baiser, qui lui éveille cette passion qu'elle a constamment à son égard, mais pas complètement non plus.

Elle répond donc à son baiser, l'une de ses mains se posant sur celle d'Harker contre sa nuque et l'autre sur son épaule, en appréciant chaque relief du pouce, s'y perdant un moment et faisant durer le moment jusqu'à éveiller sa peur de perdre le contrôle, se reculant ensuite à nouveau, un infime sourire satisfait aux lèvres. C'était pas prévu, mais que la situation ait été inversée n'est pas pour lui déplaire.

"Good night..." lance-t-elle à nouveau, cette fois plus douce. Avant de se reculer et de lancer, amusée. "Try to contain your wet dreams, Harker."


◦○●○◦

Il n'avait pas de raison de se retenir de l'embrasser. Après tout, pas trente minutes plus tôt il était sur le point de lui enlever son pantalon pour la baiser à même le mur de pierre. Et puis, il en avait eu envie. Et elle en avait eu envie aussi. C'est donc sans regret et sans arrière-pensée que l'Anglais se laissa aller dans le baiser, profitant des caresses des mains et de la langue de la rouquine.
Elle brisa l'étreinte au bon moment et il l'en remercia d'une caresse sur la joue, alors que tous les deux faisaient un pas vers l'arrière. Il la regarda sourire, la trouva belle même s'il n'y répondit pas. Il lui avait concédé un baiser, fallait pas trop pousser les choses.

"I'd follow my own advice, if I were you", dit-il, malicieux.

Puis il la regarda partir. Profita de sa solitude et de l'air délicieux de la nuit encore une quinzaine de minutes avant de prendre à son tour le chemin de sa chambre. L'idée lui vint de sortir en ville, de trouver une fille facile sur qui se défouler. Mais il saurait se contenter de ses propres prouesses pour le moment. C'est qu'il avait encore trop envie d'elle pour avoir envie de quelqu'un d'autre.

_________________
The devil makes us sin, but we like it when we're spinning in his grip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

16 - You're everywhere to me [Insta-RP Phil/Ara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retire un peu d'argent [PV Phil]
» Signature Phil Kessel (Saddy)
» Phil, césar du meilleur figurant de la saison
» Fiche de liens de Phil Coulson
» Fairyland ! (Metal).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Deuxième étage :: Le Sor-THÉ-lège :: Le balcon-