Partagez | 
 

 Love is like a melody [Instant RP Julija/Ethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julija V. Sirvydas
Litriu
PROFIL Gémeaux

Messages : 9
Réputation : 8
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Lituanienne

Aspiration : Devenir Langue-de-Plomb

Fiche : Julija V. Sirvydas

RP en cours : Aucun pour l'instant

RP Terminés : Prends-moi la main, ne me laisse pas aller • Instant Ethan
Love is like a melody • Instant Ethan




RPG
Feuille de personnage
Age: 23
Niveau: 6e année Maestria
Baguette Magique: 26.5 cm, hêtre, coeur d'ambre

MessageSujet: Love is like a melody [Instant RP Julija/Ethan]   Jeu 12 Fév - 15:33

◦○♥○◦

Ethan est réfugié dans la salle de musique, balançant sa vie récente entre son isolement ou ses soirées avec Julija qu'il apprécie plus que tout. Ce soir-là ce n'est pas tant son empathie qui lui pose problème, pas non plus la drogue dont il s'est passé puisqu'il va voir sa douce, mais plus sa cicatrice qui lui fait un mal de chien et le met d'assez mauvaise humeur. Alors il n'a que la musique pour se détendre avant de faire quelques mélodies avec sa jolie blonde.

Il n'y a personne dans la salle de musique si ce n'est lui, et il joue de la gratte tranquillement sur des airs improvisés ou travaillés à l'arrache, juste histoire de réaccorder.


◦○♥○◦

Pour une fois, elle décide d'emmener son propre violoncelle. Généralement, par soucis de transport, la blonde emprunte ceux de la salle de musique, mais c'est que le son du sien est tellement plus doux à ses oreilles. C'est donc suivie de son étui flottant dans les airs grâce à un sortilège que la blonde fait son chemin dans les couloirs de l'université, la laisse de Charles bien au creux de sa paume. Elle fait attention, se déplace lentement, mais l'étui la suit docilement. Elle s'arrête devant la porte de la salle de musique, pose sa main sur la poignée et la tourne infiniment doucement. Sitôt un pas pris dans la pièce, la Lituanienne entend des notes expertes lui chatouiller les oreilles. Elle sourit et, sans un mot, s'avance. Elle vient s'asseoir à côté d'Ethan, jambes croisées sous le jupon de sa robe, puis défait la laisse du bouvier bernois.

(Robe : ICI )

◦○♥○◦

Aussitôt Julija entrée dans la pièce, Ethan sent cette douce plénitude envahir son corps et son cœur, ce qui a pour but d'apaiser tous ses maux instantanément. Il sourit, la laisse s'installer à côté de lui et s'arrête de jouer le temps de poser une main dans le bas du dos de la blonde et de lui embrasser la joue d'un baiser tendre.
— Comment vas-tu aujourd'hui ma douce ?
Il caresse le creux des reins de Juli' de gestes doux et répétitifs, sa manière à lui de lui montrer son affection sans pour autant se jeter sur elle comme le dernier des affamés. Sans compter que...
— Si tu savais... Tu es magnifique dans cette robe.


◦○♥○◦

Elle n’a définitivement pas encore l’habitude de toutes ces attentions affectueuses. Le premier contact de la main du Canadien au creux de ses reins lui arrache un agréable frisson qui vient la chatouiller jusqu’à la nuque. Tout naturellement, elle vient s’appuyer doucement contre le corps du brun et lui rend avec la même tendresse son baiser, le sien s’aventurant toutefois au coin de ses lèvres.

« Je vais bien, merci. Et j’espère que c’est ton cas aussi. », dit-elle, le ton calme, avant de sourire face à son compliment. Elle s’en colle la joue sur l’épaule du Nihm et ajoute : « Merci. J’aimerais bien voir son allure, sa couleur. Mais au moins, elle est confortable. »

Elle rit doucement et, après s’être lovée un peu plus longtemps contre le tronc du brun, elle se redresse légèrement et se penche pour ouvrir son étui. Elle attrape l’instrument par son col, l’en sort de son étau qu’elle pousse d’un mouvement du pied et s’installe assise au bord du banc, archet dans la main. Puis une à une, elle caresse les quatre cordes du bout des doigts, vérifiant qu’il soit bien accordé.

« J’ai l’impression que ça fait des mois que je n’ai pas joué, alors que ça fait tout juste deux jours. J’espère ne pas être trop rouillée. », admet-elle dans un rire.


◦○♥○◦

— Eh bien, si tu veux mon avis... Je risque d'être jaloux... N'importe quel homme se retournerait à ton passage. Même moi, à force... Heum, enfin, je veux dire... Tu es vraiment, très très jolie, il faudrait être d'un bord tout à fait différent du moins pour ne rien ressentir. Hmm.

Il se racle la gorge et se masse la nuque l'air gêné, comme toujours. Revenir à la musique lui permet au moins de ne pas se perdre dans des tentatives de drague complètement foireuses. Il reprend son installation, la guitare entre les mains.

— Tu joues sans doute mieux que moi, crois-moi. Hmm... Je pars sur un air, tu arriverais à suivre tu penses ?

Il la regarde, se perd dans son visage, ses beaux yeux laiteux, ses magnifiques cheveux blonds, ses formes, ses mains et ses doigts fins, puis se laisse aller.


◦○♥○◦

Les compliments d’Ethan lui restent sur les joues, comme son baiser d’un peu plus tôt. Sa peau teintée de rose alors qu’elle appuie l’instrument contre sa poitrine et son épaule. La blonde hoche doucement la tête à la question du garçon, un vague sourire paisible aux lèvres, puis reste entièrement silencieuse. Laisse les notes de guitare lui caresser l’âme alors que, dans un réflexe, elle ferme les yeux. Son monde épais et brumeux se noircit, permettant à son corps tout entier de sentir la musique.

Puis lorsqu’elle le sent naturel, elle laisse son archet glisser habilement contre les cordes de l’instrument alors que, de ses doigts fins, elle appuie sur le col. La mélodie qui jaillit du violoncelle calque et complète le rythme donné par la guitare. Les notes dansent et se répondent. De temps en temps, elle se laisse tirer les cordes de son instrument, offrant une similarité de son avec la guitare, complétant ainsi à merveille l’harmonie. Et tout ce temps, elle garde le sourire. Au comble de la joie. Avec sa musique et le garçon qui fait battre son cœur de plus en plus fort à chaque jour qui passe.


◦○♥○◦

Le jeune homme se laisse porter par la musique. C'est rare pour lui de jouer avec quelqu'un, alors quand c'est avec quelqu'un de plus que doué et qu'il aime inconditionnellement par-dessus tout, ça n'a vraiment pas de prix. Julija est parfaite en tous points, Ethan ne se répète pas assez qu'il ne la mérite pas mais se prive bien de le dire une nouvelle fois. En tout cas, le canadien ne se lasse pas de la regarder, de partager ses bonnes ondes, de s'en nourrir comme un mets rare.

— Tu vois... C'est magnifique. Toi, la musique.

Il se mord la lèvre, se passant d'idées diverses lui faisant déraper les doigts sur trois notes dont il se reprend vite, l'air de rien. Il la veut vraiment, mais n'oserait déjà pas dormir peau contre peau avec elle sans mourir de gêne ou sans avoir l'impression de passer pour les derniers des opportunistes.

— J'ai encore besoin d'entraînement, haha.


◦○♥○◦

Les émotions subtiles mais rayonnantes du brun nourrissent la musique, poussent les doigts de la Lituanienne sur les cordes, font onduler les longs brins de l’archet alors que l’air vibre autour d’eux. C’est une plaisir sincère et viscéral qu’elle prend à partager ce moment avec le Canadien.  Elle ne lui répond pas tout de suite, complètement concentrée sur la mélodie. Ce n’est que lorsque la dernière note meurt contre le mur que Julija redresse le tronc, ouvrant les paupières. Elle abaisse son archet puis, sourire aux lèvres, étire sa main vers Ethan pour lui caresse le genou de sa paume.

« Tu es très doué, tu sais. Et si tu veux d’une partenaire, je suis là. »

Ses mots lui restent sur la langue, comprenant trop vite le double sens que cela pourrait impliquer. Gênée, elle rougit tout de suite, sa main quittant la jambe du brun pour se passer machinalement contre l’une de ses mèches blondes.

« Je veux dire, pour jouer. De la musique. » Elle rit nerveusement. « Pas que je… C’est juste que… » Elle étouffe un juron lituanien d’un soupir et, tenant toujours le violoncelle de ses cuisses, elle vient enfouir son visage dans l’épaule d’Ethan dans un autre rire embarrassé. « Je suis désolée. »


◦○♥○◦

Ethan sent son cœur manquer comme un battement au subtil double-sens qui vient se caler à ses pensées précédentes, à croire qu'au-delà de l'empathie, ils ont vraiment une sorte de connexion spirituelle. Il rougit en plus de ça, et est bien content que la musique se soit arrêtée pour ne pas la transformer en un ignoble tripotage de cordes. Enfin, de jeu. Oh ! Il a envie de se facepalm. Comme elle vient contre son épaule, toute nichée contre lui, son cœur s'emballe de nouveau, filant à vive allure dans sa cage thoracique. Ses doigts se mettent à trembler.

— Non, je... Oui, J'avais bien saisi... Ce sera un plaisir de jouer avec toi à chaque fois que tu en as envie, hmm, bien sûr.

Il passe le bras autour des épaules de la blonde pour la garder contre lui, posant la guitare sur le côté contre un mur de l'autre. Il pose le menton contre le front de Julija et lui embrasse, puis ferme les yeux pour mieux apprécier le moment. Il ne compte la laisser partir sous aucun prétexte.

— Ne t'excuse pas. Je pense que c'est mieux de... Enfin... De parler d'un peu tous les sujets, aussi. Puisque... Je ne sais pas, on y viendra certainement un jour comme... Heum, Comme tous les autres couples.


◦○♥○◦

« J’espère bien », lâche-t-elle d’abord, peut-être un peu trop candide.

La blonde soupire d’un autre élan de malaise qui la prend maintenant jusqu’aux oreilles puis, en marmonnant quelque chose du genre « Avant que je fasse tout tomber », elle se dégage et vient poser son instrument dans son étui, sans toutefois le fermer pour l’instant. Elle s’installe avec plus d’aise contre le siège, permettant même à  l’une de ses jambes de se glisser et s’installer sur la cuisse du Canadien, puis laisse sa tête retrouver son épaule accueillante.

« Je veux dire… Je… J’ai ces pulsions, tu sais, même si je ne m’y connais pas. Et puis… » La paume d’une de ses mains vient s’appuyer contre le torse d’Ethan, ses doigts le caressant avec une curiosité timide. « Je t’ai donné mon premier baiser et j’ai… envie de te donner autre chose, aussi. »

Elle se mordille la lèvre inférieure. En espérant ne pas avoir l’air d’une grosse gourde dans toute cette histoire.


◦○♥○◦

Le canadien la laisse s'installer près de lui et même, lorsqu'elle vient poser l'une de ses jambes contre sa cuisse, se tente à poser la main contre le haut de son genou, au bord de l'ourlet de sa robe. Mieux encore, ses mots le confortent bien dans l'état physique et mental dont il se trouve présentement. Il a des pensées qui filent à mille à l'heure dans sa tête et qui lui embrument l'esprit, il se demande s'il a vraiment bien entendu. Ses droits tremblants remontent un peu contre la peau de la Lituanienne dans un geste spontané, jusqu'au milieu de sa cuisse où il se stoppe, se rendant compte de son geste... Et de tout l'effet que ça lui fait en conséquence, cette chaleur qui se forme dans son ventre.

Il se racle la gorge, gêné mais à la fois tenté. Trop tenté pour être tout à fait raisonnable.

— T... Tu... penses vraiment que... Je veux dire... Tu voudrais vraiment... Ta première fois... avec moi ? Et si... Et si je te faisais mal ou même, si je n'arrivais pas à contrôler mon empathie et que j'étais un vrai...

Non, même lui ne se fera pas offense à dire qu'il pourrait être impuissant, faut pas déconner.

— C'est important, pour une fille... Je... Je t'aime beaucoup. Je ne veux pas te gâcher ça.


◦○♥○◦

Le souffle de la blonde se fige lorsqu’elle sent les doigts légèrement rudes du Canadien grimper le long de sa cuisse pâle. Sa peau se crispe de chair de poule alors que dans sa tête, tout défile. Les envies, l’appréhension, la peur de l’inconnu, l’amour qu’elle ressent pour lui. Elle vient s’en mordre l’intérieur de la joue, celles-ci d’ailleurs toujours bien teinté d’un rose vif. Et son ventre qui brûle à lui faire mal.

Elle arrive toutefois à rester attentive aux paroles du brun, les doigts de sa main remontant de son torse jusqu’à s’accrocher légèrement au côté de son cou. Elle effleure la courbure de sa mâchoire – Merlin qu’elle aime le toucher – du bout de l’ongle puis, finalement, retrouve l’usage de la parole.

« J’ai confiance… En nous deux. Il n’y a qu’avec toi que je veux partager ce moment. Et quand le moment viendra, je suis convaincue que nous arriverons à gérer ce qui va se produire. »

Elle baisse le menton, gênée, puis ajoute sur un ton plus doux, voire enfantin :

« Enfin, pas… Pas tout de suite, j’ai besoin de temps. Mais si tu es prêt à m’attendre, c’est toi que je veux. »


◦○♥○◦

Le canadien prend une longue inspiration, pour remettre ses idées en place, pour retrouver tout son calme, pour ne pas la brusquer sous peine de lui faire peur. Lui aussi préfère prendre son temps, y aller pas à pas, car il ne se sent pas apte à la combler du premier coup. Il se sent même désolé pour elle, de devoir la faire tout autant attendre, de devoir travailler ce moment, l'organiser... Alors qu'il aimerait que ça se fasse spontanément. Mais elle le rassure, ses mots, son aura suffisent à le mettre en confiance.

— Tu es tellement parfaite... Promis, on prendra notre temps. J'ai attendu 24 ans de te rencontrer, je me sens bien d'attendre encore pour toi sans problème.

Il sourit, descend la main vagabonde de la cuisse de la jeune fille jusqu'à son genou où elle reste bien sage. Puis il embrasse son front, la gardant contre lui encore un instant.

— C'est dingue de te vouloir à ce point alors que... Je suis pas forcément... Enfin tu sais.


◦○♥○◦

Elle n’ose plus rien dire. De peur de tout faire foirer, de peur de dire quelque chose de trop ou même de dire la mauvaise chose. La blonde hoche doucement la tête aux dernières paroles d’Ethan et, comme s’il s’agissait de la chose la plus naturelle du monde, elle se redresse à moitié pour venir s’asseoir sur les cuisses du jeune homme. Elle trouve sa place contre lui, son épaule se calant près de celle du Canadien, permettant à son visage de s’approcher considérablement… Mais elle ne cède pas tout de suite à cette envie terrible qu’elle a de l’embrasser. Un sourire fin étreint ses lèvres alors qu’elle inspire doucement. C’est tellement cliché mais… C’est vraiment tout ce qu’elle a.

L’une des mains de la blonde monte lentement vers le visage du Canadien et, du bout de ses doigts, elle se met à tracer ses traits. Son front, l’arc de ses sourcils, son pouce qui chute le long de son nez. Elle effleure sa joue du revers de ses  jointures puis se laisse lui caresser la courbe de sa mâchoire avant de s’attarder à ses lèvres. Un sourire doux perdure sur les siennes avant qu’elle ne chuchote :

« T’es aussi beau que tu es attachant et adorable, dis-donc. »


◦○♥○◦

Ethan sourit lentement, fébrile sous les doigts de la jolie blonde qui semble vouloir redessiner les contours de son visage. Il soupire d'aise et laisse échapper un petit rire sans joie à son compliment qui pourtant le touche au plus profond de son cœur.

- Si seulement... Cette vilaine cicatrice n'est pas si jolie si tu savais... Je suis vraiment bête... Je devrais vraiment arrêter de fumer.

Surtout s'il croise des Mangemorts et que ça l'empêche de se défendre.

- Dis moi... Personne n'a jamais cherché à... T'avoir pour ton don ?


◦○♥○◦

« Quand tu seras prêt à arrêter, je vais être là pour te supporter. Mais ces choses-là se feront en leur temps. Je ne vais pas te forcer. »

La blonde approche ses genoux de son propre corps, se recroquevillant doucement sur Ethan, sa tête bien posée contre son épaule solide. Elle inspire brièvement et subtilement son odeur puis, à la question que le Canadien lui pose, elle fronce un peu les sourcils. Un peu intriguée, un peu inquiète.

« Non. Enfin, je ne crois pas. Pourquoi? »


◦○♥○◦

Ethan la maintient solidement contre lui, respirant le parfum de ses cheveux. C'est presque s'il pourrait s'endormir ainsi. Il sent cependant l'inquiétude de Julija.

- Pour te protéger de ceux qui te voudraient du mal... On est jamais trop prudents ici en Angleterre tu sais...

Il embrasse longuement son front, caresse ses cheveux, la base de sa nuque.

- Tu veux que je t'apprenne quelques accords de guitare ? Je guiderai tes mains.


◦○♥○◦

La question ne lui a jamais traversé l’esprit. Peut-être avait-elle été couvée de ce genre de choses avant que les menaces se fassent plus évidentes, mais elle ne s’était jamais sentie spécialement vulnérable. La blonde se mordille légèrement la  lèvre inférieure avant de dire, le ton cette fois calmé :

« Je… Je reste toujours sur mes gardes, mais jusqu’à maintenant je n’ai pas eu motif de m’en faire pour mon propre bien-être. Et j’espère qu’à toi non plus, on ne t’en a pas donné. »

La blonde considère un instant la proposition d’Ethan mais, d’un sourire taquin, elle secoue la tête. La jeune femme se redresse un peu pour faire face au Canadien, toujours assise sur ses cuisses, puis vient chercher ses lèvres du bout des siennes. Mais bien vite le baiser gagne en chaleur. Elle se presse tendrement contre lui, prend le temps de s’envelopper de sa présence alors que les doux mouvements de sa mâchoire s’accentuent.


◦○♥○◦

Ethan sourit à la Lituanienne, d'un air timide et passionné à la fois. Il est heureux que personne ne lui ai jamais voulu du mal. Pour ce qui est de lui... Il ne tient pas à parler de suite de ses relations houleuses avec ses tuteurs.

- Non moi ça va, haha. J'ai été couvé aussi.

Il s'apprête à dire de nouveau quelque chose quand elle l'embrasse. Il laisse faire, fermant les yeux, un peu plus surpris quand le baiser s'intensifie. Ses mains en tremblent en se posant sur les hanches de la blonde.

- Damn... Je veux pas te forcer la main mais... Tu mets vraiment ma patience à rude épreuve.


◦○♥○◦

« C’est de ta faute. Ce sont tes lèvres qui m’ont rendue accro. »

Ces quelques mots quittent ses lèvres en un souffle un peu fébrile avant qu’elle ne reprenne les choses où elle les a laissées. Malgré cette timidité qui persiste et cette légère appréhension face à l’inconnu, la blonde ne peut pas s’empêcher d’en vouloir encore et encore. Peut-être est-ce de se sentir finalement assez à l’aise avec un garçon à qui elle plait. Ou juste de réaliser à quel point cette nouveauté lui semble douce et sucrée. Toujours est-il qu’elle y passe bien deux minutes pleines, ses lèvres avides et sa langue timide mais curieuse, ses doigts caressant continuellement la joue et la mâchoire du Canadien.

Lorsqu’elle s’arrête, ses dents viennent s’accrocher à sa lèvre inférieure, comme embarrassée de constater à quel point elle s’était laissé aller dans cette étreinte. Un rire léger, un peu empoté passe sa bouche.

« Pardon… », souffle-t-elle tout bas, ses doigts jouant presque nerveusement sur le col du chandail d’Ethan


◦○♥○◦

Ethan a toujours ce brouillard qui le rend béat quand Julija l'embrasse, une sorte de voile d'envie, de bonheur et de passion qui le prend au ventre. Sauf que plus le baiser prend en longueur, plus il a de mal à se contrôler. Ses doigts, avides et tremblants, se perdent dans le dos de la belle jusqu'à ce que l'une dérive contre sa fesse, la pressant davantage contre lui alors qu'il agrippe sa robe. Les émotions, aussi fortes soient-elles, le déraisonnent et lui font perdre pied, si bien que lorsque Juli s'arrête, il a l'impression d'être sur le point de tomber dans les pommes. Et ça le gêne énormément.

- Oh par Merlin...

Il prend un instant pour bien voir où il se trouve encore et pour que son cœur trouve un rythme moins dangereux. Pourtant ses doigts restent accrochés à sa belle.

- Juli'... Ma douce. Je... J'ai... Wow...


◦○♥○◦

Les doigts d’Ethan serrés contre sa peau tout juste couverte du tissu de sa robe lui enflamment le creux du ventre d’une façon qu’elle n’avait encore jamais connue. La proximité, la chaleur, le désir évident qui circule entre leurs deux corps, entre leurs deux têtes. C’était écrasant et délicieux tout à la fois. La blonde reste bien contre lui, jusqu’à ce qu’elle constate l’état du jeune homme. Elle le sent si chaud au bout de ses doigts, si fébrile, elle sent presque son nez trembler contre le sien.  Puis doucement, la Lituanienne se laisse glisser vers l’arrière pour que ses fesses touchent le banc, dégageant ses jambes pour que ses pieds touchent le sol. Fallait bien le laisser respirer.  L’une de ses mains reste toutefois dans ses cheveux, lui caresse la tête du bout des doigts.

« Si ça peut te rassurer, je suis certaine que si j’avais pu te voir, j’aurais sans doute eu une réaction semblable… Je… Pardon, Ethan. J’avais envie d’être près de toi. », dit-elle de sa voix douce et éthérée.


◦○♥○◦

Le pauvre canadien a la tête qui tourne mais pas pour les mauvaises raisons, en vérité elle lui fait tellement d'effet qu'il ne parvient pas à garder les idées claires. Il se demande comment ils vont s'en sortir à terme, mais il a confiance.

— Non, c'est... Je suis tellement... C'est, oui, tu me fais tellement d'effet que j'arrive pas à garder les pieds sur terre, haha... Je suis désolé, j'adore ça, ton contact, tes baisers, mais je pense pas pouvoir t'en donner à volonté... Tout de suite. Tu me coupes la respiration et tu fais s'emballer mon coeur, vraiment.


◦○♥○◦

Les mots d’Ethan résonnèrent en elle vivement. Plus celui-ci parlait, plus l’imaginaire sensoriel de la Lituanienne s’enflammait. Dans sa tête, elle ne pouvait pas le voir, mais elle pouvait le sentir. Ses doigts sur ses fesses, son souffle contre son cou, l’odeur de sa peau, sa voix chaude. Elle pouvait presque s’imaginer ses doigts rugueux sur la peau de son dos, abaissant la petite fermeture éclair de sa robe. Son visage rose de gêne était obstinément tourné ailleurs, mais son sourire ne voulait pas quitter ses lèvres. De savoir qu’elle lui faisait de l’effet, autant que lui éveillait ces sensations en elle pour la première fois, c’était drôlement satisfaisant. La seule différence, vraiment, c’était qu’elle avait son don sous contrôle.

La main de la blonde glissa des cheveux d’Ethan à son cou, puis chuta jusqu’à enlacer ses doigts des siens.

« Si c’est par rapport au don… Essaie de garder en tête l’analogie de la balle. Accueille mon envie comme étant étrangère à la tienne. Prends la, sens la, comprends la mais ne la prend pas pour tienne. Mais je… »

Elle se racle doucement la gorge.

« … j’imagine que c’est quelque chose qui se, euhm, qui se travaille avec la pratique, hm. »


◦○♥○◦

Le canadien repense justement à cette histoire de balle. Pour autant, pour une fois, il n'est pas d'accord avec elle.

- Non je... Si c'est possible... J'aimerais qu'on se partage ça, à ce moment... Enfin je ne sais pas si c'est clair.

Aux autres mots de la lituanienne, le cœur du brun s'emballe de nouveau férocement. La scène ne peut s'empêcher de travailler son esprit, ce qui lui coupe la respiration l'espace d'une seconde.

- Tu... Tu veux dire... S'entraîner... ? Pas à pas ?

Il se sent gêné, soudain timide et pris de court. Il se masse la nuque, s'imagine effleurer chaque contour de la peau de la blonde et ses yeux se font de nouveau brumeux. D'envie, d'anxiété et d'impatience.


◦○♥○◦

« Il n’y a pas vraiment d’autre façon de s’y prendre, je crois. »

La blonde aspire doucement ses lèvres entre ses dents et les mordille. Pleine de songes et de désirs. Elle laisse ses doigts tracer la forme des veines et des muscles de la main d’Ethan, non sans se l’imaginer arpentant son corps intact et pur, puis elle ajoute du même ton doux mais gorgé d’une hâte timide :

« Je… Je veux apprendre comment te faire plaisir. Ce qui te fait frissonner. Et j’espère pouvoir un jour te rendre heureux. »

Un rire doux passe ses lèvres.

« Dire que nous sommes venus ici pour jouer de la musique, initialement. »


◦○♥○◦

Ethan dévore Julija des yeux à chacune de ses paroles, à chaque souffle, à chaque geste qu'elle a, les doigts dans les siens, ses caresses, cette façon dont elle a toujours de le regarder sans le voir, de le rassurer, d'oser et de rougir ensuite. Lui a vraiment l'impression de voir en elle la femme de sa vie.

- Oh ma douce... Tu me rends déjà tellement heureux.

Il se met à rire lui aussi, avec un peu plus d'intensité.

- C'est toi qui es venue m'embrasser avec tant d'ardeur alors que je voulais t'apprendre des accords. Mais c'était... Vraiment bien. Rien ne t’empêche de recommencer. Même... Juli'... J'ai envie que tu recommences.


◦○♥○◦

C’était à son tour d’avoir ces sacrées bouffées de chaleur. Ce monde charnel et sensuel s’ouvrait tout juste à elle et, déjà, elle en adorait chaque seconde. Il fallait dire qu’Ethan était parfait pour elle, dans ce sens. Il ne lui faisait pas de pression, il n’essayait pas trop fort, comprenait et acceptait sa condition et elle lui en était tellement reconnaissante.

Sa dernière phrase l’acheva; elle ne voulait rien d’autre que le sentir près d’elle. Les instruments pouvaient attendre. Les doigts de la blonde grimpèrent lentement le long du bras du brun avant de s’en détacher pour venir attraper son chandail. Sa paume se cala à ses côtes, l’attirant doucement vers elle.

« Parfois, il faut prendre les choses en main soi-même, non…? », dit-elle sans reproche, l’invitant clairement à faire les premiers pas à son tour.


◦○♥○◦

Ethan rit, effectivement, il serait temps qu'il se bouge un peu lui aussi ce soir. Sa main toujours dans le dos de la Lituanienne la presse un peu contre lui et de l'autre, il vient chercher son menton pour l'embrasser à son tour.

Ses lèvres se pressent doucement contre celles de Julija avant que le baiser ne gagne en intensité. Sa langue vient chercher celle de la jeune femme, passionnément tandis que ses doigts dessinent la courbe de ses reins et que d'autres se pressent dans sa nuque. Il a comme un feu qui nait autant dans son ventre que dans ses tempes mais il sent qu'il a cette fois davantage le contrôle de lui-même. Sans plus penser qu'ils sont dans la salle de musique, il rompt le baiser pour venir mordiller le menton de la belle et laisser sa langue chuter de le long de sa gorge jusqu'à ses clavicules. Ethan garde la blonde tout contre lui, sa main glissant de nouveau contre sa fesse pour presque la masser


◦○♥○◦

Le baiser que lui offre le brun lui vient d’abord comme une libération; finalement, on donne à son corps ce qu’il désire de plus en plus depuis cette fois à la plage. Son contact, ses lèvres, ses mains, son amour. La blonde se laisse aller dans le baiser, plus confiante qu’avant mais toujours légèrement réservée. Mais de sentir Ethan aussi entreprenant l’encourage à sortir de sa coquille.

C’est dans un plaisir coupable mêlé d’un soupir que la Lituanienne permet à sa langue de venir à la rencontre de celle du jeune homme. Ses doigts se referment davantage contre les vêtements du Canadien alors que l’autre main s’accroche à son épaule.  Puis elle chavire. Cède à un gémissement audible lorsque les lèvres d’Ethan chutent contre son menton et son cou jusqu’à lui embrasser les clavicules. Son corps entier se tend sous celui du brun, son dos se cambre; calquer ses mouvements pour que jamais ils ne se quittent. Dans un réflexe charnel, presque animal, la blonde lève doucement sa jambe pour permettre plus d’accès à sa fesse, son bassin se calant à la main adroite d’Ethan. L’une des mains de Julija s’élève jusqu’à la chevelure brune, la serre légèrement entre ses doigts fébriles avant qu’elle ne souffle dans un soupir gémissant :

« Regarde ce que tu es en train de me faire.. »

Je suis damnée. Je vais toujours en vouloir plus.



◦○♥○◦

Ethan veut la sentir davantage contre lui, avec lui et lorsque la jolie blonde émet un gémissement, il prend quelques secondes pour atterrir et se demander si c'est vraiment lui qui lui fait un tel effet, de plus, ça n'a que pour conséquence d'augmenter encore son désir. Ah ! S'il était plus sûr de lui, il aurait déjà verrouillé la salle depuis longtemps. Julija semble se poser de sorte à ce qu'il continue toujours plus ses caresses, alors que lui a déjà des vertiges de plaisir. À sa remarque, il se stoppe, fébrile, comme honteux.

- Je... Tu n'aimes pas ? Je suis désolé... Je sais pas trop... Ça m'est venu comme ça. Je peux arrêter si... Si ça ne te plait pas.

A dire vrai il n'est même pas certain de ce qu'il est en train de faire ni du chemin qu'il veut prendre. Juste pour une fois il a écouté son instinct, sans trop savoir si ce serait concluant. Il ne sait pas non plus comment donner du plaisir à une femme, du moins si mais pas exactement. Il a la théorie, pas la pratique, et sorti de sa petite phase de confiance, il a l'impression de perdre pied.

- Ou... J'ai mal fait, c'est ça... ?


◦○♥○◦

De le sentir s’arrêter coupe la blonde dans ses envies; et si c’était elle qui avait mal fait? Qui s’était montrée trop entreprenante, trop désireuse? Le visage de la blonde retrouve de sa rougeur et, embarrassée, elle vient l’enfouir contre l’épaule du brun, toujours pendue à sa nuque.

« Non, pas du tout, j’ai… J’ai peur d’en avoir trop fait moi-même, pardonne-moi. Je me suis peut-être trop laissée aller. »

Elle pose un baiser bref mais ardent sur les lèvres d’Ethan puis ajoute, sur ce même ton gêné mais habité de restes d’envie :

« J’ai l’impression d’être si maladroite, je suis vraiment désolée. » Elle rit doucement. « Mais c’est plus fort que moi, ton corps appelle le mien. »



◦○♥○◦

Ethan lui sourit tout aussi gêné, puis lui embrasse le front. Elle est tout simplement magnifique et adorable, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Il voudrait vraiment que tout ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre, mentalement et physiquement, soit complètement assumé, mais ce n'est pas tellement facile, il le sait.

- Heum... Tu préfères... Rejouer un peu de musique pour nous calmer un peu ou... Continuer ?

Sa voix est brûlante, mais il ne tient pas à la bousculer, il lui a déjà dit, Ethan n'est pas le genre de mec à abuser de violence ou quoi que ce soit pour forcer une fille à faire tout ce qu'il veut d'elle, ce n'est pas dans son caractère et il a bien trop de respect pour Julija pour oser ne serait-ce que d'y penser.

- C'est toi qui décide ma douce, moi je te suivrai.


◦○♥○◦

Une moue hésitante se trace sur le visage de la blonde alors qu’elle tente de se recentrer sur elle-même, cherchant à comprendre ce qu’elle veut vraiment. Ses doigts se promènent toujours distraitement sur le bras et la nuque d’Ethan puis, finalement, elle s’en détache un peu, redressant sa posture.

« Peut-être qu’on peut… Jouer un dernier morceau et, si tu veux, après tu peux me raccompagner à ma chambre? »

Et peut-être qu’elle n’aurait pas envie de le quitter une fois arrivée à sa chambre. Peut-être qu’elle allait vouloir l’y inviter.



◦○♥○◦

Ethan hoche la tête, reprenant ses esprits, avant d'embrasser le front de la jolie blonde. Ce sera musique... Puis la raccompagner. Il rougit presque et la laisse reprendre sa place avant de saisir sa guitare à nouveau. Il la laisse trouver un air pour l'accompagner, la musique le rendant plus tranquille et lui évitant de penser à tout et n'importe quoi.
Il la regarde, sourit, la détaille encore et encore, sans jamais se lasser de le faire.


◦○♥○◦

Savourant encore la sensation des lèvres d’Ethan sur son front, la jeune femme se penche vers son étui et y prend son violoncelle. Elle se place adéquatement et, une fois en position, reste silencieuse. Quelques mélodies lui passent par la tête avec qu’elle ne s’arrête sur l’une d’elle. Ses doigts pressent les cordes, son archet les effleure et la pièce s’emplit du son de l’instrument. Une mélodie douce mais loin d’être mélancolique. Lorsque la guitare d’Ethan se joint à l’harmonie, la blonde ajuste ses mouvements pour lui laisser plus de place, jusqu’à ce que les deux instruments se complètent et s’unissent dans la musique.


◦○♥○◦

Le canadien se laisse aller dans la musique jusqu'à ce qu'ils trouvent tous deux l'accord parfait qui fera de leur duo un magnifique moment. La laisser prendre l'air principal lui permet de la laisser se mettre en avant et d'exprimer tout son talent.

- Pas à dire... Tu es vraiment douée. C'est dommage, les moldus ont de supers écoles pour des gens aussi doués que toi.


◦○♥○◦

La blonde joue jusqu’à ce que la mélodie s’épuise et meure tout naturellement contre les murs insonorisés de la salle de musique. Sa posture se redresse puis, après avoir posé son instrument dans son étui, elle s’étire doucement, sa main passant contre sa propre nuque pour la masser doucement. Elle fait tendre son cou d’un côté, puis de l’autre avant de briser le silence qui l’entourait.

« Merci, c’est gentil. Tu es excellent toi aussi. » Elle sourit puis continue : « Du temps de Durmstrang, je passais beaucoup de temps au conservatoire. On m’avait donnée une permission spéciale. Mais maintenant, je n’ai plus le temps, et je veux me concentrer sur mon autre but. Qui sait, peut-être que je vais devenir la première Langue-de-Plomb aveugle qui fait des concerts de temps en temps. »



◦○♥○◦

Ethan sourit devant les rêves et les buts de la jeune femme, qu'elle s'est fixés. Lui voudrait juste soigner des animaux, ça ne va pas plus loin que ça mais en dehors de ça il ne sait pas vraiment quoi faire de sa vie.

- C'est que ce serait génial, vraiment ! Ça prouverait à tout le monde qu'on peut faire ce que l'on aime malgré les différences... C'est vraiment quelque chose.

Il pose lui aussi sa guitare, se masse la nuque d'un air gêné puis la regarde.

-Heum... Je... On... On y va, alors ?


◦○♥○◦

Sitôt la jeune femme se redresse-t-elle que Charles s’avance vers elle – le toutou avait passé son temps à siester au pied du piano. Lorsqu’elle sent le poil fourni du bouvier bernois lui caresser les mollets, Julija se penche pour rattacher la laisse au harnais, en tenant l’autre bout au creux de sa main. De celle qu’elle a toujours de libre, elle incante un sortilège sur l’étui du violoncelle qui se referme de lui-même et se soulève dans les airs, prêt à la suivre. Elle fait quelques pas pour s’approcher d’Ethan, trouve sa main et vient y coller la sienne avant de se mettre en marche vers la sortie, sans dire un mot de plus. Mais à voir l’air qu’elle a au visage, on peut aisément deviner qu’elle est absolument ravie.

_________________

It's not enough for me to paint with black and white
Inside my head there are shades of red unknown to waking life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Love is like a melody [Instant RP Julija/Ethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MELODY ◇ Une adorable garçonne et si délicieuse enfant que je n'ai connue qu'un instant.
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Melody
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Premier étage :: Salle de musique-