Partagez | 
 

 Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Mar 3 Mar - 17:48

Le bruit régulier de ses talons contre le sol de pierre du sous-sol accélérait, au fur et à mesure qu’elle s’approchait de la porte de la salle des loisirs. Elle aurait sans doute couru, s’il ne restait pas une poignée d’étudiants dans les couloirs et si ses pieds ne lui hurlaient pas déjà grâce. D’ailleurs, il lui avait fallu user d’une bonne dose de retenue pour ne pas jeter un regard noir aux quelques personnes qu’elle avait croisée en se dirigeant vers ce petit havre de paix. Mais qu’est-ce qu’ils faisaient tous encore debout? Il était presque vingt-trois heures, un mardi soir. N’avaient-ils rien de mieux à faire que de pourrir les corridors? Elle dissimula son irritation d’une douce morsure à l’intérieur de sa joue. Elle ne pouvait rien y faire de toute façon. Le plus vite elle retrouverait cette pièce, le mieux elle s’en porterait. La journée avait été longue et elle avait eu une terriblement mauvaise idée en décidant de mettre des bottillons à talons hauts ce matin. Non mais franchement. Ce n’est pas comme si elle avait quelqu’un à impressionner, hm.

La Finnoise n’avait qu’à peine fait deux pas à l’intérieur de la salle – vide, Merlin soit loué – qu’elle laissa un soupir bruyant passer ses lèvres. Elle se trottina un chemin jusqu’au gros divan bien confortable et, après y avoir jeté ses livres sans aucune élégance, elle s’y appuya d’une main au dossier, levant d’abord l’un de ses pieds pour en baisser la petite fermeture éclair, puis l’autre. La sensation froide du sol sous ses pieds nus fut suffisante pour lui arracher une légère plainte d’aise et un « Luojan kiitos! »* murmuré entre ses dents. Elle rangea ses échasses sous la table basse pour ne pas risquer s’y enfarger – y’aurait fallu plus que ça pour achever sa journée en beauté – et se pencha pour fouiller son sac. C’est avec un sourire triomphant qu’elle en sorti une paire de petites pantoufles en forme de lapin – avec les oreilles et tout -, n’attendant pas plus longtemps avant de les enfiler. Elle aurait été incapable de réviser avec les pieds dans un étau. Ses orteils gigotèrent contre le tissu moelleux, rétablissant ainsi la circulation sanguine adéquate dans ses pieds ; on peut commencer.

Quelques coups de baguettes suffirent à marquer l’ambiance. Au creux du foyer s’alluma un feu qui, de sa chaleur, chassait le froid de Novembre qui s’était installé dans la pièce. Le tourne-disque se mis en marche, diffusant contre les murs des airs classiques, juste assez fort pour que son propre chantonnement n’écrase pas les notes de piano et de violon. Et c’est justement en chantonnant que la blonde s’approcha de la table de billards, s’accroupissant à côté et en fouillant le dessous d’une main habituée. Elle en sortit vite une bouteille de whiskey et se redressa, s’arrêtant ensuite au petit espace cuisine pour y prendre un verre. Puis elle gambada presque jusqu’au divan, s’y écrasant avec un plaisir non dissimulé, sourire caressant ses lèvres légèrement scintillantes d’un rose champagne. Adelina versa d’abord tout juste deux doigts de l'alcool ambré dans son verre puis, après l’ombre d’une hésitation, elle le remplit un peu plus dignement, refermant la bouteille et la laissant sur la table basse.

C’est donc lovée au creux du divan, les pieds appuyés sur le bord de la table à café, les oreilles de ses pantoufles en lapin se dandinant au rythme de la musique classique, les lèvres trempées dans son verre qu’elle se mis à réviser. Son carnet de notes niché sur ses cuisses et un stylo entre ses doigts. La jeune femme trouva rapidement son flot de travail, alternant entre les petites gorgées de whiskey, les annotations en marge de son carnet et les courts éclats de chant.




[*Luojan kiitos! : Dieu merci!]
(Ensemble ICI )


Dernière édition par Adelina Iita Mikkänen le Jeu 5 Mar - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Mer 4 Mar - 1:17

Il n’y avait rien à faire. Ses yeux éteints fixaient depuis cinq minutes la même ligne sans rien en retenir. Son visage appuyé sur sa main, il soupira d’ennui, se redressa sur sa chaise, s’étira et se frotta les yeux. Réveille-toi, bordel. Il était incapable de réviser, c’était plus fort que lui, il finissait toujours par partir dans ses pensées, incapable de se concentrer sur autant de données ennuyantes. Il aimait apprendre, il adorait cela même, mais relire ce qu’il avait déjà vu en cours l’assommait. Il se contentait en général d’avoir des notes moyennes, contrastant avec son attitude d’élève attentif et volontaire en classe qui laissait faussement penser qu’il était un étudiant modèle. Cependant il s’agissait de ses premiers examens à St-Barnaby et il éprouvait une légère vague de stress à cette idée. A quelle sauce allait-on le manger ? Il fallait au moins qu’il fasse une bonne impression à ses professeurs avec des notes correctes, il venait à peine d’arriver à l’école.

Agacé, il ferma son livre d’un geste rageur, déclenchant automatiquement une vague de remords en lui. Cruel dilemme, réviser au risque d’y passer la nuit pour tout retenir ou vaquer à ses occupations et se maudire le lendemain ? Non, il fallait au moins qu’il essai, rien qu’un peu. Luttant contre sa nature de flambeur, il rangea ses affaires dans son sac et entreprit de trouver une salle calme pour étudier au beau milieu de la nuit, quittant le dortoir dans lequel, visiblement, il n’arrivait à rien. Il avançait tranquillement dans les couloirs jusqu’à ce que ses pas le mènent naturellement à la salle de loisir. Adele estima qu’il devait être proche de minuit et que par conséquent, la pièce devait être vide. Il aimait beaucoup cette pièce chaleureuse et c’est sans hésitation qu’il y pénétra, plein de bonne volonté à l’idée de travailler.

Il s’arrêta au bout de deux pas, remarquant immédiatement sa préfète, confortablement installée, un verre de whiskey dans une main et un livre dans l’autre. N’hésitant pas une seconde, son visage se fendit d’un grand sourire amical et c’est d’un ton enthousiaste qu’il la salua.

« Salut Adelina ! Je ne m’attendais pas à te voir ici, toi aussi tu révises ? »

Il ne connaissait pas bien la jeune fille mais il la décrivait dans sa tête comme « droite et fine ». Deux mots qu’il avait pensé immédiatement après l’avoir vu, qualifiant souvent les personnes qu’il rencontrait par quelques adjectifs, histoire de mieux s’y retrouver parmi la masse de nouveaux individus qui faisaient maintenant partis de son quotidien. Elle lui avait fait bonne impression avec son attitude un peu discrète, un peu retenue mais toujours pleine de grâce, comme si elle bougeait dans l’eau. Cependant il ne connaissait rien d’elle et son analyse n’était pour l’instant que purement superficielle. Etant préfète, il pouvait aisément imaginer qu’elle était bonne élève et, sautant sur l’occasion, il s’approcha d’elle avant de lui proposer une révision en commun.

« Ça te dirais qu’on s’entre-aide pour les cours ? En réalité je n’arrive à rien tout seul, je crois que je me distrais trop facilement, aha ! »

« Aha », cela le faisait moins rire tout à l’heure et cela le ferait sans doute également bien moins rire lorsqu’il se retrouverait devant sa feuille d’examen le jour fatidique, mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir paraître amical et détendu, épargnant toujours aux autres ses éventuelles mauvaises humeurs. Et puis il venait à peine d’entrer à l’école et avait impérativement besoin de trouver des amis, des personnes à qui se lier pour éviter de se morfondre et chaque personne était un potentiel candidat au poste.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Mer 4 Mar - 2:26

Elle n’aurait su dire combien de temps s’était écoulé. Les études et la révision lui venaient tout particulièrement rapidement. Deux minutes suffisaient à ce qu’elle trouve son rythme et, une fois cette dynamique interne bien installée, elle pouvait ne pas s’arrêter durant des heures, des nuits entières, même.  Elle avait certes développées des techniques qui lui convenaient, l’empêchant ainsi de perdre la tête à force de restée immobile, mais c’était ainsi depuis qu’elle était enfant. Elle avait toujours aimé la compagnie des livres, laisser les mots créer des images dans sa tête, qu’il s’agisse d’œuvres de fictions ou de notes de cours. La vivacité de son imaginaire ne faisait pas la différence. Son regard grisâtre naviguait donc avec aise le long des phrases qu’elle avait rédigées. De temps à autre, elle rayait une phrase, la reformulait, y ajoutait des précisions en frottant le bout de son stylo sur le parchemin. Elle prenait un plaisir coupable à soigner sa calligraphie, à ajouter des couleurs au tout pour se créer d’autres repères visuels. Parce que tout peut être un jeu, quand on y pense.

C’est donc avec un sursaut bien sincère que la Finnoise remarqua l’arrivée de quelqu’un dans la pièce. Le bruit de la porte qui s’ouvrait et se fermait avait eu le don de la surprendre franchement. La main serrée sur son verre, ses grands yeux brillants vrillés sur l’intrus, le souffle coupé. Mais quelle idée de débile, venir réviser ici à cette heure… Mais elle ne fut plus aussi vexée en constatant de qui il s’agissait. Ç’aurait pu être l’une de ces taches qu’elle ne supportait pas, mais le ciel lui avait fait cadeau de quelqu’un qu’elle appréciait, tant par sa personnalité que parce que, en fait, il était bien de son genre. Adele Berry. Tout frais débarqué, première année, son accent révélait sa nationalité écossaise, Sinsear, bon étudiant et beau à en mourir. Selon ses critères, c’est-à-dire. Mais il était indéniable qu’il avait ce petit quelque chose au creux du regard et dans son sourire qui faisait ramollir les genoux.  Et justement, ce sourire. Un vrai coup de poing au sternum.

Suffit la connerie, Adelina. T’es ici pour une mission. Pas pour faire le plein de chaleur et de proximité. Mais elle ne s’écouta qu’à moitié se châtier. La blonde rendit au jeune homme son sourire, moins large mais tout aussi franc, et hocha silencieusement la tête en guise de réponse à sa première question. Depuis quand le chat a-t-il une emprise sur ta langue? Elle se ravisa d’une gorgée de whiskey, le regardant s’approcher sans jamais oser le lâcher des yeux. Prends sur toi, idiote.


« Assied-toi, Berry. Je vais m’assurer que tu sortes d’ici un génie, rien de moins. », dit-elle, le ton doux mais confiant tout à la fois alors que, après avoir tapoté l’espace à ses côtés du bout des doigts, elle se lève à son tour, déposant au passage son verre et son carnet sur la table basse.

Une fois debout, Adelina contourna le divan, sans manquer l’opportunité de poser sa main sur l’épaule de l’Écossais d’une poigne légère et se voulant amicale,  et se dirigea vers la mini-cuisine qui s’étendait sur le mur arrière de la salle. Elle en fouilla les étagères à la recherche d’un verre et, en même temps, demanda au brun :


« C’est quel cours qui t’embête ? »

Verre en main, la Finnoise se rapprocha du divan où était à présent installé son élève de la soirée et se rassied à la place où elle était assise. De sa main libre, elle dévissa le bouchon de la bouteille de whiskey puis empoigna cette dernière, en versant une bonne quantité dans le verre qu’elle tendit ensuite à Adele. Elle lui adressa un regard complice puis, après avoir volé une gorgée à son propre verre, elle reprit son carnet en mains, jouant du bout de ses ongles  avec le coin des pages.

« Si tu veux, je peux te faire réviser avec des questions. Ou encore t’apprendre quelques-unes de mes techniques infaillibles. Ou les deux. Mais l’important, c’est d’avoir une source de motivation. Dans ce cas-ci, des bonnes notes, de l’alcool, et une agréable compagnie. »

Sa phrase se tût sur un clin d'oeil. Ça n'était ni son genre, ni dans ses habitudes, mais cette fois, le coup était parti tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Mer 4 Mar - 5:09

La demoiselle qui avait sursauté au bruit de la porte, semblait maintenant littéralement pétiller, les yeux brillants et un sourire lumineux creusant des fossettes sur son visage, elle était adorable. Véritable éponge émotionnelle, Adele ne put s’empêcher d’accentuer sa propre expression, heureux de la réaction de la jeune fille qui aurait tout à fait put le repousser. Il ne pouvait s’empêcher de faire tourner les mots « droite et fine » dans son esprit, comme pour se donner une indication de la manière dont il fallait opérer en sa présence, agissant toujours avec une infinie précaution à chaque nouvelle rencontre et analysant les moindres faits et gestes des personnes afin de ne pas les blesser. Il avait toujours été comme cela et s’il y perdait en impulsivité, il s’évitait la création d’ennemis et d’ennuis. C’était son moyen de survie à lui, dans un sens.

Elle accepta gracieusement de l’aider et tandis qu’il prenait place à ses côtés, elle partait lui chercher un verre. Particulièrement sensible aux petites attentions, Adele se félicitait d’avoir abandonné son dortoir pour une toute autre ambiance. Il commença à sortir ses affaires de son sac tout en répondant à la blondinette.

« J’ai surtout des difficultés en Histoire et Civilisation sorcière, je n’arrive pas à retenir les dates et les noms, je ne peux pas apprendre bêtement par cœur, je ne sais pas, c’est trop scientifique pour moi. »

Il avait un mal fou à retenir ce qu’il considérait comme froid : des listes, des chiffres, des suites sans liens,… il finissait souvent par abandonner les détails techniques qu’affectionnaient pourtant énormément les professeurs pour se concentrer sur les évènements, les histoires, les grandes idées, ce qu’il considérait comme le cœur de la matière en somme. Et puis concernant la matière en elle-même, il fallait dire qu’il n’avait pas beaucoup été aidé à Poudlard avec Binns comme enseignant.

« Merci Adelina, dit-il en recevant la boisson entre ses mains, je vais tâcher de ne pas trop boire, ce serait dommage que je me réveille le lendemain en ayant tout oublié, aha ! » Plaisanta-t-il.

C’était tout de même une chose qui ne risquait pas d’arriver, Adele tenait bien l’alcool et savait toujours quand s’arrêter avant que les choses ne dégénèrent. Il but un peu de whiskey avant que la demoiselle ne reprenne la parole, lui proposant déjà quelques pistes de soutien. Elle parlait bien. Elle avait de l’assurance dans la voix et ses belles phrases trahissaient une intelligence certaine, ça ne faisait pas un pli. Mais ce n’était pas des paroles pompeuses de personnes snobs, c’était plus retenu, un peu mutin, très féminin, en somme. Serdaigle dans l’âme, il chérissait les personnes d’esprits et Adelina semblait en faire partit. Il sourit à son trait d’humour avant de lui répondre.

« Je vote pour les techniques infaillibles et ensuite les questions ! En espérant que les bonnes notes suivront et le reste aussi, aha ! »

Adelina semblait à première vue être un professeur des plus compétent et le brun adopta alors en conséquence l’attitude du parfait élève, s’amusant à disposer à la perfection ses affaires, avant de reprendre une gorgée d’alcool et d’attaquer les choses sérieuses. Il commençait à estimer la jeune fille et ne voulait tout de même pas la décevoir.

« Et bien je vous laisse mener la danse, Professeur Mikkänen » Dit-il, plantant un regard rieur dans les yeux de la Finnoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Mer 4 Mar - 19:55

Elle respirait mieux à présent. Sa bouche était venue cueillir la discipline d’une gorgée du liquide ambré, la douce brûlure qui lui éraflait l’œsophage suffisant à faire taire son imaginaire esseulé. Elle s’était vite habituée à cet isolement. Entre autre parce qu’elle avait construit son propre cocon, à force de se convaincre que c’était la bonne chose à faire. Après tout, on ne peut pas assurer la survie et le triomphe du sang magique en se laissant charmer par n’importe qui, n’importe quand. Et comme la nature humaine, animale qu’elle est, pousse les gens à se rapprocher, on trouve des façons de la combattre. De dire que la Finnoise avait déjà eu des amitiés sincères aurait été un mensonge. Des relations saines, basées sur la communication et la franchise? Fallait pas rêver. Même au sein de ses collègues, serviteurs du Lord, régnait une froideur non-dite. Les ambitions de chacun ne se mêlaient pas. On se donnait entièrement à une seule personne, à un seul espoir. Réunis que par la cause, mais tous terriblement isolés.  La blonde avait appris à aimer cette scission entre elle et le monde. Mais de temps à autres, la jeune femme avide de chaleur et d’intimité tendait la main. Quémandait silencieusement qu’on la regarde, qu’on la reconnaisse.

Ce soir, c’était les yeux et les doigts d’Adele qu’elle voulait.

Elle se laissa s’y perdre quelques secondes avant que, dans un sourire, elle hoche légèrement la tête, tournant à son tour les pages de son carnet de notes pour arriver à la section entièrement dédiée au cours d’Histoire. C’est après quelques secondes d’hésitation que, doucement, la Finnoise se fit glisser du divan pour venir s’asseoir à même le sol, les avant-bras appuyés ainsi plus confortablement sur la table basse. De cette manière, elle serait plus confortable pour travailler et Adele pourrait aisément voir ce qu’elle faisait, en regardant l’espace de travail de face plutôt que de travers. Et peut-être qu’elle avait un peu fait exprès de pouvoir de ce fait appuyer légèrement son flanc sur le côté de la jambe de l’Écossais. Mais elle n’avait pas encore assez bu pour en faire plus que cela. Et hop, une autre gorgée. Pour s’hydrater le gosier. Pour chasser les frissons qu’elle avait sur la nuque. Don’t be desperate.

Adelina tourna quelques pages de son carnet avant de s’arrêter à un endroit bien rempli, mais dont les annotations et indications étaient rehaussées de couleurs et de flèches. Doucement elle se racla la gorge avant de prendre parole.


« Je pense qu’en général, ça commence par la prise de notes et par ce que l’on en fait par la suite. Se satisfaire de relire ce que l’on prend comme notes en classe, ça n’est jamais suffisant, surtout pas pour un cours qui demande autant de rigueur que celui d’Histoire. Prends autant de notes que possible, au brouillon, et si tu crois avoir manqué quelques informations, n’hésite pas à demander aux autres s’ils peuvent t’aider à compléter. Ensuite, ce que j’aime bien faire, c’est de recopier plusieurs fois. Je suis absolument incapable de juste relire, on dirait qu’il faut que je fasse quelque chose en même temps sans quoi, je me perds en songes. Alors, pendant que je relis mes notes au brouillon, je les retranscris à côté, c’est une façon pour moi de rester attentive non seulement à ce que je lis, mais à ce que j’écris également. Éventuellement, lorsque je me sens plus à l’aise avec la matière, je retranscris au propre dans ce carnet, et, comme tu peux voir, je me fais des codes de couleurs, de souligne, je mets des flèches, j’encercle, tout pour rendre la révision un peu plus stimulante. »

La demoiselle marqua une pause et tendit son carnet à Adele pour qu’il puisse le feuilleter. Elle profita de ce court répit pour voler une gorgée de whiskey à son verre – celui-ci était d’ailleurs déjà presque vide – puis, le posant sur la table basse, elle se tourna légèrement, toujours assise sur le sol, afin de pouvoir regarder l’Écossais dans les yeux.

« Ensuite, tu peux certainement réviser par toi-même, mais personnellement je trouve que l’étude à deux, ça aide beaucoup. On se pose des questions, on se teste, c’est beaucoup plus stimulant que d’être assis tout seul dans le noir à se remplir la cervelle de mots et de chiffres. D’ailleurs, parlant de chiffres et de dates, pour moi c’est plus facile de retenir une date si je l’intègre à la question plutôt que d’en faire la réponse. Par exemple, au lieu de te demander en quelle année Azkaban est-elle officiellement devenue une prison, je peux te demander "Quel établissement reconnu changea de vocation en 1718 suite à l’élection de Damocles Rowle comme Ministre de la Magie?". Naturellement, ta mémoire se calquera aux questions qui offrent plus de contexte et dont la réponse est beaucoup plus simple à retenir. »

Un sourire sincère vient caresser le visage rond et délicat de la Finnoise alors que, du bout des doigts, elle vient fouiller l’intérieur de son sac. Presque triomphante, elle en sort une barre de chocolat, qu’elle ouvre lentement, avec l’attention de quelqu’un de passionné.

« Et puis, mon dernier conseil, c’est de te récompenser. Divise ton temps de révision – en unités de temps, en pages révisées, peu importe – et une fois que tu en accomplis un bout, offre-toi une douceur. Pour moi, c’est un morceau de chocolat. »

Du bout des doigts, elle brise un carré à sa barre de chocolat aux éclats de caramel et à la fleur de sel et le tend à Adele, son regard gris et brillant vrillé dans le sien. Une fois qu’il le prend, elle vient s’en briser un et pose la sucrerie entre ses lèvres, la pressant ensuite contre sa langue pour l’y laisser fondre. La blonde ponctue cette petite décadence d’un gorgée de son verre, le vidant ainsi, et alors qu’elle le remplit une seconde fois, elle demande au jeune homme, le ton calme et léger :

« Des questions? »


Dernière édition par Adelina Iita Mikkänen le Jeu 5 Mar - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Jeu 5 Mar - 4:52

C’était peut-être le feu qui brûlait dans l’âtre, ou l’alcool qui lui montait au cerveau, ou tout simplement la présence chaleureuse et douce de la jeune fille qui lui fit retirer son écharpe, abaisser sa capuche et ouvrir son gilet d’un air désinvolte, avant de reporter son attention sur Adelina qui était négligemment appuyée contre sa jambe. Etant très tactile, il aimait les rapprochements physiques et avait parfois beaucoup de mal à retenir des gestes jugés trop familiers. Il avait besoin de sentir les autres, de les toucher, de les goûter, comme s’il recherchait constamment un peu d’attention, un peu de tendresse. Par les quelques contacts physiques que lui avait donné Adelina, il sentait qu’il pouvait lui aussi se risquer à un peu plus de rapprochements et c’est avec un sourire amusé qu’il prétexta le fait de ne rien voir du cahier de la jeune fille à cause de ses cheveux pour les lui faire glisser derrière son oreille, du bout des doigts.

Se penchant un peu en avant, il observa sa prise de note si appliquée, comme seule les filles en semblait capable, pensant à son propre cahier où la fin des phrases se perdaient en dessins et autres gribouillages. Les conseils d’Adelina se révélaient vraiment pertinents, elle avait bien cerné son problème, lui aussi finissait par tomber en rêveries à force de rester immobile, il fallait qu’il occupe ses mains à écrire s’il voulait retenir quelque chose. Il se saisit du carnet qu’elle lui tendait et le feuilleta avec attention.

« Est-ce que tu pourrais me montrer ta prise de notes, tes brouillons ? Demanda-t-il, tu dois avoir une bonne méthode à la base pour pouvoir ensuite tout restructurer, j’aimerais bien m’en inspirer un peu. »

Il avait une prise de note catastrophique. Il ne savait jamais trop quoi sélectionner parmi tout ce que déblatérait le professeur et choisissait souvent d’inscrire les petites anecdotes historiques plutôt que les choses vraiment importantes, et bien sûr, il lui manquait toujours les dates. Même en dehors des cours il avait tendance à trop se concentrer sur les détails, remarquant les infimes caractéristiques des objets comme des personnes, plutôt que de se concentrer sur l’ensemble. Il fixait son attention sur un point en particulier et ne voyait plus le reste. Il avait par exemple noté que le visage d’Adelina se creusait de fossettes quand elle souriait mais il aurait bien été incapable de décrire sa tenue une fois dehors. Elle se retourna vers lui, enchaînant ensuite sur une nouvelle méthode, toute aussi intéressante.

« Mmh, c’est vraiment une bonne idée de retenir les dates de cette façon, je n’y avais jamais pensé, dit-il avant de marquer une courte pause, tu es vraiment d’excellents conseils, comment ça se fait que je ne t’ai pas recrutée plus tôt en tant que professeur particulière ? »

Il lui adressa un regard rieur, tout en se mordillant le bout de la langue, franchement impressionné par les techniques d’apprentissage de la jeune fille. Elle n’était pas préfète pour rien, elle était studieuse, oui, mais plus que cela elle était attentive, à l’écoute et prête à aider ceux en difficulté, visiblement. Et généreuse par-dessus le marché, nota-t-il en recevant un carreau de chocolat qu’il accompagna du reste de sa boisson. Il se saisit de la bouteille à son tour et en remplit le verre presque vide de la jolie blonde avant de se resservir lui-même, prévoyant leurs futures récompenses.

« Je crois avoir tout compris mais j’ai quand même quelques doutes quant à l’efficacité de toutes ces techniques, dit-il d’un ton joueur, voyons d’abord si elle fonctionne correctement sur toi, je vais te poser quelques questions. »

Le carnet de la demoiselle en main, Adele piocha au hasard quelques informations et les lui demanda. « Quelle loi est entrée en vigueur en 1692 ? », « Quelle interdiction a été mise en place en 1709 ? » et quelques autres. Le temps de lui poser les questions, Adele en profita pour essayer de retenir le cours, apprenant en essayant de faire apprendre. Il lui semblait déjà qu’il mémorisait mieux les données, joignant définitivement l’utile à l’agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Jeu 5 Mar - 20:18

Les frissons lui collaient toujours à la nuque et sur le côté du cou. Même plusieurs minutes après le fait, la peau de la Finnoise s’attachait désespérément à la délicieuse écorchure qu’avaient laissée derrière eux les doigts du brun. La sensation résiduelle lui collait aux nerfs, chuta de sa tête à son ventre pour venir serrer celui-ci. Ça n’était presque rien du tout. Avec une douceur attentive, il était venu ranger une mèche de ses cheveux blonds cendrés derrière son oreille. Ce geste infime avait été suffisant pour complètement la déstabiliser. Pour qu’elle cherche à se rappeler, à chaque seconde, la mince rudesse de ses doigts d’homme, d’artiste. Pour qu’elle s’imagine ses lèvres sur les siennes, sur son menton. Pour qu’elle sente le creux de ses reins se fondre à sa paume. C’est bien vrai que la solitude mène au désespoir. En général, lorsqu’elle avait faim de contact, elle allait se perdre dans une boîte de Londres, s’emplissait le sang de confiance narcotique, se contentait d’une belle gueule et de mains invitante pour se laisser aller le temps de quelques heures, puis elle repartait de son côté après quelques politesses inutiles. Ne pas savoir son nom, ne pas vouloir le savoir non plus. Elle était assoiffée. Mais cette fois, elle savait pertinemment qu’une seule fontaine saurait la satisfaire.

La blonde remercia humblement l’Écossais d’un hochement de tête et d’un sourire lorsqu’il lui dit qu’elle avait de bons conseils et, en même temps, fouilla son sac d’une main. Ses lèvres s’ourlèrent d’autant plus largement lorsqu’elle remarqua qu’il prenait soin de remplir son verre de whiskey; peut-être n’aurait-elle pas à s’en vouloir de venir chercher encore davantage de proximité. Encore un verre ou deux et elle oserait sans doute lui révéler ce pour quoi elle avait réellement soif. Avant que le jeune homme ne commence à lui poser des questions, Adelina posa un autre carnet – celui qu’elle venait tout juste d’agripper – sur le dessus du sac de son interlocuteur. Ses mains maintenant libres, elle attrapa son verre plein et en pris une bonne gorgée avant de dire :


« C’est un de mes cahiers de prise de notes. Tu remarqueras que je n’écris presque jamais de phrases complètes, que des mots-clés. Bien entendu, je m’assure d’écrire assez d’information pour comprendre une fois que le temps de la relecture arrive, mais ça rend la prise de notes bien plus faciles – et moins stressante – que de tout retranscrire verbatim. » Elle marque une pause, lève ses grands yeux gris vers lui, puis ajoute : « Tu… peux le garder. Il est plein, et j’ai déjà tout retranscrit au propre. Peut-être que ça te servira de porte-bonheur. »

Avant qu’elle ne puisse se mettre à l’interroger, l’Écossais pris les choses en mains et se mis à lui poser des questions. La jeune femme ne résista pas, trouvant même amusant qu’il veuille ainsi la tester, alors qu’elle avait une confiance aveugle en ses propres capacités, tout particulièrement dans le cours d’Histoire. Elle répondit donc aux questions du brun, comme elles venaient, n’hésitant pas à ajouter quelques anecdotes à ses réponses, ponctuant le tout de gorgées prises de son verre. Si bien qu’au bout d’une quinzaine de minutes, il était vide, comme celui d’Adele. Elle n’hésita pas une seconde,  pris la bouteille entre ses mains et remplit une troisième fois les deux récipients de verre.

Mais lorsque vint le temps de se rasseoir confortablement, elle changea de trajectoire. Elle avait hésité, mais l’alcool qui circulait dans ses veines commençait à faire effet. Elle n’était pas ivre, mais ses joues avaient prises une délicate teinte rosée et la chaleur qu’elle avait sous la peau l’avait poussée à enlever sa courte veste noire. Fuck it, se dit-elle, alors que doucement elle vint appuyer son dos contre et entre les jambes de son collègue, lui étant toujours assis sur le divan alors qu’elle restait sur le sol. La blonde s’y cala doucement, d’abord, puis  pencha le haut de son corps pour que ses épaules se dégagent, ses omoplates se nichant au haut des genoux de l’Écossais, à la naissance de ses cuisses, sa tête basculée vers l'arrière pour qu'elle puisse le regarder.  Elle ne pouvait plus arrêter de lui sourire.


« Monsieur est-il satisfait de ma prestation? Je crois qu’à la base, c’est toi que nous devions rendre un génie de l’Histoire, hm? » Adelina éleva lentement l’une de ses mains dans les airs et, du bout de son index et son majeur, elle vint tracer la courbe de l’arche du nez du brun. Glissa délicatement jusqu’à ses lèvres qu’elle tapota tout légèrement avant d’ajouter, le ton onctueux : « Sans me lâcher des yeux, tu peux me dire quelle compétition sorcière jugée trop dangereuse a commencé en 1294 et a été abolie en 1792? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Berry
Sinsear
PROFIL Sagittaire

Messages : 148
Réputation : 79
Date de naissance : 02/12/1960
Nationalité : Ecossais

Aspiration : Ambassadeur de l'art !

Fiche : Adele Berry

RP en cours : FEUILLE DE ROUTE




RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: qui s'enflamme tout le temps.

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Sam 7 Mar - 9:04

L’alcool coulait doucement dans sa gorge tandis qu’elle se penchait pour fouiller son sac à la recherche de son deuxième carnet. Et pendant qu’elle lui tournait le dos, il ne put s’empêcher de la regarder à la dérobé, appréciant les courbes pleines et douces de son corps, la façon dont elle bougeait, toujours avec grâce et élégance. Il aimait la beauté des femmes, de toutes les femmes, les minces, les rondes, les petites mignonnes, les grandes caractérielles, celles qui se maquillaient des heures, adorables de coquetterie, et celle qui sautaient du lit sans jeter un œil à leur miroir, tellement intenses. Il aimait les regarder discrètement, les dessiner sous toutes leurs coutures, reproduisant fidèlement un sourire plein de vie ou exagérant leurs courbes, finalement, il aimait les aimer.

Recevant le nouveau cahier dans les mains, il se reconcentra sur les études, chassant ses pensées parasites du mieux qu’il pouvait. Il se distrayait trop facilement. Adele feuilleta le carnet avec attention, tout en prêtant une oreille attentive à la demoiselle. Il releva la tête pour croiser les yeux gris perle de la jeune fille et lui répondre.

« C’est vraiment adorable de ta part, Adelina, j’en prendrais soin et si ça ne marche pas comme porte-bonheur pour avoir de bonnes notes, je t’en tiendrais personnellement responsable ! » Ajouta-t-il dans l’espoir de lui faire tirer un nouveau sourire.

Elle était si belle quand elle souriait, ça l’illuminait, ça la faisait paraître plus enfantine aussi, de ce genre de filles qui lui donnait instinctivement l’envi de protéger, de cajoler. Rangeant l’objet dans son sac, il enchaîna par quelques questions de cours, impressionné par la rapidité et la précision des réponses de la blonde. Sa méthode semblait efficace. Il tâchait de se souvenir des réponses d’Adelina, mémorisant plus facilement grâce aux anecdotes qu’elle ajoutait de-ci de-là. Il buvait de temps en temps, si bien qu’il finit de nouveau le verre vide que lui remplissait une nouvelle fois la jeune fille. L’alcool embrasait ses sens, le rendant plus conscient de son propre corps et de celui des autres, exacerbant son besoin de compagnie, son envie de plaire et de se distraire. Finalement les études et l’alcool ne devaient pas faire bon ménage, quand Adelina vint coller son dos à ses jambes, il ne pensait plus beaucoup à l’Histoire. Il aurait peut-être dû s’en tenir au chocolat.

Basculant sa tête sur ses cuisses, la demoiselle aux yeux brillants, aux joues rosées et au sourire mutin vint lui caresser le nez et tapoter ses lèvres avant de prendre un ton joueur.

« Sans me lâcher des yeux, tu peux me dire quelle compétition sorcière jugée trop dangereuse a commencé en 1294 et a été abolie en 1792? »

Il laissa échapper un petit rire, faisant basculer sa tête légèrement vers l’arrière, rompant involontairement le contact visuel.

« Oh excuse-moi, j’ai raté, mais laisse-moi une deuxième chance. »

Enlaçant ses doigts dans les siens, il la fit doucement se relever et l’asseoir à ses côtés, histoire de l’avoir à sa hauteur et tout en tenant son menton de l’autre main et en plongeant son regard brun dans le sien, il lui demanda de répéter sa question.

Mais son cerveau ne tournait plus de la même façon, plus concentrer sur ses doigts qui pinçait gentiment le bas du visage de la blonde, comme un jeu d’enfant, et sur son autre main qui lui avait servi à la relever et dont il n’avait pas rompu le contact, il avait perdu toute volonté de réfléchir. Le temps semblait flotter autour d’eux tandis qu’il ne disait rien pendant une seconde ou une minute, il n’en savait rien. Il laissa échapper la dernière seconde, celle de trop, celle qui sonne comme un roulement de tambour silencieux, celle qui fait changer le cœur de rythme, celle qui est déconnectée de tout et se pencha en avant pour l’embrasser.

Laissant définitivement la question en suspens, il n’avait pût s’empêcher d’aller chercher ses lèvres et de les embrasser tendrement avant de se laisser aller à un peu plus de passion. Il avait lâché son menton pour poser sa main sur son cou, caressant la fin de sa mâchoire du pouce et sa nuque avec ses autres doigts. Son autre main changea également de position pour le creux de ses reins qu’il pétrissait avec tendresse.

Il se distrayait trop facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Sam 7 Mar - 18:50

Ça n’était plus à propos des révisions. Depuis que sa tête était venue s’appuyer doucement sur les cuisses d’Adele, qu’elle avait effleuré sa peau du bout des doigts, qu’elle avait regardé ses lèvres un peu trop longtemps. Qu’il le veuille ou non, il l’aidait à combler la solitude de la Finnoise,  parfois si profonde qu’elle en était douloureuse. Et pour cela, elle l’aimait. Un peu. D’un amour timide, conscient, enfantin et mature tout à la fois. D’un amour qui ne la dévorait pas de passion, comme généralement les choses la portaient, qui ne lui donnait pas envie de soulever terres et mers, mais plutôt de juste se recroqueviller contre lui, profiter de sa présence et de sa tendresse sans penser à ce qu’emmène le lendemain. D’un amour éphémère, dont elle n’aura envie que quelques heures mais qui laissera un goût sucré sur ses lèvres jusqu’à la prochaine fois qu’elle cède au poids de son isolement. C’est tout ce qu’elle pouvait se permettre, et au fond, c’est tout ce qu’elle voulait de lui. Une amitié où elle avait le droit d’être amoureuse le temps d’une soirée, où elle pouvait se laisser aller à quelques caresses.

Un sourire franc éclaira le visage de la blonde, presque aussitôt suivi d’un rire doux et cristallin lorsque l’Écossais rompit le contact visuel. Peut-être que lui aussi avait cette agréable faiblesse au ventre. Mais il ne lui laissa pas le temps de le taquiner plus que cela; ses doigts qui vinrent enlacer les siens lui coupèrent la parole. Le souffle tout entier. La Finnoise n’offrit aucune résistance lorsqu’Adele l’attira vers lui. Elle se redressa lentement, d’abord, volant une dernière gorgée de whisky à son verre qu’elle posa finalement sur la table basse avant de s’installer sur le divan, une jambe repliée sous elle, l’autre pied touchant à peine le sol du bout de ses orteils. Et l’étreinte qu’il avait sur son menton… La jeune femme inspira délicatement; on pouvait certainement voir à l’expression qu’elle avait au visage qu’elle était à la fois complètement déstabilisée et captivée. Ses lèvres tout légèrement entrouvertes d’où sortaient quelques souffles retenus et appréhensifs, ses yeux grands ouverts et entièrement fixés dans ceux de l’Écossais, ses joues pleines à présent bien roses, mais pas que d’alcool. Oh la la, mais qu’est-ce qu’il fait chaud. Mais reste pas plantée là comme une idiote, il t’a demandé de répéter. Qu’est-ce qu’il est mignon, tout de même…


« Hm, je… Ahem…  Quelle compétition sorcière ayant débuté en 1294 a été jugée trop dangereuse et a été abolie en 1792? », répéta-t-elle, le ton vaporeux.

Mais il ne lui répondit pas. Garda le silence, ce silence qui promet tant, pourtant sans un mot. Les doigts d’Adelina se resserrent tout doucement autour de ceux de l’Écossais alors que leurs regards refusaient également de se séparer. La courte distance qui restait entre eux relevait de l’insupportable.  Si bien qu’elle s’approcha un peu, le haut de son corps se tendant  vers l’avant sans même qu’elle n’aille à y penser. Le suppliant du regard de ne pas la faire attendre plus longtemps.

Il lui accorda cette grâce d’un baiser. Sitôt les lèvres du brun se pressèrent contre les siennes, la Finnoise, tout en fermant les yeux,  expira un doux soupir, mélange de soulagement et d’envie. Le baiser, bien que d’abord un peu lent et timide, pris rapidement en confiance et en passion. L’une des mains de la blonde grimpa le long du bras d’Adele et vint se perdre dans ses cheveux foncés, en serrant fébrilement quelques mèches. L’autre, elle, se fit un peu plus entreprenante.  Ses doigts, s’étant d’abord attardés sur sa joue et la courbe de sa mâchoire, chutèrent le long de son cou jusqu’à se glisser sous le tissu de son hoodie. Caressant son épaule de sa paume, serrant sa peau chaude juste pour le sentir un peu plus près d’elle.  


« C’était le Tournoi des Trois Sorciers… », souffla-t-elle à mi-voix contre les lèvres de l’Écossais, ouvrant lentement les paupières.

Un sourire à la fois taquin et charmant étreignit le coin des lèvres de la Finnoise alors que, d’un mouvement fluide, elle vint s’avancer un peu plus vers Adele. S’élevant un peu sur son genou pour permettre à leurs troncs de se toucher, son autre jambe trouvant sa place contre les cuisses du jeune homme. Elle aurait bien voulu se laisser aller, s’asseoir à califourchon sur lui, lui faire sentir à quel point elle avait envie de lui. Mais quelque chose l’en empêchait. Pas que sa pudeur – qui ne tarderait pas à foutre le camp, si les choses continuaient comme ça – mais aussi cette envie de jouer. Peut-être qu'avec un peu de chance, ce serait lui qui prendrait cette terrible décision en mains.


« Mais qu’est-ce que je vais faire avec toi, Adele? Si on apprend que c’est moi qui t’aide avec tes révisions et que tu as de mauvais résultats, ma réputation sera ruinée. » Adelina marque une pause, ponctue sa phrase d’un clin d’œil et, alors que son visage s’approche à nouveau de celui du brun, elle ajoute : « Il faut vraiment que tu apprennes à te concentrer…»

Ses lèvres happèrent doucement celle inférieure du jeune homme, l’aspirant langoureusement un instant avant de reprendre le baiser de plus belle, étouffant contre celui-ci une plainte gorgée de désir. La main qui était allée se cacher sous le tissu du haut de l’étudiant revient un peu vers l’avant, le mont de sa paume bien appuyé juste à la base du cou du brun, ses doigts agiles versant sur la peau nue du haut de son torse et ses ongles lui chatouillant la clavicule.

Et dans sa poitrine, son cœur battait au désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]   Aujourd'hui à 1:46

Revenir en haut Aller en bas
 

Starry eyed [Novembre 1979 - Salle de Loisirs - PV Adele]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» alec & ocyllie • starry eyed
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» La Salle du Feu
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
» La salle du trône et le château

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Impedimenta :: dyschronisme :: Pensine-