Partagez | 
 

 1. Game on [Instant-RP Adelina-Abraham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: 1. Game on [Instant-RP Adelina-Abraham]   Dim 8 Mar - 4:36

◦●○●◦

Ça doit bien faire trois heures que la jeune femme est assise à une grande table de la bibliothèque, son épaule nue tout juste recouverte du tissu de son foulard qu’elle porte comme châle appuyée sur la fenêtre. Le soleil brille bien haut, il doit être passé midi. À vrai dire, elle n’a nullement vu le temps passé, tout simplement captivée par le roman qu’elle est en train de lire. La faim ne lui travaille pas l’estomac, c’est toujours ainsi lorsqu’elle est prise par quelque chose.

Autour de la Finnoise, on peut voir environ une dizaine d’œuvres académiques sur une foule de sujets, la majorité n’ayant rien à voir avec la filière où elle étudie. La plupart des gens dans la bibliothèque courent partout, comme des poules sans tête, stressés à la venue imminente des examens de fin d’année. Mais elle n’y pense même plus. Elle sait qu’elle va réussir. C’est donc l’air complètement détendu qu’elle tourne une page de "Frankenstein ou le Prométhée moderne", rassemblant une mèche de ses cheveux cendrés derrière son oreille.


(Tenue de la journée ICI)

◦●○●◦

D'habitude à cette heure, Abe serait en train de travailler sur ses recherches, mangeant à moitié son sandwiche, mais pour une fois, il a bien mangé comme il le devait et décide de se rendre à la biblio, question de se détendre. Un choix particulier pour la plupart des gens, une évidence même pour lui. Alors que justement il cherche l'un des livres qu'Adelina a pris, il soupire et se rabat sur un livre parlant des expérimentations les plus fameuses du monde magique.

C'est un peu dans la lune qu'il s’assoit avant de finalement, après plusieurs minutes, porter attention à ce qui se trouve autour de lui et remarquer une jolie jeune femme... qui tient son livre. Oui oui, SON livre, celui qu'il voulait lire. Il a un petit sourire indescriptible aux lèvres en voyant cela, avant de se remettre à lire quelques minutes, question de terminer cette page avant de parler finalement.

"Sorry Miss, but when you're done with this one, will you give it to me?"


◦●○●◦

Son environnement disparaît totalement. Complètement prise par un passage spécialement poignant, qui lui fait tourner des pages plutôt rapidement, la jeune femme en oublie complètement où elle est. Ni le pied d’un étudiant qui accroche la patte de sa chaise en passant derrière elle, ni le bruissement des feuilles tournées frénétiquement, ni la sourde conversation paniquée de deux amies qui galèrent à réviser. Tout ce qu’elle sent, c’est la chaleur agréable d’un rayon de soleil qui lui caresse la joue à travers la fenêtre, qui vient éclairer le livre dont les mots défilent rapidement sous ses yeux.

Mais on l’interrompt. Des mots qui d’abord l’irritent, l’arrachent à sa rêverie. Jusqu’à ce qu’elle remarque l’accent bien distinctif de la Nouvelle-Zélande. Elle est perplexe, bien que son visage reste impassible. Quelques secondes, ses yeux à présent immobiles restent accrochés à la page avant qu’elle ne daigne finalement lever le regard vers l’homme qui est assis de l’autre côté de la table, un peu en diagonale à elle. Franchement beau, cheveux bruns clairs, bien habillé, le regard vif et brillant. Elle se mordille imperceptiblement l’intérieur de la joue puis, sondant le nouvel arrivant de ses grands yeux gris tout juste par-dessus le livre qu’elle tient toujours, elle dit, le ton neutre mais loin d’être sec :

« Only if you say the magic word. »


◦●○●◦

Le jeune homme s'amuse d'abord de son regard, toujours bien entendu très flatté et appréciateur de voir quelqu'un le regarder de la sorte, mais n'en fait rien, si ce n'est se placer un peu plus à son aise. La belle lui rappelle son manque de politesse et il fait un sourire avec cet air de "oh silly me" et décide d'en mettre un peu plus, en gentleman joueur qu'il est.

"Please, lovely damsel?"


◦●○●◦

Même si les lèvres de la jeune femme ne s’étirent pas en un sourire, ses yeux, eux, pétillent légèrement d’une lueur amusée. Elle soutient le regard du brun pendant encore quelques secondes puis rapporte son attention au livre, qu’elle se remet à lire sans un mot. Elle l’achève bien vite – et de toute façon, elle doit en être à sa quatrième relecture de l’œuvre – mais elle prend un malin plaisir à faire attendre le Néo-Zélandais. Machinalement, la Finnoise rajuste le tissu rouge de son écharpe sur ses épaules nues, le côté de sa tête doucement appuyé sur la grande fenêtre.

Mais bien malgré elle, la blonde ne peut pas s’empêcher de garder son interlocuteur dans son spectre d’attention. Savoir comment il réagirait à cette réponse silencieuse.


◦●○●◦

Il n'arrive plus totalement à lire son livre, relit parfois deux fois la même ligne. Simplement de par la frustration de ne pas savoir. Mais son intuition lui dit qu'il vient seulement de presser le bouton start pour un jeu qui l'intéresse déjà. Il garde donc une apparente nonchalance, jusqu'à ce qu'elle termine, se rajuster, sans dire non, ni oui.

Finalement, c'est son tour; sans faire trop de bruit, le jeune homme pose son livre, se lève et s'approche, arrivant derrière la blonde. Son bras se tend et se pose sur le bouquin tandis qu'il se penche pour lui murmurer, plutôt proche juste pour la pousser un peu plus.

"Really lovely... your scarf, I mean."

Il a autant un sourire sur ses lèvres que dans la voix avant que finalement, il se redresse avec le bouquin en main pour retourner à sa place, le dos bien droit et le regard un peu fier, quand même.


◦●○●◦

Cela doit bien faire quinze fois que la Finnoise relit la dernière phrase du roman, comptant silencieusement les minutes avant que ça soit acceptable pour elle de céder à la demande du jeune homme devant elle. Alors qu’elle y est presque – quinze secondes, vraiment – elle remarque que le brun se lève. A-t-il déjà abandonné si vite? Ça serait franchement dommage. Mais aussi vite avait-il quitté son champ de vision, le regard gris clair de la Finnoise toujours posé sur ces vingt mêmes mots, il revient tout aussi rapidement, cette fois derrière elle, planant légèrement au-dessus de son épaule. Puis il se penche, murmure à son oreille. Adelina chasse les quelques frissons qui sont nés sur sa nuque d’un mouvement de son foulard et, lorsqu’il se redresse, elle tourne finalement le visage afin de le regarder droit dans les yeux. L’air toujours aussi neutre, sauf ses yeux toujours brillants, malicieux.

« All the compliments in the world won’t make up for you lack of etiquette, sir », dit-elle, en prenant bien soin de mettre l’accent sur le dernier mot. Insolente.

Elle le regarde contourner la table pour se rasseoir à sa place et, sitôt est-il installé, c’est à elle de se redresser sur ses pieds.  Mais au lieu de s’imposer à ses côtés, elle se penche vers l’avant, une main appuyée au centre de la table alors que, de son autre bras tendu, elle s’étire pour venir chercher le livre qu’il lisait un peu plus tôt, de l’autre côté de la table. Et bien qu’elle doive se hisser un peu sur la pointe de ses pieds, son visage ne laisse pas transparaître cet effort supplémentaire, gardant toujours un air presque noble, digne.

« You won’t mind me taking this, in that case. », dit-elle en agrippant du bout de ses doigts le livre par la reliure.


◦●○●◦

La jeune femme lui répond avec une certaine arrogance et lui arrache un rire silencieux, mais il retourne quand même à sa place, sans rien dire. C'est à son tour de placer ses pions et il ne manquera pas de la laisser jouer à sa guise. C'est d'ailleurs exactement ce qu'elle fait en venant face à lui, se penchant pour venir repêcher son livre, lui offrant ainsi une vue très difficile à ne pas contempler tandis que le foulard rouge ne semble que vouloir le guider à cette vision. C'est avec difficulté que le brun garde au mieux son regard sur les iris de sa comparse avant de lui-même se pencher sur la table, s'y accoudant, sans lâcher son livre.

"You've got a whole pile and still you want my book? That's kinda princessy..." dit-il, tout d'abord faussement réprobateur avant de sourire et jouer lui-même son pion cette fois. "But I'll gladly hand it over if you accept to let me pay you some coffee to apologize for earlier."


◦●○●◦

Les coins des lèvres de la Finnoise se pince légèrement lorsqu’elle sent qu’il tient lui aussi, de son côté, le livre qu’elle tente de lui voler. Elle tire un petit coup mais voit bien qu’il ne cédera pas aussi facilement. Cependant, elle garde sa main bien dessus, déterminée à lui faire comprendre qu’elle n’est pas prête de lâcher l’affaire non plus. À la remarque du brun à son attitude de princesse, son air jusque-là bien neutre se brise pour laisser entrevoir l’ombre d’un sourire sincère, son regard déviant même pour venir se poser, un brin embarrassé, sur le sol. Elle se mordille les lèvres un bref instant puis reprend vite son rôle, laissant sa petite faiblesse derrière elle alors qu’elle écoute sa proposition.

Cet homme sait ce qu’il fait.

Après une courte réflexion, la jeune femme tire sur le livre d’un petit coup sec, juste assez fort pour l’enlever des mains du Néo-Zélandais, mais évidemment pas assez fort pour abîmer le livre ou trop forcer la chose. Ça avait été fluide, comme tout le reste de cette interaction particulière. Avec la précaution de celle qui prend bien son temps, la jeune femme place la dizaine de livres dans une pile bien propre et, d’un coup de baguette, la fait léviter. Elle enfile la sangle de son sac sur son épaule puis, adressant un dernier regard au brun, elle lui dit, le ton calme mais expirant tout de même un peu le jeu :

« I’ll be at the coffee shop in the village in two hours. »

Ses iris gris s’attardent un peu plus longtemps sur ceux, bleus, de son interloctueur, puis elle se retourne, se dirigeant vers la sortie de la bibliothèque, ses livres la suivant docilement. Ce n’est que lorsqu’elle passe la porte qu’elle sourit.


◦●○●◦

Abraham voit bien qu'il touche un point. Si certaines princesses l’énervent, celles du type intello lui font un effet totalement contraire et il ne se cache pas de devenir plus léger. Leur joute pour le livre finit avec la jeune femme en gagnante, mais le jeu le plus important, c'est lui qui l'a gagné, il le sent bien. Il aime ce qu'elle dégage et ne lui reste plus qu'à accepter son invitation pour qu'il pour qu'il confirme son statut de gagnant.

Il la voit s'apprêter à partir et l'espace d'une seconde s'inquiète presque de ne pas avoir sa réponse aujourd'hui. Pourtant en sortant, elle lui donne rendez-vous dans deux heures et le jeune homme fait un large sourire fier, n'ayant aucunement l'intention de le cacher alors qu'il la regarde.

"Good, then."

Lorsqu'elle sort finalement il lâche un court rire, un peu étonné d'avoir fait une telle rencontre et surtout, un peu hâtif au fond de lui, chose qui lui prend rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

1. Game on [Instant-RP Adelina-Abraham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» video game nerdz
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiment de St. Barnaby :: Rez-de-Chaussée :: Bibliothèque-